LES VREGENS

La Voie vers la métamorphose de l’humanité.

with 3 comments

J’ai engagé la lecture du dernier livre d’Edgar Morin « La Voie » – Pour l’avenir de l’humanité – avec la ferme intention d’en rendre compte ici. Je ne mesurais pas alors la difficulté et l’ampleur de la tâche ! Car non seulement il s’agit de 300 pages d’une égale et constante densité mais le propos met aussi à jour l’extrême complexité de l’état du monde ainsi que la non moins extrême complexité des actions et mesures à mettre en oeuvre, en les synchronisant, en les hiérarchisant, en les coordonnant, pour transformer profondément l’état des choses  en un mieux-être progressif, à l’échelle planétaire.

Edgar Morin ne s’en cache pas, il s’est fait aider pour mener à bien l’élaboration et la rédaction de cette contribution. Les remerciements en début d’ouvrage s’adressent à une petite dizaine de personnes, d’origines professionnelles diverses. « Je n’ai pu mené à son terme cette oeuvre difficile que grâce aux différentes aides dont j’ai bénéficié. »

Je crois bien qu’à 89 ans cet homme-là a atteint un état de sagesse que d’aucuns pourraient lui envier. Sa vision du monde allie l’intelligence (qui permet de comprendre), le sens de la nuance (qui permet de relativiser) et l’humilité (qui favorise l’écoute, l’ouverture d’esprit et la capacité à douter). Pour illustrer cette remarque préliminaire il me suffira, pour être convaincant, de choisir l’une des citations qui précède l’introduction générale, parmi la douzaine proposée :

« Il ne s’agit pas de trouver des « solutions » pour certains « problèmes », mais un mode de vie autre, qui ne serait pas la négation abstraite de la modernité, mais son dépassement, sa négation déterminée, la conservation de ses meilleurs acquis et son au-delà vers une forme supérieure de la culture – une forme qui restituerait à la société certaines qualités humaines détruites par la civilisation bourgeoise industrielle. Cela ne signifie pas un retour au passé, mais un détour par le passé, vers un avenir nouveau… » (Michaël LOWY)

« La Voie » est une invitation constante au changement, il faut « changer de voie », cependant, Edgar Morin n’appelle pas à une révolution ; il préfère avoir recours à la métaphore et au concept de « métamorphose » :

 » Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre, ou bien se révèle capable de susciter un méta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose.

Tel quel, le système Terre est incapable de s’organiser pour traiter ses problèmes vitaux :

– périls nucléaires qui s’aggravent avec la dissémination et peut-être bientôt la privatisation de l’arme atomique ;

– dégradation de la biosphère ;

– économie mondiale dépourvue d’un système de contrôle/régulation ;

– retour des famines ;

– conflit ethno-politico-religieux pouvant dégénérer en guerres de civilisations ;

L’amplification et l’accélération de tous ces processus peuvent être considérées comme le déchaînement d’un formidable feed-back positif, processus d’irrémédiable désintégration des systèmes physiques, mais qui peut transformer les systèmes humains.

Le probable est la désintégration.

L’improbable, mais possible, est la métamorphose. » (p.31)

Il me semble que ce passage du livre en constitue le coeur ; il exprime la raison principale, la motivation profonde et essentielle qui conduit le penseur transdisciplinaire et indiscipliné à appeler de ses voeux un ensemble cohérent de réformes, de « voies  » qui mènent à « La Voie », celle qui peut redonner un avenir à l’humanité. Vouloir rendre compte ici de l’ensemble des analyses, exemples et propositions présentées dans l’ouvrage reviendrait à se comporter comme un champion de Rubik’s cube, capable d’agencer en un Tout cohérent la totalité des facettes du problème que constitue la complexité planétaire. D’autant que ces 300 pages sont déjà une considérable synthèse de milliers d’autres, livres scientifiques, rapports d’expérience, articles de presse, thèses universitaires, actes de colloques et de conférences etc… La table des matières du livre (bien que cela prive le lecteur de la multitude de faits et chiffres concrets cités en exemple et en référence(*) me paraît un compromis acceptable pour suggérer la cohérence, le foisonnement et la densité réflexive de l’ouvrage.

Introduction générale ………………………………………………………………………………15

Changer de voie ?………………………………………………………………………….15

Les voies vers la Voie ……………………………………………………………………39

PREMIERE PARTIE

Les politiques de l’humanité

Chapitre 1er Régénération de la pensée politique …………………………………………45

Chapitre 2. Politique de l’humanité …………………………………………………………….48

Chapitre 3. Politique de civilisation ……………………………………………………………55

Chapitre 4. La question démocratique …………………………………………………………67

Chapitre 5. La démographie ………………………………………………………………………70

Chapitre 6. Les peuples indigènes ………………………………………………………………75

Chapitre 7. La voie écologique …………………………………………………………………..80

Chapitre 8. L’eau ………………………………………………………………………………………94

Chapitre 9. La voie économique …………………………………………………………………102

Chapitre 10. Inégalité et pauvreté ……………………………………………………………….113

Chapitre 11. La débureaucratisation généralisée …………………………………………..127

Chapitre 12. Justice et répression ………………………………………………………………..133

DEUXIEME PARTIE

Réformes de la pensée et de l’éducation

Chapitre 1er Réforme de la pensée ……………………………………………………………….145

Chapitre 2. Réforme de l’éducation ……………………………………………………………….151

Chapitre 3. Démocratie cognitive et communicationnelle ………………………………..162

TROISIEME PARTIE

Réformes de société

Chapitre 1er Médecine et santé ……………………………………………………………………..169

Chapitre 2. Ville et habitat ……………………………………………………………………………191

Chapitre 3. Agriculture et campagnes …………………………………………………………….210

Chapitre 4. L’alimentation …………………………………………………………………………….226

Chapitre 5. La consommation ………………………………………………………………………..235

Chapitre 6. Le travail ……………………………………………………………………………………244

QUATRIEME PARTIE

Réformes de vie

Chapitre 1er La voie de la réforme de vie …………………………………………………………257

Chapitre 2. La voie de la réforme morale ………………………………………………………….275

Chapitre 3. La famille ……………………………………………………………………………………..278

Chapitre 4. La condition féminine ……………………………………………………………………282

Chapitre 5. L’adolescence ……………………………………………………………………………….286

Chapitre 6. Vieillesse et vieillissement ……………………………………………………………..291

Chapitre 7. La mort ………………………………………………………………………………………..294

Conclusion …………………………………………………………………………………………………….297

Post-conclusion ………………………………………………………………………………………………301

(*) L’entretien accordé par Edgar Morin en janvier 2011 à deux journalistes de Rue89 me semble être un complément précieux à tous ceux qui voudront entrer plus avant dans les contenus de « La Voie ».

Enfin, les lignes ultimes qui constituent la post-conclusion expriment parfaitement l’état d’esprit dans lequel le livre a été rédigé et ses analyses et propositions avancées :

« … Il faut dès maintenant s’engager avec ardeur sur toutes les voies réformatrices afin qu’advienne la Voie qui empêchera l’humanité de se faire asservir ou détruire par l’hypertrophie des pouvoirs qu’elle a elle-même engendrés et ne pourrait plus contrôler.

Bien entendu, un désastre planétaire anéantirait non seulement la possibilité de métamorphose, mais aussi ces perspectives, au moins pour plusieurs siècles. Répétons-le : le pire n’est pas sûr. Et même dans la pire des hypothèses, tout pourra recommencer pour les survivants, guéris, qui sait, de nos carences, méconnaissances et incompréhensions. Peut-être trouveront-ils, quelque part dans les ruines d’une bibliothèque, ce message qui leur redonnera espoir et courage. »

**********************************

« Il y a une manière de contribuer au changement, c’est de ne pas se résigner » (Ernesto SABATO)

Plus nous serons nombreux à suivre ce conseil, plus nous donnerons de réalité au changement, et plus la métamorphose agira sur l’avenir ! Souhaitons que l’ensemble des candidats et partis politiques qui se positionnent déjà sur la ligne de départ de la campagne présidentielle de 2012 auront lu et médité les pistes d’action proposées par « La Voie »…

 

Publicités

Written by Juléjim

11 avril 2011 à 22 h 02 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Oh là là, ça a l’air très très compliqué!
    Tu ne peux pas nous résumer un peu les pistes d’action, parce que juste la table des matières, ça donne l’impression d’une montagne infranchissable de réformes à accomplir…

    florence

    11 avril 2011 at 22 h 32 min

  2. Mais C’EST une montagne, genre Olympe ou Everest, tu vois ! ça va être très dur pour les fumeurs notamment, donc.

    Mais faut pas dire compliqué, faut dire « complexe », sinon je te signale à Anne-Sophie !
    Lis le long entretien du lien Rue89 ; ça explicite un peu et ça contextualise aussi. Sinon c’est surtout le fourmillement d’exemples donnés dans le livre qui rend difficile un compte-rendu poussé.

    Et puis dis-donc, t’es pas en vacances pour 15 jours toi ? ben takalirealor !

    🙂

    julesansjim

    12 avril 2011 at 9 h 50 min

  3. toute la logique de la pensée des systèmes ouverts/fermés, stables ou instables, est dans cette citation :
    Quand un système est incapable de traiter ses problèmes vitaux, il se dégrade, se désintègre, ou bien se révèle capable de susciter un méta-système à même de traiter ses problèmes : il se métamorphose.

    ben je pense que tu as pioché là ce qu’il faut effectivement lire, maintenant. mais c’est assez indigeste si on n’a pas l’habitude des concepts utilisés. m’est avis qu’une bonne chose c’est d’aller lire l’article sur l’approche systémique dans wiki (http://fr.wikipedia.org/wiki/Approche_syst%C3%A9mique).

    avec ça, on a dans le fond l’appareil conceptuel et le modèle très général de ce type de pensée non-cartésienne. mettre une majuscule à la « voie », ça a son petit côté emphatique agaçant, mais je crois qu’il ne s’agit pas du tout de ça. il me semble que ce que proposent les penseurs des systèmes complexes c’est un vrai changement de modèle de pensée, exactement au même niveau qu’a été le bouleversement mental provoqué par le passage du modèle géocentrique au modèle héliocentrique. c’est une vraie META-MORPHOSE.

    je suis sûre que si tu prends juste un chapitre, celui sur l’eau par exemple, et que tu en rends compte, ça donnera une bonne idée, par logique « fractale » en somme, du modèle général qu’utilise morin.

    c’est très difficile à résumer, parce que c’est une pensée non-cartésienne, que tu ne peux pas réduire à des éléments simples. c’est une pensée opératoire, qui manipule des concepts et les fait « bouger » en fonction d’un thème. c’est le modèle le plus puissant qu’on a pour penser le monde complexe.

    par contre, c’est vrai aussi que c’est une approche qui donne lieu à beaucoup de merdes, par exemple tout le management est basé sur la pensée systémique. c’est donc aussi un modèle à manipuler avec soin. c’est comme de passer d’une 2CV à une fusée interplanétaire quoi.

    zozefine

    17 avril 2011 at 9 h 22 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :