LES VREGENS

Soutien à la ferme Meuh paysans sans terres !

leave a comment »

Une famille de paysans sans terre, dont j’ai déjà causé par ici, a besoin de votre aide.

Je mets quelques liens et explications ci-dessous, mais sachez que pour signer la pétition qui sera remise aux propriétaires des terres convoitées par la famille Chastel, il vous suffit d’envoyer un mail avec vos noms, adresse et commentaire éventuel à cette adresse :

soutienlafermemeuh@gmail.com

Merci pour eux.

La lettre ouverte de leur « marraine »  Stéphanie Muzard Le Moing :

http://paroledecitoyens.blog4ever.com/blog/lire-article-155111-9589332-lettre_ouverte_soutien_aux_sans_terres_du_limousin.html

la dernière arrivée Phanie (un clin d’oeil à la maraine)

Quelques explications de Marie-Claire Chastel :

« Je vais tenter d’être concise, ce qui est difficile à cause de la complexité et la diversité des démarches pour l’accès au foncier agricole.

Pour l’heure le problème est le suivant:
Un Gaec reprends l’ensemble des fermages d’un ancien membre d’un autre GAEC.
Cela représente 118ha.

La personne qui reprend ces terres qui sont réparties en plusieurs ilots, est soumise à une « demande d’autorisation d’exploiter » du à la surface qu’elle représente déjà (150ha).
Cette demande qui est adressée à la Direction Départementale du Territoire, ouvre ce que l’on nomme une publicité en préfecture.
Cette publicité nous permet à nous comme à d’autres de nous poser candidats sur les surfaces soumises à autorisation.

Le troupeau d’ovins et caprins

Il y a dans ces 118ha, un fermage qui se trouve à 2 km à vol d’oiseau du pâturage d’été de nos brebis et chèvres, un fermage d’une surface de 36ha84 constituée pour les 2/3 de prairies et le reste de pacage.
Cette occasion nous permettrait d’enfin nous restructurer en un site et de regrouper toutes nos bêtes.
De plus, nous ne sommes pas en capacité par manque de terre de produire notre foin, ni de faire pâturer nos vaches dignement, ce qui vous le comprendrez aisément, ne nous permet pas de maîtriser notre outil de production.

Les textes définissants les priorités en terme d’installation sont en notre faveur, les institutions l’ont compris, les syndicats sont aussi avec nous.
Sachant que nous ne sommes pas candidats sur l’ensemble des terrains il serait tout à fait envisageable que nos « adversaires » gardent les 81ha16 et nous les 36ha84.

La baratte


Dans cette bataille, les propriétaires qui ne nous connaissent pas sont un peu perdus, ils ont choisi des fermiers et ne saisissent pas que la DDT puisse au vue des priorités définies dans un texte , (le SDDS), interdire à ce fermier d’exploiter leurs terres pour y installer quelqu’un d’autre.


Ils se sentent certainement quelque peu amputés de leur liberté de choix, et nous soutiennent que nos adversaires sont économiquement viables tandis que nous non.
Nous représentons une autre vision de l’agriculture qui ne leur semble pas rentable.
C’est dans ce contexte que l’ensemble des membres de la commission examinant le cas, a décidé hier d’ajourner la décision d’octroyer ou pas l’autorisation d’exploiter à nos « adversaires » au mois prochain, novembre.


Nous avons donc un mois pour faire changer d’avis aux propriétaires, pour gagner leur confiance, leur faire entendre que nous produisons depuis plusieurs années dans des conditions défavorables et que si quelqu’un avait le courage et l’honnêteté de nous donner notre chance, nous pourrions enfin vivre dignement de notre travail.


Merci de votre attention, j’ai fait de mon mieux pour expliciter la chose.
Le parcours à l’installation est un parcours long et complexe c’est pourquoi il est important de tenter de le vulgariser.


À très bientôt et merci de votre soutien.


Marie-Claire Chastel. »

 

Plusieurs albums photos de leur exploitation et diverses activités ci-dessous :

Comment nous menons nos vaches ?

Nos brebis, nos chèvres et le pastoralisme

Et encore…

Mise à jour 11:03 :

encore quelques précisions de la part de Marie-Claire :

Il faut savoir une chose, en Creuse, chaque année en moyenne il y a 60 installations « aidées » (c’est-à-dire installations Dotation Jeune Agriculteur ou chèque installation).
Cette année, au jour d’aujourd’hui, nous en sommes à 16 installations.
Cela nous a été expliquer par la DDT.

Il y a plusieurs raisons, mais toutes tournent autour de l’accès au foncier agricole.
Il est de plus en plus diffic

ile de trouver du terrain, et les exploitations à reprendre sont de plus en plus grandes, nécessitant un énorme investissement pour les terres mais pour le matériel qui doit suivre derrière, donc les banques ne prêtent pas, ajoutez à ça la réforme des retraites et vous avez une situation catastrophique pour un secteur géographique comme le notre, défavorisé sur lequel nous comptons 2 habitants au kilomètre carré. Dans notre candidature, ou concurrence, appelez ça comme vous voulez, nous défendons l’idée de plusieurs installations, celle de notre adversaire à qui il resterait 84 hectares (en plus des 150 de son époux), celle de mon compagnon, Florent, et la mienne par la suite d’ici un an.

Il nous semble facile de comprendre les enjeux de cela, quand nous avons des fermes vastes qui ne font vivre qu’une famille, le pays se déserte, se meurt, les écoles ferment, les bars aussi, les petites épiceries de village, les enfants sont internes à 10 ans, il faut faire des kilomètres pour trouver du carburant et les bureaux de postes ne sont ouverts que quelques après-midis dans la semaine.

Sur les 118 hectares soumis à autorisation d’exploiter il serait possible de faire vivre (au moins) deux familles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :