LES VREGENS

Flashball tragique… ou « dans le cochon, tout est bon »

with 4 comments

Je ne sais pas si vous vous rappelez la chronique de l’ami Korkos sur le nez d’Aicha…

Il Donnait en lien les images d’un site sur les gueules cassées de la guerre de 14…

Et l’an dernier, Libé avait titré, en juillet, « Cinq gueules cassées depuis le début de l’année » … On y causait du flashball, et des « dommages collatéraux » de l’usage de la force publique, pour maintenir « l’ordre républicain. »

Pas moins de cinq jeunes ont été grièvement blessés au visage en France depuis le début de l’année après avoir essuyé des tirs de flash-ball par la police. Voilà qui relance une fois de plus la polémique autour de l’utilisation par les forces de l’ordre de cette arme, qualifiée «à létalité atténuée»,qui catapulte des balles de caoutchouc. Cinq incidents qui présentent de troublantes similarités, les victimes ayant toutes été touchées au visage après des tirs à portée rapprochée, et dont la nécessité apparaît discutable.


Alors, cette semaine, comme d’hab, j’ai lu le Canard… Et j’ai trouvé cette image…

Sur cette image, vous remarquerez le logo « CTSI » … Quésaco ?

Le CTSI est une agence de veille et de développement technologique exclusivement destinée aux services spécialisés comme les RG, la DST mais encore le RAID ou la Police Judiciaire, il a pour but la conception, l’achat et la recherche de matériel de pointe au profit des services chargés de la lutte contre le terrorisme. Le CTSI est hébergé à Versailles, au cœur du très discret Centre de Recherches et d’Etudes Logistiques de la Police Nationale.

« Il ne suffit pas de mettre en place des lois, il faut aussi donner matériellement aux policiers le moyen de les appliquer, ce qui fait particulièrement défaut aux services aujourd’hui».

Pas de problème, Sarko est là… Aujourd’hui, officiellement, le budget de ce truc est estimé à 3 millions d’euros.

Contre le terrorisme et la criminalité, le CTSI aura pour mission de développer des micros, caméras, mais aussi matériels informatiques capables d’intercepter et d’interpréter des signaux radio, vidéo, mais aussi informatiques. Là entre en jeu la cryptologie, l’un des fers de lance du CTSI. Une prospective technologique qui profitera aussi aux douanes et à la gendarmerie, des officiers de ces corps devraient rejoindre le CTSI sous peu.

Mais pas seulement, apparemment. On teste aussi les petits jouets comme les flashballs…

Et voici comment, expliqué dans le Canard de cette semaine :

Le meilleur, c’est le porc de race « Large White » de 70 à 80 kg : son « tissu cutané est souple et peu lâche, l’anatomie des organes cardio-circulatoires, respiratoires et digestifs, leur topographie interne, s’approchent de l’anatomie humaine ». Du coup, c’est sur ces porcs anesthésiés (ou des veaux Holstein, pas mal non plus) que les experts du Centre technique de la sécurité intérieure, officine poulaga, aiment à tester leurs nouvelles armes, notamment celles dites à létalité réduite comme le Flash-Ball, lequel vient à nouveau de faire sensation…

Pour une expérimentation balistique digne de ce nom, le porc doit être « à la diète solide de vingt-quatre heures et liquide de trois heures ». On l’anesthésie en associant « narcose, analgésie et myorésolution » avant de l’emmener dans le tunnel de tir. Équipé de multiples capteurs biométriques, en permanence sous vidéosurveillance, il est installé selon les impacts à étudier.

Exemple : « Pour l’étude de la région thoraco-abdominale, l’animal est maintenu dans un hamac en position quadripédique, perpendiculairement à l’axe du canon ». Une fois tiré comme dix lapins, il est euthanasié par intraveineuse de barbituriques, puis on l’autopsie, et on prend des tas de photos sympas, avec vue rapprochée des contusions pulmonaires, hématomes musculaires, plaies stellaires du foie, fractures des côtes, etc.

Conclusion des experts (qui, curieusement, se sont abstenus d’étudier l’impact du Flash-Ball sur les yeux des gentils cochons) : son utilisation « peut ne pas toujours être à visée humanitaire » (sic). Et, ajoute le spécialiste Jean-Jacques Dorrzapf, « le ministère de l’Intérieur souhaitait se doter de systèmes strictement non létaux et ne devant pas générer de lésions irréversibles. Il s’est avéré rapidement que ce désir ne pourrait pas être exaucé ». La preuve par les cochons…

Décidément, le monde devient de plus en plus beau…

Flashball tragique, un article de Jean-Luc Porquet

Publicités

Written by Gavroche

24 octobre 2010 à 15 h 42 min

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Y’a pas à tortiller… une espèce qui est capable de monayer très cher de telles recherches pour blesser sans tuer des individus de la même espèce, en testant sur des pov’cochons qui n’ont rien demandé à personne… ça me révulse !
    Je les prendrais volontiers comme punching balls pour me défouler au retour des manifs !

    clomani

    24 octobre 2010 at 17 h 10 min

  2. Zut, y’a 2 n à monnayer !

    clomani

    24 octobre 2010 at 17 h 10 min

  3. bon, ma chérie, si tu voulais me faire gerber mon briam, c’est réussi !
    et on peut faire quoi, à part mettre sur fessebouc ?

    notez, un de ces 4 je vous raconterai comment, pendant des générations de jeunes chercheurs en psycho, pour le bien de leur formation, on (re) faisait l’expé sur « jusqu’à quel degré l’amour maternel d’une jeune mère chimpanzé va avant qu’elle glisse son bébé entre ses pattes et les plaques chauffantes? »… non, vous voulez pas que je vous donne les glorieux résultats ? faut pas se faire d’illusion, mengele a eu des maîtres et des émules, et quand on lit ce qui a été fait, on redoute ce qui se fait, maintenant, avec plus de moyens, et un 11 septembre en excuse.

    zozefine

    24 octobre 2010 at 17 h 47 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :