LES VREGENS

DSK et la « soubrette »

with 2 comments

Oui, je sais, c'est de mauvais goût...

Ce week-end, on n’a parlé que de ça. Ce bon DSK cher à mon coeur est au trou. Pour tentative (?) de viol sur une femme de chambre. Vous avez sans doute lu tous les détails croustillants, aussi ne vais-je pas m’étendre (ahem) là-dessus…

Evidemment, depuis, c’est la révolution (enfin ?) non seulement au PS, mais aussi à l’UMP, chacun y allant de son petit discours, à peu près unanimes pour « appeler à la retenue, à la présomption d’innocence » gnagnagna… Et de dire à tout va « il est malade, le pauvre homme… »

Les socialos « tous unis » (rire) pensent avant tout à lui, enfermé dans les geôles amerlocaines comme un vulgaire pékin, « à sa famille », à cette « pauvre » Anne Sinclair, bien malheureuse, et si courageuse dans l’épreuve… (larme).

Pas un mot sur la pouffe. Elle n’existe même pas. Elle n’est qu’un morceau de viande à plaisir. Vive la « gauche » et son humanisme.

La théorie du complot a bien sûr fait florès. Comment un bon bourgeois bien sous tous rapports (et riche, très riche) a t-il pu se jeter comme une bête en rut sur la première paire de fesses qui passait à sa portée, hein ? Forcément, lui, c’est le big boss du FMI, et elle, une bonniche, noire en plus. Comment a t-elle pu refuser de passer à la casserole ? Pas possible, ça ne tient pas la route, c’est forcément un coup (fourré) de l’Anti-France (merci Ulysse).

Cette bonniche a forcément été payée, c’est pas possible autrement. J’ai lu dans le forum « il a été surpris de l’attitude dédaigneuse de cette soubrette »… j’ai particulièrement apprécié le terme « soubrette »…

Et partout, depuis ce matin, on lit qu’il convient d’attendre la vérité (si elle vient un jour), qu’il faut se mettre à la place de l’accusé (et très accessoirement de la « supposée » victime), qu’il ne faut pas juger sans savoir.

Souvent les mêmes qui hurlaient après Frédéric Mitterrand, ou Roman Polanski… Curieux, non ?

Alors c’est vrai, ils ont raison. DSK est peut-être innocent. Mais dans ce monde, on ne prête qu’aux riches, dans tous les sens du terme…

Bref, si c’était un jeune beur des cités qui avait tenté de violer Christine Boutin, ou Mâme Lagarde, ou Agnès Merdier-Volinié (merci pow-wow), je n’ose imaginer les éditos des larbins, pardon, des journalistes qui officient dans les médias. Personne n’aurait été choqué ni par les menottes, ni par éventuellement la gueule tuméfiée.

Et Daniel Schneidermann a bien résumé la situation ce matin dans son 9.15. Un mélange de stupéfaction, de dégoût, mais aussi de tristesse, en constatant le fossé qui nous sépare de nos élites. Qui croient qu’ils ont tous les droits, y compris celui d’user et d’abuser de leur pouvoir. Et au-delà des politiques libérales, de l’écrasement des peuples, c’est dans ce cas, très concret. Je veux, je prends. Rien ne change, depuis deux siècles.

Au delà du fait divers, c’est révélateur d’un état d’esprit. Si dans le fond, DSK et sa libido, on s’en fout, ce qui est intéressant, c’est la réaction de la classe politique, mais aussi des simples gens, à ce fait divers. 

Publicités

Written by Gavroche

16 mai 2011 à 11 h 54 min

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je ne sais plus qui a dit : « DSK c’est avant tout un déchainement de puissance et d’énergie »
    ah si ça me revient http://www.youtube.com/watch?v=BHbwW_gQoQw
    (ok je sors)

    alainbu

    16 mai 2011 at 14 h 14 min

  2. Je n’ai pas vu ces messages dans le forum, mais je suis d’accord avec ce que tu dis, sauf que je ne suis pas triste. Je vois ce que tu veux dire par fossé qui nous sépare des élites, et c’est vrai qu’il ne fait que se creuser, mais il n’y a pas de tristesse, peut-être même plus de désabusement.
    Je trouve bien de voir que la prise en compte d’une plainte déposée n’est pas remisée aux calendes grecques, que la police fait son boulot rapidement et qu’un accusé ne traine pas en prison des éternités avant de savoir s’il est considéré coupable ou non (quoique maintenant ça risque de trainer un peu). Il faut dire que la justice américaine et ses lois qui peuvent varier d’un état à un autre facilite cela, de peur que des prévenu-e-s quittent un état pour un autre et soient ainsi inattrapables.
    C’est peut-être de l’amertume qu’il reste.

    kakophone

    17 mai 2011 at 17 h 14 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :