LES VREGENS

dans l’air du temps…

with 2 comments

la retraite ( romain didier – allain leprest )

 

Publicités

Written by randal

25 octobre 2010 à 17 h 54 min

Publié dans Non classé

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. C’est vrai que je n’ai pas pu m’empêcher de me faire aussi cette réflexion, lorsque j’ai pris ma retraite : « Ça y est mon pote, te voilà vieux ! »
    J’avais 56 ans. Heureusement que tout étant relatif, je me suis très vite entendu dire « Ben dis-donc t’es un jeune retraité ! »
    Aujourd’hui j’ai 60 piges, bientôt 61. Alors « jeune retraité », ça va pas durer éternellement.

    julesansjim

    25 octobre 2010 at 18 h 12 min

  2. mon grand-père maternel était né vers 1890, je l’ai à peine connu. il est né dans une famille de « miséreux » genevois, sisi, ça existait (et ça existe encore) et il s’est élevé socialement comme on s’élève à la corde, depuis tout en bas jusqu’à un stade de relative satisfaction, mais avec en tête et au coeur la peur au ventre de retomber dans la dèche. 1929 était passé par là aussi. il n’osait pas prendre de vacances, il avait l’impression de voler son employeur.

    il est rentré un jour à la maison, totalement démoralisé, il s’était soudain senti « vieux » car une femme s’était levée pour lui céder sa place dans le tram. une femme !! lui qui était de la génération à chapeau dans la rue (et les femmes ne sortaient pas « en cheveux » non plus), qu’il soulevait respectueusement chaque fois (chaque fois, sisi) qu’il croisait une dame. un petit coup comme ça, hop, hop, hop, toujours, toute sa vie.

    le travail, c’était ce qui lui avait permis de s’identifier dans le monde, et de bouffer, simplement. il est mort juste après sa retraite. il était comptable.

    belle chanson. et aussi belles photos. je me rappelle un documentaire sur la guerre en yougoslavie, ces vieux chassés de leurs vieilles maisons, loin de leurs arbres, de leur poulailler, de leur vie rude et pas confortable, mais très « identifiante », vers une vie d’insécurité et de dépersonnalisation. toutes les photos de ces vieux, vieux irakiens, palestiniens, soudanais, éthiopiens, indiens (la liste est longue, si longue), des vieux qui survivent à peine, des quantités négligeables, des qu’on pousse, chasse, déplace et dont on saccage le peu qu’ils ont, et le peu qu’ils ont été.

    les gosses, on se dit qu’au moins, ils ont le temps pour eux, et la niaque, la jeunesse, l’espoir. c’est souvent faux, mais c’est possible. mais on sait pertinemment que ces vieux là, tout cassés physiquement, au monde compliqué et minuscule, on sait qu’ils en mourront.

    zozefine

    31 octobre 2010 at 12 h 24 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :