LES VREGENS

Pour que la flamme de la résistance ne s’éteigne jamais

with 9 comments


Le désespoir est assis sur un banc

Dans un square sur un banc
Il y a un homme qui vous appelle quand on passe
Il a des binocles un vieux costumes gris
Il fume un petit ninas il est assis
Et il vous appelle quand on passe
Ou simplement il vous fait signe
Il ne faut pas le regarder
Il ne faut pas l’écouter
Il faut passer
Faire comme si on ne le voyait pas
Comme si on ne l’entendait pas
Il faut passer presser le pas
Si vous le regardez
Si vous l’écoutez
Il vous fait signe et rien ni personne
Ne peut vous empêcher d’aller vous asseoir près de lui
Alors il vous regarde et sourit
Et vous souffrez atrocement
Et l’homme continue de sourire
Et vous souriez du même sourire
Exactement
Plus vous souriez plus vous souffrez
Atrocement
Plus vous souffrez plus vous souriez
Irrémédiablement
Et vous restez là
Assis figé
Souriant sur le banc
Des enfants jouent tout près de vous
Des passants passent
Tranquillement
Des oiseaux s’envolent
Quittant un arbre
Pour un autre
Et vous restez là
Sur le banc
Et vous savez vous savez
Que jamais plus vous ne jouerez
Comme ces enfants
Vous savez que jamais plus vous ne passerez
Tranquillement
Comme ces passants
Que jamais plus vous ne vous envolerez
Quittant un arbre pour un autre
Comme ces oiseaux.

Extrait de « Paroles », Jacques Prévert


En cet automne morose et gris, où le monde part en quenouille, où le peuple n’a plus voix au chapitre, et où le désespoir grandit, je voulais vous causer de quelqu’un qui n’a jamais baissé les bras.

Il faut savoir gueuler lorsque des choses insupportables se passent. Gueulons ensemble !

Stéphane Hessel est né à Berlin le 20 octobre 1917… Il vient donc de fêter ses 93 ans. Il a été diplomate, ambassadeur, ancien résistant. Il est aussi l’un des rédacteurs de la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 1948.

Il est le fils d’Helen et Franz Hessel. Son père Franz se voue aux lettres, aux langues et à l’Antiquité grecque. Sa mère Helen, qui dessine et peint, est l’héroïne de Jules et Jim, le fameux roman de Henri-Pierre Roché… qui est Jim, alors que Franz Hessel est Jules…Hélène Hessel est Catherine…


Au passage, écoutez Jeanne Moreau chanter :


Stéphane est bachelier à 15 ans, il est reçu en 1937 à l’École normale supérieure et est simultanément naturalisé français, avant d’être mobilisé en 1939 à Saint-Maixent, avec trois promotions de normaliens.

Prisonnier évadé en 1940, il rejoint le Général de Gaulle à Londres en mai 1941. Fin mars 1944, il est envoyé en mission en France. Quelques mois plus tard, il est arrêté, puis déporté, d’abord à Buchenwald, puis à Dora, et enfin, à Bergen-Belsen. Il parvient à s’échapper et à rejoindre les lignes américaines.

Stéphane Hessel va faire ensuite toute sa carrière dans la diplomatie, il participe à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948, devient ambassadeur de France à l’ONU, puis occupe divers postes de diplomate à Saïgon, Alger, Genève et New York et se consacre inlassablement, encore, toujours, jusqu’à aujourd’hui à la défense des droits de l’Homme.

Un militant pour la paix, pour la dignité de tous les hommes, sur tous les fronts

En 1996, il devient le grand médiateur dans l’affaire des sans papiers des églises Saint-Ambroise puis Saint-Bernard.

Stéphane Hessel a signé l’appel collectif de résistants de la première heure à la commémoration du 60e anniversaire du Programme du Conseil national de la Résistance du 15 mars 1944. Ce texte enjoint notamment « les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. »

Appel du CNR :


En 2003, il signe, avec d’autres anciens résistants, la pétition « Pour un traité de l’Europe sociale ».

Le 21 février 2008, sur la place de la République à Paris, Stéphane Hessel dénonce le non respect de l’article 25 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme par le Gouvernement français, et lance un appel pour que le Gouvernement mette à disposition des fonds pour que tous les sans-logis puissent obtenir un toit.

En août 2006, Stéphane Hessel signe un appel contre les frappes israéliennes au Liban, paru dans Libération et L’Humanité, à l’appel de l’UJFP.

Le 5 janvier 2009, Stéphane Hessel déclare à propos de l’offensive israélienne dans la bande de Gaza : « En réalité, le mot qui s’applique – qui devrait s’appliquer – est celui de crime de guerre et même de crime contre l’humanité. Mais il faut prononcer ce mot avec précaution, surtout lorsqu’on est à Genève, le lieu où siège un haut commissaire pour les Droits de l’Homme, qui peut avoir là-dessus une opinion importante. Pour ma part, ayant été à Gaza, ayant vu les camps de réfugiés avec des milliers d’enfants, la façon dont ils sont bombardés m’apparaît comme un véritable crime contre l’humanité. »

Le 4 mars 2009, Stéphane Hessel est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine. Il préside la conférence de presse organisée à l’occasion de son lancement. En novembre 2009, il apporte son soutien à Salah Hamouri, franco-palestinien détenu en Israël. Le 30 décembre 2009, Stéphane Hessel cite Israël dans une liste d’Etats « tyranniques », parmi la Chine, la Russie et l’Iran, avec lesquels le commerce ne doit pas primer sur les droits de l’Homme. Le 15 juin 2010, Stéphane Hessel appelle à participer au mouvement de « Boycott, désinvestissement et sanctions » contre Israël.

L’article est ici.

Il est aujourd’hui honteusement poursuivi par la justice de notre pays, et mis en examen pour « antisémitisme » :

L’article de la Ligue des Droits de l’Homme

Paroles de résistance au Plateau des Glières mai 2009

Stéphane Hessel au Plateau des Glières, 17 mai 2009

Stéphane Hessel appelle au choix de la « légitimité » et non de la « légalité contestable de tel ou tel gouvernement »… A créer partout des « réseaux de solidarité », comme RESF…

A donner la préférence aux valeurs plutôt qu’à la loi, résister c’est refuser d’accepter le déshonneur, c’est continuer à s’indigner lorsque quelque chose n’est pas conforme à nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité …

On nous serine à longueur de jités que tous les jeunes qui manifestent aujourd’hui pour plus de justice sont « manipulés ». Même certains élus et encartés de « gauche » tiennent ce discours… La place doit être tellement bonne qu’on en oublierait le bon vieux machin ringard qu’on appelle « l’intérêt général » …

Mais que les donneurs de leçons, tous confortablement installés, politiques et « journalistes » réunis, ne l’oublient pas : la solution viendra du peuple. Résister, c’est créer, créer, c’est résister…

Guy Mocquet avait 17 ans...


Publicités

9 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Une riche idée, ce serait qu’@si l’invite à une émission, puisqu’il a encore toute l’énergie qu’il faut pour parler puissamment. Une ligne jaune, par exemple, puisqu’il s’est fait une spécialité de dénoncer pas mal de celles qui sont franchies.
    Ou Badinter (Robert) qui pourrait nous expliquer précisément les dérives récentes de la justice en France.
    Mais il ne faudrait pas trop tarder…

    florence

    28 octobre 2010 at 14 h 03 min

  2. Stéphane Hessel, Robert Badinter… voilà de belles personnes qui nous aident à vivre entre espoir et désespoir. Résister, c’est peut-être ça, cette permanente négociation de la pensée humaine, qui trouve raison de vivre entre espérance et désespérance.

    Quelques citations glanées sur la Toile que je pose sur le bord du chemin, à propos du désespoir :

    – « Il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre. » (Albert Camus)

    – « Tirons notre courage de notre désespoir même. » (Sénèque)

    – « Il n’y a pas de situations désespérées; il y a seulement des hommes qui désespèrent des situations. » (Anonyme)

    – « L’habitude du désespoir est pire que le désespoir lui-même. » (Albert camus, La peste.)

    julesansjim

    28 octobre 2010 at 18 h 12 min

  3. Ce soir, j’ai un petit coup de blues… mais je ne suis pas encore désespérée…
    On va résister… Merci M. Hessel !

    clomani

    28 octobre 2010 at 18 h 30 min

  4. Gavroche, juste une remarque comme ça en passant par la lorraine: ce serait bien de mettre la rubrique Méta (connexion/inscription/etc…) tout en haut à droite pas loin d’abonnement courriel, quand on ouvre le blog, on tombe sur le haut de la page et il faut bien sucer ses doigts et faire rouler la molette du miyeu pour descendre se connecter, tu connais des gens qui se connectent au 8ème sous-sol toi? ;o)

    superpowwow

    28 octobre 2010 at 18 h 37 min

    • Euh… Oui, je connais des gens très bien qui se connectent au 8ème sous-sol, surtout après s’être sucé les doigts… ahem… :-))

      Bon, je sors, mais je vais voir (quand même)si je sais faire, pour t’éviter ces désagréments … Arf.

      Gavroche

      28 octobre 2010 at 18 h 47 min

  5. Ayé, c’est fait… Y’a qu’à d’mander.
    Après, si t’as les doigts mouillés, ce s’ra pas d’ma faute. Re-arf.;-))

    Gavroche

    28 octobre 2010 at 18 h 53 min

    • Aaah merci, ah oui c’est mieux comme ça je trouve! (tu viens faire un tour avec moi au 8ème sous-sol?) ;o)

      superpowwow

      28 octobre 2010 at 19 h 52 min

  6. on voit bien ce qu’une « extra-ordinaire » histoire d’amour a pu générer…un enfant devenu un homme hors du commun. Et qu’est-ce qu’on aimerait lui ressembler, hein, à cet homme au regard d’enfant… si lucide, si humain, si…résistant

    randal

    29 octobre 2010 at 11 h 42 min

  7. Magnifique billet Gavroche, merci !
    Et bien sûr merci à ce grand monsieur Hessel.
    Un lien sur ses interventions chez Taddei en 2009

    alainbu

    29 octobre 2010 at 13 h 52 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :