LES VREGENS

Vous voulez des raisons d’être en rogne ? En voilà.

with 2 comments

Salauds de pauvres !

Pendant que chez nous, la « primaire socialiste » fait bander les journalistes, et où, sans surprise, le « gauchiste » Montebourg se rallie à la branche molle du PS

Vous vouliez des raisons d’être en rogne ? Y’en a plein :

– DSK passe une nouvelle fois à travers les mailles du filet. Salopes de bonnes femmes, toutes des menteuses, qui font rien qu’à fantasmer que DSK est un gros porc… Mais riche et puissant.

Certes, il a bien mis la main là où il ne fallait pas, mais comme c’était « une agression sexuelle » et pas « une tentative de viol », allez hop, c’est prescrit. Il faudra m’expliquer la différence… Bref, selon ses aficionados, il est « blanchi ».Et cette chère Anne Sinclair peut continuer à sourire.

– Toujours dans le rubrique « justice » :

Parfois, il n’y a pas prescription, et c’est le gnouf immédiat. Pas pour un « passage à l’acte », mais pour des menaces, à l’encontre d’une « journaliste », auteur du documentaire de « La cité du mâle »… Faut dire que Nabila Laïb est arabe, et pas présidente du FMI, ni socialiste. Les violeurs sont tous des bougnoules, c’est bien connu. Les gros riches blancs ne pratiquent que le « troussage de domestique », c’est quand même pas pareil.

– Toujours en France, une prof de maths s’est immolée dans la cour de son lycée à Béziers. Elle était trop sévère, il paraît, et sûrement, comme d’habitude, elle était un peu brindezingue-pas-claire, vu qu’elle était « suivie par un psy »…

On a mis en place une « cellule psychologique », le ministre-Loréal est venu sur place, juste pour « soutenir » les collègues de la dame. Il n’a pas prévu cependant d’embaucher des profs en plus. Et les collègues de la dame vont voter François Hollande.

– France toujours. Les pauvres font toujours autant chier. Ils fouillent dans les poubelles rien que pour emmerder « les gens bien »…

Heureusement, un édile courageux a désormais interdit le « glanage »dans les poubelles de la ville. Les pauvres, ça pue, et ça fait pas net. 

– Et encore en France. Dramatique. Y paraît que c’est vachement dur pour les actionnaires des banques françaises en ce moment. Qu’ils crèvent.

Ailleurs dans le monde, c’est pas mieux, et il y a encore des raisons d’être en rogne :

– Après c’te bonne vieille guerre « humanitaire », les requins sont en route pour la Libye, histoire de se rattraper…

– Mais en revanche, en Grèce, ces salauds de pauvres gagnent encore trop.

Salauds de grecs, qui font rien que glander toute la journée en bouffant des olives et de la feta… Selon la Commission européenne, il paraît que le niveau actuel du salaire minimum est « une entrave à la création d’emplois, et à la compétitivité des entreprises grecques». Que «le salaire minimum en Grèce est supérieur à celui des pays membres de l’Union européenne ayant le même niveau de vie». A 751,39 euros par mois, le salaire minimum grec dépasse ainsi celui de l’Espagne (748 euros, d’après les données 2011 d’Eurostat), du Portugal (566 euros) et des pays de l’Est comme la Pologne (347 euros), la Hongrie (293 euros) ou la République Tchèque (329 euros).

Elle appelle les « partenaires sociaux » (on ne dit plus les syndicats, ou pire, les représentants des travailleurs, ça fait ringard) à « considérer la question sous cet angle », et à une «accélération des réformes» en Grèce. En clair et en bon français, à un cran supplémentaire dans le serrage de ceinture.

En septembre, le gouvernement grec a pourtant déjà donné un tour de vis. Voir mon article précédent ici. Et ben, c’est pas assez.

Le mieux, c’est qu’on aille tous travailler gratos. Comme les roms en Hongrie.

Car ne désespérons pas, pour nous autres, ça vient.

Edit, samedi 15 octobre 9 heures :

contrairement à ce qu’annonçait le procureur cette semaine, la professeure de maths de Béziers est morte. Voici la lettre d’une de ses amies :

Nous avons tous vécu , hier, à la récré de 10h le plus horrible des cauchemars…Notre collègue et amie, Lise, prof de maths avec moi dans ce bahut depuis 10 ans, lasse de la conduite des élèves la chahutant ou l’humiliant avec leurs coups bas et leurs sottises d’ados, s’est immolée, devant nous tous! on l’a vue torche vivante, calcinée, noire sur tout le corps et marchant vers nous et les élèves dans ce qui nous a paru comme une éternité, les bras en croix, devant nos yeux horrifiés. Nous hurlions, elle était silencieuse et digne, pas un cri , pas une lamentation, on voyait ce corps incandescent avancer et tournoyer…Je la reverrai pendant longtemps, ce n’était pas du tout une fille fragile mais quelqu’un qui aimait son métier, comme nous tous, et ne supportait pas ce qu’il était devenu. Nous la pleurons, faites passer le message de sa force et de son courage exemplaires, elle restera notre martyre , nous marcherons, dans le deuil lundi puis à Montpellier mercredi, notre communauté entière est ébranlée. Puisse sa mort avoir un sens et faire reculer la bêtise humaine , de nos chefs, de ceux qui nous gouvernent et qui n’ont rien compris, et poser, enfin, les choses clairement , que nous n’en pouvons plus, qu’hier c’était elle et que demain ce pourrait etre nous! Nous sommes vides, ce soir, et anéantis, choqués!

 

Publicités

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Si je puis me permettre tu as oublié la dernière de Chatel, le grand patron des pédagogues. Il propose de faire des tas avec les minots de maternelle. Un tas de RAS, un tas de Risque et un de Haut Risque. C’est des psychologues de Grenoble qui ont pondu ça ! Mais Chatel réfute le terme d’évaluation. Ben non, c’est pas une évaluation, c’est du tri eh Ducon !

    http://www.lemonde.fr/education/article/2011/10/13/l-evaluation-en-maternelle-suscite-un-tolle_1587546_1473685.html

    julesansjim

    14 octobre 2011 at 21 h 12 min

  2. C’est terriblement désespérant. J’ai l’impression que chaque jour on se prend une nouvelle claque dans la tronche. Sept fois à terre, huit fois debout. Tu parles… J’ai l’impression que beaucoup ont dépassé le stade de la colère. C’est la résignation et le désespoir. On s’indigne et puis on courbe l’échine. On n’a plus la force, à quoi bon?…

    murielle

    21 novembre 2011 at 19 h 44 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :