LES VREGENS

La dernière chronique de Nicolas Bedos …

with 10 comments

Nous avons parlé récemment de Nicolas Bedos. L’ami Vincent nous avait envoyé par mail la vidéo de l’une de ses « semaines mythomanes »… Des chroniques tellement dérangeantes, méchantes, et assez bien dans le style de son papa, que j’aime beaucoup, il faut bien le dire, que finalement, on ne sait plus très bien si c’est du lard ou du cochon…

Et le lard et le cochon, pour l’athée pure et dure que je suis, vous allez voir, que toutes choses étant ce qu’elles sont, et réciproquement, sont bien de circonstance …

Tout ça s’est passé vendredi dernier, dans l’émission de ce bon Franz-Olivier Giesbert, « La semaine critique », qui recevait entre autres Michel Rocard, Elisabeth Lévy et Alain Finkielkraut. En direct live sur le service public.

Au départ, Nicolas Bedos oriente son papier sur la critique d’un film récent, Elle s’appelait Sarah, film utilisant avec excès, comme tous ses semblables, « la mémoire de la shoah afin de renflouer les caisses lacrymales du cinéma français », grâce bien entendu au « devoir de mémoire, qui dispense au passage le cinéaste de faire preuve du moindre talent, et lui permet de se hisser vers le million d’entrées en raflant les écoliers d’aujourd’hui pour les parquer de force dans des salles de cinéma pédagogiques ».

Et Bedos de poursuivre : « Jeudi je fais un nouveau rêve, celui dans lequel je pourrais dégueuler sur Netanyahou et sur la politique menée par l’Etat d’Israël sans que personne ne me traite d’antisémite ou d’antisémite inconscient qui, au fond de lui, n’ose le dire consciemment mais rêve de voir pendus : Patrick Bruel, Primo Lévy, Pierre Bénichou et ce qui reste d’Ariel Sharon, moi qui suis tellement con que je n’ai pas saisi cette notion très subtile selon laquelle s’indigner devant une politique honteuse c’est vouloir du mal à tous les juifs de la planète ».

Et à l’arrivée, quelle joie de voir les sourires crispés d’Elisabeth Lévy, l’air effondré du « philosophe » Finkielkraut qui, un hasard, là encore, venait justement présenter un nouveau livre consacré à – devinez quoi – l’extermination des juifs par les nazis : « L’interminable écriture de l’extermination ». Et quel plaisir d’entendre les rires jaunes de l’assistance…

A voir rapidement, il est bien possible que cette vidéo ne reste pas longtemps en ligne…

Alors, curieusement (mais est-ce vraiment un hasard ?) nul média n’a évoqué cette chronique décoiffante… Même pas « Arrêt sur Images ». Faut dire que Pierre Péan se souvient sans doute d’avoir été qualifié par Daniel Schneidermann « d’antisémite dans le secret de son âme » pour avoir osé critiquer Kouchner, dont personnellement j’ignorais même qu’il était juif…

On attend maintenant qu’à l’instar de Stéphane Hessel, Nicolas Bedos soit poursuivi pour antisémitisme.

A lire :

Norman Finkelstein l’Industrie de l’Holocauste, chez la Fabrique.

17 heures : ça n’a pas raté, ça vient juste de sortir, on apprend que le "Bureau National de Vigilance contre l’Antisémitisme" vient de saisir le CSA. Voici le texte de son communiqué, les fautes ont été conservées :

Le BNVCA saisit le CSA a la suite de reclamations de nombreux telespectateurs de France 2 choques par la chronique dieudonniste la "semaine mythomane" de Nicolas Bedos le 5.11.10 dans l’emission de Franz Olicier Giesbert.

Le 8 novembre 2010 Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisemitisme a recu un grand nombre de reclamations emanant de telespectateurs de France 2 choques par la chronique "la semaine mythomane"de Nicolas Bedos,qui dans l’emission de Franz Olivier Giesbert, le vendredi 5 novembre 2010 a 23h10 fait du dieudonnisme ,et tente de se rendre celebre en caricaturant les juifs et Israel.Il n’y a qu’a lire les jubilations du redacteur du site d’Europalestine, ou la premiere reaction a sa chronique dans le forum de discussion de cette emission qui resume ce que provoquent la lachete ,l’indecence , l’irrespect,la moquerie de la Shoa,l’injure pour les victimes et les survivants de cette catastrophe. Deja un premier correspondant ecrit "Cracher sur Israël devant Finkielkraut et Levy, c’est trop bon Nicolas se lâche sur le sujet tabou et balance quelques vérités bien placées, dommage par contre qu’il bave un peu sur Dieudo alors qu’il résume très bien ce que Dieudo critique depuis si longtemps. Suicide médiatique au nez de Finkielkraut et à la bave de Elizabeth Levy" Si pour le BNVCA le soutien aux palestiniens,ni la critique d’Israel ne sont a priori de l’antisemitisme,il est verifie toutefois que la propagande palestinienne est la source essentielle de l’antisemitisme, car elle conduit a la haine d’Israel qui pousse a l’acte antijuif . Le BNVCA a decide de saisir le Conseil Superieur de l’Audiovisuel.

Le President
Sammy GHOZLAN
0668563029

Mise à jour du 14 novembre :

Nicolas Bedos répond aux juifs paranoïaques

 

 

 

About these ads

10 Réponses

Souscrire aux commentaires par RSS.

  1. Bravo, Gavroche ! Et merci surtout d’avoir déniché cette petite pépite !
    Couillu, le Nicolas, y’a pas à tortiller… ça me rassure. Il y a encore des gens bien dans le show-biz.
    De toutes façons, j’avais croisé souvent son père lors de manifs pro-palestiniennes à Paris !

    clomani

    9 novembre 2010 at 13 h 41 min

  2. En plus, ce qui me plaît, c’est qu’il met tous ces barjots dans le même sac (Dieudonné, Soral et le Bétar) tout en dénonçant cette manie de vouloir faire pleurer dans les chaumières en parlant de l’Holocauste !
    Merde, en ce moment, il me semble que ce sont, parmi beaucoup d’autres populations, qui battent les records de la souffrance ! (les autres ? Les Birmans, les Haïtiens, les Congolais, etc.)

    clomani

    9 novembre 2010 at 13 h 44 min

  3. J’ai découvert le Nicolas Bedos chroniqueur chez FOG seulement dimanche dernier en regardant Méluche chez Drucker. Pas de doute, dans le paquet de gènes que son père lui a refilé y a pas que du physique, y a aussi du talent de plume. Ainsi que de la répartie comme il a pu le montrer sur le plateau de Vivement Dimanche (et là sa mère y est peut-être aussi pour quelque chose). :-)

    Concernant le film "Elle s’appelait Sarah", qui n’est pas un chef d’oeuvre sans doute, je le trouve tout de même très injuste lorsqu’il suggère que le réalisateur serait dépourvu de talent (Paquet-Brenner n’en est qu’à son 6e long en 10 ans et s’est déjà fait remarquer pour "Les jolies choses") ; d’autre part son film n’est pas larmoyant, même si certaines parties font penser à du déjà vu lacrymal genre "La rafle"). Le sujet est sensible et humainement touchant (c’est l’adaptation d’un roman aussi), ce n’est quand même pas choquant d’être ému aux larmes par ce genre de récit et d’évocation dramatique. Et puis le film n’est pas manichéen, ni partisan. Bref, il vise juste mais pas forcément la bonne cible à mon avis.

    Enfin, moi aussi ça ne me déplaît pas de voir les Finkie, Babette Levy et Patou Bruel faire la grimace en se faisant ironiquement allumer par un trouduc de 30 balais de fils d’humoriste de gauche arabophile … Disons que ça remet un peu les pendules à leur place comme dirait l’idole des jeunes. Car s’il semble incongru de hiérarchiser ou mettre en concurrence les peuples en souffrance dans le monde, il est parfaitement indécent de sembler ignorer ou minorer le calvaire de certains, comme c’est à l’évidence le cas du peuple palestinien.

    julesansjim

    9 novembre 2010 at 16 h 33 min

    • Le "fils d’humoriste arabophile et de gauche" est aussi le petit fils d’un juif revenu d’Auschwitz, complètement déglingué physiquement et moralement, et qui s’est suicidé quand Guy Bedos avait 12 ans…

      Je ne sais pas en revanche qui est la mère de Nicolas, ce n’est pas Sophie Daumier, il est trop jeune…

      Gavroche

      9 novembre 2010 at 17 h 01 min

      • "Guy Bedos a été marié trois fois, avec Karen Blanguernon, Sophie Daumier et Joë. Il a 5 enfants : Leslie (née en 1957, de son mariage avec Karen), Philippe, le fils de Sophie Daumier, adopté en 1965, Mélanie (née en 1977, hors mariage), Nicolas né en 1980. [5] et Victoria, née en 1983 (de son mariage avec Joë)." Wikipédia

        julesansjim

        9 novembre 2010 at 21 h 09 min

      • Et ben ça fait d’autant plus du bien!
        Je vous assure qu’on se sent un peu isolé(e) en famille quand on a ce genre d’opinions… et pas ce talent pour les faire valoir.

        florence

        10 novembre 2010 at 13 h 04 min

  4. alainbu

    10 novembre 2010 at 8 h 05 min

  5. Waaowww putain! Il va beaucoup plus loin que son père! J’espère qu’il ira beaucoup plus loin que son père! Merci Gavroche!

    superpowwow

    10 novembre 2010 at 22 h 04 min

  6. Ben dis donc, ça décoiffe. La tête de Finkielkraut. Mais bon dieu, il faudra bien qu’il comprenne qu’on peut critiquer la politique d’Israël et un film sur la shoah sans être anti-sémite. C’est fou ça.
    Et alors, le communiqué du BNVCA, un modèle du genre : "il est verifie toutefois que la propagande palestinienne est la source essentielle de l’antisemitisme, car elle conduit a la haine d’Israel qui pousse a l’acte antijuif".
    Ou est passé le fameux humour juif ?

    asinuserectus

    11 novembre 2010 at 17 h 40 min

  7. Merci Gavroche pour la dernière de Nicolas Bedos, je crois que c’est celle où j’ai le plus ri, mais je ne les ai pas toutes vues.

    alainbu

    14 novembre 2010 at 12 h 39 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 123 followers

%d bloggers like this: