LES VREGENS

Antisémiiiiiiite !

with 5 comments

Voilà, ça y est, l’insulte suprême a été jetée à la tête de Jean-Luc Mélenchon, par la clique « socialiste ».

Antisémiiiiiite !

Pour avoir dit ça :

« Le fond de l’affaire est le suivant, qu’a fait le Français dans la réunion ? Il s’est pris pour un petit intelligent, économique, vachement responsable, qu’a fait des études à l’Ena, qui sait comment on doit organiser la rectification des comptes d’une nation, gna gna gnagna gna gna gna… Ben va dans une administration, tu représentes pas le peuple français quand tu fais ça ! Il faut dire : « Non, pas question. Je refuse. Je ne suis pas d’accord. » Pourquoi ? Pas en se disant « les Grecs, je sais pas quoi », mais en se disant « mais demain c’est moi ». Comment le même homme demain à la même table si on lui dit « mais M. Moscovici vous n’avez pas fait ci, vous n’avez pas fait ça, vous avez accepté telles dépenses sociales et tout… » Comment il va pouvoir dire « non » vu qu’il a déjà dit « oui » pour les chypriotes ? Donc il se met dans leurs mains. Donc c’est un comportement irresponsable. Ou plus exactement c’est un comportement de quelqu’un qui ne pense plus en français… qui pense dans la langue de la finance internationale. Voilà. »

A l’AFP,  vous apprécierez le raccourci, ça devient ça :  « Moscovici a un comportement de quelqu’un qui ne pense pas français, qui pense finance internationale ».

Bref, Mélenchon rejoint ainsi tous ceux sur lesquels l’opprobre fut lancée : Stéphane Hessel récemment, par Grolandréou lui-même (ça m’a rappelé J’irai cracher sur vos tombes, ou Où il y a de la gêne, y’a pas de plaisir), mais aussi Edgar Morin, Siné, Daniel Mermet, Hugo Chavez, Mikis Théodorakis, Charles Enderlin, Shlomo Sand, Noam Chomsky, Michel Warshawski, Eric Hazan, Norman Finkelstein, le juge Goldstone, Gideon Levy, Daniel Barenboïm …

Finalement, il est en bonne compagnie, le Jean-Luc.

Ça m’a rappelé aussi l’histoire Kouchner (dont j’ignorais même qu’il était juif jusque là) accusant Pierre Péan de la même honte.

Ça a juste permis aux socialos de ne pas répondre sur le fond. Voilà la justification de leur politique de gestion du capitalisme.

Parce que oui, Moscovici fait partie des 17 salopards qui vendent leurs peuples aux banquiers, juifs ou non.

Parce que oui, Moscovici fait strictement comme ses prédécesseurs avant lui, comme Christine Lagarde, Pascal Lamy, DSK (ah, merde, lui, il est vraiment juif, donc, c’est pas bon), et tous les autres, juifs, tamouls, ou serbo-croates, qui « ne pensent pas en français, mais dans la langue de la finance internationale ».

Parce que oui, en 2017, on aura La Pen au deuxième tour, comme en 2002. Parce que oui, les « socialistes » n’ont rien appris.

Bientôt, il sera interdit de critiquer la politique du parti « socialiste », juste parce qu’Harlem Désir et Christiane Taubira sont noirs … pardon … « issus des minorités », juste parce que Moscovici, DSK (ah, non, lui, il y est plus, au PS, hein… ) et Bernard Kouchner (ah, flute, lui, il y est plus non plus…) sont juifs…

Bientôt, critiquer la politique du parti « socialiste » ça voudra dire être de droite. Ne riez pas, c’est exactement ce qu’a dit Julien Dray, l’amateur de montres. Mélenchon ferait le lit de l’extrême droite…

Mélenchon fait du racisme anti-socialiste, dingue, non ?

En attendant, le véritable antisémitisme a encore de beaux jours devant lui, en Hongrie, par exemple, où il est au gouvernement sans que cela gêne les « socialistes » qui nous gouvernent.

En attendant, les pauvres morts de la Shoah se retournent dans leur tombe.

Publicités

5 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Avis préliminaire : je ne suis ni mélencholâtre ni même mélenchonien. Mais :

    1 L’accusation d’antisémitisme est le moyen n°1 de casser un critique pertinente. On l’avait vu quand Pierre Péan a sorti son livre sur Kouchner, remarquable déconstruction d’une fausse idole. Casse efficace : BK a pu poursuivre sans encombre sa carrière d’opportuniste. Daniel Schneidermann sur son site s’y était prêté, au point que Péan avait quitté son plateau en larmes, bel exploit quand on sait que ledit Péan a la peau suffisamment dure pour faire un tel métier. Lequel Schneidermann, malgré la demande pressante des asinautes, ne s’était jamais excusé.

    2 Mélenchon peut être violent, il ne le sera jamais autant que l’est la Troïka et ses sbires. Et qui peut croire un instant que s’il s’exprimait avec moins de violence il serait plus écouté ?

    3 Quant à la théorie qui voudrait qu’il fasse du Le Pen de gauche, elle est d’une belle crapulerie. Ou il faudrait alors qu’on m’explique en quoi la défense des plus faibles devant le rouleau compresseur des eurocrates alliés au FMI et aux banksters, tous gens qui se torchent le trou punais avec les règles de la démocratie, est d’extrême droite.

    PS1 Un commentaire à développer sur ASI « En qualifiant Mélenchon d’antisémite et ne donnant pas de consigne vote contre le FN, à quel jeu joue le PS ? ». Je crois même qu’il y a eu consigne du ps de voter pour Mancel, une belle pourriture passée par la case tribunal (ce qui laisse toutes ses chances pour 2017 à Cynique 1er)

    PS2 Dray le montrophile cogne lui aussi sur JLM mais vole au secours de Sarko le misenexaminé. Qui se ressemble s’assemble.

    athalouk

    25 mars 2013 at 12 h 10 min

  2. Celui qui fait un rapprochement entre « finance internationale » et « juif » est peut-être antisémite, lui. Et ce n’est pas Mélenchon qui l’a fait, ce rapprochement, mais bien Désir, Assouline, Quatremer, Aphatie et quelques autres.

    asinuserectus

    25 mars 2013 at 12 h 22 min

  3. Ça fait du bien en le lisant, merci.

    gemp

    25 mars 2013 at 13 h 39 min

  4. Au hasard, hier, une fois de plus depuis une dizaine d’années, je me suis « accroché » avec Jean Quatremer sur le blog du « Cri du Peuple ». Il ne changera jamais ! Moi non plus.
    http://www.lecridupeuple.org/les-etranges-obsessions-de-quatremer/

    babelouest

    25 mars 2013 at 14 h 03 min

  5. alors, pour les socialistes, cet ensemble de mots, ce réseau sémantique

    se prendre pour
    petit intelligent
    ENA
    pas penser en français
    parler en finance internationale
    =
    juif

    plus exactement c’est parler d’un juif en termes anti-juif
    c’est pas seulement que les socialistes se ridiculisent encore sur ce coup-là (mais à force, on finira par ne plus ricaner du tout), mais en plus on dirait bien que s’applique à leur réaction le fameux « c’est çui qui dit qui est ». comment ont-ils pu voir de l' »antisémitisme » dans cette dénonciation d’un membre actif de cette bande de salopards qui nous catastrophisent corps et âme des pays entiers pour plusieurs générations ?

    pourquoi tout ça, à part faire beaucoup de fumée pour qu’on parle un peu moins de cahuzac et de sarko, je vois pas. et ça marche, faut bien dire.

    comme dit gavroche : « Bientôt, critiquer la politique du parti « socialiste » ça voudra dire être de droite ». j’ajouterais : ou antisémite. je sais pas vous, mais j’ai l’impression que ça va constituer une variante possible du point godwin dans le débat polichien.

    zozefine

    25 mars 2013 at 15 h 34 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :