LES VREGENS

Winter is coming

with 2 comments

 

hiver

 

Cette année 2015 a été révélatrice de la crise profonde du capitalisme. Partout dans le monde, les régimes politiques tentent de le maintenir en place, par tous les moyens, et à n’importe quel prix.

Au prix de la mise en place d’un état policier, de la relégation des opposants, et pour remplacer le juif des années 30, de la création du nouveau bouc-émissaire du XXIème siècle : le musulman.

En Grèce, malgré un soutien populaire à plus de 60 %, Syriza a montré son vrai visage : celui du maintien de la misère et de la chasse aux migrants à coups de police anti émeutes. Comme ailleurs, il n’y a plus d’argent pour les gens, mais il y en a toujours pour acheter des armes à l’Allemagne.

En Espagne, les élections ont placé Podemos en troisième position, et déjà se profile une alliance avec les « socialistes » espagnols, les mêmes que les nôtres.

En Norvège, c’est un fasciste qui est nommé « ministre de l’immigration », en opposition à « la dictature de la bonté »…

Au Danemark, on prendra désormais l’argent et les bijoux des migrants venus frapper à la porte de la forteresse Europe. Il n’y a pas de petits profits.

En France, les récentes élections régionales ont montré encore un peu plus l’effondrement de la démocratie. Organisées sous le régime de l’état d’urgence décrété par le parti prétendu socialiste, avec des forces de police lourdement armées patrouillant partout, y compris devant les bureaux de vote, elles ont vu la montée du soutien apporté à la famille Pen. Faut dire qu’en face, il n’y avait pas grand monde : le « choix » proposé aux électeurs, c’était la droite ou la droite, baptisée « front républicain », qui se sont échangé les (bonnes) places sans aucune pudeur. Ça, et les restes peu reluisants des partis de gauche, devenus groupuscules, et sans véritable projet politique : européistes, convertis au « social-libéralisme », comme si ces deux mots étaient compatibles, critiques du gouvernement, mais ralliés au second tour, histoire de garder quelques places. Ces mêmes partis de « gauche » qui ont eux aussi voté sans sourciller la mise en place d’un état policier.

Pas grave, les « socialistes » ont décidé que le tripartisme à la française sera bientôt gravé dans le marbre :  dans notre démocratie de pacotille, plus de place pour les « petits partis » censés être peu représentatifs. Seuls seront sur le devant de la scène politico-médiatique les partis compatibles avec le capitalisme, FN compris.

Les « socialistes » bien décidés à inscrire l’état d’urgence permanent dans la constitution, continuent de respecter à la lettre la politique d’austérité désormais gravée dans le marbre, grâce aux traités européens. Les caisses sont vides pour l’école, l’université, la santé, les collectivités locales, mais la clique est prête à sacrifier le célèbre « pacte de stabilité » pour financer la police et l’armée : François le petit a en effet décidé de faire ses guerres.

Du flouze, des pépètes, du fric pour les « allègements de charges » pour les patrons, censés créer des emplois d’esclaves sous-payés pour compenser (on a vu le brillant résultat avec un chômage qui n’a jamais été aussi élevé). Du fric aussi pour les bistrotiers, avec la baisse de la TVA (quelques milliards en moins dans les caisses de l’état)  alors que des solutions simples existent, mais ne vont pas dans le sens de la doxa libérale. En revanche, pas d’argent pour les sans-dents, même pas un petit « coup de pouce » au SMIC. J’ai lu un billet très intéressant ce matin, si on donne pas de pognon pour les pauvres, c’est seulement parce que ces cons-là, ben ils ne savent pas « gérer leur budget ».

Et la dernière en date : les banques en faillite pourront désormais  se servir sur les comptes des déposants.

Oh, plein de gens vont dire que ça ne concernera que les comptes disposant de plus de 100 000 euros. Ça me fait penser que cet été, j’ai fait partie des riches quand j’ai vendu ma maison pour cause de dèche permanente, en attendant d’en acheter une autre, plus petite et moins chère, les 100 000 euros, je les avais. Je les ai plus.

Dans la suite, une modification de la constitution va accorder des pouvoirs illimités à la police : perquises à tout va, mises en détention ou assignations à résidence. Sans la moindre intervention d’un juge (mais qui s’intéresse à ce vieux truc moisi qui s’appelle la séparation des pouvoirs?) la maison poulaga pourra décider en toute impunité que le « comportement » de Mohamed le musulman ou de Rémi Fraisse l’écolo, leurs amis, leurs déclarations ou leurs projets sont dangereux pour « l’ordre public ». Mohamed s’est rasé la barbe (ou il l’a laissé pousser) et Rémi s’est un peu trop promené à Sivens pour ramasser des renoncules.

La liberté d’expression est bel et bien morte. Le vote est une mascarade. Bientôt, la plupart d’entre nous seront « fichés S ». Et certains, internés dans des Guantanamo à la française. Nostalgie des camps d’internement de jadis. Bientôt les opposants seront qualifiés de terroristes (ayatollahs écolos, le terme est déjà pris). Bientôt, les sites internet seront inaccessibles voire interdits, les emails seront écoutés, analysés, décortiqués. Comme en Chine, mais c’est notre partenaire commercial. Comme en Arabie Saoudite, mais c’est aussi notre partenaire commercial, ou les grévistes et autres dissidents vont au trou, pour le plus grand bonheur des puissants. Foin des droits de l’homme quand l’argent est en jeu.

Liberté, Égalité et Fraternité ? Macache. Faut bien que le capitalisme survive, alors place à la dictature, à l’austérité et à la guerre. Winter is coming.

Written by Gavroche

22 décembre 2015 à 11 h 45 min

2 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Ces migrants qui ne savent pas arriver sans bijoux.
    Ces pauvres qui ne savent pas gérer leur budget.
    Ces chômeurs qui ne savent pas trouver un emploi.
    Ces électeurs qui ne savent pas voter pour des gens sérieux.
    Tout ça c’est de la faute à :
    Ces enseignants qui ne savent pas transmettre les vraies valeurs de la France vraie.

    Deux-mille-cinq-cents perquisitions pour deux enquêtes préliminaires ouvertes…
    Ces policiers qui ne savent pas fabriquer des coupables.

    Un partageux

    22 décembre 2015 at 14 h 42 min

  2. 100% sur la même perception et analyse. On s’enfonce dans l’hiver, c’est clair, et ça me glace.

    bleufushia

    30 décembre 2015 at 20 h 36 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :