LES VREGENS

Petit tour d’horizon

with 3 comments

Pour ne pas oublier que notre petit agité national et son équipe ne sont pas seuls dans leur coin.

XENOPHOBIE: UNE VAGUE DE FOND MONDIALE

Les expulsions ont commencé hier. Deux vols pour Bucarest ont quitté la France avec 93 immigrés roms à bord. Quelque 700 Roms doivent quitter le pays d’ici fin août. Et 300 camps roms illégaux seront démantelés sur l’ensemble du territoire dans les trois prochains mois. Le gouvernement français justifie ces expulsions par le fait que ces camps seraient devenus des bases de trafic humain, de prostitution et de délinquance. Mais ceux qui s’opposent à cette politique y voient une motivation moins avouable: l’espoir, pour le Président Sarkozy, de détourner l’opinion des soupçons de corruption où s’empêtre son gouvernement.

Si c’est bien le cas, la technique n’est pas neuve. Les immigrés se retrouvent souvent en position de bouc émissaire, surtout en période de crise économique. Et la France est loin d’être originale en ce domaine. Cela fait maintenant plusieurs années que l’Etat italien pourchasse et expulse ses propres immigrés roms. Une bataille juridique secoue actuellement les Etats-Unis autour d’une loi qui, en Arizona, donne le droit à la police de contrôler les papiers de n’importe qui, pour repérer les immigrés clandestins mexicains, ce qui, pour l’opposition, revient à un contrôle au faciès. Les Américains s’inquiètent au sujet des enfants des immigrés clandestins, ce qui amène les Républicains à se demander s’il ne faudrait pas revoir le passage de la Constitution qui octroie la nationalité américaine à toute personne née sur le territoire. Par ailleurs, dans la campagne électorale australienne, entre les deux candidats, le Premier Ministre Julia Gillard et le chef du Parti Libéral d’opposition, Tony Abbott, c’est à qui se montrera le plus dur avec les « boat people », ces demandeurs d’asile politique qui gagnent les côtes australiennes en bateau.

Tout ceci est profondément hypocrite. En Australie, Mme.Gillard et M.Abbott sont tous les deux des immigrés: le Premier Ministre est née au Pays de Galles et le chef de l’opposition à Londres. Le père du Président Sarkozy était un aristocrate hongrois qui a fui vers la France à la fin de la guerre.

Mais cette hypocrisie n’est pas l’apanage des politiques. La plupart des pays riches, l’Australie et les Etats-Unis en tête, le sont devenus grâce à l’immigration. Que les citoyens de ces pays se retournent contre ceux qui ont l’espoir de suivre le même chemin (ce chemin qui, l’histoire le démontre, bénéficie en général autant aux immigrés qu’à leur pays d’accueil) est vraiment quelque chose de triste.

Pourtant, aussi insaisissable soit-elle, la pression de l’opinion est bien réelle. La question c’est que faire pour y résister? Une croissance économique retrouvée constituerait un premier pas. Quand les gens se sentent économiquement menacés, ils sont plus volontiers la proie des démagogues qui agitent l’idée simpliste et fausse selon laquelle moins d’immigrés, c’est plus de prospérité.

Mais il faut surtout une réponse politique. Les gouvernants des pays démocratiques doivent se dresser fermement contre les tendances xénophobes, et non les flatter. Là où les gens estiment à juste titre (sic) que les flux migratoires pèsent sur les services publics, il faut rééquilibrer les choses. Mais cela ne revient pas à pourchasser ou à poursuivre les immigrés. Les gouvernants doivent aussi se décider à expliquer à leur électorat que les immigrés, avec les compétences et la main d’oeuvre qu’ils représentent, joueront un rôle essentiel dans la reprise économique.

L’Angleterre, hélas, est loin de montrer l’exemple dans ce domaine. Notre propre gouvernement projette de limiter le nombre d’entrées annuelles, alors même que l’observatoire économique (Office for Budget Responsibility) estime que cela risque de freiner la croissance.

L’économie mondiale est en situation de faiblesse, et la xénophobie risque de rester forte dans toutes les démocraties du globe. Il faut que partout, les dirigeants qui ont le sens des responsabilités trouvent le courage d’expliquer à leurs citoyens que les immigrés ne sont pas la cause de leurs problèmes.

The Independent, 20 août 2010

http://www.independent.co.uk/opinion/leading-articles/leading-article-a-rising-global-tide-of-xenophobia-2057128.html

Publicités

Written by florence

20 août 2010 à 10 h 24 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est vrai, il y a l’Italie, les States, l’Australie… mais quand même, moi, en tant que français, j’ai la honte pour mon pays devant la politique migratoire menée par un gouvernement que je n’ai certes pas contribué à mettre au pouvoir par mes différents votes, mais qui est là, et bien là, pourtant… avec toutes les conséquences malheureuses et désastreuses que ça entraîne pour les plus fragiles d’entre nous.
    Putain ! encore deux ans ! Et si après y avait personne ?

    😦

    julesansjim

    20 août 2010 at 18 h 44 min

  2. Petite revue de presse européenne sur le sujet dans Courrier International « volée de bois vert contre la France » http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2010/08/20/volees-de-bois-vert-contre-la-france

    edith : c’est même le sujet principal du dernier numéro http://www.courrierinternational.com/magazine/2010/1033-xenophobie-la-france-epinglee-par-la-presse-internationale

    alainbu

    21 août 2010 at 11 h 56 min

  3. Moi je n’aime pas du tout les reportages diffusés systématiquement en ce moment sur les Jités :
    – on voit l’expulsion de « Roms » (enfin, non, les Roms expulsés arrivant à Timisoara)… tous les jours, on a au moins un reportage ayant trait aux Roms expulsés…
    sur le ton « regardez comme on est gentils, on ne les force pas, on leur donne même du fric »…
    – et depuis hier, amalgame fâcheux et facile avec des Français, nomades appelés « les gens du voyage », obligés d’avoir un carnet de « suivi », se réunissant à des fins évangéliques dans le bled de not’ministre de l’Education. Et alors ? C’est le marronnier de la fin de l’été : les télés vont toujours filmer « ces gens du voyage » qui refusent d’avoir un toit et qui roulent en grosses cylindrées (connard d’Hortefeux dixit)… Ensuite, on a les bons petits Français qui sont allés s’agglutiner au bord de la merditerranée, au Sud, avec les autres Hollandais ou Nordistes, qui ont bien consommé, qui se sont endettés pour s’acheter une maison qui rentrent le porte-monnaie vide. Eux, sont de bons Français, ils migrent avec les foules, pas tout le temps. On peut les ficher tranquillou, ils ont un banquier qui cafte tout ce qu’ils gagnent à l’Etat !
    Je ne supporte plus ces enfoirés qui font semblant de diriger la France et ne dirigent rien, sauf dans le sens du porte-monnaie de leurs potes !

    clomani

    21 août 2010 at 15 h 54 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :