LES VREGENS

Le racisme, cet ennemi de si longue date …

with 7 comments

A l’époque où je ne savais pas encore si je ferais instit… ou chanteur de rock, je passais beaucoup de temps dans une ancienne ferme sarthoise, tout près de la commune de Malicorne. C’est là que nous répétions avec le groupe dont j’étais le chanteur, un peu guitariste et percussionniste à l’occasion. Le groupe avait une audience régionale, essentiellement dans l’ouest hexagonal, et il arrivait que des visiteurs, amateurs de musique pop’, passent quelques heures avec nous, le temps d’une répèt’. Un jour est arrivé un jeune couple d’étudiants ; ils avaient entendu et vu le groupe dans une boîte de Laval.

 

Ensemble, nous avons écouté quelques enregistrements, quelques disques, autour d’un thé vert ou d’une tisane aux herbes, et au moment de se quitter le garçon m’a tendu une feuille en me disant : « Voilà, j’ai écrit ça, si vous pensez pouvoir en faire quelque chose, c’est pour vous. » Nous étions en août 1972, je venais de rentrer d’une caserne de l’Est, après un an de service militaire. J’ai à peine retravaillé le texte, ne lui apportant que des modifications mineures. Le voici :

 

 

 

On pourrait rêver …

**********

 

 

On pourrait rêver un soir

Que tous les morts se levèrent

Pour assombrir les Cités noires

Qui les ont étouffés

 

Luther King devint poing noir

Parce qu’il rougit le trottoir de son sang, de sa sueur

Et qu’on nous l’a montré

Une bible sur un détonateur

 

Albert Ailer d’un coup d’poignard

Perdit toutes ses chances d’aller jouer chez Nixon

Dans l’eau de l’Hudson

Flottera toujours … un sax nègre !

 

Et quand un char dégomme

Une foule en liesse

Et qu’un homme s’enflamme

Sur une place de l’Est

 

Oui, on pourrait rêver un soir

Que tous les morts se sont levés

Pour juger les Cités noires

Qui les ont martyrisés

 

… et l’on verrait dans le matin

Un Peuple Noir se dresser

Un saxo s’éclater

Une Révolution … se réveiller !

 

********************

 

Publicités

Written by Juléjim

27 février 2011 à 15 h 59 min

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Les pattes d’éph et un véritable espoir d’être capables de faire cesser la bêtise humaine suprème :le racisme ( y compris social et le sexisme ).
    Nous sommes quelques survivants de cette époque qui , jamais , n’avons baissé les bras , ni les mots pour le dire .
    Emouvant et fort , merci Jules et aussi Jim

    monasourire

    28 février 2011 at 7 h 44 min

  2. Excellent ! Et vous l’aviez mis en chanson ce texte ?
    Super photo aussi, vivement que tu puisses nous faire écouter quelque chose hein ! 😉

    alainbu

    28 février 2011 at 12 h 12 min

    • C’est en effet devenu une chanson qui figure sur ma fameuse bande magnétique non encore numérisée. Patience… Un jour viendra… lalala lalalère…
      😉

      Concernant le groupe, je pourrais vous faire écouter des morceaux mais j’ai trop la honte, le son est pourri, c’est beaucoup du live enregistré à travers une vieille sono Bouyer des années 60. Non franchement j’ai trop de considération pour vos délicates oreilles (sans parler de celles qui, comme les tiennes, sont particulièrement averties !)

      😦

      julesansjim

      28 février 2011 at 15 h 36 min

  3. Très beau ce texte, j’imagine que c’est l’actualité qui te fait remémorer cette chanson.

    bysonne

    28 février 2011 at 17 h 46 min

  4. Oui, l’actualité, mais c’est aussi pour faire écho au dernier billet de Nombrildupeule.

    https://cafemusique.wordpress.com/author/lenombrildupeuple/

    julesansjim

    28 février 2011 at 21 h 09 min

  5. « nous avons écouté quelques enregistrements, quelques disques, autour d’un thé vert ou d’une tisane aux herbes » : aux herbes qui font bêtement rire ????
    beau texte, et quelle tristesse de penser qu’il faudra rester vigilants constamment contre ces systèmes sociaux qui sécrètent le racisme, quel qu’il soit. la peur et la haine de l’autre comme principal moteur à la connerie.

    zozefine

    4 mars 2011 at 9 h 28 min

    • 😉
      Après « herbes » j’ai failli préciser « exotiques » et puis je me suis ravisé car tout le monde a compris… Avec ce genre de qualité de produit « c’est pas la peine d’en rajouter ». N’est-ce pas ?

      😉

      julesansjim

      4 mars 2011 at 15 h 13 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :