LES VREGENS

Les français sont des boeufs… Qu’ils l’assument.

with 6 comments

Ben oui, les français sont des veaux, des cons, des abrutis, il faut dire qu’ils n’ont pas été aidés. 

Ils se sont donc laissés convaincre qu’il valait mieux voter :

  • pour celui qu’on connaissait déjà, le nabot à talonnettes : on sait ce qu’on a, hein, on sait pas ce qu’on pourrait avoir (le bon sens populaire, ça s’appelle) …
  • pour le mou du genou gestionnaire rosâtre et vaseliné du capitalisme : nos cons-citoyens ont voté utile, à qui, c’est toute la question, voter pour ses convictions serait donc a priori  inutile…
  • pour l’ahuri du Béarn, sans doute parce que son accent fleure bon le terroir
  • et pour la jument taillée dans un menhir, parce qu’elle s’adressait « aux petits, aux sans grade », et s’était mis soudain à causer « social-préférence-nationale ». Social et nationalisme, national-socialisme pour ceux qui auraient oublié ce que ce mot signifie.

Mais vous vous attendiez à quoi, finalement ?

Tout le monde, y compris ceux les plus impliqués-politisés-conscients que ce monde devenait de plus en plus dégueulasse, tout le monde a plus ou moins tapé sur le seul qui pouvait incarner autre chose. Souvent par pur anti-communisme primaire. Pauvre Mélenchon, pauvre peuple de gauche, moqué, insulté, lui qui en tous cas avait déclenché ce petit quelque chose, ce réveil, cette renaissance, qui pouvait enthousiasmer les foules. Enfin… peut-être. Ou peut-être pas. La preuve.

Donc, Mélenchon c’était bien, mais… car il y avait des mais. Beaucoup de mais.

  • Cuba (alors qu’on saluait le culot de cette chère Danielle Mitterrand qui claquait la bise à Castro)
  • Le Tibet, les ouvriers chinois… comme si personne d’autre que lui, Mélenchon, n’avait jamais reçu en grande pompes et avec tapis rouge tous les dictateurs de la planète, y compris les propres sur eux, comme Bush et Poutine… Comme s’il ne s’était pas expliqué là-dessus, en long, en large et en travers, sur sa conception de la laïcité, la vraie, celle qui tacle aussi bien le dalaï lama que les imams supposés tous intégristes des banlieues. Sur sa conception du vivre ensemble. Et plus récemment, sur l’universalisme, l’internationalisme qu’aurait dû véhiculer la gauche française, si elle voulait mériter le nom de gauche. Le peuple, plutôt que ses dirigeants.
  • Et donc, ses accointances supposées avec les « dictatures » diverses et variées… d’Amérique latine, et du monde arabe
  • Sa fausse fibre écologique, et la « planification », ouh, le vilain mot, qui rappelait « les heures sombres », le gosplan, ouais, carrément le goulag …
  • Pour les « purs », ceux qui attendent toujours le grand soir tranquillement installés dans leurs certitudes, son acceptation d’une révolution par les urnes
  • Où ai-je lu que finalement, ses meetings, ça rappelait quand même un chouille les meetings nazis, hein, donc c’était forcément suspect. J’ai même reçu récemment par mail une image de Nuremberg, genre Plantu et ses populismes… Il avait un petit côté stalinien, le Méluche, hein, d’ailleurs, où est-ce qu’il était hier soir, hein, place Stalingrad… Hahaha.

A force de demi-mesures, d’hésitations, de paradoxes, on se casse la gueule. Et finalement, c’est bien fait.

Tout le monde a cogné, donc, et en particulier les médias.

Médias de droite, l’Express et le Point par exemple, qui dès 2010, célébraient en une le « sauveur DSK », auquel nous n’avons échappé que parce qu’il avait la bite en folie, et que le scandale était trop gros. DSK le « socialiste », nommé au FMI avec l’appui de Sarkozy, le « socialiste » qui approuvait Sarkozy, et son « courage » sur la réforme des retraites … Comme le « socialiste » Lamy à l’OMC.

Médias estampillés à « gauche », y compris ceux qu’on aimait bien, les ASI, Médiapart, tous ont roulé pour Hollande, avec la certitude qu’il n’était pas menaçant, lui, pour leurs privilèges…

  • que Nico le nabot était de toute façon définitivement out ; qu’il était décidément trop voyant ;
  • que sa manière de procéder à sec allait faire exploser le couvercle, et que mieux valait changer le décor que le système ;
  • que finalement la méthode « socialiste » était la meilleure, parce que se faire mettre avec un peu de vaseline, c’était beaucoup plus acceptable pour les bons cons. Moins douloureux, en tous cas.

Médias de « gauche », les Julliard, Joffrin grand ami de Le Pen (voir ci-dessous) et j’en passe …

Tous ces médiacrates qui continuent de véhiculer subrepticement le « combat de tous contre tous », le « choc des civilisations », tout en se drapant dans leurs oripeaux de « gauche laïque », qui présentent l’islam comme la source de tous nos maux.

Merci Caroline Fourest, c’est aussi grâce à vous que La Pen est à 20 %. Un jour, on verra les arabes et berbères dont parlait Mélenchon à Marseille, ces salauds de musulmans tous intégristes parqués dans des réserves, ou encore mieux, j’avais lu ça dans un des forums d’ASI, de la part de quelqu’un que je croyais humaniste « que les femmes voilées aillent donc en Arabie saoudite… »

Ben oui. Les journalistes sont une engeance. Une sale engeance. Et ce n’est pas pour rien qu’ils sont les chiens de garde du pouvoir, et que finalement, ça commence à se voir. Tout au long de cette campagne, on a vu leur mépris des pue-la-sueur, des petits, des loosers qui ne gagnent pas 30 000 euros par mois, comme le larbin Pujadas, et ses copains Apathie, Denisot et consorts. Car les valets sont bien payés…

On les a entendu ces « experts » qui nous chantaient la même chanson sans fin, sur l’économie, forcément libérale. Consommez, consommez, c’est bien le seul pouvoir qui vous reste, bande de veaux, le « pouvoir d’achat »…

Et tant pis si ce sont des gamins chinois qui vous fabriquent votre tout nouveau aïe-fone.

On a entendu ces « défenseurs de la laïcité à la française », sur la religion (mais attention, seulement celle des barbus) source de tous les maux, la viande hallal, les mosquées, les prières dans les rues, Mohamed Merah, triste pantin manipulé, et finalement zigouillé pour être sûr que désormais, il se taira…

On a vu depuis un an, tous les soirs dans les jités, La Phaine toujours présentée comme « la troisième », elle a eu largement la parole, dans ces mêmes jités, parfois plus que le nabot. Elle parlait des « petits », des « sans grades », des « oubliés », des banques et de l’Europe libérale … Le discours que n’ont pas tenu les « socialistes » : eux, ils causaient économie libérale, maintien du triple A, ils félicitaient les Mario Monti, les Papandréou, d’avoir eu « le courage de faire des réformes qu’on aurait du faire en France depuis longtemps… »

Pendant ce temps, pour entendre un peu les voix de la gauche, il fallait être sur le ouèbe.

J’ai entendu il y a peu que le parti « socialiste » (ce mot va finir par sonner comme un glaviot) avait donné consigne à certains maires de donner leurs parrainages à La Pen. Tout était donc bon pour leur permettre de gagner, la fin justifiant les moyens.

Et c’est vrai depuis Mitterrand, qui voulait seulement et à n’importe quel prix, « battre la droite »… en ouvrant la boîte de Pandore. Pour un grand pote de Bousquet, il faut dire que ça le faisait assez bien. Ben voilà, c’est réussi.

Alors, j’ai regardé la (sale) gueule de Ségo-la-vierge-du-Poitou, hier soir sur France 2. Au début du discours de Méluche à Stalingrad, son visage était crispé. Quand il a annoncé qu’il appelait à voter Hollande, elle a soudain retrouvé le sourire … Ces gens me font gerber. Ces gens qui sortent tous des mêmes écoles, qui fréquentent les mêmes clubs, et qui ont oublié dans leurs beaux quartiers la souffrance et la misère du petit peuple. Dont ils ne veulent surtout pas qu’il prenne réellement le pouvoir.

Mélenchon l’avait dit, lors de l’émission Des paroles et des actes, sur France 2, il y a quelques mois : seul le Front de Gauche continuera, encore et toujours, à combattre le fascisme, par tous les moyens. « Les autres seront cachés sous la table. » Et il l’a redit hier soir : « Honte à ceux qui ont préféré taper sur la vraie gauche plutôt que sur les fascistes. »

Comme un air de déjà vu : « Plutôt Hitler que le Front populaire. » Plutôt Ben Ali que les « islamistes », même élus. Plutôt Israël et ses lois racistes, que le Hamas, même démocratiquement élu. Plutôt le Fhaine que le Front de gauche. Plutôt la dictature que la démocratie. Votez « utile » ou fermez là.

Je n’irai pas voter Hollande le 6 mai. Les français sont des bœufs. Qu’ils l’assument. De toute façons, c’est bien vrai, élections piège à cons.

 Du grain à moudre sur Acrimed

Publicités

Written by Gavroche

23 avril 2012 à 13 h 18 min

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. (J’ai voulu laisser un comm mais ça m’a dit « erreur », je réessaye à peu près le même)
    « Qu’ils assument, qu’ils se démerdent », je crois qu’en vrai, quand la droite dure est au pouvoir, ça ne marche pas si tu as le malheur d’avoir un nom ou une gueule pas comme il faut. Quand les nouvelles lois sont contre toi, c’est toi qui te retrouves à tenter de te démerder.
    Donc je ne prendrai pas ce risque (et si ça me redit « erreur »?)

    florence

    23 avril 2012 at 13 h 38 min

  2. En vrai, je suis sacrément en rogne. A force de vivre dans notre microcosme de gens un chouïa cultivés et informés, nous avons vu le monde depuis notre fenêtre, comme nous aurions voulu qu’il soit. Et non comme il était réellement.

    Je comprends aussi parfaitement ta réaction, mais j’attends aujourd’hui que les gens qui ont « un nom ou une gueule pas comme il faut » se mobilisent aussi. J’ai demandé hier soir aux copains si la campagne électorale du FDG avait eu lieu dans les banlieues. Je n’ai pas eu la réponse.

    Car finalement, qu’est-ce qui nous menace ? Surtout que des gens comme toi, des enseignants qui aiment leur métier, quelque part le plus beau du monde, perdent leur liberté de penser en perdant leur boulot, qui est d’apprendre aux petits comment va le (vrai) monde.

    Tout ça ne m’empêchera pas, en ce qui me concerne, de continuer à résister. Dans la rue, dans ma vie. Dans mes comportements avec les autres. De les aider à « se démerder ». Mais pas en votant pour Hollande.

    Gavroche

    23 avril 2012 at 15 h 00 min

    • Je ne sais pas trop, je suis assez déboussolée aujourd’hui. Ce que je sais question boulot, c’est que le « devoir de réserve », mon bon ministre peut se le mettre, enfin bref. Les chro de Krugman et autres articles du Guardian sur la Grèce vont continuer à servir pour les cours de terminale.

      florence

      23 avril 2012 at 16 h 47 min

  3. Je pense que le FdG a fait une erreur en effet quelque part… Mais je rendrais néanmoins honneur à J.L. Mélenchon parce qu’il a su tirer un amalgame bizarre de gens de gauche vers le haut. Peut-être s’adressait-il plus aux ouvriers qui ont encore une culture sociale, ou aux fonctionnaires, maltraités par Sarkozy, peut-être s’adressait-ils aux gens politisés, ayant accès à l’internet, etc… Peut-être, comme je l’ai entendu sur F.Culture ce matin, a-t-il oublié les jeunes précaires, sous-prolétaires qui ne se sentent appartenir à aucun monde. Ceux-là, La Peine leur a parlé, leur a raconté n’importe quoi du moment qu’elle récupérait cette haine qu’ils ont vis à vis d’une société qui les rejette… et la voilà avec un score scandaleux ! Il se peut aussi que Mélenchon ait fait peur à des gens cultivés comme mon amie russe, qui le trouve brutal et trop « communiste »…
    Et je pense comme toi, Gavroche, que La Peine et les média qui ont relayé ou initié toutes les saloperies biaisées (car elles étaient biaisées) sur Mélenchon. Mais je n’oublie pas que, si La Peine en est là, c’est principalement parce que Sarkozy et sa bande n’ont eu de cesse de fustiger les étrangers, les musulmans, les Arabes, les mineurs de banlieue, (z’avez entendu l’info sur ces flics qui avaient renversé une moto de jeunes dans le 93… 5 ans après, une veille de présidentielle, on apprend que le chauffeur flic avait menti -Villiers le Bel-). Pourtant, à l’époque, ça avait fait causer dans les chaumières, les voitures cramées !
    Moi, je pense vraiment m’en tenir à ce que j’avais dit : je ne voterai pas Hollande… j’en ai marre de voler au secours du PS au 2e tour depuis 81 ! Et je ne suis toujours pas remise du traumatisme de 2002 !

    clomani

    23 avril 2012 at 15 h 29 min

  4. Je vois les animaux servir de référence pour la passivité, la bêtise, la cruauté, etc,
    alors que c’est juste des comportements humains, pas géniaux d’accord mais humains. D’ailleurs, vos boeufs ont des drôles d’allure de moutons, et quelle allure ont les cons ??
    Vous je sais pas, mais moi, quand je regarde un veau, je n’y vois rien qui ressemble à ce que vous décrivez. Sans rancune !

    Anonyme

    5 décembre 2015 at 13 h 38 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :