LES VREGENS

Sur le champ des Ristes

with 14 comments

Puisque c’est un peu calme sur ce blog je vais faire un petit billet fourre-tout histoire de mettre un peu de musique et de se remémorer des bons et moins bons souvenirs.

Fin août va se dérouler à Lézan près d’Anduze dans le Gard le rassemblement « EnergieS pour la planète »  initié par les collectifs contre le gaz de schiste et dont je vous ai maintes fois causé.

Ces rencontres se dérouleront sur les bords du Gardon d’Anduze au lieu-dit le champ des Ristes,

loué par le parti communiste gardois (pas spécialement à un prix d’ami d’après ce que j’en sais).

Il s’agit d’un superbe endroit arboré où le parti organise sa fête départementale depuis la nuit des temps.

Récemment le père Méluche est venu y lancer sa précampagne

 

Avec les copains on y est allé quelques fois, essentiellement pour les concerts, à une époque où le PC était encore un parti fort, voire de gouvernement et où ses fêtes attiraient les foules.

Je me souviens d’y avoir vu le pénible Francis Lalanne (pour un concert interminable) ou les Garçons Bouchers

Au début des années 90 alors que j’étais revenu habiter dans l’Hérault et que je venais de monter mon groupe, un copain organisateur nous contacte pour nous proposer un tremplin rock lors de l’édition 1991 de cette fête.

Cette année là la tête d’affiche était Touré Kunda

Le tremplin rock se déroulait en fin d’après-midi en plein cagnard et devant 3 pelés et un tondu mais on avait bien rigolé quand même

D’autant qu’après notre concert on avait rejoint les copains qui avaient fait le déplacement, notamment deux jeunes potes musiciens venus de Nîmes (avec qui on avait fait quelques temps auparavant un festival de bikers où l’on s’était amusé à reprendre le morceau ci-dessous),

 et avons fait la bringue jusque tard dans la soirée.

Le batteur était rentré plus tôt avec sa copine et on se retrouvait avec PushPush le bassiste

(qui fait ça maintenant)

et les guitares et amplis dans ma Renault 5 pour faire les 60 bornes de retour vers Montpellier.

PushPush avait vissé ses écouteurs de baladeur sur les oreilles et s’était assoupi.
Il a été prématurément réveillé par le bruit du véhicule que je venais de garer à l’insu de mon plein gré sur le terre-plein central d’un rond point, qu’ils avaient la mauvaise idée de placer tout au bout d’une descente. Mais pas de dégât, je ne roulais pas vite, on en a rigolé et j’ai redoublé  de vigilance pour le trajet restant.
Le lendemain je racontais l’anecdote à ma copine et me prenait un savon pour la peur rétroactive qu’elle avait eu.

Dans la journée on recevait un appel d’un pote de Nîmes nous annonçant que les deux jeunes copains avec qui on avait bringué la veille s’étaient plantés sur la route du retour, le passager était mort, je crois qu’il n’avait guère plus de vingt ans, c’était un très bon guitariste de hard-rock.

Publicités

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. ah, steppenwolf born to be wild, c’est du presse-bouton instantané, c’est un des trucs les plus sexys que je connaisse, et puis easy rider, tout ça, ça me rappelle à la fois mes atroces angoisses d’ado, mais aussi une sorte de joie et de rage au bide qui m’ont bien nourrie. elle est bien ta petit chronique pour un blog ronronnant, un dimanche pm…
    (et le gardon, c’est une des plus jolies et poétiques places du monde entier)

    zozefine

    24 juillet 2011 at 13 h 29 min

    • hé hé ! à ce rassemblement de bikers on jouait sous chapiteau parce qu’ils avaient eu peur de la pluie mais comme il faisait beau tout le monde était dehors, d’autant qu’ils en avaient un peu rien à foutre de notre punk-rock, ils écoutent surtout de la country, et quand on a attaqué Born to be wild y’en a un qui a carrément débarqué sous le chapiteau avec son Harley et il a fait tourner sa roue arrière à fond la caisse comme ils aiment bien faire, le bruit du moteur couvrait quasiment la sono, puis il est reparti ! On était pliés de rire 😉

      alainbu

      24 juillet 2011 at 13 h 54 min

  2. Je crois que ce champ, t u mettrais bien un T au début de son nom quand même.

    Je ne sais pas si c’est moi qui ai changé et perdu le fil, mais j’écoutais beaucoup de ce rock alternatif entre 85 et 95, et puis après j’ai eu l’impression qu’il a disparu.

    lenombrildupeuple

    24 juillet 2011 at 17 h 15 min

    • oui tu as raison, 95 c’est à peu près l’année où les majors ont fini par tout acheter et ceux qui n’étaient pas à vendre ont disparu.

      alainbu

      24 juillet 2011 at 17 h 38 min

      • et puis, en 85, il y avait les radios libres et aussi des Fanzines partout ou presque. Bref, ça brassait.

        lenombrildupeuple

        25 juillet 2011 at 18 h 54 min

      • ça brassait parce que ça démarrait, en tous cas en France, mais il ne faut pas croire que c’était plus facile qu’aujourd’hui, loin de là. Ce qui se passe aujourd’hui c’est que la culture dite alternative n’a plus sa place en haut de l’affiche, plus d’émissions rock à la tv par exemple.
        Par contre, je le vois avec les potes qui continuent, il est beaucoup plus facile de tourner dans des lieux adéquats, en 85 quand tu arrivais dans un village pommé tu était pris pour un extraterrestre, il est aussi beaucoup plus facile de passer en radio grâce aux réseaux comme la Férarock http://www.ferarock.org/ et il n’y a jamais eu autant de fanzines et surtout internet qui révolutionne tout.
        Par contre les Bérus un samedi soir même à 23 heures ça n’existe plus. Chacun à sa place, le underground reste dans les caves.

        alainbu

        25 juillet 2011 at 19 h 13 min

  3. tu fais vraiment tout pour nous donner envie hein ? 🙂
    screugneugneu, pourquoi on ne peut pas être à 2 endroits à la fois ? c’est un scandale !!

    pour ce qui est du rock alternatif français, pour moi il était mort bien avant 90, hélas

    kakophone

    27 juillet 2011 at 18 h 15 min

    • figure toi qu’on est passé à deux doigts de l’annulation pure et simple des rencontres de Lézan.
      Il semble qu’il y ait des soucis, manque d’argent, manque de bénévoles.

      alainbu

      27 juillet 2011 at 18 h 23 min

      • et puis pour l’alternatif, pas trop d’acc avec toi dans le sens où certains chefs de file du courant alternatif ont été à leur apogée au début des 90’s, Mano Negra, Noir Dez’, VRP etc…

        alainbu

        27 juillet 2011 at 18 h 25 min

      • Bon Noir Dez’ je veux bien, mais la Mano justement King of Bongo ça n’a plus rien de l’alternatif des débuts. « Bien avant 90 » c’était exagéré, mais c’est la limite à partir de laquelle les choses ont changé, enfin pour moi il y a vraiment eu une rupture à partir de là.

        kakophone

        28 juillet 2011 at 8 h 06 min

  4. Là où je te rejoins c’est qu’en effet le début des 90’s marque une sorte d’institutionnalisation du rock avec la création du centre info rock, l’officiel du rock, les états généraux du rock où a été créé la férarock, et je ne sais pas si tu te souviens mais il y a même eu un « ministre du rock », Bruno Lion chargé de mission du ministère de Jack Lang qui est devenu patron de label pro-hadopi et administrateur de la SACEM, cherchez l’erreur.

    alainbu

    28 juillet 2011 at 9 h 17 min

  5. T’as déjà entendu Hadji-Lazaro en album solo? C’est pas mal!

    superpowwow

    31 juillet 2011 at 20 h 32 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :