LES VREGENS

Insécurité … sociale

with 6 comments

Ce matin, j’écoutais France Inter.

Et notamment, les trois chroniqueurs invités, pour parler des prochaines élections présidentielles, en l’occurrence, Jean-Marie_Colombani (actuellement patron de Slate, et je découvre qu’il fait partie du club le Siècle), Dominique Reynié (politologue, libéral, évidemment et … « proche de l’UMP ») et … (pardon d’avance à Mona, si elle me lit) Caroline Fourest. No comment en ce qui la concerne, je ne voudrais pas qu’on m’accuse de « cracher » sur la dame.

Pour prouver que (quand même) je ne raconte pas de craques, vous pourrez juger par vous mêmes et écouter ce machin ici.

Ces gens de bonne compagnie discutaient donc gentiment sur le futur meeting de François Hollande (honnêtement j’ai oublié où) et sur les futures élections.

Selon ces gens, de toutes façons, c’est la crise, et on ne peut pas faire grand chose (Colombani), la gauche étant faible dans les intentions de vote (Reynié), il faut surtout que notre ami Hollandréou appuie sa « campagne » sur « battre Sarkozy  » (a priori, c’est déjà le fond de son « programme ») et qu’il « se mette en scène« , qu’il prenne « une posture de capitaine » (Fourest). Sans préciser capitaine de quoi. La politique comme spectacle…

Selon ces gens, les « classes populaires » votent FN, à 39 % (ils s’appuient sur un sondage IFOP).


Et la question est posée : « les classes populaires » sont-elles « la clé du scrutin » ?

Pas vraiment, le véritable arbitre de cette élection, ce sera « le centre » (Colombani). Et de toute façon, la « classe populaire n’existe plus », parce que « les employés se considèrent comme faisant partie de la classe moyenne. » « Les catégories socio-professionnelles que nous connaissions sont obsolètes ». (Reynié). Les gens veulent de la « modération ».

Les ouvriers, eux, « naissent dans une culture d’extrême droite » (Reynié, toujours), et donc, les points importants pour les conquérir sont : lutter contre la précarité, leur donner un meilleur statut, logement, pouvoir d’achat, santé, et … immigration et sécurité (encore Reynié). Parce qu’à la fin des fins, les ouvriers se sont rendu compte que « la gauche n’a pas su les protéger »… (toujours Reynié).

Fourest : chez les classes populaires, vient en premier l’abstention, puis le vote FN. Les membres d’EELV eux, sont des « bobos » … Et « tout le monde doit penser à ceux qui souffrent le plus de cette crise ».

Nos bons experts, si loin des préoccupations du bas peuple, qui ne vont jamais « au-delà du périph » savent malgré tout de quoi ils parlent…

Reynié, approuvé par Fourest : « ce qui manque à Mélenchon » – en précisant qu’il n’est qu’à 8 % d’intentions de vote, selon les sondages – pour séduire les « classes populaires », « c’est la xénophobie. »  

Au-delà de ce que je ressens dans ce discours comme un total mépris de classe, et là pour le coup, vraiment comme un « crachat », moi, en discutant avec les vrais gens de la France d’en bas, je n’ai pas constaté du tout la haine de l’autre.

La propagande s’intensifie, mais elle marche de moins en moins bien. Dans les jités du service public, et ça se vérifie tous les soirs, les sondages donnent les chiffres : UMP, PS, Modem et FHaine. La démocratie selon les médias … Le FDG est systématiquement absent. Il n’existe pas pour les journaleux. Pourquoi, à votre avis ?

Sauf que les vrais gens de la France d’en bas ne sont pas aussi cons que ce que croient nos « élites » médiatiques. Ils ne se sentent pas agressés par l’immigré du coin, mais surtout par leurs conditions de vie de plus en plus difficiles. Mémé n’a pas peur que Mohamed lui pique son sac. Il n’y a rien dedans. Elle a surtout peur de crever toute seule dans son coin avec son minimum vieillesse. En insécurité oui, mais en insécurité sociale.

La « politologie » est un sport de combat.

Publicités

Written by Gavroche

22 janvier 2012 à 14 h 34 min

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. J’ai écouté cette chronique moi aussi ce matin et je trouve que ce qui s’est échangé là (c’est un peu la même eau chaque semaine d’ailleurs) illustre à merveille la phrase de Paul Krugman que Flo nous rapporte dans son dernier billet :

    « Ce que j’entends de plus en plus souvent de la part des membres de l’élite politique – les sages auto-proclamés, les responsables politiques et les experts en vue – est l’affirmation que c’est surtout la faute du public. L’idée est que nous nous sommes mis dans ce pétrin parce que les électeurs voulaient des choses gratuitement, et les hommes politiques trop faibles ont satisfait les demandes idiotes de l’électorat. » (Paul Krugman)

    *************************************
    Une chose m’a paru tristement juste tout à la fin de la chronique toutefois. C’est lorsque Caroline Fourest, approuvée par ses deux compères, a considéré que si Jean-Luc Mélenchon n’était pas plus suivi que ça par l’électorat populaire et ouvrier c’était parce que son discours n’était pas xénophobe. Ça fait très mal de devoir accepter cet affligeant constat mais je crains aussi qu’il ne soit pourtant juste. Ça ne signifie pas que les programmes sont identiques, notamment sur le plan économique. Derrière le programme du FdG il y a Jacques Généreux et quelques autres, plus ou moins proches du courant altermondialiste et anticapitaliste ; tandis que ceux qui ont fait quelques piges pour concocter un programme économique au fn, qui tienne la route électoralement parlant, sont des soutiers ou des mercenaires de l’économie et de la finance qui se vendent au plus offrant. Qu’importe que ce soit l’ump ou le fn.

    Je n’ai que de vagues impressions et des intuitions pour étayer à mon tour cette thèse et je souhaiterais de tout mon coeur être démenti par les faits dans quelques mois. Pourtant, cela fait plusieurs mois déjà que la montée des « idées » frontistes dans l’opinion m’inquiète ; la droite et ses représentants politiques l’a bien sentie aussi, elle qui, à l’instar d’un Guéant prenant le relais de Besson et d’Hortefeux, multiplie les déclarations et les initiatives sécuritaires sous couvert de lutte contre l’immigration clandestine, j’en passe et des meilleures… Mais plus récemment, j’ai toujours dans l’oreille les propos de cette femme de 45 ans qui m’a coupé les cheveux en début de semaine :
    « Moi je dis qu’on n’est pas seulement envahis, c’est qu’on n’est plus tranquille chez soi maintenant ! J’ai trois enfants moi monsieur, je suis en instance de divorce et j’ai pas envie un de ces quatre matins de retrouver ma fille voilée vous comprenez ? Et puis de toute façon, y en a que pour « eux » hein mais ça faut pas le dire ! »
    Nous n’étions que quatre dans le salon, cette coiffeuse, deux collègues femmes et moi. J’ai essayé de la convaincre qu’elle avait tort d’avoir peur. Que certains désordres et excès étaient le fait d’infimes minorités, que la situation critique dans laquelle est le pays devait nous imposer plus de solidarité et le moins possible de divisions, qu’il y avait un gros déficit en terme de justice sociale etc… Le salon se trouve dans le centre-ville d’Aulnay sous bois, ville régulièrement sous les feux des médias à cause de faits divers plus désolants les uns que les autres. Comment lutter contre la peur engendrée par l’ambiance délétère qui règne dans certains quartiers, le tout orchestré, amplifié par la plupart des médias ? Le maire PS et son équipe municipale (PS/PC/Verts) est quasiment à genoux, sur la brèche presque tous les jours.

    Que se sont-elles dit après mon départ ? « pfff… ne pas avoir peur ? la solidarité mon cul oui ! j’te parie qu’il vote à gauche celui-là tiens, peut-être même complètement à gauche si ça se trouve ! »

    Pour ma part, je suis sûr d’une chose : cette coiffeuse ira voter la peur au ventre, et cette peur la fera voter fn. Quant à ses deux collègues, qui n’ont rien dit mais qui ont tout entendu…

    julesansjim

    22 janvier 2012 at 19 h 10 min

  2. Comme quoi, la propagande marche… A force de rabâcher dans les médias :

    – les faits divers et variés, flics morts, jeunes filles découpées en morceaux, marches blanches,interdiction du voile, polémiques sur les mosquées, paraît-il pour défendre la laïcité… tu parles ! Le racisme d’état existe, hélas. Beaucoup plus chez Sarko-Guéant que chez les prolos.

    – la « montée » du Fhaine dans les sondages (sachant combien ils sont fiables, haha, rappelons nous le cataclysme de Le Pen au 2ème tour en 2002, personne ne s’y attendait), comme si c’était normal, comme si ce parti était un parti normal, à égalité avec les autres : UMP, PS, Modem et FN… Comme par hasard. Sauf que je ne crois pas au hasard. Les médias ne parlent que contraints et forcés d’une autre possibilité de vote. En clair, Mélenchon n’est pas un fantôme, il n’est pas seulement le clown qu’on expose pour ses coups de gueule, il a un programme.

    Bref, à l’arrivée, les bons cons comme toi et moi irons voter socialo au 2ème tour, « pour faire barrage au FN ». Comme une impression de déjà vu. Et bien non, ce sera sans moi.

    Pour le reste, il semblerait que nous ne fréquentions pas les mêmes gens. Les pauvres d’ici votent autrement. Aux dernières élections (régionales), un vote FN sur 104 … Et quelques votes LO et LCR. Pourtant, ici, c’est rural, et pas très politisé.

    Alors, désolée, Jean-Louis, oui, ta coiffeuse va probablement voter La Pen. C’est tout ce qu’il y a à dire, ses employées, tu n’en sais rien. Mais ce n’est pas du tout ce que disait Mâme Fourest, à savoir que « les classes populaires votent FN ». Ce n’est pas du tout pareil. Ce truc dégueulasse, c’est la vision de nos élites sur le peuple, trop con pour « bien voter ».

    Ils le disent maintenant ouvertement sur le service public : « Le libéralisme n’est pas vraiment compatible avec la démocratie ». Bientôt on rétablira le suffrage censitaire.

    Gavroche

    22 janvier 2012 at 19 h 35 min

  3. Mais pourquoi te mets-tu en colère et te sens-tu obligée de tenir des propos qui peuvent blesser (« nous ne fréquentons pas les mêmes gens » ; « désolée, c’est tout ce qu’il y a à dire » , « les bons cons » etc…) dès qu’on émet une divergence, une nuance ou un désaccord avec toi ?

    Brrrrr…grrrmmmbbblll…

    En plus, je ne dis pas que ses 2 collègues voteront fn, je ne dis rien, je mets des points de suspension, et donc j’attends de voir. Même si je ne suis pas spécialement optimiste.
    Et puis Fourest ne dit pas que LES classes populaires votent fn, elle ne se fonde pas seulement sur les sondages, elle s’appuie aussi sur les enquêtes nombreuses faites après élection sur les différents sociogrammes des votes. Il est désormais avéré qu’une partie non négligeable de l’électorat populaire s’est enkysté dans un vote protestataire chez le fn, ou cpnt aussi, sans compter les abstentionnistes (dont tu fais partiellement partie me semble-t-il), que ça explique en partie la descente en flêche du pc, par exemple. C’est douloureux pour des gens comme toi et moi mais si tu dis que c’est faux et que ça relève d’une propagande tu ne vas pas tarder à te faire traiter de « négationniste ». Je t’imagine d’ici !
    Quant aux ouvriers et salariés précarisés qui expriment leur révolte et/ou leur désespoir dans un votre d’extrême-gauche, ils ne doivent pas être légion vus les scores globaux de la nébuleuse anticapitaliste.
    Cet électorat là échappe depuis longtemps désormais aux partis traditionnels de gauche comme de droite. Que Mélenchon, avec le PG et le FdG tente de les faire revenir en s’adressant à eux de façon intelligente, efficace et non démagogique c’est tout à son honneur mais c’est vrai que ça ne va pas être simple !

    Moi je vis dans un département où, sans doute plus que partout ailleurs, le « vivre ensemble » est devenu extrêmement problématique à faire exister. Ma vision et mon ressenti des choses est forcément nourri de de cette douloureuse réalité. Le bureau de vote, installé dans le groupe scolaire où l’on a travaillé 20 ans (entre 1985 et 2005), a toujours affiché des scores record pour le fn, sous la gauche comme sous la droite (et la municipalité socialo-communiste n’a pourtant jamais ménagé sa peine pour favoriser les conditions de ce fameux « vivre-ensemble »). Je ne vois rien qui pourrait faire que ça se soit arrangé. Pas la peine de te préciser le sociogramme du public scolaire de ce quartier ZEP du 93 ?

    De toute façon, il est vain de s’empailler sur des prévisions électorales à plus de 3 mois des échéances. Laissons les commentateurs commenter, les analystes analyser, les éditorialistes éditorialiser, les journalistes « journaler ». Ils sont certes payés pour ça, mais nous ne sommes pas payés, ni obligés de les écouter plus que ça. Nous jugerons sur pièces, il sera toujours assez tôt pour compter les morts !

    julesansjim

    23 janvier 2012 at 16 h 03 min

    • Mais Jules, d’abord, je m’énerve pas, j’explique… Donc, pas la peine de grmbller… ;-))

      Ce que je dis, c’est qu’à force de répéter et de rabâcher que « les pauvres votent FN » (apparemment les journalistes trouvent que c’est un parti comme un autre, en tous cas moins dangereux que la vraie gauche) on ne voit pas Mélenchon dans les jités, mais La Pen tout le temps, elle s’exprime partout, tout le temps (ex hier après le meeting d’Hollandréou, et là non plus, aucune interviouve de Mélenchon), cela risque effectivement d’arriver. Et tout le monde finit par accepter ce « les pauvres votent FN » comme une « évidence ».

      Fourest a dit très précisément que les pauvres 1/ s’abstiennent 2/ votent FN. Sans même donner un quelconque début de commencement d’explication, du genre, les partis classiques se foutent de la gueule du monde, ils ont voté allègrement le TCE contre l’avis du peuple français, les gens dans les banlieues sont bel et bien abandonnées par la « classe politico-médiatique », etc. Bref, on assène juste des « vérités » médiatiques. Un peu comme « c’est la crise on ne peut rien faire »…

      Pourquoi nos médias donnent-ils si peu la parole au Front de Gauche, ou au NPA, à ton avis ? Pourquoi se fout-on de la gueule de Poutou, et pas de celle de La Pen, qui elle non plus n’a pas encore ses signatures ? Juste parce que « les sondages » ont dit que… que les « études » ont révélé que … Mais faites par qui, les études ? Que connaitrions nous du programme de Mélenchon si on était pas allés se renseigner ailleurs qu’à la télé, et même à la radio ?

      Bref, à mon avis, les pauvres ne votent pas FN partout (honnêtement, le 93 est un cas particulier, et si tous votaient, y compris les jeunes « issus de l’immigration », la chanson serait peut-être différente). Et tous les pauvres ne votent pas FN, loin de là.

      Et quand je dis « bons cons », c’est une constatation, pas une injure, et je me mets dans le lot : en 2002, j’ai fait partie de ceux qui ont voté Chirac… Hélas. Pour réparer les conneries de Jospin.

      Gavroche

      23 janvier 2012 at 16 h 30 min

      • Si, quand tu m’appelles Jean-Louis c’est que tu es énervée. quand tu m’appelles Jules c’est que tu es calmée. Je m’excuse.
        🙂
        Tiens va faire un tour par là, sur MediaPart, le blog de Léon et Paulette.

        Je te mets un extrait et le lien vers l’intégralité du texte :

        « Pourquoi ils vont voter FN en 2012, une partie des ouvriers de l’entreprise à Léon ?
        18 Octobre 2011 Par LEON et PAULETTE

        L’autre jour, on en a discuté un peu. C’est de moins en moins tabou chez nos ouvriers d’en parler. C’est comme si la crise avait banalisé le sujet. Il faut dire qu’ils sont nombreux les ouvriers de l’entreprise qui disent qu’ils vont voter Front national en mai prochain.

        Les plus vieux votaient à droite mais ils évoluent, comme s’ils se radicalisaient. Ils disent que les partis « normaux » ont quitté leur monde. Que le mot ouvrier ne veut plus rien dire, qu’ils ne se sentent plus reconnus, comme s’ils n’appartenaient pas à un groupe. Il n’y a plus de solidarité, ils ne s’y retrouvent plus dans le sauve qui peut qui est devenu la règle.

        « On n’attend plus rien des hommes politiques, ils causent mais ne font rien. Et ce n’est pas les alternances gauche droite qui ont changé quelque chose, c’est du pareil au même, ils n’ont jamais amélioré nos vies. »

        Il y en a un qui nous a demandé si on avait remarqué qu’avant, quand les ouvriers votaient en masse communiste et socialiste, on leur reprochait de « mal voter », qu’ils ne connaissaient rien à la politique, mais qu’aujourd’hui, on va leur reprocher de mal voter quand ils voteront FN en 2012…. »

        *******************************************
        http://blogs.mediapart.fr/blog/leon-et-paulette/181011/pourquoi-ils-vont-voter-fn-en-2012-une-partie-des-ouvriers-de-lent

        Et toc ! Sans blague…

        🙂

        julesansjim

        23 janvier 2012 at 18 h 21 min

  4. Morsay va trop loin cette fois ci il est clairement 06 raciste anti blanc avec son album NecroPedoSadoMaso de la galere ! https://stopliberalisme.wordpress.com/2015/09/09/le-racisme-anti-blanc-en-une-image/

    sos racisme

    9 septembre 2015 at 14 h 00 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :