LES VREGENS

Fukushima. Tout va bien.

with 7 comments


On n’entend plus vraiment parler du nucléaire ces temps-ci. Sauf pour nous dire que la patronne d’Areva a été débarquée comme un vulgaire fusible… Et remplacée par un autre…

Ou qu’en Allemagne, Angela Merkel a décidé d’abandonner le nucléaire (faut dire que les verts allemands, ils votent…). Pis qu’en Italie, plus de 90 % des gens ont voté contre le retour des centrales. Ils ne sont pas fous, les italiens. Même s’ils ont élu Berlu, comme nous avons élu Sarko…

Chez nous, en France, on continue à dormir. Oh, on se réveille bien un petit peu de temps en temps, quand le caca nous touche directement, et qu’on vient le déverser devant notre porte, mais c’est tout. Comme dirait Flo, on a les idées tièdes.

Sur le nucléaire, on entend toutes sortes de belles phrases, toutes plus rassurantes les unes que les autres.

Et notamment celles du pitre Claude Allègre, qui, surfant sur le tsunami (l’argent n’a vraiment pas d’odeur pour ces gens, et la pudeur, ils ne savent pas ce que c’est) vient de sortir un machin indigeste « Faut-il avoir peur du nucléaire ? »

Ce type nous déclare sans rire, bouffi de suffisance, comme à son habitude, que nous sommes bien cons d’avoir peur… Que lui, en expert-qui-sait-mieux-que-nous-les-béotiens, il n’a peur de rien. Dégun, il craint.

 Pour ce type, ce qui s’est passé à Fukushima « n’est pas une catastrophe », en effet, le nucléaire civil n’est pas dangereux, seules les bombes atomiques le sont (et de préférence iraniennes…)

Bon, d’accord, ça va bien contaminer quelques personnes, « faire quelques morts mais pas beaucoup ». On se demande d’ailleurs pourquoi on s’emmerde avec si peu …

Et sur les gaz de schiste, je sens que ça va vous plaire… Alors, voui, les gaz de schiste, « ça pollue les nappes mais ce n’est pas grave, En France, on a des sociétés capables de nettoyer l’eau »… Il doit bosser pour Veolia, le gars… Et pis, une chouette station d’épuration par cheu nous, ça crée des zemplois de décontamineurs… Alors…

Bon, maintenant que vous avez les naseaux qui fument, je continue…

Alors Fukushima, cette semaine, ça a fait cent jours … Mais rassurez-vous, tout va bien. « Ceux qui savent » gèrent…

La désinformation a commencé très tôt, au Japon comme ici, avec l’aide de prétendus scientifiques… Il y a des Claude Allègre partout.

Ainsi, dès le 21 mars, (l’un des jours qui a vu une forte pointe de radioactivité de l’air partout dans la région), un certain Dr Shunichi Yamashita, professeur à l’université de Nagasaki en médecine moléculaire et recherche sur la radioactivité, devenu depuis conseiller à la préfecture de Fukushima pour « éduquer » les habitants du secteur à propos des radiations après l’accident de la centrale, déclarait : « Fukushima sera célèbre dans le monde ! C’est vraiment grandiose ! ».

Extrait de son discours du 21 mars à Fukushima City :

Le nom de « Fukushima » sera largement connu à travers le monde. C’est grandiose ! Fukushima a battu Hiroshima et Nagasaki. Dès maintenant, Fukushima deviendra le nom mondial numéro un…

Tout d’abord, mes sincères condoléances pour ceux qui sont morts dans le séisme et le tsunami. Il nous faut gérer les pertes, et nous rétablir de ce désastre nucléaire. Je ne sais pas comment cela affectera la politique énergétique du gouvernement… Mais je peux vous dire ceci : les effets sur la santé sont minimes. La seule chose où nous devons garder un oeil est sur la somme d’exposition des ouvriers de la centrale qui travaillent avec une résolution acharnée. Mais nous n’avons pas à nous inquiéter des effets sur la santé des gens comme vous et moi.

Les adultes au-dessus de 20 ans sont très peu sensibles aux radiations. Presque zéro. C’est la première chose dont vous devez vous souvenir. Les hommes ne doivent pas s’inquiéter. Tout ce que nous avons à faire est de protéger les femmes, les enfants, les femmes enceintes et les nourrissons. Si la situation se détériore, les femmes enceintes et les enfants évacueront. Les hommes ne devront pas bouger et se battre pour la relance.

Pour dire la vérité, les radiations n’affectent pas les gens qui sourient, mais ceux qui sont soucieux. Cela a été clairement démontré par des études sur des animaux. Boire peut donc être mauvais pour votre santé, mais des buveurs joyeux sont par chance moins affectés par les radiations. Je ne vous conseille pas de boire, mais rigoler supprimera votre phobie des radiations. Mais il y a de précieuses petites informations pour expliquer scientifiquement les effets du rire….

Certaines de ses remarques « scientifiques » sont apparues également dans les médias US, comme celle-ci dans Democracy Now (10 juin) :

« les effets de la radiation ne parviennent pas aux gens qui sont heureux et qui rient. Ils parviennent à ceux qui manquent d’entrain, qui broient du noir et pleurnichent. »

Ce « bombardement » médiatique porte ses fruits : dans tout le Japon, les mères continuent d’accompagner leurs petits au jardin d’enfants et les pères sont trop occupés à bosser. Juste comme avant le 11 mars, avant l’accident. Elles désapprouvent parfois les mères et les pères qui pensent retirer leurs enfants du jardin d’enfants, en disant qu’ils en font trop, que c’est stupide.

La vie continue, à Fukushima-City… Et tout va bien.

La ville de Fukushima-City, se situe à 60 km de la centrale nucléaire de la centrale, et compte 300 000 habitants. Elle ne fait pas partie de la zone d’évacuation obligatoire, facultative ou même à prévoir.

Le 19 avril, le gouvernement japonais avait très opportunément fait passer le seuil de radioactivité admissible pour les enfants de 1 à 20 millisieverts/an. Greenpeace est venu analyser les sols de la ville et ces analyses ont commencé le 7 juin. Ils ont trouvé du césium-134, du césium-137, et du cobalt-60.

Par exemple, au Lycée de Watari, après que la couche de sol de surface eût été ôtée, le niveau de radioactivité était de 45 microsieverts/heure.

Quant à la couche de sol de surface, elle titrait alors 360 microsieverts/heure, ce qui doit correspondre à 2000 millisieverts/an. Pour comparaison, la dose admissible en France est de 1 millisievert/an, à savoir 2000 fois inférieure.

Au jardin d’enfants, près du lycée, on a détecté un taux de 35 microsieverts/heure (200 millisieverts/an). Le directeur explique que le sol de surface avait été retiré mais qu’il ne savait pas ce qu’il fallait en faire car le gouvernement n’a pas encore transmis d’instructions…

Le 21 juin, TEPCO a envoyé une dizaine de ses employés dans le bâtiment du réacteur 2 pour prendre des photos, réaliser des vidéos et faire des relevés de mesure en préparation du futur travail. La plus forte radiation mesurée était de 430 millisieverts/h sur le chemin du 1er sous-sol. Les ouvriers étaient sans doute joyeux, et n’ont donc pas été irradiés…

Et pendant que TEPCO, tous les jours, donne un chiffre, toujours revu à la baisse (tout va bien…) les « institutions du nucléaire » sont muettes sur les risques de contamination (tout va bien…). Muettes aussi sur le risque toujours présent d’explosion nucléaire par sédimentation du plutonium, qui fond peu à peu : il suffirait de bien peu, 6 petits kilos de plutonium, réuni par malheur dans une poche du magma, pour provoquer une explosion atomique au sol… Mais tout va bien…

Sauf que pour les véritables scientifiques, il semblerait que les « institutions » sont quelque peu dépassées…

Personne ne sait … Ni tirer parti des expériences de Three Mile Island ou de Tchernobyl, ni reconstruire… Personne ne sait combien de saloperies mortelles ont été répandues dans l’océan, dans l’atmosphère…

Ou plutôt, si, « ils » savent, mais « ils » se taisent. Tout va bien… Et des gens, « ils » s’en foutent.

Bon, il y a quand même des chiffres qui « sortent », mais tellement confidentiels…
C’est l’Association Internationale pour la Protection contre les Rayons Ionisants (AIPRI) qui a pour but la divulgation scientifique dans le domaine de la physique nucléaire et des dangers radiologiques de la contamination interne, qui en parle ici.

Extraits :

L’AIPRI, outrée et meurtrie par tant d’indifférence à l’égard de la sauvegarde de la vie, propose ici l’horrible inventaire hypothétique minimal des effluents aériens relâchés par 3 des 6 réacteurs de Fukushima. (Les dizaines voire centaines de tonnes de carburant « éteint »  explosées qui ont éparpillé des quantités colossales de particules insolubles d’uranium, de plutonium, d’américium, de cobalt, de strontium, de césium, de technécium, etc  ne sont pas ici prises en compte,  pas plus que les effluents aériens des combustibles fondus des centrales F4, F5 et F6…

Au shutdown les centrales F1, F2 et F3 avaient à elles trois une activité radiologique globale de l’ordre de 30,7 milliards de Curie. A 100 jours du shutdown, si rien ne s’en était échappé et qu’aucun épisode de criticité n’avait eu lieu,  l’activité serait de l’ordre 381 millions de Curie. L’excursion aérienne, compte tenu des taux « à la Tchernobyl», a été pour ces trois centrales de l’ordre de 621 millions de Curie. Cette excursion de 145 kg de matière radioactive correspond selon les facteurs de dose officiels par inhalation à 4,51 milliards de doses létales potentielles et selon les facteurs de dose officiels par ingestion à 3,04 milliards de doses létales potentielles.

Terrifiant, hein ? Mais non, voyons, souriez, et tout ira bien…

Et lundi, la presse japonaise nous a annoncé que ça y était, TEPCO est prêt « pour fonctionner à plein régime », qu’il traite avec succès l’eau hautement contaminée à un rythme de 50 tonnes par heure… Bref, TOUT-VA-BIEN.

Vous vous rappelez cette vidéo que l’ami Asinus nous avait envoyée, moi, ça m’a pris aux tripes :

Vous l’ignorez peut-être, mais la catastrophe de Fukushima a désormais un blog qui lui est consacré. 

Et j’ai trouvé un autre blog … Au bout de la route, ça s’appelle …

Ben c’est drôlement bien comme on aime, hein. La preuve :

L’extinction des océans

Résistance face aux barbares et au féodalisme…

Publicités

Written by Gavroche

25 juin 2011 à 11 h 35 min

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ma contribution sera musicale (et accessoirement marseillaise, comme il se doit) :

    Gaz :
    [audio src="https://cafemusique.files.wordpress.com/2011/06/duvalmc-04-gaz.mp3" /]

    Sortir du nucléaire :

    et pis ça zossi (bla bla durable)

    alainbu

    25 juin 2011 at 12 h 16 min

  2. amis de l’Est, n’oubliez pas demain
    http://groupes.sortirdunucleaire.org/Chaine-humaine-autour-de

    alainbu

    25 juin 2011 at 14 h 50 min

  3. Il est hallucinant le discours du prof de Nagasaki ! o_O
    incroyable ce qui peut être débité comme énormités pour lobotomiser l’humain-e moyen-ne.

    comme par chez nous il parait qu’on est les meilleurs et qu’il ne peut rien nous arriver, « on » s’arrange pour être sûr qu’aucune plainte ne puisse sortir, comme à Flamanville ( http://humanite.fr/24_06_2011-epr-la-justice-confirme-le-procès-verbal-de-l’autorité-de-sûreté-nucléaire-475064 ), ou à Paluel
    vive le nucléaire donc :-(((

    kakophone

    25 juin 2011 at 15 h 36 min

  4. Ah tu veux nous pourrir le week-end avec ce clown d’Allègre ? et ben alors moi j’te sors Eric Besson à c’moment-là !

    Il est bien le nouveau sinistre de l’Industrie … aussi.

    Ecoutez-le répondre aux auditeurs de France-inter le 23 juin dernier, c’est plus de la langue de bois à ce niveau-là ! c’est du béton d’enceinte de réacteur nucléaire le gars !

    Ce qui est con c’est que ça fait pas rire, ça fait juste trembler de colère … et de peur.

    😦

    julesansjim

    25 juin 2011 at 17 h 34 min

  5. Bon, Allègre est sans surprise.
    L’autre Dr.No, là, c’est sûr que c’est un vrai?
    J’ai le droit de dire que le Français du Japon me laisse une impression bizarre? Ce n’est pas dans ce qu’il dit, qui est terrifiant car très vraisemblable, mais sa mise, ses hésitations.

    florence

    25 juin 2011 at 20 h 35 min

  6. L’histoire des dosimètres individuels pour des dizaines de milliers d’enfants arrive jusqu’au Guardian, c’est long! Les enfants y sont qualifiés de rats de labo (guinea pigs). Sous couvert de citation d’un militant anti-nucléaire, mais c’est dans le corps de l’article.
    http://www.guardian.co.uk/world/2011/jun/28/fukushima-radiation-fears-children-monitors

    florence

    28 juin 2011 at 16 h 06 min

  7. ah ça, fukushima, ça va être du nanan pour l’expérimentation en grand, même langue de bois que tchernobyl, mais toutefois en plus « ouvert », plus médiatisé. mais peut-être à cause de tchernobyl justement. dans la liste des pays qui laissent à la france le soin de produire du nucléaire, pas oublier l’helvétie. mais en échange, du coup, des projets pharaoniques de multiplication des barrages, de surélévation de ceux déjà existants, dans un pays secoué quotidiennement par des tremblements de terre (la suisse est au bout de cette faille qui vient d’italie – et de grèce). et ça fout aussi la trouille (sans compter que c’est un (petit) désastre écologique chaque fois, ça vous assèche définitivement des vallées en aval, toute la flore se modifie, et donc la faune)
    on n’a pas fini de se faire des cheveux blancs sur l’énergie, et MEME si on se remet à la bougie, la simple croissance démographique est elle-même énergétivore.

    zozefine

    4 juillet 2011 at 9 h 57 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :