LES VREGENS

Basile

with 10 comments

Hier matin, quand je suis descendue à la cuisine, j’ai trouvé mon vieux Basile couché par terre. Lui qui avait tout le temps froid, et qui dormait sur des coussins, dans un fauteuil, ou sur le dossier moelleux du canapé, il était étendu sur le carrelage.

On n’y croit jamais quand ça vous arrive, j’ai dit : « Basile ? »

Il était mort, déjà tout raide, et pourtant encore tiède et doux, mon enfant à la robe de soie toute noire.

Je l’ai eu tout petit, je l’ai vu naître, j’ai même coupé le cordon, je l’ai nourri au biberon, il était si petit qu’il tenait tout entier dans ma main, je l’ai vu cavaler partout avec ses frères et sœurs.

Et je l’ai vu vieillir, j’ai senti les os de son dos devenir proéminents, je l’ai senti devenir plus léger qu’un papillon.

Mon Basile avait 18 ans. Il a rejoint Linus, Bonhomme, et Calypso au paradis des chats, et aussi tous les autres.

Linus

Bonhomme

Calypso

J’entends le Randalounet creuser un trou dans la terre, derrière la maison, et je pleure.

Salope de camarde qui nous prend ceux qu’on aime.

Merci à l’amie Cigale pour ses photos.

Publicités

Written by Gavroche

3 octobre 2012 à 11 h 30 min

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Mon vieil ami Jo, du troisième étage, et sa Suzanne, continuent à veiller sur leur Félix. De temps en temps, l’un ou l’autre de ces trois-là passe « chez le garagiste » pour lui redonner un coup de pouce. Je les aime bien tous les trois. Et je me suis posé la question : lequel des trois partira-t-il le premier ? Que se passera-t-il quand arrivera ce malheur ? L’une a 82 ans, le second 86, et le troisième 20. Pour un chat, c’est beaucoup.
    http://vetandthecity.wordpress.com/2012/01/25/quel-age-humain-a-mon-chien-mon-chat/
    Deux cent soixante-huit ans à trois, qui dit mieux ?

    babelouest

    3 octobre 2012 at 11 h 44 min

  2. Toujours dur à vivre, courage à vous deux.
    Je me souviens qu’il aimait bien venir sur la table pour l’apéro

    alainbu

    3 octobre 2012 at 11 h 52 min

  3. Merdre ! Le Basilou dont les griffes « fatiguées » s’accrochaient à mes pulls ou mes pantalons, celui qui aimait bien monter sur la table pour quémander un petit peu de « restes » au petit déjeuner… ou d’en bas quand Randal était à table et « grondait »… Je suis bien triste pour toi, Gavrochounette… Et Copain va se sentir bien seul. J’espère que vous allez en reprendre un autre, tout gentil comme Basile, pour tenir compagnie à Basile…

    clomani

    3 octobre 2012 at 15 h 51 min

    • Il fallait lire « pour tenir compagnie à Copain » bien sûr… tout le monde aura rectifié ;o((…

      clomani

      5 octobre 2012 at 16 h 28 min

  4. c’est merveilleux un chaton, et aussi les ados chats, et un chat adulte aussi. mais quand on aime les chats, il me semble que la quintessence chat c’est le vieux chat, et même le tout vieux chat. on aimerait bien que la camarde aille se faire voir ailleurs, qu’elle lui foute la paix quoi, au vieux chat jouisseur. mais non, et ça y est, Basile est au paradis des chats. il a vécu longtemps et heureux, et il est mort tout sereinement, c’est bien. maintenant, vous allez voir son fantôme et il va vous manquer partout. surtout sur la table.

    zozefine

    3 octobre 2012 at 16 h 16 min

  5. Lorsque notre fille cadette nous confie sa minette Tékila pour la soirée, le week-end ou quelques jours de congés, nous sommes comme deux papimamis en mission de baby-sitting.
    Et quand elle la récupère, le vide de son absence vient toujours me pincer le cœur… en attendant la prochaine visite !
    Vivement dimanche prochain !

    Juléjim

    6 octobre 2012 at 10 h 39 min

  6. ha ben zut de zut 😦

    de bonnes pensées pour lui et pour vous

    kakophone

    7 octobre 2012 at 19 h 45 min

  7. La présence discrète d’un vieux chat diffuse un parfum de paix, de
    tranquilité confortable qui imprègne l’air à notre insu. Il dort
    davantage sur son canapé, fait moins souvent des huit entre nos jambes,
    mais son regard est plus appuyé, plus pénétrant. C’est vrai que les
    chats deviennent étonnament léger en vieillissant. Peut-être leur masse
    physique se sublime-t-elle en molécules de présence, cette présence
    délicate et unique qui emplit les maisons où vivent et ont vécu de vieux
    chats ?

    saufcila

    8 octobre 2012 at 14 h 29 min

  8. […] Basile […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :