LES VREGENS

Il y a cinquante ans, la fin de la guerre d’Algérie

with 6 comments

Comment le pouvoir, les politiques et leurs valets, réécrivent l’histoire… Il y a cinquante ans, c’était la fin de la guerre d’Algérie.

Alors, l’autre matin, j’ai entendu l’émission « Service Public », sur France Inter. Elle était consacrée à ceux qu’on appelle aujourd’hui les « oubliés » de l’histoire, pas les « indigènes » (quel mot révélateur) mais … les pieds-noirs.

Vous pouvez la réécouter ici. 

Les invités étaient Brigitte Benkemoun, rédactrice en chef de l’émission Mots Croisés sur la 2, et accessoirement auteur d’un livre qui vient de sortir, La petite fille sur la photo – La guerre d’Algérie à hauteur d’enfant, Guy Sitbon, journaliste, et … Daniel Leconte.

Daniel Leconte, c’est l’auteur de ce documentaire diffusé sur Arte (la chaîne dont Béhachelle est président, depuis 1993, ce qui explique sans doute bien des choses) et intitulé sobrement La cité du mâle.

Ce documentaire avait suscité la polémique à l’époque, et je vous en avais parlé dans ce billet.

Acrimed en avait également fait un très intéressant décryptage,  et avait aussi fait un petit rappel des méthodes du monsieur ici.  Quant à Politis, il en rajoutait une couche .

Daniel Leconte est né en 1949 à Oran, en Algérie. Il avait également commis un livre, en 2006, titré Camus si tu savais… suivi de Les pieds noirs. Passé quasiment inaperçu. 

Et donc, au moment de la « commémoration » des cinquante ans de la mort de Camus (c’était début 2010) il était intervenu (évidemment) sur France Inter. Il faut dire que Daniel Leconte est aussi très pote avec Philippe Val. A la gloire duquel il avait réalisé l’inoubliable C’est dur d’être aimé par des cons (2008)… Il a aussi fait partie des gens charmants qui se sont acharnés sur Charles Enderlin, en l’accusant d’antisémitisme. Je vous en disais deux mots dans cet article au sujet du récent parlement juif européen.

Bref, Daniel Leconte n’est pas vraiment gauchiste.

Il est même franchement réactionnaire.

Il semblerait donc que France Inter ait à nouveau tenu à l’inviter (peut-être pour relancer les ventes de son livre) pour parler des pieds-noirs.

Daniel Leconte réécrit l’histoire : pour lui, les principales « victimes » de ce qu’on appelait à l’époque « les évènements » (et qui tout soudain est devenu « la guerre d’Algérie »), ce sont les pieds-noirs.

Quant à « la violence », ce sont les nationalistes algériens qui en sont totalement responsables.

Citation : « Sur la question de la fin et des moyens, ça veut dire que l’on pouvait être du côté des Algériens, du nationalisme algérien ; comme lui, on pouvait encourager l’idée d’un Etat fédéral sans aller jusqu’à l’indépendance, MAIS en refusant les moyens qui étaient utilisés. C’est-à-dire en refusant de placer une bombe dans un endroit public, comme ça a été le cas au milieu de bars. Ce qui est, en gros, probablement l’acte fondateur du terrorisme moderne. Celui qui dit en fait “on tue les gens pour ce qu’ils sont, pas pour ce qu’ils font”. Et ça, c’est terrible ! Au milieu de bars, on a mis une bombe qui a tué une première fois huit personnes. Vous, moi, pouvions y être ! Des enfants ont été tués à ce moment-là ! Ça a été ça, si vous voulez, la première signature du terrorisme à Alger. Il y avait, et il y a eu, par la suite, Massu, la torture. Il y avait ce cycle infernal des deux côtés. Mais on a condamné, si vous voulez, la torture du côté français (et on la condamne toujours), mais peu de voix (la seule, c’était celle de Camus) s’élevaient contre l’utilisation de cette arme absolue, qui était une arme terrible. On voit bien aujourd’hui où ça nous mène. Cinquante après, nous avons aujourd’hui ramassé les conséquences de cela. L’histoire de l’arme des pauvres, etc. On a le droit de tout faire, tout est permis, au nom de la cause. »

En clair, comme tous les occupants, ou les colonisateurs, les « terroristes », ce sont ceux qui résistent. Moi, ça me rappelle la France de Vichy, ou la situation dans ces régions qu’on appelle pudiquement aujourd’hui les « territoires occupés. »

En clair, pour M. Leconte, c’est d’abord le FLN qui a posé des bombes et tué des innocents. Ce n’est qu’après que Massu, Bigeard et papa Le Pen sont arrivés avec la gégène. L’armée française n’a donc fait que réagir… Un peu comme les allemands qui fusillaient des otages en représailles.

M. Leconte « oublie » opportunément la violence quotidienne d’une colonisation qui a duré 130 ans, le peuple algérien misérable, maintenu dans l’ignorance, spolié de ses terres… Tout juste bon à à se battre contre les nazis et à mourir « pour la France ».

Comme le montre le film de Rachid Bouchareb, Indigènes.  Après la sortie du film, il s’était pourtant trouvé des « historiens » pour minimiser le nombre de victimes « indigènes » de la guerre : « Les indigènes n’étaient donc pas de la chair à canons, comme le laisse penser le film« … (général Maurice Faivre, docteur en histoire, historien des armées)

Oubliés aussi les massacres de Sétif, de Guelma et de Kherrata… Vous pourrez lire un article complet et édifiant ici.

Je racontais à l’époque sur mon blog la polémique (une de plus) intervenue à la sortie du film de Rachid Bouchareb Hors la loi , c’était en mai 2010, au festival de Cannes. Toute la droite la plus réac était montée au créneau.

Oublié aussi, le fameux Plan « Challe », du général du même nom (bilan : plusieurs dizaines de milliers d’algériens tués) au printemps 1959 …

Alors, dans cette émission de France Inter, le journaliste Guy Sitbon racontait benoîtement qu’« on aurait pu faire autrement », comme en Afrique du Sud avec un « partage des pouvoirs », et d’ailleurs, « l’Algérie s’est appauvrie du départ des français ».

Bref, de la nostalgie des bonnes vieilles colonies, ou les « indigènes » n’étaient pas tout à fait des citoyens à part entière, et à vrai dire, pas tout à fait humains non plus.

Camus, Leconte et la mélancolie coloniale, un article d’Alain Gresh.

Pour aller plus loin :

France 2 a diffusé ce film le 11 mars, il s’appelle La déchirure.

Et puis, sur la « pacification » menée par l’armée française en Algérie, ces vidéos sont parlantes : 

Et évidemment, l’ami Mermet, jamais en retard, a consacré cette semaine deux émissions à ce sujet :

écoutable ici

et là.

Du coup, tout cela m’a fait penser à un film, magnifique, que j’ai vu il y a très longtemps, et à la télévision (c’était l’époque bénie ou c’était vraiment un service public, et où on apprenait quelque chose en la regardant). Le film s’appelait Avoir vingt ans dans les Aurès.

Aujourd’hui, il est introuvable. Je le sais, j’ai cherché. Mais en voici la bande-annonce :

Ce film raconte l’histoire de trois jeunes garçons pacifistes, qui vont faire partie du « commando des cheveux longs » en Algérie. Et qui vont devenir des loups.

Ce fut le premier rôle d’un extraordinaire acteur : Philippe Léotard. Ses deux compagnons étaient Jean-Michel Ribes, et Alexandre Arcady. Et surtout, ce film a été réalisé par un homme étonnant, et inconnu du grand public (un hasard sans doute) un homme comme on les aime, un homme comme il n’y en a plus : René Vautier.

Son film remet à sa juste place les tentatives des chiens de garde de réécrire l’histoire.

Publicités

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Hm, je l’ai trouvé là, Avoir vingt ans dans les Aurès : http://www.fileserve.com/file/A6DQjP5

    Si vous ne pouvez pas le récupérer, dites-le.

    gemp

    19 mars 2012 at 2 h 14 min

    • il est dans notre retroshare de la mail-liste. Suffit de s’inscrire 🙂
      Sinon, UN seul DVD à vendre à ………..;125 €.

      randal

      19 mars 2012 at 14 h 34 min

  2. Accord avec toute cette analyse,sauf ça :

    //En clair, comme tous les occupants, ou les colonisateurs, les « terroristes », ce sont ceux qui résistent//

    Résister est une chose, massacrer des innocents en est une autre. L’Algérie a payé et paie encore ce péché originel. Péché qui a légitimé ceux des Massu Bigeard Le Pen Aussaresses, chargés paraît-il de défendre la civilisation.

    athalouk

    19 mars 2012 at 15 h 57 min

    • C’est pourtant tout le fond de cet article. Ou alors, tu ne l’as pas compris.

      Sous la France de Vichy, les résistants (qui faisaient sauter des voies ferrées, des casernes, etc…) étaient appelés « terroristes ». Guy Môquet, 17 ans, fusillé comme « terroriste ». Et les résistants arméniens du groupe Manouchian aussi.

      De même que les palestiniens qui résistent à l’occupant israélien, ils sont des « terroristes », et traités comme tels.

      Nelson Mandela était aussi le « chef des terroristes » de l’ANC. 27 ans de prison pour ça.

      Le péché originel de l’Algérie, c’est la colonisation.

      Gavroche

      19 mars 2012 at 16 h 07 min

      • Si, très bien compris. Je suis « né » à la politique avec la guerre d’Algérie, et un des livres qui m’a le plus marqué est la série sur l’Algérie de Yves Courrière, grand monsieur de la famille des Stora.

        Mais aucun des résistants que vous mentionnez n’a massacré d’innocents (et relisez le théâtre de Camus).

        Aucun n’a tiré de sang-froid sur des enfants comme le type de Toulouse qui vous/nous fait horreur.
        Type qui, s’il fonctionne comme Breivik, se prend sans doute pour un résistant.

        La barbarie appelle al barbarie,et notre péché originel est bien celui que vous dites. Les premiers barbares furent Bugeaud et ses commanditaires.

        athalouk

        19 mars 2012 at 17 h 48 min

  3. Aujourd’hui, sur canal+, un reportage sur « les soldats du refus », ces appelés, communistes pour la plupart, mobilisés contre leur volonté dans cette guerre sans nom, et qui ont refusé courageusement de porter les armes. Trois d’entre eux publient un livre intitulé « Les soldats du refus » où ils témoignent de leur combat.

    le replay de l’émission (partie 5) est là :
    http://www.tv-replay.fr/player/19-03-12/la-nouvelle-edition-canalplus-9378711.html

    le livre des insoumis est par là :

    http://www.amazon.fr/soldats-refus-pendant-guerre-dAlg%C3%A9rie/dp/2361940132

    *********************************
    Rahhh putain « Avoir 20 ans dans les Aurès » ! toute ma jeunesse d’antimilitariste…

    julesansjim

    19 mars 2012 at 17 h 13 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :