LES VREGENS

La guerre en Libye, la guerre alibi…

with 15 comments

« Les peuples n’aiment guère les missionnaires bottés. » disait Robespierre…


Alors ça y est, le Conseil de Sécurité de l’ONU ayant donné sa bénédiction, Sarkozy l’a annoncé hier après-midi, on va « intervenir » en Libye … C’est notre nouveau ministre des Affaires Etrangères, j’ai nommé BHL, qui doit être content… BHL, qui sur son blog écrit en exergue : « L’art de la philosophie ne vaut que s’il est un art de la guerre ». Prémonitoire. Et révélateur de la personnalité du monsieur.

On est bien d’accord, même s’il est loin d’être le seul, Khadafi est un fou sanguinaire, et les cadavres s’amoncellent. Il a d’ailleurs tenu le 22 février dernier, un discours totalement délirant, rappelant au passage comment il avait viré les amerlocains et les britiches, et nationalisé le pétrole … Quand même. Ce qui lui avait valu l’admiration de son peuple. Mais c’était il y a trente ans.

En tous cas, tous ces gens qui « s’indignent » aujourd’hui, à commencer par le nabot qui nous gouverne, ont la mémoire très courte : il y a peu, c’étaient les mêmes qui se « réconciliaient » avec le tyran, moyennant quelques dollars sonnants et trébuchants pour indemniser les victimes des attentats, quelques participations fructueuses dans le capital des multinationales, quelques achats de matériel militaire, pour balancer des bombes sur la gueule des mêmes que l’occident prétend défendre aujourd’hui.


Les « démocraties » occidentales, qui jusqu’à présent aimaient bien les dictateurs (surtout s’ils avaient du pétrole ou de l’uranium à vendre, et des armes à acheter), se découvrent soudain une fibre quasi révolutionnaire, et se préoccupent du sort des « peuples souverains ». Si ce n’était pas si triste, il y aurait vraiment de quoi rire…

Sarkozy a oublié soudain que la France a fait partie des pays qui ont reçu Khadafi en grande pompe, qui l’ont armé, l’ont conseillé, et lui ont bel et bien donné les moyens de se battre contre son propre peuple. C’est juste parce qu’il a refusé qu’on ne lui a pas fourgué nos Rafales…

En Italie, on a fait encore mieux, on s’est appuyé sur la Libye pour « stopper le flux des immigrants africains ». Avec la bénédiction de Bruxelles… Et tant pis si ces migrants se sont retrouvés à la case prison là-bas. L’Europe ne parlait pas des droits de l’homme, à ce moment-là. Ces hommes là n’avaient pas de droits…

Et ce n’est pas si vieux non plus, le temps ou nos ministres fricotaient avec les dictateurs, c’était la semaine dernière, en Égypte, en Tunisie, et ça continue avec les Émirats, avec le Maroc…

Bref, les « droits de l’homme » ont bon dos, ou plutôt, sont à géométrie variable. Quand Khadafi massacrait les islamistes, un grand silence régnait. Faut dire que ce n’étaient que d’abominables barbus, qui méritaient bien de finir torturés dans les geôles libyennes…

Donc, on va « y aller » non pas pour les « droits de l’homme », mais contre Khadafi, qu’il s’agit de remplacer par quelqu’un de plus souple, même si le big boss prétend « lui laisser une porte de sortie diplomatique ».

On ne va pas remonter à la préhistoire, mais quand même… On a pieusement oublié le Chili de Pinochet que les amerlocains considéraient comme un modèle économique… Comme le disait Milton Friedman : « Ce qui compte vraiment dans le dossier chilien (sic) c’est que la libéralisation des marchés a donné naissance à une société libre. » C’est toujours vrai.

Ben oui, on pourrait remonter très loin dans le temps… En Indonésie, également, ou les amerlocains ont mis Suharto au pouvoir, un autre démocrate, celui-là…

– Alors curieusement, il est aujourd’hui autrement moins urgent « d’intervenir », disons, en Côte d’Ivoire, où ce bon Gbagbo aurait massacré ses opposants, et commis des « crimes contre l’humanité ». 30 morts, rien qu’hier…

Interrogé hier soir sur le jité de la 2, l’inénarrable Juppé a d’ailleurs botté en touche sur la question ivoirienne … Un hasard, sans aucun doute.

– Pas urgent non plus d’aller remettre les pendules à l’heure auprès du gouvernement israélien, qui crache à la gueule de la « communauté internationale » depuis cinquante ans. Faut dire, qu’Israël, il paraît que c’est « la seule démocratie du Proche-Orient ». Enfin, pour les juifs, parce que pour les arabes… Personne n’est « intervenu » quand 1400 civils palestiniens ont été tués par des bombes au phosphore lors de l ‘opération « Plomb durci  à Gaza… Notre Ministre des Affaires Etrangères, j’ai nommé BHL, était même entré triomphalement à Gaza, sur un char israélien… Ces gens là n’ont pas de pudeur.

– Personne non plus, quand l’armée américaine est allée pilonner l’Irak et l’Afghanistan, « préventivement », pour aller chercher des armes de destruction massive chez le père Saddam, armes qui n’ont (là-aussi, un hasard) jamais été découvertes … Et combien de victimes civiles, pardon de « dommages collatéraux » ? 100 000 ? 200 000 ? Pfff… des barbus, des talibans, des terroristes. Et puis, c’était pour aller « libérer les femmes ». Celles d’Arabie Saoudite peuvent bien patienter un peu, leurs seigneurs et maîtres ont du pétrole, et sont très potes avec la famille Bush… Surtout la famille Ben Laden.

– Pas urgent non plus d’aller secouer les puces à ce grand démocrate qu’est Vladimir Poutine, qui continue d’apprendre la démocratie à grands coups de pied au cul aux tchétchènes et autres terroristes.

– Personne ne va pas non plus au Bahreïn et au Yémen. Où pourtant, là aussi, les cadavres s’accumulent. Dans le silence médiatique. Au Bahreïn, où, contrairement à la Libye, les manifestants sont réellement désarmés… Et où l’armée saoudienne va prêter main-forte aux copains.

Au Yémen, cette semaine, plusieurs dizaines de morts, et des manifestants (vraiment) désarmés…

Affrontement à Sanaa, 46 morts le 17 mars 2011

Et c’est pareil au Bahrein.

Voilà ce qu’écrit l’ancien diplomate britannique Craig_Murray dans un article intitulé « L’invasion du Bahreïn» :

« …Un haut diplomate d’une mission occidentale aux Nations Unies à New York, que je connais depuis plus de dix ans et en qui j’ai confiance, m’a dit qu’en fait la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton a donné son feu vert pour l’entrée des troupes afin d’écraser la démocratie dans le Golfe, en guise d’échange de bons procédés avec la Ligue Arabe qui a soutenu l’intervention occidentale en Libye. … »

« Mais le terrible outrage des cheiks arabes sera passé sous silence en Occident parce que ce sont « nos » fils de pute (allusion à la célèbre phrase d’un président US en référence à un dictateur sud-américain « c’est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute » – NdR), ils hébergent « nos » troupes ; ils achètent « nos » armes – et ils « nous » vendent du pétrole. … », « J’espère que les derniers évènements vont faire prendre conscience à ceux qui ont été dupés à soutenir l’intervention occidentale en Libye, ceux qui croient que les dirigeants des armées occidentales sont motivés par des préoccupations humanitaires. … »…

Révélateur, non ?

Et il poursuit :

« Croyez-vous que la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton ou le Président Obama vont menacer d’intervenir pour se porter au secours des manifestants pro-démocratie si les armées d’Arabie Saoudite et d’autres royaumes locaux se déchaînent contre eux ? Je ne crois pas. … », « Une conséquence a déjà eu lieu aujourd’hui, conséquence involontaire de la part des progressistes qui se sont rangés derrière les appels à une agression militaire contre Kadhafi. La campagne menée contre Kadhafi a permis de couvrir l’écrasement de la démocratie au Bahreïn par une armée étrangère. … », « Clinton et Obama gagnent sur tous les fronts : l’imposition de la politique étrangère des États-Unis en Libye où Kadhafi a longtemps été la bête boire des Etats-Unis, et dans les états pétroliers du Golfe où la démocratie est considérée comme une menace pour la stabilité. Il y a vraiment de quoi pleurer. … »…

L’enfer est pavé de bonnes intentions, dit le proverbe. Certains s’en rendent compte, ainsi sur le site No-war.com, on peut lire, sous la plume de Justin Raimondo :

« Le spectre d’une intervention américaine est juste ce que Kadhafi souhaite : cela jouerait en sa faveur. Comme c’est souvent le cas des actions américaines, cette intervention aurait exactement les effets contraires à ceux recherchés. Croit-on vraiment qu’une intervention “énergique” ne renforcerait pas la position de Kadhafi ? [Il] sait comment utiliser les passions et les préjugés de son peuple et sa stratégie est clairement de diviser son pays selon des lignes générationnelles. »

« Une intervention occidentale renforcerait Kadhafi et le sauverait peut-être d’une fin bien méritée. Elle donnerait des munitions au courant islamiste marginal qui sympathise avec Al-Qaida. Tous deux seraient confortés dans leur point de vue : regardez, dirait Kadhafi, les étrangers reviennent pour prendre le contrôle du pays ; regardez, diraient les islamistes, les Croisés viennent pour voler votre révolution. »

Du grain à moudre :

Comment l’Occident prépare la guerre

Dans Politis, La compassion pour la Libye, le coup de gueule de Danièle Bleitrach

Les mirages libyens, la réalité du business

Le Diplo : Faut-il-intervenir militairement en Libye

Le Diplo : Guerre en Libye la furia-francaise

Le Diplo : Du Bahrein a la Libye la contre revolution

Le blog no-war

Publicités

Written by Gavroche

20 mars 2011 à 17 h 18 min

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ca m’a l’air passionnant… mais je suis trop naze… je vais essayer de me lire ça demain dans la journée. Mais je n’ai toujours pas retrouvé mon oreiller ! Ni ma moutarde (qui ne sont pas dans le même carton).

    clomani

    20 mars 2011 at 20 h 23 min

  2. Désolé Gavroche mais je ne partage pas du tout ce point de vue.

    1- imposer une zone d’exclusion aérienne ne se fait pas par simple imposition des mains, surtout sur un crâne manifestement en surchauffe. Il faut y mettre des moyens militaires suffisamment dissuasifs.

    2- quand les insurgés de Bengazi eux-mêmes ont demandé l’aide de l’occident, ce n’était pas juste à boire et à manger, mais bien des moyens militaires. Et la Ligue arabe était partie prenante, même si aujourd’hui certains tergiversent devant la violence des moyens mis en oeuvre.

    3- oui il y a la Côte d’Ivoire, le Yémen, le Bahreïn et si on le sait c’est qu’on en parle. Concernant la Côte d’Ivoire, malgré les violences déjà perpétrées, malgré les outrances de Bagbo, c’est la voie diplomatique qui a été choisie … on voit ses piètres résultats aujourd’hui et l’infinie lenteur du travail de la communauté africaine.
    Si l’on critique l’intervention en Libye on ne peut pas regretter la non-intervention ailleurs ! Soyons logique.

    4- oui la Libye a du pétrole mais c’est 2% de la prod mondiale. L’argument d’une guerre au motif du pétrole libyen paraît bien faible à cette aune de 2%.

    5- moi aussi je hais la guerre, moi aussi je déteste Sarko et sa clique de cyniques et de carriéristes, quant à BHL intello néo sartrien … c’est pas vraiment ma tasse de thé, mais je hais plus encore les dictateurs fous du genre Khadafi qui affame son peuple et manipule les opinions mondiales.

    Au final, je ne pense pas qu’il soit opportun ni pertinent de brandir un pacifisme échevelé dans ces circonstances, sauf à vouloir à tout prix se faire plaisir en contemplant sa bonne conscience dans le miroir des bons sentiments. Et puis parader aux côtés d’une Marine Le Pen et d’un FN qui voudraient que les arabes s’entretuent sans que ça nous coûte un euro ni une goutte de sang … moi ça ne me dit rien qui vaille.

    julesansjim

    21 mars 2011 at 16 h 15 min

    • Merci pour le pacifisme échevelé, et la comparaison avec le FN. Me connaissant, je pensais que tu ne ferais pas ce genre d’amalgame à mon égard.

      Je ne voudrais pas jouer les oiseaux de mauvais augure, mais on verra bien dans dix ans, ou en sera le malheureux peuple libyen. Comme le peuple afghan, « libéré » par l’occident.

      Gavroche

      21 mars 2011 at 16 h 59 min

      • Je ne fais aucun amalgame en rappelant que la position du FN est non-interventionniste, c’est un constat, ni plus ni moins et ça me paraît suspect.

        Quant à comparer le conflit afghan (ou irakien aussi pourquoi pas) avec ce qui se passe en Libye ça me semble très prématuré et relever de l’amalgame facile, pour le coup. Et personne n’ose dire actuellement que le peuple afghan est « libéré » par qui que ce soit.

        julesansjim

        21 mars 2011 at 21 h 05 min

  3. mais si, mon vieux Jules, tu donnes volontiers dans l’amalgame, et qui plus est, « échevelé » pour le coup !
    et je te trouve bien abscons dans ta volonté d’avoir raison : ce n’est pas parce que tu choisis d’être dans le camp de sarko et bhl que gavroche est ipso facto dans celui de lapen… ça aussi c’est un constat : et toc !
    et comparons, ce que fait exactement Michel Collon, toutes les interventions des troupes « internationales » se sont avéré être des catastrophes pour les peuples « secourus », révise ton histoire des 50 dernières années et tu devras bien en convenir, sauf, évidemment, à être de mauvaise foi (commence par le Vietnam…) et chaque fois, en surface ou caché derrière, on trouve un commandement militaire étatsunien… ils sont TOUJOURS à la manoeuvre et c’est ça qui devrait te sembler suspect.
    Car, moi qui ne suis pas né de la dernière pluie, tu ne me feras jamais croire que c’est purement gratuit, pardon, uniquement par « humanisme ». Sans leur volonté, plus d’émirats fantaisistes, plus d’Arabie Saoudite, et sûrement même plus de conflit israelo-palestinien (enfin ça, après tout ce sang, c’est pas gagné…). Bref, attendons la fin avant de s’emballer, mais les va-t’en-guerre pourraient bien avoir un méchant retour de bâton sous peu…

    randal

    22 mars 2011 at 1 h 23 min

    • « toutes les interventions des troupes « internationales » se sont avéré être des catastrophes pour les peuples « secourus » »
      voilà ce que je me dis aujourd’hui effectivement, alors que je ne savais pas quoi penser de tout ça jusqu’au déclenchement des hostilités. Sans compter le bordel que ça risque de mettre dans les pays voisins, entre les pays de « la coalition » etc…
      Quant aux véritables motivations de cette intervention… http://tempsreel.nouvelobs.com/depeche/top-news/20110321.AFP6373/la-libye-potentielle-planche-de-salut-commercial-du-rafale.html

      alainbu

      22 mars 2011 at 8 h 19 min

    • Rhaaa lala soyez pas susceptibles comme ça les Randal/Gavroche !
      Je ne mets pas plus Nat dans le camp Lepen que je ne me mets dans le camp Sarko/BHL. Laissons ce niveau d’échange aux forums mal fréquentés voulez-vous ?

      Kadhafi représente un problème ancien(comme d’autres auparavant) et il faut le régler durablement désormais. Si une partie du peuple libyen se s’était pas révolté nous en serions au même point qu’il y a quelques mois (où Sarko était « l’ami » du colonel). Le mouvement de révolte a mis le monde dans l’urgence d’une réponse, d’un choix qu’il faut assumer. Nous sommes peut-être déjà passés près d’une catastrophe en laissant les troupes du dictateur progresser autant vers l’Est (Benghazi, Tobrouk).

      Je ne vois tout simplement pas ce que l’on pouvait faire d’autre que de s’interposer entre les « tueurs » de Khadafi et les insurgés de Benghazi.
      Quant aux states on les a vus autrement plus va-t-en-guerre ; rien ne nous permet de penser actuellement qu’ils manœuvrent par derrière, sauf à faire un procès d’intention au nom d’un anti-américanisme primaire et dépassé. Obama n’est ni Bush père ou fils. En outre, le camp démocrate est très contrôlé par le camp républicain.

      Alors certes il s’agit de ne pas abuser de la force tout en sachant que les marges de manœuvre diplomatiques sont plus qu’étroites pour ne pas dire risquées avec un énergumène comme Khadfi !

      Je ne cherche absolument pas à avoir raison mais j’essaie de raisonner en évitant des postures morales déplacées dans ce genre de contexte. Ceux qui doivent avoir raison ce sont les responsables de tous ordres, politiques, diplomatiques et militaires qui gèrent la situation et prennent les décisions.
      En attendant, ne nous emballons pas, en effet. Inutile par ailleurs de me faire la leçon, je connais l’histoire, suffisamment pour ne pas être naïf, ni adepte des solutions et des réponses simplistes.

      julesansjim

      22 mars 2011 at 11 h 48 min

  4. « Ceux qui doivent avoir raison ce sont les responsables de tous ordres, politiques, diplomatiques et militaires qui gèrent la situation et prennent les décisions. »

    Amen.

    ;-))

    Quant aux leçons, c’est toi qui a commencé. Nanmého.

    Gavroche

    22 mars 2011 at 14 h 54 min

    • (j’ai retrouvé ton com dans la corbeille, je me suis permis de le restaurer pour y répondre ici).
      **********************
      Non, sincèrement je n’ai pas le sentiment de faire la leçon à qui que ce soit (Randal, lui, fait un peu le prof d’histoire avec moi quand il me demande de réviser par contre);-)
      Je t’ai dit que je ne partageais pas le point de vue que tu développes dans ton billet et j’ai essayé de lister un certain nombre d’arguments qui me paraissent justifier le mien. C’est tout. Pour une malheureuse fois où l’on n’est pas d’accord, on ne va quand même pas se gêner pour discutailler quand même ! 🙂
      Quand je dis que ce sont les « responsables » qui doivent avoir raison, je veux dire par là qu’il vaut mieux qu’eux ne se trompent pas dans leurs choix et décisions ! Que je me gourre, que tu te gourres ça compte peu en fait car ça ne changera en rien la situation sur le terrain.

      Parmi les partisans d’une non-intervention il y a surtout les pays qui se sont abstenus au Conseil de Sécurité, au premier rang desquels la Chine et la Russie ! des fois qu’il serait nécessaire à nouveau de casser du tibétain ou du tchétchène, ça peut toujours servir en effet de se faire passer pour de gentils pacifistes !!! On se moque de qui là ?

      julesansjim

      22 mars 2011 at 17 h 20 min

  5. ben, l’ embarras quasi-général, des « intervenants, ce soir, semble indiquer… que l’opinion de gavroche se rapproche plus de la (d’une) vérité. Et ceux qui sortent les cartes du terrain sont bien les militaires du pentagone. Ce n’était donc, de notre part, pas de l’anti-américanisme primaire (quoique dans dans mon cas, je le suis à tous les niveaux, considérant leur politique) mais le fruit d’une analyse qui s’est toujours (hélas) vérifiée par le passé…

    randal

    22 mars 2011 at 19 h 43 min

  6. ah ben merci pour cet article Gavroche, entre autre pour la citation de Craig Murray que je ne connaissais pas.
    Entièrement d’accord avec toi, d’autant que maintenant que l’«otan» est intervenu, elle va devoir le faire aussi à Bahrein, au Yemen,… (ha non ? on m’aurait menti ?)

    parmi les partisans d’une non-intervantion il y a aussi Angela Merkel qui doit en avoir plus que marre de mini-chuck (©pow wow) et sa politique de mettre les c.. sur la table pour montrer que c’est lui l’plus fort avant de se carapater en laissant les autres se débrouiller avec son merdier.

    kakophone

    22 mars 2011 at 23 h 27 min

    • Ce que les « non-interventionnistes » ne nous ont toujours pas dit c’est quelle autre alternative il y avait pour, dans l’urgence, empêcher un probable massacre des « insurgés » par les mercenaires de Kadhafi.
      Proclamer « non à la guerre » c’est un peu court quand des populations sont menacées. Et puis sommes-nous les mieux placés, les mieux renseignés pour décider des bonnes options, je veux dire, nouzautres, vrégens, de derrière nos écrans/claviers ?
      La situation au Yémen et au Bahreïn paraît différente car, même s’il y a aussi des violences à l’encontre des manifestants et des opposants au régime, ça n’est sûrement pas suffisant aux yeux de la communauté internationale pour déclencher de grandes gesticulations.
      *****************************************************
      Edit à 9.41 : euh … je n’avais pas lu la chro de Seb Rochat quand j’ai écrit ça. C’est plus que des « violences à l’encontre des manifestants » dont il s’agit, il y a du massacre dans l’air par là aussi ! Et les JT n’en parlent pas dit Rochat …
      Mais que faire ? Vous avez des propositions, gentils amis pacifistes non-interventionnistes ?
      ******************************************************
      Et puis il n’y a guère que notre nabot 1er qui est toujours pressé, les autres, tous les autres, ont pris leur temps pour se décider à agir … à tel point que ça a failli être trop tard !
      Quant à Merkel, les raisons de son (non)choix semblent autant tenir à des raisons de politique intérieure que de pure géopolitique … Enfin bref, attendons de voir l’évolution des évènements. Personnellement, j’arrête là de jouer à la bataille navale virtuelle.

      julesansjim

      23 mars 2011 at 9 h 03 min

  7. étant donné que khadafi n’est pas aimé dans les pays arabes, le moins qu’on pouvait attendre, c’est que la ligue s’engageât…à mort (!) dans cette bataille. là, il y a plus que le qatar. c’est quoi leur problème ?

    et puis c’est quoi le projet ? virer khadafi ou sauver des populations civiles, qui, vu le choix de l’aire d’activité de cette « coalition », se limite à bengazi. pourquoi ? il y a pas de population civile ailleurs qu’à bengazi ? à tripoli, il y a pas de population civile ? le projet, c’est pas plutôt d’affaiblir un peu khadafi militairement (en profitant d’une rébellion), mais de le garder quand même, vu qu’il est vachement utile pour l’occident ?

    et pourquoi intervenir là, mais pas en côte d’ivoire, ou dans la tripotée de pays écrasés par une dictature délirante ? la corée du nord, non ? personne veut aller ? trop loin ! la lybie, c’est juste en face et pas de doute, les arabes, ça excite vachement plus les occidentaux que les autres (depuis l’effondrement des colonies et guerres coloniales en asie).

    franchement, il y a quoi, il y a qui derrière cette rebellion lybienne ? quelle tribu (puisque c’est une juxtaposition de tribus, un peu comme l’afghanistan avant qu’on aille y foutre une merde noire et définitive) ? quels mercenaires et d’où ?

    encore un infâme merdier dans lequel on est en train de commencer à patauger, comme si l’irak et l’afghnanistan suffisaient pas.

    zozefine

    23 mars 2011 at 12 h 31 min

  8. […] de l’Afghanistan, et j’en oublie. Quant à la Lybie… Kadhafi fut un drôle d’alibi… c’est la gabegie. […]

    Alibi - L'1dex

    4 mai 2015 at 20 h 42 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :