LES VREGENS

Avant le déluge

with 15 comments

J'y étais

18 mars 2012, place de la Nation

Je milite pour ce qui me semble adéquat. En l’occurrence, sans être en phase avec la totalité, cette adéquation est pour moi le Front de gauche. Pour cela, j’ai un certain nombre d’arguments raisonnés, dans la mesure de mes connaissances personnelles et de la cohérence de celles-ci avec la propagande (n’ayons pas peur des mots) dudit Front de gauche. Notamment que le « métier » de politique, s’il doit perdurer, doit radicalement changer de nature, de même que celui des financiers. Je ne me prive pas d’essayer de les diffuser, suppléant ainsi de considérables lacunes médiatiques, et le manque de moyens de ce mouvement pour les diffuser.

Je me trouve donc confronté à mon petit microcosme de quelques dizaines de personnes, parfois au hasard des rencontres, dans un milieu très incidemment marqué à gauche, c’est certain, donc peu représentatif de la population globale.

Je passe rapidement sur une petite minorité qui a compris, avec un peu de chance, de quoi il en retourne, prête à voter Front de gauche au premier tour — et qui, pour la plupart, ne sait pas pour le second et qui s’en fout un peu, dont moi.

Le seconde catégorie, tristement majoritaire, est terrorisée par le « Vote Utile » intimement lié à l’horreur de 2002 et soutient aveuglément Hollande. Il est très, très difficile de leur expliquer qu’au vu des intentions de vote et du fait du tout petit nombre de candidats de « gauche », il est pratiquement impossible qu’il n’y en ait pas un de ce label au deuxième tour. Mais bon, impossible n’est pas français, dit-on. Donc ils vont voter contre la droite — certes, comme je l’ai fait pratiquement toute ma vie jusqu’à maintenant (même cette putain de fois, oui).

Le seul vote utile, c'est le tien

Votez utile !

Pas pour Hollande, contre Sarkozy, pour être sûrs. Ensuite ? Bah, ensuite, la vie continue et ça ne peut pas être pire, disent-ils. Le programme, ils s’en foutent, c’est juste que ça ne pourra pas être pire — ce qui n’est pas tellement difficile, quoique pourtant pas certain. À croire qu’on a, comme aux États-Unis, le même bipartisme entre Républicains (l’UMP) et Démocrates (le PS), ce qui n’est pas totalement faux. « Money equals speech » dit-on là-bas (l’argent équivaut à la parole), donc ceux qui ont les moyens peuvent s’exprimer plus que les autres.

Il y a quelque temps, le New York Times avait fait une infographie pour des élections indiquant le (ou rarement, la) gagnant(e) et le montant (déclaré) de sa campagne. J’ai cliqué sur tous les états et, à de très, très rares exceptions près, tous les élu(e)s étaient ceux qui avaient dépensé le plus. Je me garderais bien d’en faire une règle absolue, mais les coïncidences étaient tout de même troublantes.

Et puis il y a les contestataires, qui vont voter Verts ou autres, juste pour faire chier, sachant pertinemment que ça ne va rien changer, simplement pour dire « Moi je ne fais pas comme les moutons, je vote selon mes convictions« . Et c’est vrai que sur un certain nombre de points, je voterais bien avec eux. Simplement, les écologistes français semblent s’être un peu arrêtés à l’écologie et même si l’écologie c’est drôlement important, y’a pas que ça dans la vie (sans parler de leur « accord » avec le PS).

Je suis prêt

Authentique pavé parisien

Et puis, il y a quelques égaré(e)s, qui vont voter Bayrou, on ne sait pas trop pourquoi et eux-même pas tellement plus. Beaucoup estiment, sérieusement, que le Parti communiste français (l’éternel depuis toujours) est responsable (d’une manière ou d’une autre) des horreurs de l’ex-URSS, est pro-chinois et je te parle même pas du Tibet. Ça semble une constante chez les Bayroutistes, un des grands mystères du paysage politique.

Et puis j’en ai, dans mes supposés gauchistes, qui vont voter Marine, du pareil au même, sans rire. Une sorte d’extrémisme simplificateur. Oh, bien sûr, le vote écolo est largement moins coté que celui de Le Pen, mais ça en revient au même, c’est délicieusement et outrageusement contestataire.

Pratiquement tous, même les premiers, n’ont aucune idée de quoi il en retourne. Ils ne savent pas à quoi sert une constituante, ni pourquoi la Ve République n’en a pas bénéficié. Ils sont méfiants dès qu’on utilise des mots autres que « crise », « dette » ou « sécurité ». Ils veulent bien partager, mais pas trop quand même, en s’imaginant que l’impôt sur les riches, le « on prend tout », s’applique aussi à eux. Et puis Mélenchon, il est colérique, hein, ça fait désordre.

Ils vont voter « en leur âme et conscience » en pensant, très honnêtement, que tout va gentiment continuer comme avant. Alors qu’on est après. Après le pétrole, après le capitalisme, après l’internet, après 7 milliards d’humains… et qu’il serait peut-être temps de faire les choses différemment.

Le bouton

En cas d'urgence, appuyez sur le bouton

Publicités

Written by gemp

23 mars 2012 à 15 h 31 min

15 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Alors ça c’est un évènement : un billet de Gemp !!
    Et un excellent billet qui plus est.
    Dis, tu sais que ton entourage ressemble étrangement au mien, et à un tas d’autres entourages j’en suis sûr 😉
    Espérons que ce genre de contribution les fasse un peu réfléchir d’ici un mois.

    alainbu

    23 mars 2012 at 16 h 09 min

  2. Putaing de nom de diou d’une vieille pipe en bois de cré vingt dieux !!!!!!!!!!!
    Le Gemp qui nous écrit un billet, ça se fête !
    Bon, z’êtes tous invités à Tarnac sur Lot pour boire un coup après les z’élections.
    Parce que malgré tous les mous du genou et du bulbe réunis, comme disait l’autre :

    A la fin, c’est nous qu’on va gagner.
    Parfaitement.
    Nanmého.

    Bon, j’suis drôlement jouasse… ;-))

    Gavroche

    23 mars 2012 at 17 h 42 min

  3. en un mois, il peut s’en passer des choses… merci gemp pour ton papier. c’est à toi que je dois ces écailles qui churent hors mes oculaires, mon chemin de damas, et l’envie d’aller jusqu’à faire une page FB je vote mélenchon au 1er et au 2ème tour. et comme dit gavroche, de toute façon, à la fin, c’est nous qu’on gagne. parce qu’on a raison. et à tarnac sur lot, ça sera la révolution de la fête permanente d’un monde nouveau. de toute façon.

    zozefine

    23 mars 2012 at 19 h 39 min

  4. Oui, il faut que ça change ! Aucune raison d’avoir peur, sauf si on continue comme avant…
    Vivement la 6e République ;o) et puis, pour une fois, ce sera le parti le plus pauvre qui arrivera en tête !
    Et à Tarnac sur Lot en mai ! Allez, hop !

    clomani

    23 mars 2012 at 20 h 06 min

  5. Wow, quelle synthèse: la force tranquille! (Ah non, on est après.)
    Je plaisante. En vrai: belle synthèse: le changement c’est maintenant. (Aargh, je m’enfonce.)

    Bref, bravo!

    florence

    24 mars 2012 at 0 h 13 min

    • Tu es La Florence Forte, alors tu peux tout te permettre.

      gemp

      24 mars 2012 at 0 h 23 min

    • Et je ne fais pas, tristement comme Monsieur Pow, de répondre à tous, mais je suis très sensibles à vos commentaires.

      gemp

      24 mars 2012 at 1 h 59 min

  6. Belle analyse de l’existant. Et des options à prendre ou à laisser.

    Je me permets une légère remarque, en forme d’ajout plus que de désaccord avec ce que tu dis. Quand tu écris, à propos des écolos « les écologistes français semblent s’être un peu arrêtés à l’écologie « , tu suggères qu’ils ne sont pas assez « politiques », c’est pourtant ce que beaucoup leur reprochent, symétriquement, d’être devenus trop « politiques » et plus assez obsessionnellement écolos. Si j’ai bien suivi c’était effectivement l’objectif de la conversion des Verts en EELV.
    Je ne sais pas trop ce qui a fait foiré le truc, au début j’ai trouvé ça intelligent et pertinent et puis… flop… déjà au moment de leurs primaires. Pas glop l’ambiance. Sans parler de maintenant. Parfois, je plains cette pauvre Eva que je respecte et que j’aime bien. Tu imagines ça : Eva Joly ministre de la Justice d’un gouvernement de gauche ?
    C’est un regret pour moi, que EELV ait choisi de s’allier avec le PS plutôt qu’avec le FdG. Mais soyons patients, les chiffres bougent, Eva est au fond du trou, les états-major feront le point après le 1er tour, dans un petit mois…

    Peut-être que Mélenchon et ceux qui l’entourent au PG et au Front de Gauche sont trop bons ? Ils les auront bouffés tout cru, entre la poire et le fromage ! A suivre.

    😉

    Merci pour cette contribution de qualité sur ce blog où je me sens bien aussi.

    julesansjim

    24 mars 2012 at 9 h 46 min

    • Je crois que l’idée d’écologie est fondamentale. En tous cas, pour moi, elle est essentielle. Surtout dans le monde actuel qui est en train de mourir.

      Le problème, c’est qu’EELV « fait de la politique sans le savoir » (?) en ne remettant pas en cause le système économique qui détruit la planète. Car pour moi, sans changement radical, pas de salut pour notre terre.

      Mais que fait Eva Joly dans cette galère ? Je suis persuadée aussi qu’elle vaut bien mieux que ça. Et parfois, je me pose la question : les « verts » ne l’auraient-ils pas choisie volontairement, pour qu’EELV se plante (je rappelle aussi que certains d’entre eux l’ont lâchée sur le défilé du 14 juillet, notamment) et pour pouvoir opportunément obtenir des maroquins dans le futur gouvernement… Mais je vire parano… sans doute.

      Gavroche

      24 mars 2012 at 10 h 30 min

      • Le choix d’Eva Joly comme candidate EELV est le résultat d’une primaire et donc d’un vote de plusieurs milliers de personnes (y compris des non-encartés, comme moi). Je pense que ça exclut tout soupçon de complotisme par certains cadres (du parti Vert surtout).

        Cela dit c’est merdique dans ce parti et depuis toujours. Est-ce dû au passé souvent très gauchisant tendance gauchiste de ses principaux membres militants ? On dirait une réunion d’enfants gâtés qui ne connaitraient pas le mot « discipline » par exemple.
        La primaire aura au moins permis d’éviter l’erreur « Hulot » qui pensait peut-être n’avoir affaire qu’à des téléspectateurs d’Hushuaïa 😉 ? Il ne s’est toujours pas remis de la baffe qui lui a fait faire trois tours (d’hélico) dans ses godasses de montagne au Nico !

        😉

        julesansjim

        24 mars 2012 at 16 h 44 min

      • L’écologie politique en France ne s’est jamais remise du « coup de Trafalgar » de tonton incitant Lalonde et Borloo à créer Génération Écologie pour pomper les Verts.

        alainbu

        24 mars 2012 at 22 h 14 min

  7. J’aurais recouru au vote utile dès le premier tour si l’écart entre Le Pen II et Fromage Mou était plus faible (mais ça peut hélas bouger). Il faut dire, au passage, que le vote lepéniste se cache moins dans les sondages depuis que Marine a remplacé le borgne.

    Je voterai sans doute Mélenchon au premier tour (sans enthousiasme participer vu que les sauveurs suprêmes, c’est pas mon truc).

    Et au deuxième, ce sera vote utile…

    Quand je pense à ce qu’était le combat écologiste du temps de Fournier et Reiser (la Gueule ouverte) et à ce qu’il est devenu avec ceux qui savonnent la planche de leur candidate, qui étaient prêt à monter dans le ballon vide Ushuaïa, je dis un seul mot : merde !

    Ici, EELV, pour obtenir un strapontin au Conseil général, ont baissé leur froc sur le dossier de l’Ayraultport. Ils ont failli avoir ma voix, ils ne l’ont pas eue et ne l’auront jamais.

    athalouk

    24 mars 2012 at 11 h 16 min

  8. « sans enthousiasme particulier »

    athalouk

    24 mars 2012 at 11 h 17 min

  9. Simple dans ses lignes de force, donc compris des gens simples (comme moi)
    nuancé dans les détails du projet, donc intéressant pour l’esprit critique
    les mots au bout des idées, avec l’enthousiasme en plus
    parler des autres, du peuple et pas de soi
    voilà quelque chose qui ressemble à l’arrivée d’un coin de ciel bleu après la pluie, prémisse à un arc-en-ciel, enfin.
    parler, en politique, du mieux-vivre ensemble, de faire « table-rase » des parasites de la société, et ainsi d’ espérer un avenir. c’est pas ça qu’on appelle l’humanisme ?
    L’appliquer devrait permettre de régler tout ce qui en découle. En particulier, de protéger ce qui nous fait vivre, notre planète, ses ressources, sa diversité, ses différentes formes du vivant. On ne se sauvera, en tant qu’humanité, qu’en respectant ce qui nous constitue : l’animal, le végétal et le minéral.
    Vaste programme.
    Et merci Gemp, bel article, tu dis bien les choses…

    randal

    24 mars 2012 at 11 h 44 min

  10. Si ça vous dit, le dossier de l’Huma Dimanche parue ce jeudi https://cafemusique.files.wordpress.com/2012/03/humadim22mars2012001.pdf

    alainbu

    24 mars 2012 at 22 h 23 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :