LES VREGENS

Le Nobel d’économie est français.

with 2 comments

Tout le monde a entendu le concert des cocoricos, non la France n’est pas finie blablabla, 2° nobel en 2 semaines, blablabla, c’est bien pour l’école de Toulouse où il enseigne, ça va attirer des bons chercheurs, et les étudiants micro-trotoirisés qui mettent en avant que c’est bon pour la renommée de l’école, et leur CV, et leur valeur sur le futur marché de l’emploi…..

Et puis sur Inter, je crois que c’était ce matin, pardon de pas dénoncer le coupable, c’est juste par flemme de rechercher. La palme pour ce commentaire que je ne citerai pas au mot près , on nous dit que ce nobel est un camouflet pour les déclinistes qui clament que la France est finie et que ça démontrerait que l’université forme encore correctement les futurs chercheurs, c’est une double manipulation , en effet :

-Etant donné l’âge du nobel en question, cela ne nous dit rien sur le système actuel mais plutôt sur le système dans lequel il a été formé ( avant que celui-ci ne décline sous les coups divers puis l’estocade de la LRU).

– Ce commentateur démontrerait sans peine que le Sahara est une terre fertile en montrant un oasis dans le dit Sahara.

Ce qui est dit mais sans être claironné c’est que ce M Tirole est un keynesien, et qu’il est récompensé d’un Nobel pour ses travaux sur la régulation de l’économie. Intéressant ça, alors que Keynes est renvoyé aux oubliettes par les politiques économiques menées depuis 30 ans dans le monde monétariste de la mondialisation de l’économie, c’est un Keynesien qui reçoit le nobel. L’humanité retrouverait-elle subitement une once de bon sens? Pourquoi bon sens me direz-vous? parce que les ravages du monétarisme sont sous nos yeux et que la traçabilité historique de la dite théorie est limpide, ce qu’on vit aujourd’hui, ce sont bien les conséquences du monétarisme ou de la remise au placard du Keynesianisme ( ce qui historiquement revient au même)

mise à jour : il semble que j’ai écrit une grosse connerie dans le paragraphe précédent et donc je modifie le titre du coup, mais je laisse ma connerie sinon le commentaire paraitra bizarre .

Personne à ma connaissance, n’a encore fait le lien avec cette remarque entendue aujourd’hui également sur Inter, le représentant de la fédération de je sais plus trop quoi , genre bâtiment ou travaux publics, qui appelle à manifester aujourd’hui. De quoi se plaignent-ils dans ce secteur? Ils se plaignent de la baisse des sommes attribuées aux collectivités locales, qui entraîne de facto une baisse de la demande et donc une perte sèche de plusieurs milliers d’emploi dans le secteur. Et voilà comment , en 2014, certaines découvrent que l’eau ça mouille et que le feu ça brûle. C’est l’effet des mesures monétaristes, être Keynesien justement c’est penser que ce n’est pas par la rigueur mais par la relance qu’on résout les difficultés économiques après une crise.

Ainsi donc les représentants des patrons du secteurs sont Keynesiens sans le savoir, et dénoncent aujourd’hui ce qu’ils plébiscitent depuis 30 ans, une baisse des charges et une baisse des dépenses publiques. Le tissu des PME devrait depuis longtemps plaider pour une relance Keynesienne, une hausse des recettes de l’état (et donc des impôts) pour relancer les dépenses publiques et ainsi nourrir les PME ( pas seulement du bâtiment). Ils ont préféré scier consciencieusement la branche sur laquelle ils étaient assis. C’est aussi ce que devrait faire un président qui s’est autoproclamé social démocrate, mais qui n’en demeure pas moins résolument monétariste.

Parallèlement , d’autres comme un vieux réac chez Taddei, vont nous dire que ce que l’on vit aujourd’hui c’est la défaite du socialisme depuis 30 ans, alors que c’est juste l’effet de l’absence de socialisme pendant 30 ans. Comme toujours la guerre du vocabulaire fait rage et chacun déforme sciemment les termes pour que plus personne ne s’y retrouve. Il faut redire encore et encore ce que sont , le socialisme, le keynesianisme, le monétarisme et appeler un chat un chat , chaque fois que l’occasion se présente.

Publicités

Written by cremedecanard

14 octobre 2014 à 16 h 49 min

Publié dans Non classé

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tu as loupé l’édito du responsable de la tranche 10h/11h… qui a « refait le CV » du Nobel éconocroqueur… je n’ai pas entendu l' »autre » (un de ses prédécesseurs j’imagine) faire l’apologie de ce bonhomme … mais j’en ai entendu d’autres et immédiatement, ça m’est apparu suspect ;o)).

    clomani (@clomani1)

    14 octobre 2014 at 18 h 12 min

  2. Jean Tirole n’a rien de keynésien.

    C’est une caricature de néolibéral. Selon la doctrine néolibérale (ou « ordolibérale » ou « de la régulation de marché »), le marché n’a rien de naturel. Le marché doit être institué et régulé par la puissance publique.
    Si le néolibéralisme n’est pas un « laissez-faire », c’est tout de même l’apologie de la concurrence et du marché.

    Jean Tirole s’oppose au keynésianisme sur deux points essentiels :
    – la politique macroéconomique : Jean Tirole veut confier la politique macro a une autorité INDEPENDANTE des Etats (des peuples).
    – le libre échange est une bonne chose selon notre prix nobel. Keynes prônait l’autosuffisance nationale.

    Le prix nobel est un rappel à l’ordre néolibéral.

    Les keynésiens sont en deuil depuis Lundi.

    Coma81

    15 octobre 2014 at 11 h 11 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :