LES VREGENS

Blanche-Neige, nouvelle version, un essai de « pow wow attitude »…

with 8 comments

D’aucuns ici m’ont accusé d’être un peu raide, parfois. Le genre gauchiste, quoi. Toujours la tête dans le guidon, à râler après la terre entière. Même sur notre (ex) site préféré, j’ai été lâchement dénoncée. Ben oui, la ronchon en chef, c’est moi. Enfin c’était moi.

Parce que désormais, j’ai décidé d’être zen. L’ami pow wow m’y a grandement aidé, je dois le dire. Et donc, à partir de dorénavant, je vais écrire de BELLES histoires. Parfaitement. Finies les critiques acerbes. Finies les rodomontades. Finis les articles sur Sarko et sa clique. Je suis zen, je vous dis.

Adoncques… Ahem.

Il était une fois…

Ben quoi, c’est comme ça que commencent toutes les histoires, non ? Alors, arrêtez de sourire dans votre barbe, je vous entends tous, murmurer, marmonner que c’est pas très original … N’empêche. Dans ce monde de brutes, une belle histoire, ça fait du bien. Non mais. Il convient de nous souvenir, avec émotion, de l’enfant aux joues roses et au regard clair que nous étions, y’a pas si longtemps… Non ?

Il était une fois, donc, dans une contrée doucement vallonnée, il y a longtemps… Un pays magique, où tout le monde vivait heureux. Dans ce pays, c’est bien simple, il n’y avait même pas d’hiver. Seulement le printemps et l’été. L’automne aussi, un peu, des fois. Pour la couleur des feuilles et pour varier un peu. La pluie ne tombait que la nuit, pour pas déranger, le ciel était toujours bleu, avec quelques petits nuages, mais juste pour faire joli. La neige, c’était juste pour égayer le jour de Nowel, pour que les pitits n’enfants puissent faire des bonhommes (de neige), et des batailles de boules (de neige).

Bref, on ne se gelait pas les couilles, et on n’était pas obligé de se coltiner vingt stères de bois pour se chauffer. On n’était pas non plus obligé d’être milliardaire pour payer ses factures. Gaz de France n’existait pas, et donc, les actionnaires non plus.

Bon, je vous entends vous marrer : « Ca y est, ça la reprend, elle peut pas s’en empêcher »… Bon, Rome ne s’est pas faite en un jour, hein. Forcément. Des fois, je suis entraînée malgré moi j’vous jure, sur la pente savonneuse …

Dans ce pays magique, donc, les paysans cultivaient leurs champs, mais pas avec des tracteurs (ils trouvaient que ça sentait mauvais, et que ça faisait fuir les petits zoziaux), seulement avec des chevaux. Monsanto n’existait pas. Ni la PAC, ni la commission européenne, ni le libéralisme… Alors, quand ils semaient le blé, ils avaient tous « le geste auguste », forcément. Les greniers étaient pleins, les vaches bien grasses dans les prés, les moutons donnaient beaucoup de laine. Et en plus, tous ces paysans avaient la certification AB. Ben ouais. C’est un conte de fées, merde !

Et les gens étaient tellement bien dans ce pays, qu’ils n’avaient même pas envie d’aller voir ailleurs. Et doncques, les voitures, il n’y en avait pas besoin. Les gens prenaient le temps. Ils étaient joyeux, ils faisaient des fêtes, faisaient leurs courses dans de petites épiceries, pas chères et agréablement tapies dans l’ombre … C’est dire.

Mais me direz-vous, c’est pas tout ça, mais qui dirigeait ce pays de cocagne ?

Ben c’était le bon roi (bon, forcément bon) Sarco, qui régnait sur ses sujets, qui rendait la justice sous un chêne vénérable (forcément vénérable). Il était grand (ben oui, même sans talons) il était beau, il était brave. Sa femme, la reine Cécile, était grande, plus grande que lui, d’accord, mais gentiiiiiillle, elle aussi. Pis, elle était belle, comme toutes les reines. Evidemment.

Mais………………..une tristesse immeeeeeense assombrissait parfois son regard. Elle aurait bien voulu avoir un petit bébé. Mais le roi, hélas, trop occupé à être gentil avec les gens, ne s’occupait pas d’elle. Elle avait bien essayé de se trouver un jules, mais dans les contes de fée, ça le fait pas, n’est-ce-pas. Alors, elle continuait à se désoler, toute seule dans son coin.

Finalement, le bon roi s’étant quand même décidé, aidé par son médecin personnel le Docteur Servier euh… Viagra, et par un tabouret pour monter sur le lit (non pas sur sa femme, dans les contes de fées, ça le fait pas non plus), la gentille reine avait fini par mettre au monde une adoraaaaaaable petite fille. Mais pas de bol, elle mourut le même jour dans d’atroooooces souffrances (faut bien un peu de négatif dans cette histoire, sinon ce serait trop chiant, hein…) Et tout le monde a été très malheureux dans le royaume, même que le roi, il avait supplié d’annuler la suite de cette histoire, tellement il était triste.

Alors cette petite fille, elle était vachement belle. Contrairement aux idées reçues, elle n’avait pas les cheveux « d’ébène », hein, on n’est pas chez les bronzés dans les contes de fées, non plus. Elle était blonde comme les blés (bon, ça fait cliché, je sais, mais encore une fois, c’est un conte de fées…), avait un teint de « lis et de rose », et de magnifiques yeux bleus « comme l’azur »…

Sauf que le roi, le Sarco, avait pris goût aux galipettes. Et du coup, impossible de rester sans bonne femme, surtout depuis qu’il avait goûté aux potions magiques de son médecin, le Docteur Servier euh… Viagra… Et du coup, ben, il s’est remarié, avec une deuxième reine, d’occasion, celle-là (ben oui, il avait plus vingt ans non plus, le roi) et qui avait déjà un peu (beaucoup) servi. Mais bon, elle était pas mal quand même, mais elle se la pétait quand même grave, à vouloir être la plus belle du monde, et même plus belle que Blanche-Neige. Ah oui, j’avais oublié de vous dire, que le nom de la fille du roi, c’était Blanche Neige. Ben oui, c’est un peu commun, comme nom, mais c’est comme ça. Bref, la nouvelle reine, elle se prenait pas pour une merde.

Sauf que la plus belle, c’était pas elle. C’était l’adoraaaaaaaaaable Blanche Neige.

Alors, la nouvelle reine d’occasion (elle s’appelait Carla, au fait, mais c’est pas important, tout le monde l’appelle « la belle-doche » dans l’histoire) décida de se débarrasser de cette chiarde qui faisait rien que lui faire de l’ombre, de réclamer des bonbecs, des cadeaux, des bureaux à la Défense, de postuler dans les conseils généraux, même si elle avait pas encore fini l’école, tout ça, et la reine Carla, doncques, alla voir ses potes les sept nains…

Et les pauvres, ignorant ce qui leur pendait au nez, ils acceptèrent le marché…

Vlatipa que Blanche Neige, perdue dans la forêt toute pleine de dragons, de loups avec de grandes dents, et vêtue d’une cape rouge, avec son petit panier, avec dedans un pot de beurre … Mais non, je mélange tout, là… Pfff. Pas évident, les contes de fée, à mon âge, je fais des efforts, vous en conviendrez ! Bon. Bref. Les sept nains accueillirent donc la Blanche Neige dans leur chaumière, et acceptèrent de la loger comme servante. Nous à la mine, et toi à la vaisselle, qu’ils lui dirent…

Sauf que la Blanche Neige, hein, fallait pas lui en raconter…. Elle était la fille du roi, et d’une, et de deux, elle était fé-mi-nis-te. Non mais…

Tant et si bien, qu’au bout de quelques jours, elle en fichait plus une rame, la Blanche-Neige, et les nains, en plus du taf à la mine, ils devaient se la coltiner. Les bouffes à préparer, la vaisselle à faire, le ménage, et en plus, elle était maniaque, fallait pas un grain de poussière….

Alors, pour terminer cette histoire, quand on vous raconte que c’est la belle doche qui a essayé d’empoisonner Blanche Neige, ben c’est faux. Car la belle Carla avait un alibi… Parfaitement. Ce jour là, elle était avec son roi sur le yote de leur pote Bolloré… Ce sont les nains, ces salopards, qui en avaient un peu ras le bol, faut bien le dire. Z’ont d’abord essayé de seulement la séquestrer, mais ça n’a pas marché, elle était encore trop chiante, donc ni une, ni deux, allez hop, un bout de pomme…

Sauf qu’un prince passait par là, ce con (on se demande ce qu’il foutait là, d’ailleurs) sur son blanc destrier (ou palefroi, c’est selon). Il a vu cette belle endormie, lui a filé un patin, et s’est pris une beigne pour sa peine : « Non, mais ça va pas, pour qui vous vous prenez… »… On l’a plus jamais revu. Parti la queue entre les jambes, le prince… Et depuis, les nains, avec la Blanche Neige toujours en forme, ils sont devenus communistes. C’est depuis ce jour là d’ailleurs que les syndicats ont été créés au royaume magique, et que les nains ont adhéré en masse au NPA.

Et Blanche-Neige, maintenant, la voilà :


Sur une idée de Jean-Louis Fournier…

« Poète et paysan », chez Stock… Parce que les contes de fées, ça va un peu…

Publicités

Written by Gavroche

30 janvier 2011 à 15 h 46 min

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. MMMMMMMouais… bel effort… on sent encore des remontées colériques au détour d’une parenthèse ou à la faveur d’un aparté vers le lecteur. Mais bon, c’est normal, on ne guérit pas d’une si longue ronchonnerie comme ça, c’est une lente remontée vers la surface que tu as entrepris là et il y a sans doute quelques paliers de décompression à respecter hein, fais gaffe à tes durites, quand même. Une chute de pression trop brusque et c’est un ramollissement synaptique assuré !
    Euh,c’est pour ça, je suppose que tu n’as pas osé dire que la Blanche-Neige était addicte au Mac Do d’à côté, ce qui expliquait son obésité patente ?
    Non mais t’as raison, une première fois, ça doit rester une première fois hein.

    *******************************
    Sinon Jean-Louis Fournier c’est un type extra (déjà il a un super prénom, je trouve)

    😉

    julesansjim

    30 janvier 2011 at 17 h 09 min

  2. Y a du boulot, on n’y croit pas UNE SEULE SECONDE. ;o)

    superpowwow

    30 janvier 2011 at 17 h 34 min

    • Raaaah Pow wow ! sois un peu pédago que diable. Tu veux vraiment qu’elle se décourage dès la première tentative ?

      😉

      julesansjim

      30 janvier 2011 at 17 h 38 min

  3. Alors, voilà, y’a personne qui y croit, à mon virage à 180°… !!!!!

    J’fais des efforts, et voilà… Rien de des moqueries. Pfff… Essaie de « détendre l’atmosphère », de faire marrer les copains, et v’là le résultat.

    Bon, la prochaine, je remets mes croquenots et je rentre dans l’tas, vous êtes prévenus. Nanmého.

    Gavroche

    30 janvier 2011 at 17 h 41 min

  4. Ah ben moi j’ai fait aucune moquerie. Que des remarques constructives dans mon commentaire, il me semble. Et un soutien total pour accompagner ton effort de… bisounoursisation, j’dirais. Comme ça.

    Alors pas de faux prétextes pour retrouver tes mauvais penchants d’avant steuplait !

    NB : tu vois pow wow c’que j’disais… pé-da-go qui faut être dans ces cas-là.

    julesansjim

    30 janvier 2011 at 18 h 01 min

  5. Dès le 2e paragraphe, tu utilises le mot « barbe » … je te cite :
    « Alors, arrêtez de sourire dans votre barbe »
    qui est très nettement conoté, surtout en ce moment où les Occidentaux voient des Frères Musulmans pas nains partout ;o)).
    Mais j’ai adoré ton histoire… même si je ne suis pas tendance bisounours en ce moment, même en général ;o).
    Bon, là-dessus, je retourne devant Al Jazeera !

    clomani

    30 janvier 2011 at 18 h 56 min

  6. Rien à voir… je viens d’Ephémérides… et qui vois-je qui vient de poser « sa crotte » (désolée, c’est pourtant le mot) sur le site de notre cher Powowowowowowowwwwyeah ?
    Le Saïgonais !!!! Aaaaaaargh ! Toutes mes condoléances, Mr Wow ;o))

    clomani

    30 janvier 2011 at 19 h 01 min

  7. m’est avis que pour la pow wowowow attitude, tu essaies sincèrement, zen dans ton fauteuil de zen écriture. toutefois, crise de régime, nains au NPA, syndicats, et blanche-neige obèse exploitant cette bande de petits travailleurs, on sent que d’ici pas longtemps, dans ce royaume magique, ça va péter dur. tu as pas pu t’empêcher, hein ?

    zozefine

    30 janvier 2011 at 21 h 31 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :