LES VREGENS

Otages

with 4 comments

Les éditocrates me font rire.

Il paraîtrait que le gouvernement « socialiste » aurait, tout soudain, alors qu’on ne l’attendait pas du tout, mais alors pas du tout, surtout de la part d’un gouvernement « de gauche », pris un « tournant ultralibéral » avec le désormais célèbre « pacte de solidarité-responsabilité ».

 

Hollande Gattaz

Hollande « marabouté » par le MEDEF

Ben ouais, parce que selon le gouvernement, la seule chose qu’on n’a pas essayée, c’est de faire confiance aux entreprises

Sauf que. Non, les socialistes n’ont pas « renoncé », ils ne prennent pas un « virage », ils font ce que qu’il ont toujours fait : trahir. Et plus du tout en se tortillant, mais en ligne droite. Lordon avait qualifié le PS de « droite complexée », voici ce qu’il en dit :

Il est vrai que, parmi le programme chargé des conversions symboliques à opérer, il y a à défaire l’habitude irréfléchie qui consiste à donner le Parti socialiste pour la gauche et à donner (très inconsidérément) de la gauche au Parti socialiste. Alors que, rappelons-le, et il met d’ailleurs assez d’effort comme ça pour qu’on n’en doute plus et qu’on puisse l’en « créditer », le Parti socialiste, c’est la droite, mais une droite complexée. A propos de laquelle, d’ailleurs, du train où vont les choses, il va bientôt falloir se demander ce qu’il lui reste exactement de complexes…

Bref, désormais, par Valls-Montebourg interposés (et Hollande qui a changé de lunettes, mais qui n’y voit décidément toujours que couic, en plus d’être sourd) c’est le MEDEF qui gouverne. Au moins les choses sont claires. Et ce ne sont pas les « courageux » députés « socialistes affligés » qui s’abstiennent « courageusement » qui vont y changer quoi que ce soit. Bien la peine de taper sur les abstentionnistes, tiens.

Je lisais sur Médiapart que Hollande avait été « marabouté » par un quelconque et obscur général, ultra catho et ultra réac, nommé par le nabot, et toujours en place. Ce qui pourrait expliquer sa minablitude. Mais à mon avis, Hollande est surtout victime du syndrome de Stockolm, et « pris en otage » (le mot est à la mode) par le MEDEF, preneurs d’otage du chantage à l’emploi.

Nos brillants éditocrates voient des « prises d’otages » partout, chez les cheminots, les postiers, les éboueurs sauf chez les patrons, on se demande bien pourquoi  ?

Mais le capitalisme lui-même est fondamentalement une prise d’otage. Impossible de manger sans salaire … c’est-à-dire sans obéir à un patron. Nous sommes tous des otages, et pas des malheureux cheminots qui essaient désespérément de se défendre, eux et les restes du service public. Non nous sommes otages, des patrons et des politiques qui sont leur relais prétendument démocratique. Toute notre vie est désormais otage du capitalisme, tout est marchandise.

 

code

Nous sommes suspendus à ses décrets et à son bon vouloir.
Si on n’y cède pas, le capitalisme, c’est simple, fera « la grève de l’investissement », « la grève de l’embauche ». D’ailleurs, il la fait déjà. Depuis trente ans, et depuis le « tournant de la rigueur » des « socialistes ».

Je vous en parlais dans ce billet.

Cette offensive patronale passe par la suppression de l’autorisation administrative de licenciement au milieu des années 1980, jusqu’aux dispositions de l’ANI, en passant par la baisse de l’impôt sur les sociétés, la défiscalisation des stock-options, les atteintes multiples au CDI, le travail le dimanche, les attaques contre les retraites, contre le droit du travail, contre le salaire minimum, les régimes spéciaux, etc.

Une guerre, dont le gigantesque butin va directement dans les poches des actionnaires et des patrons.

Et personne en face. Faut dire que nos distingués camarades « socialistes » (même « affligés ») ne croient plus en la lutte des classes. Ils n’y ont d’ailleurs jamais cru.
Alors, les entreprises créent l’emploi, qu’ils disent, les pignoufs qui nous gouvernent. Et donc, faut baisser le froc devant Gattaz. Ouais. Sauf qu’ils oublient un truc qui me paraît essentiel : les entreprises n’étant pas des organismes de charité, elles embauchent seulement quand elles en ont besoin, quand leurs carnets de commandes sont pleins, c’est à dire quand les clients veulent ou peuvent dépenser leur pognon… Voilà pour la « confiance » qu’il faudrait accorder aux patrons, sur leur simple bonne mine.

D’ailleurs, les patrons le disent eux-mêmes : Encore faut-il que les carnets de commandes se remplissent… (Roubaud, CGPME)

Ou Gattaz l’autre soir, à la sortie du pince-fesses gouvernement-patronat-syndicats jaunes : il va falloir être patient .

Comme le dit Lordon, en termes beaucoup plus châtiés, les entreprises ne créent donc aucun emploi, mais ne font que convertir en emplois les demandes de biens et de services qui leur sont adressées, ou qu’elles anticipent.

Même le jité de Pujadas, c’est dire à quel point les mensonges gouvernementaux ont convaincu, a moqué hier soir les prétendues « contreparties » aux 50 milliards de cadeaux au patronat. Ces contreparties, « évoquées » lors de diverses « tables rondes » et « conférences », n’existent tout bonnement pas, elles sont au mieux, à l’état de « projet », ou de « promesses », et depuis quelque temps, nous savons bien ce que signifient ces promesses. Rien.

Bref, tout cela est une simple histoire basique « d’offre et de demande »…
Et si les clients se serrent la ceinture, la demande se casse la gueule. Et les emplois aussi. CQFD. C’est pourtant pas compliqué à comprendre.

Et d’ailleurs, tiens, question : et si cette courbe du chômage, qui n’en finit pas de grimper, si c’était calculé, voulu, organisé ? Parce que finalement, plus le chômage se développera, plus la peur de la précarité finira par faire accepter n’importe quel travail pour n’importe quel salaire. Otages, et bientôt, esclaves…

 

Le travail des enfants est d’ailleurs parfaitement « normal » pour certains :

Un article très intéressant :

Lien

 

 

 

Publicités

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. le petit youtube est sans pitié (et toi non plus)… mais une des luttes premières d’un ami qui bosse-dans-le-social au sénégal (http://www.inter-reseaux.org/ancien/infodev/repertoire/ENDA.htm) ça a été non pas d’interdire le travail des enfants, mais de les syndiquer afin de leur permettre de lutter pour leurs droits de travailleurs.
    à part ça, est-ce qu’il y a des gens qui pensent encore vraiment et sincèrement que le ps est de gauche ? pour suivre lordon, je trouve que c’est une droite carrément pas complexée du tout. encore un coup de buttoir d’élections catastrophiques, allez, au hasard, les présidentielles, et le roi sera nu – avec ses lunettes hollandaises, sa cheutron de hamster réjoui et ses yeux glauques de requin.
    hahaha le vote utile.

    zozefine

    10 juillet 2014 at 14 h 03 min

  2. […] Les éditocrates me font rire. Il paraîtrait que le gouvernement « socialiste » aurait, tout soudain, alors qu'on ne l'attendait pas du tout, mais alors pas du tout, surtout de la part d'un gouverne…  […]

  3. Pauvre pécheresse, je sens chez toi une perte de de la foi. ;o)

    Foi en un parti guidant les masses vers un avenir lumineux, foi en une quincaillerie fauxcialiste dont vals est le taulier, foi en la compétitivité de nos entreprises boutant nos exportations jusque dans les contrées le plus exotiques, foi en la sainte et bienheureuse croâssance. ;o)

    Mention pour Menthon dont j’utiliserais volontiers la tête pour orner quelque pique si je n’étais opposé à la peine de mort. On se contentera de la condamner au RSA à vie après confiscation de tous ses biens, avoirs et prébendes. Et de l’assigner à résidence dans un souplex de 17 mètres carrés orienté plein nord.

    partageux

    10 juillet 2014 at 20 h 52 min

  4. Avec ses propos sur le travail des enfants Sophie de Menthon mérite une place au Parti Socialiste. Elle mérite vraiment d’être candidate socialiste au prochaines législatives aux côtés de Michel Sapin (la finance est notre amie) et de Jean-Marie Le Guen (pour l’ensemble de son œuvre).

    partageux

    13 juillet 2014 at 10 h 49 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :