LES VREGENS

Scoop : c’est pas les patrons qui coûtent cher, c’est les salariés…

with 4 comments

Je suis encore en rogne. Hier soir, j’ai regardé pendant 10 minutes le jité du larbin Pujadas. Je n’ai tenu que dix minutes. D’ailleurs, maintenant, quand j’ai un petit coup de mou, il me suffit de regarder sa gueule, ça remplace tous les cafés de la terre. Sauf qu’hélas, ce n’est pas meilleur pour la santé.

Alors, « le dossier de cette édition », c’était, j’vous l’donne Émile : « Depuis 30 ans, le chômage en France n’est jamais descendu au-dessous de 7 % de la population active ».
Bon. Avec interviouve à la clé de quelques pingouins qui se sont attaqués au problème du chômage :

– Mitterrand, sur la fin, qui disait d’un air las : « On a tout essayé… » Ah ouais ? Vraiment ? Même de faire une vraie politique de gauche ?

– Villepin : « Comptez sur moi, les mecs, je vais régler le problème du chômage… » Genre le CPE…Y’a qu’à regarder sa tronche pour être convaincu, hein…

– et cerise sur le gâteau, Sarko lui-même, lui aussi « impuissant » à régler le problème du chômage… Comme quoi, on peut pas lui en vouloir, au « président des riches », et les méchants qui le critiquent ont tort, juste parce que les autres n’ont pas fait mieux…

Et sur la fin, on a demandé son avis à celui-là :

Sur le « service public », y’avait juste marqué son nom,  Nicolas Baverez… Sans autre précision.

Un avis donc, présenté comme sérieux, officiel, et émanant d’un « expert » … Le Pujadas a malencontreusement « omis » de dire que ce gars là est :

– chroniqueur au Point (journal « objectif »),

– chroniqueur sur France Cul avec avec un autre « expert », un dénommé Olivier Pastré, lui aussi totalement indépendant, ahem… sauf qu’il est le président de la banque IM Bank en Tunisie … si, si, et c’était déjà le cas sous Ben Ali … Du coup, on comprend mieux qu’il ait déclaré le 31 décembre dernier (ça m’avait fait grimper aux rideaux) que la démocratie et le libéralisme ne faisaient pas bon ménage… Je vous en avais causé ici.

– membre du comité d’éthique du Medef (y paraît que ces gens là ont une éthique … )

– membre de l’Institut Montaigne, comme chacun sait un repaire de gauchistes…

Et bien, c’est lui qui a trouvé la solution :  « Si le chômage bat tous les records par chez nous, c’est parce que le travail coûte plus cher qu’en Allemagne », et c’est parce qu’on fait rien qu’à glander qu’on est dans le caca. Il a bafouillé deux chiffres vite fait à l’appui de sa « démonstration »… L’heure de travail chez nous vaudrait 34 euros, contre 29 chez les teutons.

C’est bien simple, ce putain de « coût du travail » est « au cœur du sommet de crise »… L’allègement du « coût du travail », ce serait pour éviter les délocalisations…

Moralité, on n’a plus qu’à niveler les salaires par le bas. Le « progrès social » version libérale.

Ben moi, quand on me balance des mensonges aussi gros à la gueule, quand on me prend ouvertement pour une truffe, je sais pas vous, mais moi ça me donne envie de casser la télé, et la gueule de Pujadas.

Les vrais chiffres :

Depuis trente ans, et le « tournant » de la rigueur des socialos, la part des salaires en France n’a pas cessé de baisser dans la valeur ajoutée :


Et les entreprises, si « éthiques », n’en ont pas profité pour investir, loin de là :

Mais où est passé le pognon, à votre avis ?

Et concernant l’Allemagne, dont nos libéraux vantent « l’exemple », la médaille a son revers…

Chômage, la face cachée du miracle allemand.

La compétitivité allemande, c’est 20 %  de travailleurs pauvres

Ces retraités allemands obligés de retourner au travail.

En clair, si l’exemple, c’est l’Allemagne, demain nos retraités seront obligés d’aller au turbin, et vous bosserez pour … 1 € de l’heure.

Elle est pas belle, la vie ?

Publicités

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Sérieusement, pourquoi tu continues à regarder la télé? J’ai arrêté il y a quelques années 🙂

    gemp

    20 janvier 2012 at 21 h 13 min

  2. Quand les tics des patrons s’accordent avec les tocs des actionnaires (15% de rendement minimum sinon…), la réalité pour les salarié(e)s ça donne ça :

    … et que ce soit un poste de télé ou de radio, quand on entend ça, on a les mains qui démangent… c’est vrai.

    😦

    julesansjim

    20 janvier 2012 at 21 h 47 min

  3. […] Dans ses vœux à la Nation, l’autre jour, notre présidu a même évoqué sans rire « la peur de l’embauche » mise dans la balance face à « la peur du chômage »… Oubliant opportunément que depuis trente ans (eh oui, le désormais célèbre  « tournant de la rigueur » des socialistes), la part des salaires n’a cessé de diminuer au profit de celle du capital. Oubliant que le montant des dividendes versés aux actionnaires dépasse, depuis 2003, celui des investissements réalisés dans les entreprises, et qu’il a été multiplié par vingt en trente ans. Je vous en parlais ici… […]

  4. […] Je vous en parlais dans ce billet. […]

    Otages | LES VREGENS

    10 juillet 2014 at 13 h 19 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :