LES VREGENS

J’ai mal à la France

with 5 comments

Derrière le drapeau tricolore, que de petites lâchetés, de renoncements, la France pue, de plus en plus.

Ce matin, j’ai reçu un courrier de la Sécu. Ce machin émanait du « Pôle gestion des dossiers clients ». Je ne suis plus « assurée sociale », parce que j’ai cotisé toute ma vie pour la solidarité nationale. Je suis juste une « cliente »…

Il paraît donc, que depuis le décret 2007-199, avant même l’élection du rat qui nous gouverne, « le droit aux prestations en nature des assurances maladie est désormais accordé pour une durée de 12 mois maximum, à laquelle peut s’ajouter un maintien de droits de 12 mois« …

Et donc, flicage oblige, je dois fournir soit les trois derniers bulletins de salaire (si j’ai la chance d’avoir encore un boulot), soit les avis de paiement de Pôle Emploi, ou de la CAF si j’ai droit à l’aumône du RSA… Et si je suis retraitée, je dois fournir des justificatifs…

Et si je suis immigrée, ou SDF, on nomade, alors là… « Vous devez en outre justifier d’une résidence stable et régulière sur le territoire français. »

Entre Pôle emploi, qui affiche que « l’établissement est équipé de machines qui détectent les fausses cartes d’identité« , ma conseillère, cette brave dame qui me raconte la main sur le coeur que quand même, certains de ses clients « abusent« … Elle est « pour le social« , mais quand même, « pas n’importe comment. »

Pauvres, chômeurs, assistés, cancer…

Et pour la sécu, c’est pareil. J’y ai bossé quinze jours il y a deux ans. De tous petits fonctionnaires, accrochés à leur maigres émoluements, à leur petite vie. Au rêve de « faire construire ». Et qui, sans se poser de question, envoient aux gens des courriers comme celui que j’ai reçu ce matin.

Pas de revendications, pas de grèves, juste continuer, chaque jour, à compter chaque sou, chaque joie, aigris, déçus, jaloux des « immigrés qui eux, ont droit à tout« . Des prisonniers, qui vivent dans des prisons quatre étoiles (évidemment), vautrés devant la télé aux frais de la princesse.

C’est simple. J’ai l’impression d’être repartie, téléportée dans une machine à remonter le temps. Sous l’occupation, où c’était mieux de détourner pudiquement le regard. Au XIXème siècle, où la solidarité, c’était la charité. Charité d’un morceau de pain pour Gervaise…

Car ça vient, ce grand bond en arrière, comme aux Zétazunis, où on soigne les pauvres par tirage au sort ,comme au loto… 

Comme en France, où on va laisser mourir un bébé de six mois. 

A côté de tout ça, combien ont engrangé les banques, les actionnaires des grosses boîtes ? Pas grave. Pour les gens, la solution, c’est la fille du borgne… Comme en 1933…

J’en ai marre. Et j’ai mal à mon pays.

De quoi avoir envie de relire Le Voleur, de Georges Darien :

Qu’est-ce que le Peuple? C’est cette partie de l’espèce humaine qui n’est pas libre, pourrait l’être, et ne veut pas l’être; qui vit opprimée, avec des douleurs imbéciles; ou en opprimant avec des joies idiotes; et toujours respectueuse des conventions sociales.

C’est la presque totalité des Pauvres, et la presque totalité des Riches. C’est le troupeau des moutons et c’est le troupeau des bergers.

Vous avez faim? Soyez modérés. Votre femme grelotte sous des haillons? Soyez modérés. Vos enfants, rongés de maladie, n’ont ni remèdes, ni nourriture? Soyez modérés.  La misère vous étrangle et vous dépèce? Soyez modérés. Vous crevez? Modérez-vous.

Ne crevez, mon ami, qu’avec la plus extrême modération.

Je n’aime pas les pauvres.
Leur existence, qu’ils acceptent, qu’ils chérissent,
me déplaît;
leur résignation me dégoûte.
A tel point
que c’est, je crois, l’antipathie, la répugnance qu’ils m’inspirent,
qui m’a fait devenir révolutionnaire.

Publicités

Written by Gavroche

6 janvier 2012 à 14 h 41 min

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. La noblesse d’être humain s’efface dans le quotidien.

    T’inquiète, bientôt, on va te réenchanter le rêve français. Comme dit George Carlin, nos maîtres le savent bien, c’est appelé le « rêve français » (ou américain) parce qu’il faut être endormi pour y croire.

    gemp

    6 janvier 2012 at 22 h 36 min

  2. Serait-ce parce que le texte de notre Gavrochounette est particulièrement désespéré qu’il suscite aussi peu de commentaires ? comme par crainte d’une dépression contagieuse ? Merci à Gemp d’avoir su réagir le premier. Je m’y colle à mon tour.

    Nous sommes un certain nombre à savoir que le patronat français, le syndicat officieux mais traditionnel des tacherons du gouvernement, a, depuis au moins 2007, l’objectif résolu de détruire les acquis du programme du CNR né après la 2e guerre mondiale. La phrase de Denis Kessler est aussi scandaleuse qu’inoubliable :  » « II faut défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance. »avait-il déclaré dans l’euphorie droitière de la victoire sarkozienne. Mais elle est aussi révélatrice du peu de qualité humaine de ces VIP qui sont au pouvoir depuis si longtemps.

    En 5 ans on peut penser que « the game is over ! » : nous sommes au fond du trou. Dans ce cas, deux options possibles : soit on y reste, soit, ne pouvant pas descendre plus bas, on décide de remonter. Un bon coup de pied énergique et hop ! De l’air ! Une autre façon de dire « Dégage ! » Une façon aussi de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide …
    Une façon enfin de prendre l’amie, la frangine, Gavroche, par la main, en lui disant « Allez ma belle ! on remonte la pente ! Vive la vie et mort aux cons !

    😉

    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1669

    julesansjim

    7 janvier 2012 at 18 h 50 min

    • Perso, j’ai raté la notification de ce billet,
      mais peut-être que c’est aussi mon inconscient, car en effet ça fait peur, d’autant que je sais d’ors et déjà que je vais perdre tout prochainement ce privilège d’assisté nommé cmu.

      alainbu

      8 janvier 2012 at 19 h 24 min

  3. En regardant l’itw de Redford sur Arte cet aprème dans le 1er n° de « Personne ne bouge », les propos du réalisateur Redford expliquant pourquoi il faisait ce film sur la gauche radicale des années 70 aux states m’ont curieusement fait penser au billet de Gavroche avec ce qu’il exprime de désespérance et de violence mêlées.
    Dîtes-moi si je suis hors sujet ou pas (c’est la dernière rubrique mais l’émission est super et ne dure que 45mn) :

    http://www.arte.tv/fr/6289792.html

    julesansjim

    8 janvier 2012 at 21 h 32 min

  4. perso, rien à ajouter …
    j’ai pas de « maîtres » à penser ………………..;
    mais j’ai quelques humains admirables.
    leurs mots, leurs idées m’ont porté.
    Et Darien est l’un de ceux-là

    randal

    9 janvier 2012 at 13 h 02 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :