LES VREGENS

Retour en arrière

with 2 comments

Cet après-midi, sur la toile, j’ai découvert cette image

puis celle-là.

 

Aujourd’hui, au lieu de se révolter, de s’unir, de se battre contre un système qui les détruit à petit feu, les gens se tuent… En Grèce, le nombre de suicides a explosé en deux ans,  presque multiplié par deux…

Ou bien ils envoient leurs gosses se battre comme des gladiateurs dans une arène, pour leur apprendre « la discipline » …

Il paraît que la Grande-Bretagne est « sous le choc »,mais c’est parfaitement « légal »…

On leur apprend la vie, aux moutards, et on renfloue les caisses vides, au passage.

Enfants marchandises, enfants vendus, seule richesse de leurs parents, bientôt, dans nos pays « civilisés », on autorisera à nouveau le travail des enfants. Ces enfants, grandis avec la crise, le chômage, le sida, la peur de manquer, la pollution, et l’ignorance de plus en plus grande de la « classe ouvrière » dont ils sont issus.

Ils savent déjà, grands et petits, suicidés et combattants, que ce monde idéal vu à la télé, les études, les « carrières », le succès, ce n’est pas pour eux. Et ce ne le sera jamais. Ce sont des losers.

Même si un jour ils décrochent un job dans un bureau, en col blanc, avec l’illusion de la « liberté », ils resteront d’indécrottables prolos, des pue-la-sueur, des fils de personne. Et quand on est fils de personne, on sait que « faire des études » ne sert à rien. Oh, on aura peut-être droit à quelques miettes du bling-bling rêvé, mais surtout, on le sait, il faudra se battre. Pas contre un système, ça, c’est perdu d’avance, mais contre son voisin, contre l’étranger, contre « l’autre ». Pour arracher sa part du quignon de pain.

Car ils vont s’entre-dévorer, ces petits… En attendant, parfois, ils s’indignent et refont le monde. Autour d’une bière avec des copains d’un soir. Et c’est tout.

« Pour la gauche américaine, c’est précisément cette tendance à ne pas accuser le système qui a étouffé historiquement le développement du mouvement ouvrier radical. Ayant intériorisé le mythe de l’homme arrivé par ses seuls efforts, les ouvriers ont trop souvent sacrifié la solidarité à l’espoir illusoire de la réussite individuelle. Pire, ils ont accepté l’échec de leur promotion comme un jugement moral passé sur leur manque d’ambition ou d’intelligence. »

Christopher Lasch, La révolte des élites et la trahison de la démocratie.

L’allure grinçante d’une sorte de fin du monde et la mort de notre civilisation des Lumières…

Publicités

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. J’ai vu un court reportage à la télé hier à propos de ces combats d’enfants en GB. Il était précisé à un moment dans le commentaire que certains enfants étaient en larmes. Et, cerise sur le gâteau, interview du père de l’un des gamins (celui qu’on voit à gauche sur la photo, je pense) qui précisait que personne n’avait contraint son fils à combattre !
    Ben non je vois pas, à part la connerie de ses parents…

    😦

    julesansjim

    23 septembre 2011 at 20 h 57 min

  2. bon, on le fait ce village gaulois, avec le chef sur son bouclier (qui, mais qui voudrait se balader sur un bouclier ?), la potion magique (évidemment concoctée par tes soins), avec de beaux chiens bergers turcs pour garder et l’intérieur et l’extérieur ? contre les hordes de connards qui parcourent le monde, leur arrogance en sautoir et leur inhumanité en philosophie ?

    zozefine

    5 octobre 2011 at 22 h 45 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :