LES VREGENS

Pourquoi les pauvres votent à droite

with 2 comments

Le mépris du peuple

Réflexions diverses, limite foutraque, en vrac et en tas, en ce début d’hiver moche et pas rigolo

Des histoires de vrais gens

Marianne

Tout va bien, je vais bien, comme dit la comptine… Juste envie … de me suicider ? De tout casser ? J’en sais rien. C’est l’hiver, il flotte comme vache qui pisse depuis deux ans sans discontinuer (et y paraît que ça va pas s’arranger, pour cause de réchauffement climatique) je vis dans un pays de merde, entourée de cons bas de plafond, qui dans leur grande majorité (silencieuse) n’ont qu’un seul ennemi, non pas les patrons ou les puissants, mais les « autres », les plus pauvres qu’eux, les « assistés », les bougnoules, les nègres ou encore mieux, c’est la mode en ce moment, les roms…

J’ai entendu hier aux z’infos que « 91 % des français souhaitent un changement de politique »… J’ai failli éclater de rire, passque, tiens donc, comme si c’était pas pour ça qu’on avait élu, l’autre, là, le pingouin « normal ».

Sauf qu’il n’en est pas question, bande de nazes, vu que « la note de la France a baissé », et que, doncques, Grolandréou ne changera pas de cap, ce cher capitaine de pédalo entend bien maintenir la barre…. droit dans le marécage ultra-libéral… mais attention « socialiste », le marécage (rire).

shipwaterfall

Résultat, en guise de « changement », on va probablement virer l’Ayrault (qu’est fatigué), et le remplacer, tiens, j’te l’donne Emile, par le gars que tous les bœufs français aiment, j’ai nommé Manuel-Valls-avec-Marine, le soi-disant fils de républicain espagnol…

Passque non, il est juste le fils d’un catholique espagnol bon teint, un dénommé Xavier Valls, lequel n’a quitté le pays qu’en 1949, soit treize ans après l’arrivée de Franco au pouvoir, et seulement parce qu’il avait obtenu une bourse pour aller faire sa peinturlure à Paris. Pendant la guerre civile, son grand père a même « caché des prêtres persécutés par les trostskystes et les anarchistes ».

Lien

D’ailleurs, le petit Manu est né à Barcelone en 1962. Il y a aussi été baptisé. Vous en connaissez beaucoup, vous, des anti-franquistes qui allaient en vacances en Espagne à cette époque ?

Pas grave, hein. Y’a pas que chez nous. Partout dans le monde, fascisme, racisme, nationalisme reprennent du poil de la bête.

Antifascist_Graffiti_Sarajevo_2009

Quant au capitalisme, baptisé (néo)libéralisme pour l’occasion (comme si les deux étaient fondamentalement différents, c’te blague), il va très bien : c’est sur la misère qu’il prospère.

Alors, les partis (d’en rire) prétendus «de gauche», eux, trahissent joyeusement, partout.

Obama-Oncle Tom est toujours aussi propre sur lui, il a toujours son sourire Gibbs, et sa bonne femme (la « première dame », haha) cultive son jardin en bio. Guantanamo reste ouvert, comme une grande claque à la face du monde « libre », les nègres sont toujours les plus pauvres là-bas, ils remplissent les prisons (imaginez, un violeur noir dans un hôtel niou-yorkais aurait-il eu une cellule vi-aille-pi, et serait-il rentré à la maison?) Bradley Manning va mourir en taule dans « le pays de la démocratie », ignoré de tous, ou presque.

Démocratie ? Mon cul ! (oui, je sais, j’l’ai déjà dit) Un peu comme la Grèce qui en a jadis été le berceau, ou comme Israël, prétendue base avancée de la démocratie de l’occident face aux hordes barbares et barbues, et qui détient des millions de palestiniens en otages, sans que ça fasse frémir les « socialistes » qui nous gouvernent. Vaut mieux libérer les salariés d’Areva, ils peuvent encore servir.

On refuse à Evo Morales le survol de notre pays pour cause d’Edward Snowden (peut-être) à bord de l’avion. Lui qui est recherché par tous les flicards du monde, est empêché de juste survoler notre pays des fois qu’il lui viendrait l’idée saugrenue d’imaginer que nous sommes encore le pays de la déclaration des droits de l’homme… Dès fois qu’il lui prendrait l’envie d’ouvrir son parachute (pas doré, celui-là) … pas trop de risques, vu comme on traite les étrangers chez nous depuis que « la gauche » est au pouvoir …

Evo Morales et Hugo Chavez, donc, même combat. Ce sont juste d’affreux populistes, comme chacun sait. Et c’est pas grave s’ils ont été élus par leurs peuples respectifs. Si on se met à demander leur avis au pue-la-sueur, mais où va t-on, j’vous l’demande ? Hollande « le socialiste » a fait la fine bouche à la mort de Chavez, mais il est allé rendre hommage à cette salope de Thatcher…

Ces gens, ces « gauchistes », sont des « espions » et des « terroristes ». Comme Julien Coupat. Comme les gens de Greenpeace, les anti-gaz de schiste, les écolos en général, et même … les végétariens…

Sur ce lien, vous pourrez lire la fulgurante analyse politique d’un ancien élu lotois « de gauche » … Ne riez pas, maintenant qu’il n’inaugure plus les salles des fêtes locales, il doit s’emmerder. Ou peut-être c’est Alzheimer… ?

Une telle connerie ne peut pas s’expliquer autrement.

En tous cas, pendant la grande braderie de nos acquis sociaux,  avec la complicité des syndicats (demandez à Xavier Mathieu ce qu’il pense de Bernard Thibault) les « affaires » continuent … Cahuzac, DSK, Sarkozy, ils reviennent, tout doucement, ils sont déjà là, d’ailleurs, avec leur pognon. Ils ont tribune ouverte dans le « service public », comme Tapie, sont invités à Cannes comme au Sénat sans que ça fasse moufter personne, au contraire, ils redeviennent banquiers, comme DSK, donnent des conférences à 100 000 euros, comme le nain qui nous a servi de (p)résidu. Lui qui a bénéficié d’un non-lieu, qu’immédiatement ses partisans ont qualifié de démonstration de son « innocence »…

Cahuzac, lui, se représentera très probablement l’an prochain dans « sa » ville de Villeneuve sur Lot. Il se trouvera des crétins pour lui trouver « du courage » … (Sûr qu’avec 600 millions, j’en aurais aussi, moi, du courage…) Les français sont des veaux, et ils ont la mémoire courte.

D’façons, pourquoi ils se gêneraient ?

D’ailleurs en Grèce, Syriza aussi « fait des compromis » et la mal nommée Aube dorée s’étend comme une brume nauséabonde…

En France, le PC n’est pas en reste dans le registre du « réalisme », il fait déjà campagne pour les municipales de l’an prochain, comme à Paris où le parti (d’en rire) « communiste » a d’ores et déjà suggéré que les « socialistes » au pouvoir n’avaient pas de souci à se faire au deuxième tour. Que ne ferait-on pas pour garder quelques places pendant que le peuple d’en bas crève lentement… Le « front républicain », qu’ils disent…

Parce que vous le savez, le parti de la jument taillée dans un menhir a remporté récemment, et haut la main les élections cantonales à Brignoles. La télé et ses « experts » et autres « politologues » en ont causé jusqu’à l’écœurement, et tous nos bons politicards de se rejeter mutuellement la responsabilité de ce gros caca qui nous arrive en pleine gueule… Comme si c’était vraiment étonnant, et comme si on était encore le pays des droits de l’homme, tout ça, mais non, voyons, on est le pays des droits des actionnaires et de l’élite, comme partout ailleurs. Y’a pas de raison que les grecs soient les seuls.

Décidément, nos dirigeants « socialistes » n’en ratent pas une, dans le registre … droitier ? Ultra-libéral ? Dégueulasse ? La liste des saloperies « de gauche » s’allonge…

Goodyear-pneus

Fermetures d’usines (faut bien être « compétitifs ») accompagnées des rodomontades ridicules de Petit Bras Montebourg, celui que Monsieur Taylor qualifie de « gentil garçon » (nous à Marseille on dit juste « il est brave … »), chasse aux pauvres, aux syndicalistes, aux rroms, aux musulmans-qui-sont-rien que-des-terroristes, etc.

Gauche, droite, gauche, droite, un genre de marche militaire, juste des mots vides de sens.

Alors, les « socialistes » expliquent la montée du Fhaine :

  • il faisait pas beau (rappelez-vous, c’est ce que racontait sans rire le candidat socialo à Villeneuve sur Lot l’an dernier)

  • c’est la faute à la gauche qu’est divisée, salauds de Mélenchon/Poutou et autres « extrémistes ». Qui pourtant ont à peu près disparu des écrans radars médiatiques.

Ben c’est comme en 2002, ce sera pas leur faute, aux socialos, si le Fhaine vient un jour aux manettes. Même si les « socialistes » font une politique qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de la droite la plus pourrave. Et même pire, vu que l’hypocrisie est fournie en plus.

Dans nos belles contrées « démocratiques », il faut mieux recevoir Poutine, ce grand humaniste qui « poursuit les terroristes jusque dans les chiottes », avec les brillants résultats que l’on sait, comme l’assaut du théâtre de Moscou en 2002 (environ 200 morts dues au gaz utilisés par la police, dont 130 otages), ou celui de l’école de Beslan en 2004 (344 civils tués, dont 190 enfants)… Le gars qui a fait assassiner Anna Politkovskaïa, et met les opposants dans des prisons quatre étoiles…

Lordon avait joliment baptisé les socialos la « DC » pour « droite complexée », ben complexés, ils ne le sont plus du tout.

1417470-gf

En ce moment, je lis Pourquoi les pauvres votent à droite, le bouquin de Thomas Frank, réédité (enfin) chez Agone il y a quelques mois. Ou comment les pauvres, au lieu de mener les vraies batailles contre leurs vrais ennemis se retrouvent au Tea party, sont contre l’avortement et font la chasse aux pédés.

Comme un air de déjà vu, chez nous, ce printemps, où « le peuple » s’est retrouvé dans la rue pour défendre « des valeurs ». Au lieu de tout bêtement défendre son bifteck, pourtant bien menacé.

Le chômage explose, malgré le gentil trafic des comptes de cet été (y paraît que c’était « une erreur » de ces crétins de fonctionnaires de popaul emploi), et on va faire (encore) des éconocroques sur la sécu,  la TVA va augmenter au 1er janvier, qui en cause ? personne…

  • On parle seulement des rigolos en bonnet rouge qui veulent continuer à polluer tranquilles, merde, et la liberté alors ? (Gageons que ceux-là ne seront pas condamnés à payer les dégâts, comme les Conti)

  • On parle des parents que ça ennuie beaucoup d’envoyer leurs lardons à l’école le mercredi, et la liberté alors ?

    Mais de la TVA que les pauvres vont se prendre dans la gueule sous peu, que couic, rien, nada…

Pas grave, les pauvres gobent la propagande, savamment distillée à longueur de médias.

lqrG

A lire, LQR, de l’ami Eric Hazan. D’utilité publique, celui-là. Les pauvres veulent travailler le dimanche, pour s’acheter un écran plat, et regarder TF1. Ils veulent continuer à travailler chez Doux ou chez Amazon, pour un salaire de merde, à fabriquer et à vendre de la merde pour les autres pauvres.

Ainsi, ma petite voisine, 80 balais l’an prochain, m’a dit hier qu’elle voulait bien faire un effort pour rembourser « la dette » ???!!! (celle des banques …) mais elle a vu cette année ses modestes impôts augmenter de … 40 %, passant de moins de 600 euros à presque mille. Pourquoi ? Tout simplement parce que la « demi-part » attribuée aux veuves ayant élevé seules leurs enfants, d’abord réduite à peau de chagrin ces dernières années, vient tout simplement de disparaître…

Une gentille loi, votée par la droite en 2008, et appliquée par un gouvernement « de gauche » (rire).

Les fauxcialistes ne se cachent même plus…

Bref, Pourquoi les pauvres votent à droite est un livre jouissif et franchement passionnant, et même … drôle. Si, si. On peut rire de tout, comme disait l’autre. Même de notre monde en train de s’effondrer. Peut-être est-ce une bonne chose, finalement, une occasion de réinventer un autre monde, une autre vie, même si on doit en passer une nouvelle fois par la case démocrature, voire pire, comme en Grèce. Chez nous, on a déjà des bouc-émissaires tout trouvés, les roms. Chassés par des « socialistes » en berne dans les sondages. C’est logique. L’histoire se répète, il paraît.

Le_peril_Rom-d9099-copie-1

L’ami Partageux en parle bien mieux que moi, bientôt à Paris, une expo sur « le rom et la France » …

L’article, qu’est là et qu’est vachement bien…

La guerre contre les barbus, les différents, les pas pareils, plutôt que contre la misère. La guerre aux pauvres qui font tâche. Aux blancos comme aux pas blancos. Exactement comme les néos-cons amerlocains qui défendent les « valeurs », les « socialistes » français ont un sujet tout trouvé pour détourner l’attention du bon peuple de la merde noire dans laquelle ils continuent de nous plonger. Un coup c’est le mariage pour tous, un coup la guerre au Mali, et aujourd’hui la libération des otages qui bossaient gentiment pour les tueurs d’Areva.

Tiens, j’ai rigolé, l’autre jour, en regardant (encore) le jité (je sais, je me fais du mal). Un sujet sur l’ouverture de tribunaux d’exception en France. Pas au fin fond de l’Afrique, ni même chez les barbares de muslims barbus, non, en France. C’est là qu’on va juger les criminels enfin … les sans-papiers. Cahuzac et ses millions a Singapour sera jugé normalement, enfin… peut-être, un jour. (Comme DSK et Naboléon, circulez, y’a rien à voir). La mère Taubira a déclaré sans rire que c’était pas sa faute, que c’était une loi qui avait été votée (elle aussi) avant que le gouvernement soit « de gauche ». Et aux bonnes âmes qui hurlent (à juste titre) au racisme quand on la compare à un singe, je les invite à lire cet article sur les méthodes de la police française.  Faut dire que les habitants de Garges les Gonesse ne sont pas des ministres « de gauche »…

RacismPoliceRepression

Hollande-pas-si-mou (fort avec les pauvres, faible avec les puissants, bonnet blanc et blanc bonnet) est aussi devenu un va-t-en-guerre au Mali, et bientôt, en Syrie, avant même qu’on sache vraiment qui a utilisé des armes chimiques, de Bachar El Assad, ou des « rebelles » sponsorisés par l’Arabie saoudite, ce grand pays de liberté.

La France, elle, garde de droit de fabriquer et de vendre ces mêmes armes…

Certes, Hollande ne bombardera pas la Grèce, ni la Russie, autre terre de liberté, comme chacun sait.

Notamment pour les femmes. Curieusement, on n’a pas entendu nos intellectuel(les) « de gauche » comme Mâme Fourest s’en émouvoir outre mesure. Faut dire qu’ils sont orthodoxes, les russkoffs, pas barbus. Même que là-bas, on les chasse « jusque dans les chiottes ».

Les pauvres tapent sur plus pauvres qu’eux. Et ils votent à droite, donc, et je vous fiche mon billet que le Sarko, malgré ses casseroles, reviendra. Bientôt. A défaut de La Pen.

Il faut dire que les pauvres ne sont pas aidés. La seule alternative que leur proposent les médias, c’est le fascisme. Bon, c’est pas nouveau, on l’avait déjà constaté pendant la campagne électorale de l’an dernier. La gauche qualifiée « d’extrême » a disparu des écrans radars…

dep_tv_cerveau

Quant à nos « intellectuels » et autres chiens de garde, ils s’en donnent à cœur joie : tiens, il y a quelques semaines, j’écoutais l’indéboulonnable Onfray (çui qui blablate tous les matins sur France Cul, on se demande bien pourquoi lui ?) qui dégommait à tour de bras, non plus Freud, ça c’était l’an dernier (ou y’a deux ans, chais plus), mais Sartre. Forcément. Sartre le bourgeois, contre Camus le fils de prolo. Comme si on ne pouvait absolument pas lire et concilier les deux…

Vous avez dit populiste ?

Bien sûr, tout ça renvoie aussi aux livres de Jean-Claude Michéa, démolis à peu près partout, (avec une parfaite mauvaise foi) y compris par les intellectuels « de gauche », Luc Boltanski, Halimi dans le Diplo, l’omniprésent Philippe Corcuff, (lui, il me fait rire, aussi girouette que l’Onfray) le dernier en date étant ce bon Frédéric Lordon , le gars qui écrit de la philo pour ses collègues universitaires, « qui s’adresse aux dominants », comme le disait Judith Bernard, et qui n’aime pas la vulgarisation. Les pauvres, incultes, comme chacun sait, n’ont qu’à se démerder… C’est tout au moins ce qu’il racontait dans l’émission d’Arrêt sur Images.

Lordon et le capitalisme wouaw (tout est dans le titre)

Selon lui, faut arrêter d’être un bisounours, Michéa a tort, passque les pauvres aussi sont capables de tout, et ils sont méchants comme les riches (comme disait Spinoza)…Tout ça raconté en alexandrins, et avec force références à l’angla alpha, et à papa Spinoza, c’est sûr que le populo très con et très méchant repassera…

Bon, je vais pas trop en causer ici, vu que Michéa répond à ses détracteurs « de gauche » brillamment, comme d’habitude :

C’est là, et faut le lire, même si vous êtes feignants…

Autre article intéressant, ici :

Vachement bien esspliqué, même pour les béotiens comme moi, c’est dire…

Parenthèse : Michéa est paraît-il « récupéré » par la droite qui pue. Il faut donc arrêter de le lire. Faut aussi arrêter de lire Jaurès, parce que Naboléon l’avait cité en exemple. Et il faut cracher sur la tombe de Guy Mocquet, lui aussi « récupéré ». Fin de la parenthèse.

Et ça nous ramène à mon propos initial, pendant que les « intellectuels » blablatent joyeusement entre eux (c’est pas du communautarisme, attention, c’est de « l’entre-soi », nuance) les pauvres crèvent, ils restent cons, manipulables, et donc, en attendant, ils votent à droite.

****

Comme vous le savez peut-être, j’accueille des gens chez moi. Des blessés de la vie, alcoolos ou toxicos en sevrage. Je vous en ai brièvement causé sur ce blog.

C’est pas toujours la joie, et surtout parce qu’il existe entre eux et nous un vrai fossé culturel. Nous, on a de la chance, on a eu des parents communistes. Nan, je rigole. Quoique… Mais en tous cas, on a eu les opportunités pour apprendre à réfléchir, et à ne pas prendre pour argent comptant (c’est le cas de le dire) ce que la télé nous raconte …

Alors, ce printemps, c’est Blandine qui est arrivée chez nous. Blonde, très très (trop) blonde, maquillée, maigre, fatiguée-épuisée, triste, la valoche pleine (et quand je dis pleine, c’est 50 kilos) de produits de beauté, pour les cheveux, la peau, le corps, les yeux, etc… Et Closer et Détective par paquets de dix.

Au premier regard (honte à moi) j’ai pensé « Outch, ça va pas le faire »… Et ben si, ça l’a fait, et drôlement. Blandine, aujourd’hui, elle est comme ma petite sœur.

Blandine, je lui ai parlé, j’ai écouté le triste (mais pas que) récit de sa vie, j’ai partagé des histoires de filles avec elle, on a fait des gâteaux, jardiné, on a rigolé, on s’est mis au soleil en maillot. J’ai écouté Dalida avec elle. Dalida, c’est pas ma tasse de thé, mais c’était une fille bien, Dalida. Gentille, et fracassée par la vie. Comme Blandine. Mais j’ai aussi regardé des films, et en VO, tiens, Macadam cow-boy, par exemple, et Quand passent les cigognes… Et vous voulez que je vous dise ? Blandine, elle a aimé ça. Qu’on ne la prenne pas seulement pour un cerveau disponible. Qu’on la prenne pour autre chose qu’une con-sommatrice. Comme un être humain, précieux, vivant, intelligent, sympa et agréable à fréquenter. Depuis, elle va mieux. Elle est plus belle, et surtout plus forte, et je l’aime toujours autant.

Je lui ai peut-être donné, mais elle me l’a rendu. Si, si.

Ce que notre ami Michéa appelle la common decency…. C’est ça, juste ça.

A lire :

  • Tout Michéa

  • Les gens de peu, de Pierre Sansot

  • De la décence ordinaire, de Bruce Bégout

  • Une société à la dérive, de Cornélius Castoriadis

Sur ce, je retourne hiberner.

Publicités

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. On comment quand c’est trop bien ? Non, on relit !
    Merci Gavroche !

    NonoMo

    10 novembre 2013 at 19 h 07 min

  2. Rien que pour Blandine, elle est très jolie, ton histoire…

    clomani

    10 novembre 2013 at 19 h 09 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :