LES VREGENS

Par coeur

with 4 comments

Cette année scolaire, je la connais déjà presque par coeur.

avant les trois coups

Il y aura 120 associations nom/prénom/visage à mémoriser dans des salles comme celle-là, avec 5 irréductibles qui résisteront mystérieusement jusqu’en novembre.

Il y aura les parents auxquels annoncer que les langues sont une priorité à 2 heures par semaine, et qu’on ne connaît pas les épreuves de bac que leurs enfants passeront dans un an et demi.

Il y aura la ronde des regards qu’on s’applique constamment à croiser pendant les cours. En alternance avec les coups d’oeil vers le dessous des tables, pour traquer les téléphones en action.

L’essoufflement après la quatrième heure de cours à parler FORT en ARTICULANT, en marchant et en faisant des gestes.

Il y aura le découragement des copies où l’on voit si peu d’acquis.

Il y aura les fous-rires évités de peu, les énervements maîtrisés au prix d’une grande tension, et parfois les clashes incontrôlés, dont on sent l’inutilité dès qu’ils éclatent.

Il y aura des cours laborieux où l’on bafouille et on perd le fil, quelques cours magiques où les idées viennent à cent à l’heure, où l’attention et le plaisir sont là, où quelqu’un dit « Déjà ? » quand sonne la fin.

Il y aura, devant l’ordinateur, certains soirs, les heures de recherche et de redécoupage de documents peut-être plus intéressants que ceux du bouquin. Parfois ça leur plaira plutôt, parfois non. Jamais à tous, jamais à aucun.

Il y aura les négociations, à tous propos, avec les élèves, les collègues, la direction.

En hiver, il y aura l’embarras de faire cours accompagnée de mon reflet dans les grandes fenêtres des salles, à l’heure où il fait encore nuit.

À propos d’embarras, il y aura le blocage face à certains équipements très modernes et très compliqués – pour moi ! Mais qui sait ? Peut-être qu’un jour j’oserai tenter de dompter (devant élèves) le Tableau Numérique Interactif ? Ou le Labo Multimédia ?

et si on commençait par me prouver que ce n'est pas un gadget?

Il y aura, après une montagne de papiers administratifs, la parenthèse d’une semaine : les docks de Liverpool, la grande maquette du Titanic, les rues anglaises kitchissimes dix jours avant Noël et le grand air marin d’hiver, et les montagnes, un peu plus loin. Les pensées émues pour les collègues et copains qui sont en cours pendant ce temps, la détente, mais aussi le stress de l’incident grave ou d’une très mauvaise météo jusqu’au retour.

ceci est bel et bien du travail

Il y aura les réunions de toutes sortes, les jours de salaires perdus pour avoir protesté – sans rien obtenir – contre l’évolution des conditions de travail et des projets et programmes.

Il y aura des fêtes.

On espère qu’il n’y aura pas d’élèves sans-papiers inquiétés. Et s’il y en a, on se bougera.

Il y aura des bonnes idées qui n’aboutissent pas, et des plans improvisés qui fonctionnent… ou pas.

Les avertissements, les encouragements, les bonnes surprises et les déceptions. Les perles dans les copies. (Saviez-vous que la plupart des villes d’Australie se situent à la campagne?)

Les cours « reconquis » sur le mois de juin… mais en pointillés car les convocations aux examens commencent toujours mi-mai. (Chuuut!)

Les résultats au bac 15 à 20 points sous la moyenne académique, mais ça pourrait être pire avec ces élèves là.

Bon, finalement, on ne va pas s’ennuyer !

Publicités

Written by florence

7 septembre 2011 à 18 h 52 min

Publié dans Education, humeur, Tout et rien

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. On ne dit pas  » et parfois les clashes incontrôlés  » mais  » et parfois les heurts incontrôlés ».
    Non mais !
    L’abus de travail est dangereux pour la santé, à l’évidence.

    lenombrildupeuple

    7 septembre 2011 at 20 h 00 min

  2. Et… il y aura … le truc imprévu, jamais vu, jamais vécu, jamais rencontré dans une carrière déjà longue, et qui fait que cette année 2011/2012 sera marquée d’une pierre blanche.

    Je te souhaite de tout cœur que cette année te mette du baume au cœur parce qu’elle s’avérera une super année, et ce qui est génial c’est que tu ne sais pas encore pourquoi !

    😉

    julesansjim

    7 septembre 2011 at 21 h 00 min

  3. Jolie description, qui met bien dans l’ambiance.
    Et sinon : « quelques cours magiques où les idées viennent à cent à l’heure, où l’attention et le plaisir sont là, où quelqu’un dit « Déjà ? » quand sonne la fin »
    c’est juste pour ça que tu fais ce boulot, non ? 😉

    alainbu

    8 septembre 2011 at 8 h 20 min

  4. Quasi poétique, cette évocation … et presque une leçon de choses. Pour moi, presqu’ une nostalgie
    Il n’y a pas loin du « il y aura … » au « il y avait … » , juste un court instant, celui évoqué par Paul Fort et son bonheur dans le pré … ou encore Trenet, magnifique poète lui-aussi . Admirez ce play-back, à proposer à qui aime le mime … et la fantaisie du chanteur. le lien :

    randal

    10 septembre 2011 at 13 h 00 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :