LES VREGENS

On ne peut rien faire … et puis, c’est Noël.

with 2 comments

La journée avait plutôt bien commencé.

En ouvrant les volets, j’avais découvert un paysage d’hiver. L’herbe était toute givrée. Mais le ciel était clair, et il faisait soleil. Les mésanges et les sittelles torchepot (j’adore leur nom) valsaient autour de la terrasse. Les autres, rouge-gorges et pinsons sautillaient par terre…

Une sittelle torchepot

Il faut dire que je les nourris, tous ces petits. J’ai mis quatre distributeurs de graines, et même un abreuvoir. Plus les graines de tournesol que je leur jette à la volée.

Hier donc. Un écureuil fou, complètement gaga, se balançait comme Tarzan dans le noyer. Rouquin en diable, et très classique, la queue en panache. Lui aussi, je m’en occupe, je n’ai pas ramassé toutes les noix, exprès. Plus loin, les merles mangeaient les pommes tombées à terre.

Et puis, tout d’un coup, je l’ai vu :

Instant magique. Sauf qu’il était tout seul. Il y a quelques jours, ils étaient trois.

J’ai compris pourquoi à peine une heure après. Un de mes chiens a ramené un os devant la maison. Une mâchoire de chevreuil, avec de fins poils blancs sous le menton, tout ce qui reste d’un être vivant ….

Alors je me suis souvenue que dimanche, à la nuit, j’avais entendu des chiens de chasse fouiner. C’est bête, j’ai même cru qu’ils étaient perdus, ou que leurs maîtres les avaient oubliés. Jusqu’à ce que j’entende un coup de fusil, très proche. Mon petit chevreuil a mis des heures à mourir. Les viandards ne l’ont pas trouvé pour l’achever. Mais mon voisin paysan le dit, il remplit son congélateur… Alors.

Et puis, plus tard dans la journée, j’ai lu les news. J’ai trouvé ça :

La pornographie, critère de sélection des demandeurs d’asile

Comme quoi, les nazis ne sont pas tout à fait morts. Leurs idées progressent, même.

Et puis, pour en rajouter une couche, j’ai regardé le jité de Pujadas hier soir. A part la victoire en natation (?) qui faisait l’ouverture du journal (cocorico), et les faits divers évidemment, il y avait ça :

27 migrants sont morts près des côtes australiennes

Les habitants de Christmas Island la bien nommée, sont paraît-il « traumatisés »…

Encore des morts, dont des femmes et des enfants. Et beaucoup de blessés.

Mais c’est loin tout ça, c’étaient juste des irakiens, et puis, c’est Noël. Gavons-nous, allons courir les magasins (ça aussi, ça fait de bons sujets pour les jités) et oublions. Soyons neutres zé objectifs, c’était dit d’ailleurs dans le reportage « on n’a rien pu faire »… Oublions que le monde est toujours aussi moche, et que ce n’est pas la fête pour tous.

Publicités

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je comprends mieux ta déprime, monde de merde…

    alainbu

    16 décembre 2010 at 18 h 56 min

  2. Tu m’as plombée Gavroche, j’étais en train d’oublier que la nature humaine est si sombre, un loup pour ses frères humains, sans pitié pour les animaux. Atroce misère. Je suis dégoûtée comme toi, par tout ce gâchis.

    bysonne

    18 décembre 2010 at 23 h 10 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :