LES VREGENS

Le chien d’Andréas

with 6 comments

Andréas a 82 ans. Depuis que ses genoux douloureux ne l’autorisent plus à boucler ses 10 km de footing quotidien, Andréas fait du vélo. Il a toute l’apparence d’un pro : le vtt, le casque, le maillot et le cuissard Lycra avec bandes fluo (c’est vrai qu’il fait sombre dans les sous-bois du parc de la Poudrerie !)

Andréas est plutôt du genre taiseux mais si vous le branchez sur un sujet qui l’inspire il est intarissable : ce jour de 42 où la police française est venue arrêter son père, direction Drancy… ou bien sa rencontre avec Guy Texereau qui lui proposera de l’entraîner pour les championnats de France de semi-marathon…

Guy Texereau

Mais ce matin, lorsqu’il s’arrête près de moi, la mine est triste, les yeux sont rouges.

─ Alors Andréas, la forme ?

─ Non, ça va pas. J’ai perdu mon chien.

─ Perdu ? perdu pour toujours ?

─ Il avait 15 ans, je l’ai emmené au véto hier soir.. y avait plus rien à faire.

─ Ah merde !

─ Ben c’est comme si j’avais perdu un gosse ! J’ai pleuré,  faut voir ça mon vieux… et pour fermer l’oeil, Tintin ! … Je l’avais pris pour aller à la chasse tu comprends. Ah, c’était un chien formidable, tellement gentil, et d’un calme. Quand on est allé le chercher avec ma femme, il avait 6 semaines. J’ai tout de suite vu qu’il avait été maltraité et puis ce n’était pas la race que je voulais, alors j’ai dit à Lucienne « On s’tire ? » Mais ma femme a dit « On va quand même pas l’abandonner ce pauvre chiot ! allez, prends-le, tu verras bien ! »

Et tu vois, 15 ans après, je chiale comme un gamin !

Je l’avais appeler Max, à cause du type de la télé, là, tu sais, l’émission « Le mot le plus long ».

─ Ah oui, Max Favalelli ?

─ C’est ça, Max Favalelli, un cador question mots croisés celui-là !

─ …

─ Et tu vas en prendre un autre rapidement ?

─ Non, je n’crois pas. C’est trop dur quand on les perd, on s’attache trop tu comprends ?

Andréas a remis son casque, puis il a repris lentement sa randonnée, en s’éloignant la tête dans le guidon.

*******************

Moi aussi j’ai pleuré quand mes parents m’ont annoncé la mort de Blake. J’avais 22 ans. C’est vrai qu’on s’attache, alors forcément, ça fait mal… un mal de chien.

Parc forestier de la Poudrerie

Publicités

Written by Juléjim

10 août 2012 à 22 h 05 min

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. soit nos bêtes nous quittent, et c’est toujours un déchirement, soit on meurt avant elles, et bonjour l’inquiétude de savoir ce qu’elles deviendront…
    …s’il fouette mes chats ya un fantôôôme qui viendra le persécuter…

    zozefine

    11 août 2012 at 6 h 54 min

  2. Andreas est un chasseur, mais il sera pardonné parce qu’il pleure son chien…
    Jolie triste histoire que je lis en ce samedi matin… qui me rappelle ma Chatila (dite Babouchka, Bouboulina, Babouchkina, Chatiti, Poupoule etc) : pleuré un jour et une nuit, mangé 1 kg de chocolat, viré litière, boîtes etc. en le donnant aux voisins (qui avaient tous des chats). Et ma Billy(ie) dite Bibille, euthanasiée à 19 ans, que nous avons tous pleuré mais comme j’étais SA préférée, je l’ai pleurée plus longtemps que les autres. Elle a été ma confidente, ma consolatrice, ma protectrice, je m’occupais de ses petits avec elle, surveillais la mise bas, j’ai même sauvé un petit qu’elle avait lâché dans le wc en voulant sauter sur la fenêtre des toilettes.
    J’en pleure encore alors c’est dire si je suis d’accord avec Andreas : je ne veux plus m’attacher, terminé le fil à la patte, les soucis, le stress avant de partir en vacances, la culpabilité de l’abandonner… plus de larmes en plus… Il y a déjà assez de raisons de pleurer ;o(

    clomani

    11 août 2012 at 8 h 27 min

    • « Andreas est un chasseur, mais il sera pardonné parce qu’il pleure son chien… »

      **************************
      Oui, surtout il est un exemple comme quoi on peut être chasseur et aimer les bêtes. Méfions-nous des amalgames qui peuvent fausser notre compréhension et notre rapport aux autres.

      🙂

      Juléjim

      11 août 2012 at 14 h 22 min

    • « je ne veux plus m’attacher, terminé le fil à la patte »
      C’est marrant de relire ça aujourd’hui, Clo.
      Comment va Lupita ? ;-))

      asinuserectus

      14 novembre 2013 at 15 h 27 min

  3. Joli billet triste et tendre, merci frangin.

    alainbu

    11 août 2012 at 8 h 46 min

  4. Arrêt sur images : la photo c’est à quelques mètres de l’entrée du parc. les blocs de béton de chaque côté de l’allée sont des vestiges de l’ancien portique remplacé depuis par une grille. C’est là que l’on fait une pose étirements et que l’on papote entre joggeurs…

    ***********************
    Quant à Guy Texereau, il m’a valu une colle par le prof d’EPS, à la demande du prof de maths qui n’avait pas apprécié que je sèche son cours pour aller suivre le cross des Nations à la télé avec des potes un après-midi…

    😉

    Juléjim

    11 août 2012 at 14 h 19 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :