LES VREGENS

Quand on s’attache…

with 7 comments

Tekila n’était pas à nous, mais elle était en nous. Si sage, si calme, si câline, si fragile, nous nous étions attachés à cette petite chose, de séjour en séjour, comme des grands-parents gâtifiant avec un petit de leurs petits. Elle était atteinte d’une maladie incurable, nommée granulome eosinophilique ; à chaque récidive, elle avait droit à sa dose de corticoïdes et la vétérinaire ne nous avait pas caché que chaque piqûre réduisait d’autant l’espérance de vie de l’animal. Sa vie s’est interrompue alors qu’elle n’avait que trois ans et demi, si brutalement, succombant probablement à une crise cardiaque ; elle se remettait d’une récente attaque du granulome. Le chagrin de sa jeune maîtresse fut intense. Découvrant  son amour de chat raide sur son lit au retour d’un week-end à Londres, sa douleur fut décuplée par un irrépressible sentiment de culpabilité et d’incompréhension.

IMG_1235

Personnellement, je ne suis pas encore remis de cette disparition ; des images et des souvenirs me hantent, pour l’instant, je ne peux pas voir, et encore moins toucher, un objet ou un ustensile ayant un quelconque rapport avec Tekila. Ni même voir ou approcher un autre chat.

J’aimais trop cette petite bête ; j’ai le sentiment douloureux que la camarde m’a arraché une part de bonheur. Une de plus, une de trop. Saleté de camarde !

DSCF2685

Publicités

Written by Juléjim

11 mai 2013 à 17 h 27 min

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. tout mon soutien mon frérot, ainsi qu’à ta fifille…

    alainbu

    11 mai 2013 at 19 h 09 min

  2. Ils ne nous quittent jamais. Il nous faut de la force pour accepter leur absence. Courage !

  3. Je me souviens qu’ado, j’ai eu énormément de peine en perdant mon chat.

    des pas perdus

    11 mai 2013 at 19 h 55 min

  4. De tout cœur avec toi, Jules…
    Saloperies de maladies qui nous enlèvent nos bébés.

    Gavroche

    12 mai 2013 at 11 h 35 min

  5. Merci à tous pour vos mots de réconfort. Moi si ça continue c’est mon cœur qui va tomber malade tellement les épreuves se succèdent depuis quelques temps. Et je pressens que ce n’est pas fini.

    Juléjim

    12 mai 2013 at 11 h 59 min

  6. C’est jamais fini, non, mais les plaisirs inattendus sont aussi à tous les détours. Faut bien les guetter.

    florence

    12 mai 2013 at 13 h 22 min

  7. Moi si ça continue c’est mon cœur qui va tomber malade tellement les épreuves se succèdent depuis quelques temps.

    Ah bé non, ça c’est formellement interdit. Non mé…

    sleepless

    12 mai 2013 at 21 h 25 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :