LES VREGENS

brut de décoffrage…

with 14 comments

bon…

encore un souvenir… du temps où je faisais un peu de télé, en y croyant encore.

on faisait pourtant déjà du travail à la chaîne : 5 x 26′ dans la journée…

« une pêche d’enfer » , ça s’appelait.

On y recevait des invités de tout genre, plutôt orientés public « djeune ».

V’là t’y pas qu’il nous arrive un drôle d’oiseau, comme sorti d’un bouquin de faulkner, et totalement inconnu de mon univers… Pourtant je m’y connais en Big Bill Bronzy et autre Lightnin’ Hopkins, mais  Calvin Russell … nib de nib, jamais entendu…

Et là, la claque, le blues blanc, tranchant, rauque, tendu et pourtant si tendre, humain… trop humain…

et un regard,  clair, en même temps si las. Un choc.

Il nous a chanté ça, en une prise, en direct. J’ai pas raté une image, les cadreurs non plus.

Les jeunots présents étaient scotchés, ils se sont précipité pour lui parler à la fin.

C’est depuis deux ans sur mon tuyau, depuis ce matin, les visites explosent.

Adieu, vieux camarade

Publicités

Written by randal

4 avril 2011 à 16 h 33 min

Publié dans Musique

Tagged with , ,

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bon sang, j’ai les boules. Je le trouvais hyper craquant. Sa voix, sa gueule, tout.

    Calvin Russell

    Et la chanson n’a pas une ride.

    Merde, ils s’en vont tous.

    Gavroche

    4 avril 2011 at 16 h 43 min

  2. Russell s’était fait sa notoriété en France grâce au label New Rose, il était d’ailleurs peu connu dans son Texas d’origine.
    Je me souviens de l’émission « une pêche d’enfer », en 89 ou 90 ils étaient venus filmer le groupe avec qui je jouait lors de la fête de la musique à Nîmes. Je dois avoir la vhs quelque part.

    alainbu

    4 avril 2011 at 16 h 52 min

  3. ouh lala. je connaissais pas. la chanson/musique est scotchante, l’austérité, la simplicité, la douleur, un brimborion d’espoir accroché à la fin. et la gueule… ça c’est de la beauté ravageuse, chaque ride payée cash, quel regard, et quel sourire à la fin, on dirait de la timidité ! quand je lis maccarthy, et que j’imagine les visages des personnages, c’est bien des visages comme ça que je vois. et aussi un autre visage, celui de chet baker, tout aussi ravagé, moins beau mais quelle trompette et quelle voix. on a beau être americanoïaque, ce que cette culture nous aura donné…
    chet baker

    edit : tu as du bol randal d’avoir vécu ça, et du talent d’avoir fait ces images…

    zozefine

    4 avril 2011 at 18 h 15 min

    • tous ces gars(es), london, kerouac, twain, poe, bradbury, chandler, hammett, huston, kelly et astaire, keaton, welles, k.dick, dylan(zimmerman), newman, steinbeck, man ray, même presley (ah, « crawfish…), joplin et tant d’autres,c’est ça l’amérique, notre amérique. Et non, les amerlocains de friedman à mac carthy jusqu’aux busch et consorts. Ils sont partie intégrante de notre imaginaire, et ont bien imprégné notre réel. Je suis des leurs, ils sont les miens.

      randal

      4 avril 2011 at 18 h 58 min

      • oui, c’est fou, c’est très magique. c’est un comble qu’on vive grâce à eux une sorte d’american dream (mon maccarthy c’est cormak, hein, tu l’auras compris, celui de no country for old men). les clochards célestes, c’est un titre de traduction (en fait the dharma bums) absolument génial, c’était des clochards célestes, explosés, cramés aux étoiles, des icares. et dans la liste il y a les « folkeux », woody ghutrie, la bande des new lost city ramblers, les frères seeger, la mythologie des trimards de la dépression. en fait, c’est peut-être ça la clef : parce qu’ils sont loin, et désespérés, et incroyablement doués, ils nous font une mythologie qui nous fait planer

        zozefine

        4 avril 2011 at 19 h 13 min

  4. Calvin Russel était l’invité de Manu Katché le 20 mars dernier dans « One Shot Not » sur Arte. En même temps que le génial David Sanborn au saxo.

    Le remix est encore valable une quinzaine de jours :

    http://liveweb.arte.tv/fr/video/One_Shot_Not_Remix_Calvin_Russel/

    julesansjim

    4 avril 2011 at 18 h 18 min

    • voilà. c’est l’ émission que je rêvais de faire. Arte la fait via Manu, et tout est bien, au service de l’artiste. Mieux que taratata trop bavard et tape-à-l’oeil.Et quels beaux plans d’ambiance.
      Je vais essayer de faire un truc dans l’esprit, dans mon petit coin, pour le web. Je vous dirai…

      randal

      4 avril 2011 at 19 h 07 min

      • pourquoi on peut voir que 15 jours ? après quoi ? ça disparait ???

        zozefine

        4 avril 2011 at 19 h 15 min

  5. à lire sa bio (un des liens du lien de zule)
    http://www.austin360.com/blogs/content/shared-gen/blogs/austin/music/entries/2011/04/03/calvin_russell_passes_away_sun.html

    il me fait penser aussi à janis joplin, ces gueules, ces destins, ces volontés, ces dérives et ces talents monstrueux, on a l’impression que chaque note coûte sa livre de chair, prise sur la bête jusqu’à ce qu’elle en crève.

    zozefine

    4 avril 2011 at 18 h 28 min

    • La liste de la « famille » amerlocaine qu’on aime , dont on se sent proche, ou simplement parce qu’elle nous parle, nous touche (j’ajoute Carver à la liste tiens au fait) me fait penser aujourd’hui que l’époque des 60/70teen a vraiment été une putain de période quand même ! On n’avait pas l’internet ni le t° portable mais par musique interposée le môme de 18 berges que j’étais communiait avec les gueules d’ange de Woodstock, avec Angela Davis aussi, avec Martin Luther King encore, à coup de « All along the watch tower », « Like a rolling stone », « Blowing in the wind » que je grattais plusieurs fois par jour sur une vieille poêle de 3e main, en prenant bien soin de chanter avec le nez, bien sûr ! J’avais gravé sur la caisse avec mon Opinel : « Les oreilles ont des murs ! » sans doute pour ne pas avoir à m’excuser de casser les oreilles à tout le monde avec mes ouins ouins de folkeux …

      🙂

      julesansjim

      5 avril 2011 at 17 h 13 min

  6. Merci !

    gooulven

    5 avril 2011 at 10 h 24 min

  7. Merci Randal.

    Ulysse, les larmes au bord des yeux.

    ulyssem

    21 avril 2011 at 13 h 44 min

  8. […] D’ailleurs, il vous en avait dit deux mots ici. […]

  9. C’est beau.
    J’adore.

    FlodeLaCiotat

    7 janvier 2014 at 15 h 44 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :