LES VREGENS

Jimmy Mubenga

with 2 comments

Le 12 octobre dernier, Jimmy Mubenga meurt à bord de l’avion qui devait le reconduire du Royaume Uni vers son Angola natal. Quelques heures plus tard, un communiqué annonce ce malaise fatal.

Dans les jours qui suivent, le Guardian, qui a publié cet entrefilet, reçoit des courriers de plusieurs passagers de ce vol, contestant la version officielle.

Sur ce schéma, on voit leur placement à bord, et on peut suivre les véritables évènements, en cliquant de 10mn en 10mn, en bas:

http://www.guardian.co.uk/uk/interactive/2010/oct/15/jimmy-mubenga-death-flight-77

Les voici (on peut lire le récit complet de chaque témoin en cliquant sous son nom):

M.Mubenga embarque avec  trois gardes puis téléphone à sa femme.  Quand les autres passagers arrivent, ils entendent du bruit au fond, et des cris répétés: « Ils vont me tuer ». Ils comprennent la situation, mais ne sont pas sûrs qu’il s’agit dans cette phrase des gardes, ou du comité d’accueil en Angola. Puis, M.Mubenga est placé au sol entre deux rangées de sièges, et les gardes s’asseoient sur lui pour l’immobiliser. Il crie qu’il n’arrive pas à respirer. Il le répète pendant plusieurs minutes, au fil desquelles sa voix s’affaiblit. Après un silence, des secouristes arrivent à bord et tentent de ranimer l’homme désormais allongé dans l’allée centrale. Un des témoins se dit qu’il est déjà trop tard, à en juger par le manque d’empressement. Et enfin, évacuation vers un hôpital voisin, et décès constaté dès l’arrivée.

Le Guardian suit les développements de cette affaire, il y a presque un article par jour. Judiciaire: les gardes sont entendus par la justice, qui suit son cours. Economique: l’entreprise privée chargée de ces expulsions a perdu son contrat au profit d’une concurrente, mais le gouvernement assure que c’était prévu depuis des mois. Politique: une commission parlementaire entendra les dirigeants de cette entreprise, et l’opposition réclame que soient remises à plat toutes les modalités de traitement des étrangers expulsables.

Mais pas grand’chose sur les autres chapitres de la vie de ce Jimmy Mubenga. Arrivé à la trentaine en Angleterre en 1994, quelques mois après sa femme et son bébé, il avait quitté l’Angola car il y était inquiété du fait de ses activités militantes d’étudiant, selon l’avocat de la famille.  Quatre autres enfants naîtront au Royaume Uni, où le couple finit par obtenir des titres de séjour. M.Mubenga travaille comme conducteur de chariots de manutention, jusqu’à une bagarre dans une boîte de nuit en 2006. Il fait deux ans de prison pour coups et blessures, et depuis, plusieurs cours séjours en centres de rétention. Ma foi c’est tout.

Voici son visage:

 

Publicités

Written by florence

4 novembre 2010 à 23 h 06 min

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bon sang, de quelque côté que ce soit de la Manche, on se comporte de la même façon avec les immigrés. J’avais pourtant l’impression que ça se passait mieux en Grande Bretagne.
    Schengen puis Lisbonne seraient passés par là ?

    clomani

    5 novembre 2010 at 8 h 28 min

  2. mêmes histoires en suisse. la dernière en date, en mars 2010. un extrait de l’article avec une étrange similarité, on sait rien d’eux, ils meurent, c’est tout.

    « (De Zurich) Un demandeur d’asile débouté est décédé à l’aéroport de Zurich mercredi en fin de soirée, avant le décollage d’un avion de rapatriement vers Lagos. Deux Nigérians témoignent et critiquent la police zurichoise, qualifiée d’« inhumaine ».

    On ne sait pas grand chose de lui, si c’est n’est qu’il avait 29 ans, qu’il était nigérian, en Suisse depuis 2005. Il avait été condamné à une peine de prison ferme et il refusait de s’alimenter depuis quelques jours. »

    réf : http://www.rue89.com/2010/03/21/la-suisse-confrontee-a-la-mort-dun-nigerian-lors-de-son-expulsion-forcee-143672

    (et je sais pas pour la grèce, mais ça doit être pas mal aussi…j’ai mis des liens sur la situation des réfugiés dans le berceau de la démocratie…)

    zozefine

    6 novembre 2010 at 9 h 15 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :