LES VREGENS

À ceux qui rejettent le réchauffement climatique : « Camembert »

with 6 comments

Adaptation de l’article « Why Climate Deniers Have No Scientific Credibility – In One Pie Chart »
par Jim Powell, auteur scientifique.

Les sondages montrent que dans le public, de nombreuses personnes croient que les scientifiques ne s’entendent pas sur l’origine humaine du réchauffement climatique. L’étalon-or de la science est la publication « évaluée par les pairs » (peer-review). En cas de désaccord entre les scientifiques, fondé non sur des opinions, mais sur des preuves tangibles, c’est dans ces publications qu’on pourra le trouver.

J’ai cherché les articles scientifiques publiés de cette manière entre le 1er janvier 1991 et le 9 novembre 2012 ayant les mots clés « réchauffement global » ou « changement climatique».

La recherche a produit 13 950 articles.

24 articles sur 13950 rejettent le réchauffement climatique

24 articles scientifiques sur 13 950 rejettent le réchauffement climatique, ou ne l’attribuent pas à l’homme

J’ai lu les titres, les résumés et éventuellement les articles entiers pour identifier ceux qui « rejettent » l’origine humaine du réchauffement climatique. Pour être classé comme un rejet, un article devait indiquer clairement et explicitement que la théorie du réchauffement climatique est fausse ou, comme cela s’est produit dans quelques cas, que d’autres processus expliquent mieux le réchauffement observé. Les articles qui ne faisaient que soulever un certain décalage, un défaut mineur, une raison de douter, n’ont pas été classés comme rejet du réchauffement de la planète.

Selon ma définition, 24 des 13 950 articles (0,17% ou 1 pour 581) rejettent clairement le réchauffement climatique ou lui attribuent une autre cause que les émissions de CO2. Ces 24 articles ont été cités un total de 113 fois au cours de la période étudiée (21 ans), pour une moyenne de près de 5 citations chacun. On le comparera à une moyenne d’environ 19 citations pour les articles concernant le « réchauffement planétaire », par exemple. Quatre des articles le rejetant n’ont jamais été cités, quatre ont des citations dans les deux chiffres, 17 pour le plus cité.

Nous pouvons être certains d’une chose : si l’un de ces articles avait présenté la formule magique qui discrédite l’origine humaine du réchauffement climatique, il serait sur le point de devenir l’un des plus cités dans l’histoire de la science.

Les articles ont un total de 33 690 auteurs. Les dix premiers pays représentés sont, dans l’ordre : les États-Unis, l’Angleterre, la Chine, l’Allemagne, le Japon, le Canada, l’Australie, la France, l’Espagne et les Pays-Bas.

Les négationnistes du réchauffement climatique affirment souvent que les préjugés les empêchent de publier dans des revues scientifiques. Mais 24 articles dans 18 revues différentes, exposant à eux tous plusieurs arguments différents contre le réchauffement climatique, permettent de juger cette affirmation comme fausse. Les articles rejetant le réchauffement climatique peuvent être publiés, mais ceux qui l’ont été n’ont gagné que peu de soutien ni n’ont été très remarqués, même de la part d’autres négationnistes.

Ceux-ci sont bien connus par leurs interviews dans les journaux, leurs auditions au Congrès, leurs conférences critiques du changement climatique, leurs livres, leurs sites web, etc. Leurs noms sont cependant remarquablement rares dans le milieu scientifique.

Texte complet (anglais).

Publicités

Written by gemp

13 décembre 2012 à 18 h 17 min

6 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Je suppose qu’il est facile de tracer d’où venaient les financements des recherches ayant abouti à ses 24 articles.

    florence

    14 décembre 2012 at 0 h 43 min

    • Ça peut être aussi des gens de bonne foi avec des théories contradictoires valides. Ce n’est pas parce que 99,83% des scientifiques (ayant publié avec l’aval critique de leurs pairs) s’accordent sur une solution que celle-ci est irrévocablement vraie. En revanche, il est plus intéressant de regarder ce que les médias offrent en proportion sur différentes théories.

      gemp

      14 décembre 2012 at 1 h 06 min

      • Mais c’est quoi une « théorie contradictoire valide » ? Contradictoire oui mais valide ? ou elle est validée par l’analyse des faits, les mesures etc… ou ça coince quelque part. Non ?

        Juléjim

        14 décembre 2012 at 10 h 31 min

  2. J’ai indiqué « valide », parce que c’est le principe des publications en « peer-review ».

    Chaque article est normalement évalué par plusieurs scientifiques qui émettent un jugement sur sa recevabilité, et ce de manière théoriquement objective. Le système a ses défauts — qui sont nombreux, à commencer par la pression mise sur les scientifiques à publier et le fait que les publications sont des entreprises qui doivent gagner de l’argent — mais écrème probablement le n’importe quoi. Encore que, pour ne citer qu’un exemple, les frères Bogdanov ont publié 5 ou 6 articles, certains dans des revues prestigieuses…

    Ça implique seulement qu’un certain nombre de scientifiques ont validé les 24 articles en question, de même que les 13926 autres.

    L’analyse ci-dessus ne porte pas à proprement parler sur la véracité factuelle du réchauffement climatique par le CO2. Il souligne qu’elle a dans le public, encouragé par les médias, des partisans et des opposants, et ce dans des proportions importantes (ma mère n’y croit pas parce que « t’as vu comme il fait froid cet hiver? »). On nous propose des débats, on constate que pratiquement rien n’est fait pour y remédier, donc, dans nos esprits plébéiens, on se dit que tout ça c’est peut-être du pipeau.

    Surtout que lorsqu’on entend parler de la contradiction, c’est généralement accompagné d’un « les scientifiques », ceux qui sont pour, ceux qui sont contre, nous induisant à penser qu’il y a effectivement une réelle controverse parmi lesdits scientifiques. Les chiffres du camembert ci-dessus ne visent qu’à là mesurer.

    Et, encore une fois, il est possible qu’un des 24 ait raison contre tous les autres, mais si cette controverse avait bien lieu d’être, on est en droit d’être surpris qu’il ne soit pas plus référencé, repris, cité par ses pairs.

    gemp

    14 décembre 2012 at 12 h 41 min

    • Ok merci pour les éclaircissements, je comprends mieux ton « valide » dans ce contexte-là.

      Juléjim

      14 décembre 2012 at 14 h 51 min

  3. […] Adaptation de l’article « Why Climate Deniers Have No Scientific Credibility – In One Pie Chart » par Jim Powell, auteur scientifique. Les sondages montrent que dans le public, de nombreuses …  […]


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :