LES VREGENS

Avoir 20 ans en France « socialiste »

with 14 comments

Nos z’élites socialistes ont pleuré hier la mort du patron de Total, un des leurs de toute évidence, et tout cela dans une touchante unanimité, lors de funérailles quasi nationales.

Notre république laïque (rire) a célébré le grand homme.

french-president-francois-hollande-arriving-0211-diaporama

Et ce week-end, dans le Tarn, Rémi Fraisse, illustre inconnu, est mort. Il avait 21 ans. Il n’était pas patron d’une multinationale, juste militant écologiste, passionné de nature, et étudiait les fleurs de la zone humide du Testet.

rc3a9miHommage à Rémi Fraisse, sur le site Tant qu’il y aura des bouilles

Et pendant que les « neutres », les journalistes et commentateurs « objectifs » claironnent partout que tout de même, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, et « attendre les résultats de l’autopsie », les témoignages affluent :

Rémi a été tué sur le coup par un robocop socialiste qui lui a balancé une grenade dans le dos.

La police, elle, s’interroge sans rire sur ce que pouvait bien contenir le sac à dos de Rémi. De la dynamite, sans doute ? Une bombe à fragmentation ? de l’anthrax ? du gaz sarin ? La flicaille socialiste raconte même qu’elle a vu des drapeaux islamistes sur la ZAD , n’ayons pas peur du ridicule.

Hier 27 octobre, France Nature Environnement publiait un communiqué :

Rémi était un jeune militant investi au sein de Nature Midi-Pyrénées, association affilée à France Nature Environnement. Actif au sein du groupe botanique de l’association naturaliste, basée à Toulouse, il participait notamment au suivi de la flore protégée en Haute-Garonne où il assurait la coordination du suivi de la Renoncule à feuille d’ophioglosse.

La renoncule à feuille d’ophioglosse, ça ne vous paraît pas suspect, vous ?

Renoncule-a-feuilles-d-Ophioglosse-gros-plan-sur-la-fleur

Les témoins racontent aussi que les petits copains du robocop socialiste auteur du tir mortel sont venus fissa ramasser le cadavre de Rémi, et l’ont fort opportunément « retrouvé » quelques heures plus tard. La « scène de crime » n’a pas été balisée comme on le voit dans toutes les séries policières, ce sont les zadistes eux-mêmes qui s’en sont chargés, plusieurs heures plus tard, on se demande bien pourquoi ?

Vous avez des doutes sur cette version ?

Regardez donc cette vidéo, ou un autre robocop socialiste balance une grenade dite de désencerclement dans une caravane située hors zone, et où se trouvaient plusieurs personnes désarmées :

Mais qu’est-ce donc qu’une grenade de désencerclement ? Cette arme de force intermédiaire provoque une forte détonation, ainsi que la projection de 18 galets en caoutchouc dans un rayon de 10 mètres. Selon les instructions des directeurs de la gendarmerie nationale et de la police nationale, elle peut être utilisée lorsque « les forces de l’ordre se trouvent en situation d’encerclement ou de prise à partie par des groupes violents ou armés ». « Son emploi en milieu fermé doit être limité à des situations particulières où les risques liés aux projections et à l’explosion sont réduits », prévoit cette directive, qui ordonne aux agents de s’assurer de l’état de santé de la personne après usage.

Autre vidéo, qui montre l’escalade de la violence … policière  :

Ben ouais, pendant que notre bon (p)résidu communie avec « l’élite de la nation », les robocops socialistes font le ménage, et enlèvent les déchets.

D’ailleurs, selon le socialiste Thierry Carcenac (sénateur, et aussi big boss du conseil général des barons locaux du Tarn et accessoirement administrateur d’un certain nombre de sociétés d’économie mixte dans le domaine du BTP, encore un heureux hasard), « Mourir pour des idées, c’est une chose, mais c’est quand même relativement stupide et bête ».

Un sénateur élu avec le pognon du conseil général du Tarn, avec 17 voix d’avance sur son adversaire…

Et de la part du gouvernement socialiste, pas un mot de compassion ou de condoléances à la famille de Rémi Fraisse. Pas même de la part de la soi-disant ministre de l’écologie,  Soeur Ségolène du Poitou, sans doute installée là en récompense de ses bons et loyaux services par son ex mari. Fallait bien la caser quelque part, tata Ségo, hein. Fallait bien que Françoua se fasse pardonner ses petites escapades en scooter, et on est entre gens du même monde, en famille.

Donc, rien, pas un mot. Pas une explication. Dommage collatéral, Rémi.

Quant à l’inestimable Mélenchon, en v’là un autre qui est finalement venu là seulement pour faire sa promo. L’est vachement bon pour écrire des bouquins et pour faire de beaux discours de campagne. Mais c’est tout, donc.

Voici ce qu’il a dit, avant de supprimer courageusement ses propos sur fessebouc :

B08WRdJIMAADtFi.png large.png%20large

Alors, je me rappelle ses belles paroles, au Mélenchon, c’était en 2012, chez Drucker :  » à la fin, ce sera eux contre nous, les autres seront cachés sous la table ». Ben voilà, ce n’étaient que des mots.

Parce que pour lui, les militants du Testet n’étaient que des violents, des clochards, des anarchistes, mandatés par les pro barrage et par l’extrême droite, et en plus, ils puaient de la gueule. Ben ouais, ducon, y’a pas de douches au Testet, c’est bête, hein.

En revanche, la violence des robocops socialistes ne l’a pas fait frémir.

Une violence policière dirigée aussi contre les élus de la République

Ce que propose Mélenchon, finalement, c’est une révolution propre, une révolution gentille en bas de soie, « citoyenne » la révolution, et tout ça, face à la la soldatesque hollandaise autant aux ordres des puissants que la soldatesque sarkozyste.

Finalement, ma carte d’électeur est définitivement à sa place : à la poubelle. Et désormais, aucun politique ne me fera plus perdre mon temps dans un bureau de vote.

Du grain à moudre :

Un site où y’a tout sur la ZAD du Testet, sur les manifs, et sur Rémi.

Tant qu’il y aura des bouilles

Et un excellent article de Médiapart : Barrage de Sivens les alertes des écolos ont été ignorées

Publicités

14 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bah oui, les ZAD se suivent, et se ressemblent comme des sœurs.
    Je suis encore passé récemment sur celle de NDL, oui, c’est pareil, la violence aussi.
    http://www.reporterre.net/spip.php?article6502

    Nous sommes revenus à la situation de la Commune de Paris. Avec des « forces de l’ordre » moins ignares, donc moins manœuvrables, donc un peu moins terribles. C’est tout. Les « penseurs », eux, n’ont pas changé d’un pouce. Les Grandes Écoles ne sont que des écoles de la tyrannie la plus abjecte.

    babelouest

    28 octobre 2014 at 17 h 07 min

  2. bravo gavroche.
    oh lalalala méluche… tout ça c’est la faute des clodos, des fachos et des zanars, hein ? et puis ils ont été méchants avec nous. ouin. la grande envolée lyrique de la république qui tue ses enfants au coeur pur, amateurs de renoncule à feuille d’ophioglosse, avec leur petit sac à dos de flotte, mouchoir et citron, le beau grand discours qu’on aurait pu, un instant, imaginer de sa part, pour gueuler contre un mort, et un mort c’est toujours de trop, et c’est toujours juste TROP, rien, que dalle. au lieu de dénoncer robocops contre baskets, méluche est au programme minimum, trop peur : juste regarder son nombril et donner des leçons. mais c’est lui qui devrait en prendre, des leçons, auprès de ces filles et ces mecs qui se battent, et on peut dire maintenant au péril de leur vie, pour qu’on arrête de nous saloper la vie et qu’on arrête de nous prendre pour des veaux menés à l’abattoir.
    et la renoncule à feuille d’ophioglosse, si c’est super suspect, c’est la renoncule à langue de serpent, et pour user de la mienne, j’attends maintenant avec impatience (non pas la conclusion des experts, parce qu’on SAIT comment il est mort, fraisse, il est mort d’une situation de merde, de l’envoi sur zone de chiens de garde d’une république, d’un gouvernement qui a perdu tout sens politique et ne songe qu’à sauver ses fesses, et qui a tellement trahi et ses idéaux (s’il en avait) et les gens qui ont voté pour lui que ça fait mal rien que d’y penser) une enquête sur les dessous fric qu’il y a derrière cette histoire, car, depuis la grèce, dès qu’on me parle projets pharaoniques, absurdes, inutiles, et où le BTP est main dans la main avec les auctoritates et les fonds européens, je sais pas vous, mais moi j’ai toutes mes lampes d’alarme qui s’allument….

    zozefine

    28 octobre 2014 at 17 h 35 min

  3. justement, le prochain passage aux urnes (qui verra, pas besoin d’être prophète, une monumentale raclée pour le PS et ses affiliés) risque bien de nous amener « légalement » la marine-nationale au pouvoir…
    pas besoin pour ceux-là de former des milices à l’image de leurs « idées », elles sont déjà là, toutes prêtes, pour chasser toutes ces têtes pouilleuses qui dépassent et qui râlent à tout propos, ces empêcheurs de gagner du fric malhonnêtement …
    bientôt, chez nous des « nuits de cristal » pour tout ce qui ne pense pas Korrecttttt.
    et puis, ils peuvent bien leur taper dans la g… ils sont de toute façon « sans-dents »

    randal

    28 octobre 2014 at 17 h 47 min

  4. Que dire d’autre ? Que je ne suis pas arrivée à grossir les écrits de Méluche mais que je pense que ce que j’ai lu de ta main, Gavroche, me suffit… Merdre !
    Quant aux découvertes au sujet du sénateur qui ne pourrait surtout pas mourir pour des idées, mais certainement après s’être enrichi au dépens de la communauté et avoir mangé à tous les râteliers, il nous prouve que, décidément, les sénateurs ne servent pas à grand’chose… ou sont néfastes pour le pays.
    Elus au suffrage universel ou pas, on dirait bien que nous ne pourrons nous en sortir qu’en les virant tous.
    La Marine en tête…

    Claudia Luscher

    28 octobre 2014 at 18 h 04 min

    • Les sénateurs, ou les députés ? Actuellement, ce sont bien ceux-ci qui sont les plus méprisables !

      babelouest

      28 octobre 2014 at 19 h 16 min

  5. Extrait d’un communiqué de la LDH : La Ligue des droits de l’Homme constate que de Continental à Notre-Dame-des-Landes, de la ferme des « Mille vaches » à Sivens, la contestation est criminalisée et réprimée. Cette politique place l’ensemble de la société sous tension alors même qu’elle aurait besoin de raison, et elle substitue l’autoritarisme au débat et à l’imagination dont nous avons besoin collectivement pour relever les défis posés au vieil ordre productif et de distribution. La société française doit apprendre à débattre avec calme du bien-fondé de ses aéroports, de ses barrages et de son industrie agroalimentaire. Le gouvernement doit apprendre à compter avec les refus populaires et à en valoriser l’apport dans des processus de confrontation démocratiques, accepter, enfin, de considérer que l’avenir n’est pas de son seul ressort.

    A défaut, on peut prévoir d’autres tensions, d’autres durcissements, d’autres drames, provoqués de fait par des acteurs très éloignés de l’intérêt général. La Ligue des droits de l’Homme entend rester vigilante quant au respect des libertés et droits fondamentaux des citoyens par les pouvoirs publics, dans ce contexte comme dans d’autres.

    Claudia Luscher

    28 octobre 2014 at 19 h 55 min

    •  » la contestation est criminalisée et réprimée » : c’est pas n’importe quelle contestation : c’est la contestation de gens qui n’en peuvent plus qu’on leur salope leurs terres, leurs vies, leurs espoirs, et qui surtout ont très envie de la vivre autrement, leur vie. en gros, c’est surtout une contestation écolo. et ça fait depuis longtemps que je m’angoisse à voir toutes ces séries policières qui, lorsqu’elles abordent la question de l’écologie, ne le font jamais que via un « éco-terrorisme », où les méchants illuminés chevelus la bave (bio) aux lèvres assassinent de gentils laborantins qui ne font qu’obéir aux lois immuables et souveraines du marché-roi. bref, ça fait un bout de temps qu’on nous prépare aux guerres bactériologiques et/ou virales courgées par d’affreux malthusiens paranoïaques (cf les affreux zombies assez ébolesques contre les gentils zautres), à plus de science pour soigner la science, et ce genre de fariboles dégoûtantes. et il est vrai que le jour où on se réveillera réellement de notre ronron « tout va très bien madame lamarquise regardez nos beaux accords de pataouchenok pour 2050 », et qu’on regardera vraiment la vraie réalité autour de nous, la folie de cette « croissance », les dégâts incroyablement profonds, irréversibles, atterrants où l’avidité, la bêtise et l’aveuglement ont conduit par la main les zumains, ce jour-là, c’est vrai que l’écologie risque bien de changer de gueule, de braquet et d’objectifs.
      en attendant, un jeune homme meurt, tué par une grenade probablement, au nom d’une idée belle et noble : l’idée qu’il est possible, urgent et infiniment désirable de vivre autrement.

      zozefine

      28 octobre 2014 at 20 h 14 min

  6. Je suis sous le choc depuis que j’ai appris la nouvelle, depuis Malik Oussekine en 1986, la police n’avait plus tué de manifestants.
    L’écoeurement me prend…. putain de socialistes…..putain faut arrêter de dire ça ils sont pas socialistes en fait…
    je souligne ce passage du communiqué de la LDH : « elle substitue l’autoritarisme au débat et à l’imagination dont nous avons besoin collectivement pour relever les défis posés au vieil ordre productif et de distribution. »
    Je ne supporte plus cette confusion entre progrès et conservatisme, on veut nous faire croire que les conservateurs sont progressistes et que les progressistes sont conservateurs, et en plus , ça marche !
    Merci à la LDH de remettre les pendules à l’heure, il s’agit bien du « vieil ordre productif et de distribution »

    Pour ceux qui pensent que le meurtrier va être puni, je tiens à leur dire qu’ils se gourrent profondément. Quand on voit ce qui est arrivé aux assassins de Malik en 86.
    « Les deux auteurs du matraquage mortel, le brigadier Jean Schmitt, cinquante-trois ans à l’époque, et le gardien Christophe Garcia, vingt-six ans, ont comparu trois ans plus tard devant la cour d’assises de Paris pour « coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Ils furent condamnés le 28 janvier 1990 respectivement à cinq ans et deux ans de prison avec sursis. Leur administration n’a pris aucune sanction notable : l’un a vu sa retraite avancée, l’autre a changé de poste »
    http://www.humanite.fr/1996-12-06_Articles_-Il-y-a-dix-ans-Malik-Oussekine-etait-matraque-a-mort.

    cremedecanard

    29 octobre 2014 at 11 h 10 min

  7. « Ces gardes à vue avec contrôle ADN conduisent à intérioriser chez les jeunes le sentiment qu’ils sont précriminalisés à la manière de ce que Sarkozy avait voulu mettre en œuvre. La gauche le fait, là en catimini, de façon sournoise et loin du mandat qui lui avait été donné. C’est une situation extrêmement paradoxale. Alors qu’on devrait avoir un gouvernement à l’écoute de ce grand mouvement citoyen de colère, de protestation, d’indignation et de désobéissance civile, on a un gouvernement qui y répond par un traitement sécuritaire et répressif »

    http://www.liberation.fr/societe/2014/10/30/sivens-beaucoup-de-jeunes-s-attendaient-a-ce-que-la-gauche-lutte-contre-l-impunite-des-forces-de-l-o_1132659

    cremedecanard

    31 octobre 2014 at 10 h 18 min

  8. Bon, ben pour une fois on n’est pas d’accord. Parce que, hélas, on a l’habitude de voir des comportements et des types tordus.

    Reporterre photographie des « casseurs » flics à Nantes : http://www.reporterre.net/spip.php?article6522
    Et commente un peu plus ici : http://www.reporterre.net/spip.php?article6535

    Plus ancien mais toujours en cours :
    http://www.reporterre.net/spip.php?article1380

    Et, toujours un peu ancien, mais ça reste d’actualité à Nantes comme ailleurs :
    http://www.legrandsoir.info/ii-les-potes-de-nos-calomniateurs-infiltres-par-la-dcri.html
    http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=4740

    Lors d’une manif d’étudiants au sujet de la retraite Sarkozy je vois arriver un trentenaire à cheveux très courts vêtements noirs et sac à dos qui met un bonnet noir et un foulard sur son visage. Sa tête me dit bien quelque chose mais… Étudiants comme « vieux » de la CNT et de la CGT ne le connaissent pas. On se méfie de ce type et on épie ce qu’il fait. Finalement il nous quitte en voyant que tout le monde le fuit quand il balance des pierres. Et quelques jours plus tard je retrouve mon lascar… devant le commissariat. J’habite à côté du commissariat et damned ! c’est là que je le croise souvent mais d’hab il porte un costard-cravate et pas l’uniforme anar d’opérette…

    Partageux

    5 novembre 2014 at 13 h 01 min

    • En fait, ce n’est pas sur la teneur de mon billet que tu tiques, mais sur ma critique des propos de Mélenchon … 🙂

      Puisque c’est de ça dont tu parles, je ne sais pas si la poulaille était infiltrée sur la ZAD du Testet, et Mélenchon dit lui-même qu’il ne le sait pas non plus.

      Quant aux insultes et dégradations de véhicules à l’encontre des journalistes, je n’en ai pas entendu parler, il est le seul à en faire état.

      En tous cas, je comprends parfaitement la réaction exaspérée de certains militants qui lui ont envoyé son appartenance à la franc-maçonnerie (qui à ma connaissance ne comporte guère de pauvres et de clochards, mais beaucoup de prétendus gens « de gauche ») et un yaourt à la gueule : que je sache, il n’en est pas mort, lui, il a simplement été vexé, et ça a taché son revers. Lui aussi est un adepte du costard cravate…

      Quel crime de lèse-Mélenchon !

      Quelle fut sa réponse ? Le mépris pour les « clochards » qui ne s’étaient pas lavés et qui ne lui faisaient pas de courbettes. Il fait le tri entre « les vrais militants » (des « gentils » de vrais « citoyens » qui vont gentiment voter quand on le leur permet, qui sont « non violents » et se laissent taper dessus) et les autres.

      Bref, il arrive un moment ou le blabla ne sert à rien, la récupération bassement politicienne non plus, surtout en face des tonfas et des grenades.

      Gavroche

      5 novembre 2014 at 15 h 33 min

      • Pour savoir ce qu’est vraiment un clochard, il faut savoir exactement ce que recouvre ce terme. Il suffit (!) de se couler dans le moule qui les rigidifie pour savoir ce qu’ils sont réellement.

        Ma copine Chantal, journaliste, a osé, il y a des années maintenant, vivre leur vie. Il en a résulté un ouvrage édité chez Hachette Littérature, « Les clochards ne peuvent plus vivre ». Elle en a tout récemment consacré un chapitre de son autobiographie « Arlequine », que je l’ai aidée à auto-éditer. En plus (et c’est vraiment un plus), c’est un bouquin passionnant par le côté léger, primesautier, plein d’auto-dérision, de son style.
        http://www.lulu.com/shop/chantal-dupille/arlequine-ma-cour-des-miracles/paperback/product-21841786.html

        On lit d’abord, on juge ensuite.

        babelouest

        5 novembre 2014 at 18 h 45 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :