LES VREGENS

Un moment de grâce écologique

with 7 comments

Je voudrais brièvement vous faire partager quelques minutes de ma matinée en ce 1er juillet 2011. Aux deux tiers de mon parcours de footing,  j’ai pour habitude rituelle de faire une pause durant quelques minutes sur un pont enjambant le canal de l’Ourcq, à l’entrée du parc de la Poudrette, à Sevran.

Ce matin, alors que j’entamais quelques mouvements d’étirement musculaire, mon regard se posa sur un petit écureuil virevoltant à quelques mètres de moi dans ce que j’identifiais comme étant un noisetier sauvage. Le spectacle était aussi réjouissant qu’étonnant. La réputation d’agilité acrobatique de ces petits bouffeurs de noisettes n’est certes plus à faire, et pourtant comment ne pas être bluffé par les prouesses de cette boule de poils roux capable de se concentrer sans problème sur la dégustation d’une noisette verte, en équilibre sur une brindille au bout d’une branche d’un centimètre de diamètre !

La séquence a duré une dizaine de minutes, lorsque je suis reparti, à regret, M. l’Ecureuil y était encore.

Je n’ai malheureusement pas trouvé de vidéo satisfaisante qui corresponde à la scène à laquelle j’ai assisté. Mais en voici une autre, trouvée sur la Toile, et tout aussi réjouissante tant elle illustre éloquemment ce principe humaniste de partage que les humains ont si souvent tendance à oublier !


Publicités

Written by Juléjim

1 juillet 2011 à 19 h 33 min

Publié dans Ecologie, Tout et rien

Tagged with , , ,

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Joli moment de fraicheur,
    je suggère la vidéo de notre ami @sinaute aujourd’hui pseudommé LR :

    alainbu

    1 juillet 2011 at 19 h 52 min

  2. Merci Jules, ce matin, en regardant l’écureuil et les geais partager la gamelle, le temps s’est arrêté, et je me suis sentie bien.

    Gavroche

    2 juillet 2011 at 10 h 24 min

  3. c’est trop joli ! rien n’arrête l’écureuil vorace et acrobate face à la noisette innocente… et puis c’est fou comme entre chaque mouvement, il s’immobilise totalement, vraiment attentif, aux aguets, et hop il démarre et hop il s’arrête… mais après, le petit crunch dans les pattes, il se donne à sa gourmandise et épluche ça avec une telle minutie. les geais bastent tout de suite, c’est marrant.

    zozefine

    4 juillet 2011 at 9 h 44 min

  4. Paul Fort L’écureuil

    Écureuil du printemps, écureuil de l’été, qui domines la terre avec vivacité, que penses-tu là-haut de notre humanité ?
    – Les hommes sont des fous qui manquent de gaîté.
    Écureuil, queue touffue, doré trésor des bois, ornement de la vie et fleur de la nature, juché sur ton pin vert, dis-nous ce que tu vois ?
    – La terre qui poudroie sous des pas qui murmurent.
    Écureuil voltigeant, frère du pic bavard, cousin du rossignol, ami de la corneille, dis-nous ce que tu vois par-delà nos brouillards ?
    – Des lances, des fusils menacer le soleil.
    Écureuil, cul à l’air, cursif et curieux, ébouriffant ton col et gloussant un fin rire, dis-nous ce que tu vois sous la rougeur des cieux ?
    – Des soldats, des drapeaux qui traversent l’empire.
    Écureuil aux yeux vifs, pétillants, noir et beaux, humant la sève d’or, la pomme entre tes pattes, que vois-tu sur la plaine autour de nos hameaux?
    – Monter le lac de sang des hommes qui se battent.
    Ecureuil de l’automne, écureuil de l’hiver, qui lances vers l’azur, avec tant de gaîté, ces pommes… que vois-tu ? – Demain tout comme Hier.
    Les hommes sont des fous et pour l’éternité.

    sgd

    4 juillet 2011 at 23 h 26 min

    • Ce sont des alexandrins si je ne m’abuse, et qui riment.

      asinuserectus

      7 juillet 2011 at 11 h 47 min

  5. un instant j’ai cru que tu partais faire ton couring avec ton appareil photo ;-p
    ça me surprenait, mais bon, c’est vrai que des fois on aimerait bien pouvoir prendre des clichés comme ça. raconter juste avec des mots c’est bien aussi 🙂

    kakophone

    5 juillet 2011 at 20 h 09 min

  6. L’écureuil semble prendre intentionnellement la pose de l’enseigne de la caisse d’épargne.
    Aurais-tu des noisettes à faire fructifier ?
    Très beau moment bucolique par un JL plein de bons sentiments. La vie est simple et tranquille.

    asinuserectus

    7 juillet 2011 at 11 h 53 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :