LES VREGENS

Hola Tavernier ! donne-nous à voir ! et du bon !!!

leave a comment »

A mes yeux, Bertrand Tavernier est un grand, un géant du cinéma français. France 5  lui consacrait récemment un numéro d’Empreintes ;  le reportage, se concentrant plus sur l’homme que sur le réalisateur et son œuvre cinématographique, met bien en lumière toutes les facettes de cette personnalité contrastée, à la fois complexé, angoissé et terriblement culotté, passionné et même fasciné par le langage des images mais aussi très exigeant avec la qualité des textes et des musiques qui nourrissent ses films, bonifiant ses acteurs. Et puis, qualité suprême à mes yeux, profondément attentif aux êtres humains qui l’entourent, dans le travail comme dans la vie, d’une façon à la fois subtile, ouverte et respectueuse. En quelques mots, une intelligence de l’âme et du cœur. Lorsqu’il parle de lui, Tavernier se montre à la fois humble et parfaitement cohérent : « Je ne suis pas du tout militant. Je fais des films pour apprendre, pour découvrir et pour communiquer ce que j’ai découvert. S’il y a quelque chose qui change, très bien, mais ce n’est pas le but. Je ne suis ni professeur ni pédagogue ni un homme politique. » dit-il à la caméra de fr5. Pas militant donc … Puisque c’est lui qui le dit… et pourtant combien de combats menés sur de multiples fronts sociaux ? Mais après tout,  l’humilité est peut-être l’une des qualités la plus aboutie de l’intelligence humaine.

C’est sans doute pourquoi j’aime le cinéma de Tavernier, parce que ses films ressemblent à l’homme. A chaque fois, à la manière d’un romancier, Tavernier semble entrer en chacun de ses personnages, comme pour mieux les incarner et restituer leur point de vue. C’est encore ainsi qu’il procède avec cette princesse de Montpensier, jeune fille à peine devenue femme qui s’éveille à un monde bien tourmenté, plein de bruit, de haine et de fureur guerrière, en cette fin de 16e siècle. Le film est une adaptation du premier manuscrit de Mme de La Fayette, publié anonymement, et qui débute par cette phrase : « Pendant que la guerre civile déchirait la France
sous le règne de Charles IX, l’amour ne laissait pas de trouver la place parmi tant de désordres, et d’en causer beaucoup dans son empire… » pour se terminer ainsi : « … Ce lui fut encore un nouvel
accablement d’apprendre la mort du comte de Chabanes, qu’elle sût bientôt par les soins du prince son mari… […]…   Ce fut le coup mortel pour sa vie. Elle ne put résister à la douleur d’avoir perdu l’estime de son mari, le coeur de son amant, et le plus parfait ami qui fut jamais. Elle mourut en peu de jours, dans la fleur de son âge, une des plus belles princesses du monde, et qui aurait été sans doute la plus heureuse, si la vertu et la prudence eussent conduit toutes ses actions. » L’essentiel du propos de Tavernier est inscrit entre ces deux bornes. C’est donc un film sur l’amour avec la guerre et la politique comme décor, un film d’époque certes, avec costumes, chevaux, duels à l’épée mais c’est aussi un film qui porte, en écho à cette Renaissance, un propos toujours renouvelé et toujours moderne, sur la difficulté d’aimer.

Tout le talent du cinéaste  Tavernier consiste alors à nous faire ressentir ce que les protagonistes eux-mêmes ressentent, dans leur corps et leur cœur, qu’ils soient sur un champ de bataille, à pied ou à cheval, au château ou à la Cour du Roi, en voyage ou aux cuisines. Faut-il préciser que le casting est un sans-faute, avec une mention spéciale pour Lambert Wilson, précepteur aussi intègre que cultivé et sage, et Mélanie Thierry, incarnant une princesse de Montpensier lumineuse, fragile et incertaine comme la flamme d’une bougie.

Publicités

Written by Juléjim

10 novembre 2010 à 17 h 43 min

Publié dans Cinéma, Culture, Littérature

Tagged with ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :