LES VREGENS

Consomme et ferme ta gueule !

with 5 comments

Je vous parlais l’autre jour de l’immonde expulsion des roms sur le parking d’un hypermarché Leclerc, à Nantes. Par un petit chef, et ses gros bras, quinze face à quelques gamins affolés.

Faut dire aussi que le p’tit chef en question a des antécédents :

Les étrangers n’ont aucun droit dans la maison Leclerc, sauf celui de bosser, et de se taire…

Dans mon précédent papier, vous avez pu lire les commentaires des articles de la presse du coin au sujet des « pas comme nous ». Gerbatoire, hein ?

Et bien, ces simples gens, comme ce « brave homme » dont je vous parlais récemment, ouvertement antisémite, ces gens sont les français d’aujourd’hui. En tous cas l’écrasante majorité, hélas. Des résignés, des pleutres, des couilles molles, des gros cons racistes. Et n’allez pas me raconter que c’est une question d’éducation, ou d’information. Personne n’est obligé de s’informer seulement à la télé, et internet n’est pas fait pour les chiens. Quand on veut l’info, on la trouve. Sophia Aram a raison. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, comme disait l’autre. Les électeurs du bas du front ne sont pas des humanistes sensibles, de pauvres gens en colère et très malheureux de ne pas pouvoir remplir leur caddie chez Leclerc, mais des gros cons. Point barre.


J’ai vu arriver sur les forums d’Arrêt sur Images tous les prétendus républicains, « objectifs », « neutres », les « mais ils ont le droit de le dire », les « en même temps la fille du borgne ne dit pas que des bêtises »… Les salopards déguisés en agneaux. Ben voyons.

D’ailleurs, devinez qui est invité à l’émission de ce soir ? Après le larbin Pujadas, c’est encore un gros con qui va venir causer dans le poste. Un gros con qui est passé du NPA au bas du front. Ben ouais, papa Schneidermann s’est aperçu que ça buzze vachement, les histoires de gros cons. Il ratisse large, après les austro-hongrois, vlatipa que les souchiens ont tribune ouverte. Ça lui va bien de s’appeler ensuite « critique des médias », si c’est pour vendre la même soupe que les autres.

Alors, moi j’appelle un chat un chat. Les électeurs du bas du front sont des gros cons. Comme les allemands bon (aryens) teint qui ont élu Hitler en 33. Comme les français collabos, des lâches, des minables, des gros cons. J’insiste.

Plus facile de dire « c’est la faute aux autres », que de se prendre par la main et d’aller virer les vrais responsables de toute cette merde à grands coups de pompe dans le cul. Plus facile de virer les pauvres des pauvres de leurs roulottes sur un parking, que de faire grève pour une meilleure vie pour tout le monde, que de manifester pour préserver le peu d’acquis sociaux qui nous reste. Plus facile que de se poser un peu les bonnes questions.

On a un peu oublié que notre mètre à tous (putain, jusqu’en 2012 … au moins) s’appelle Sarkozy…

Et que sa deuxième bonne femme, petite fille d’Isaac Albeniz, s’appelle Cécilia « Ciganer »

Excepté ces deux-là, moi, les humains aux semelles de vent, rroms, gitans, zingaros, tziganes, bohémiens, romanichels, manouches, gypsies, gens du voyage … Je les aime.


Ils sont mon envie de partir le long des chemins, et d’avancer au rythme paisible du pas de mon cheval, de dormir dans une roulotte, dans un hamac à la belle étoile, d’écouter les bruits de la forêt. Ils sont mon désir d’abandonner tous ces objets inutiles qui m’ empêchent d’être libre. Ils sont la poésie, le voyage, l’odeur du foin coupé, la brûlure du soleil, la fraîcheur d’une brise d’été.

Ils sont ma part de rêve d’aventure. Ils sont ma part de liberté.

Saltimbanques

A Louis Dumur.

Dans la plaine les baladins
S’éloignent au long des jardins
Devant l’huis des auberges grises
Par les villages sans églises

Et les enfants s’en vont devant
Les autres suivent en rêvant
Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe

Ils ont des poids ronds ou carrés
Des tambours, des cerceaux dorés
L’ours et le singe animaux sages
Quêtent des sous sur leur passage

Guillaume APOLLINAIRE, Alcools (1913)

Et sinon, pendant que lémédias causent des transfuges du bas du front, un enfant est mort, dans l’indifférence générale.

Il avait juste cinq ans.

Mais bon, noir il était…

Dans le Nouvel Obs, journal estampillé « de gauche », vous pourrez lire à ce sujet les commentaires d’autres « braves gens » : C’est là.

Les bas du front sont déjà au pouvoir.

Publicités

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je partage ta colère, pays de merde ! monde de merde !
    Je découvre avec horreur cette histoire du gamin Sénégalais !

    alainbu

    1 avril 2011 at 14 h 53 min

  2. […] by gauchedecombat in politique française Je vous parlais l'autre jour de l'immonde expulsion des roms sur le parking d'un hypermarché Leclerc, à Nantes. Par un petit chef, et ses gros bras, quinze face à quelques gamins affolés. Faut dire aussi que le p'tit chef en question a des antécédents : Les étrangers n'ont aucun droit dans la maison Leclerc, sauf celui de bosser, et de se taire… Dans mon précédent papier, vous avez pu lire les commentaires des articles de la presse du coin aux … Read More […]

  3. tu sais qu’t’es pas mal quand t’es en colère ?
    Et puis… par rapport à la « langue » de tous ceux qui « causent » dans l’poste pour nous expliquer pourquoi ce sont des salauds mais qui ne font pas de saloperies – car c’est notre époque, et qu’on ne peut rien y faire – y sont obligés, si on veut pas se faire bouffer…
    donc, quand on entend comme ils causent, et comme c’est laid, et qu’on compare aux mots d’Apollinaire,et comme c’est beau, tout est dit… et pourtant l’Apo, c’était un fieffé coquin ( en langage reiserien, un gros dégueulasse !)
    Comme quoi, vaut mieux être un gros cochon qu’un gros con, c’est plus chouette à vivre !

    randal

    1 avril 2011 at 23 h 38 min

  4. « J’ai vu arriver sur les forums d’Arrêt sur Images tous les prétendus républicains, « objectifs », « neutres », les « mais ils ont le droit de le dire », les « en même temps la fille du borgne ne dit pas que des bêtises »…  »
    Tout pareil.
    @si se transforme avec un délai de latence par rapport à la transfo sociale ‘décomplexée’.
    Désolante, rageante, énervante, navrante..

    mebahel5

    2 avril 2011 at 11 h 59 min

  5. si tout le monde avait ta mordache et ta niaque, gavroche-qui-portes-bien-ton-nom, ça fait un bout de temps qu’on vivrait dans ce village auto-géré à se faire plaisir rien qu’à vivre de peu ensemble.

    zozefine

    2 avril 2011 at 18 h 25 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :