LES VREGENS

Bienvenue à Calais

with 4 comments

Je sais bien que je ne devrais plus regarder la télé. Et en particulier les jités. Mais on ne se défait pas de nos vieilles habitudes.

Alors, hier, sur la trois, y’avait comme sujets, outre le froid aux z’états-unis (là-bas, c’est comme chez nous, du coup on est plein d’empathie pour les nioullorquais), les manifs à Calais. Et là, pas d’empathie. Juste « les braves gens excédés ».

24 migrants, montés sur un ferry à destination de l’eldorado angliche, ont « bloqué le port de Calais » pendant des heures. En fait, en écoutant ce qui se racontait, ce sont plutôt les robocops qui ont bloqué le port de Calais pendant des heures, pour aller récupérer manu militari les 24 migrants en question … Une déferlante de poulets pour aller récupérer 24 personnes. Pas un mot sur les conditions de vie de ces gens qui vivent là, sans eau, sans électricité, dans un des pays les plus riches du monde. Dans le pays où un ministre banquier « socialiste » balance à la gueule des chômeurs en fin de droits combien c’est dur d’être un patron.

Puis, le reportage montrait une « famille paniquée ». Laquelle a sorti les fusils.

Voir ici le reportage de la trois, diffusé à midi

J’ai trouvé une vidéo sur le ouèbe, qui n’est pas tout à fait la même que celle – soigneusement expurgée – diffusée dans le journal.

Hier soir, sur la trois, le gars en question, « paniqué », racontait sans rigoler au journaliste qui l’interrogeait, que « c’était juste pour leur faire peur », que l’arme n’était pas chargée… Un pauvre qui s’attaque à plus pauvre que lui.

Soyons rassurés, les migrants en question, et les « terroristes » No Borders qui les accompagnaient, seront jugés ce matin en comparution immédiate. L’allumé de la gâchette, lui, non. Les braves gens qui manifestaient contre les migrants non plus : ceux-là étaient bien propres sur eux. Des blancos. Manquait plus que Valls en tête de cortège.

Alors, Calais, c’est un laboratoire de l’extrémisme qui en dit long sur ce qui nous attend. Sur ce qui attend, surtout, les réfugiés. Pas seulement parce qu’on peut y trouver des frontistes pures souches et autres nationalistes allumés. Non. Calais, c’est la traduction concrète, avant l’heure, des ravages du racisme diffus qui ruisselle jusqu’au lit du prolétariat et qui fait monter la haine entre des galériens laborieux et leurs voisins besogneux.
Calais, c’est le prémisse d’un avenir assombri par des années de stratégies électoralistes basées sur l’insécurité, qui auront permis de banaliser le traitement inhumain des réfugiés. Calais, c’est l’introduction à la fronde réactionnaire qui ne demande qu’à gagner tout le pays. C’est l’avant-goût d’un pays d’extrême droite, comme chantait Mano Solo, un pays où « si t’es pas de la bonne couleur t’es transparent », un pays où « la justice porte le képi, peine de mort au coin de la rue ».

Lien

Voilà. Et ce matin, en pensant à l’état de mon pays, je me suis souvenue du poème de Baudelaire :

Une charogne

Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d’exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu’ensemble elle avait joint ;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s’épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l’herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D’où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague,
Ou s’élançait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d’un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l’eau courante et le vent,
Ou le grain qu’un vanneur d’un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s’effaçaient et n’étaient plus qu’un rêve,
Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l’artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d’un oeil fâché,
Épiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu’elle avait lâché.

– Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection,
Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion !

Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
De mes amours décomposés !

Pour le reste, pour changer le monde, pour le rendre plus juste, on attendra. Le bon vouloir d’un chef, peut-être. Parce que pour la révolution, c’est pas la peine d’y compter : la Grèce est couchée, Podemos s’allie avec ses socialistes, et nous, tous unis derrière Valls et Macron, on est occupés à chasser le muslim et le migrant …

Mise à jour, 26 janvier :

Suite à l’information donnée par l’ami Partageux, j’ai effectivement trouvé QUI étaient les porteurs de fusils. Ils sont des « militants actifs » de l’association d’extrême droite « Sauvons Calais ».

Lien

Sauf que. Ils sont en fait bien plus que ça :

Portrait du « riverain excédé »

Et bien évidemment, notre bonne vieille télé des familles n’en a pas dit un mot …

Written by Gavroche

25 janvier 2016 à 7 h 11 min

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Résoudre le problème des migrants ? Ce serait reconnaître que nous sommes responsables de ces migrations par nos politiques suivistes des USA depuis l’époque où la famille Bush, père et fils régnait sur l’Empire. Ce serait aller contre le complexe militaro-industriel si pourvoyeur de devises et qui compte tant dans notre PIB. Ce serait faire preuve d’humanité voire d’humanisme dans un système qui ne repose que sur l’accumulation du Capital. Ce serait avoir une politique commune en Europe, ce qui est impossible puisque l’UE, n’est qu’un vague Marché Commun dominé par l’Allemagne et dirigé par des voyous inventeurs des paradis fiscaux et autre ports francs, qui mettent tout un chacun en concurrence contre les autres. Ce serait admettre nos torts et reconnaître que le système en place est fauteur de guerres, d’inégalités, de pauvreté, de désespérance, tout en créant une classe moyenne toujours plus importante, et de plus en plus menacée. La précarité est de rigueur. Et l’ascenseur social est bloqué laissant sur le pavé des milliers de jeunes et de moins jeunes. Et puis, diviser le peuple, jeter les pauvres sur plus pauvres qu’eux, n’est-ce pas le meilleur moyen d’empêcher toute réflexion politique progressiste et mettre tout en œuvre pour que ce système si bénéfique à une minorité puisse se poursuivre le plus longtemps possible, dussent nos libertés fondamentales en pâtir ? Nous sommes au début de la décomposition d’un système qui nous conduit au suicide collectif. Et ce n’est pas avec les bombardements, les jeux d’alliances contre nature avec des « amis » qui sont aussi des « ennemis » que l’on va tarir la source des migrations. Parce qu’entre nous, il faut être sacrément motivé pour se mettre à l’eau, en plein hiver, pour rejoindre une Europe que l’on sait hostile, mais moins pire que ce que l’on vit. Avec toute mon amitié.

    Gerard Planterose

    25 janvier 2016 at 11 h 54 min

  2. Complétons les infos qui n’ont pas été données par nos media.

    Nos deux gros français si charmants sont membres actifs d’un groupuscule néo-nazi. Ils sont connus à Calais pour leurs provocations continuelles. Ils ont provoqué les manifestants avec des « Fuck ! », des doigts tendus et… une croix gammée jusqu’à ce que les manifestants réagissent.

    Voici ce qu’écrit un Calaisien que j’ai l’habitude de lire. Le gars est un citoyen paisible qui tient toujours des propos mesurés de gauche disons (trop) modérée (pour moi).

    « C’est au moment du passage de la marche d’hier qu’un homme, devant son domicile a lancé des « FUCK » agressifs aux manifestants. Faut-il préciser que cet homme a souvent été présent sur les manifestations d’extrême droite sur la grand place de Calais. La provocation volontaire amenant ce qu’elle cherche, une réaction, des militants et des réfugiés se sont dirigés vers cet homme et le ton montant rapidement la situation dégénère jusqu’à la sortie d’une arme de chasse dirigée vers les réfugiés, militants et journalistes.

    Beaucoup parlent d’une agression de la part des réfugiés. Où voit-on une agression de leur part ? Vu le nombre qu’ils sont, ils auraient pu envahir la maison, se jeter sur ces deux hommes qui ont l’air habités d’une rage terrible et n’en faire qu’une bouchée. Est-ce le cas ? Non. Un homme s’interpose même entre les jets de projectiles et cette famille. »

    Il faudra un jour se préoccuper des groupuscules qui pullulent à Calais et alentours. On a le choix avec les néo-nazis, les néo-fascistes, les fascistes, les solidaristes, les incontrôlés d’extrême-droite, un groupe du Parti de la France, tous les groupes dans la mouvance FN mais qui trouvent Marine Le Pen trop timorée. Ajoute à cela des syndicats policiers trèèès à droite, une maire de Calais qui donne l’image d’une hystérique par souci électoraliste, des socio-pros qui mettent toutes les difficultés économiques de la région sur le dos des réfugiés.

    Pour tous ceux qui se penchent sur le sujet, l’inquiétude n’est pas tant cette violence dans le Nord-PdC que les conditions de vie d’une dizaine de milliers de personnes — Calais + Grande Synthe + quantité de petits bidonvilles dispersés dans le 59 et le 62 — 10 000 personnes sous-alimentées et vivant dans des conditions épouvantables qui révoltent tous les visiteurs. Nous pourrions voir des morts par dizaines voire centaines si une maladie infectieuse ou épidémique se développait soudain. Ou si nous avions une vague de froid.

    Pour ma part, si je dois trier dans l’ignoble, je choisirais la situation des dizaines de gamins qui survivent seuls, sans famille et sans proches. Qu’un gouvernement laisse sciemment tous ces gosses solitaires aller à vau l’eau défie l’entendement. Si ces gamins mangent, ce n’est que grâce aux bénévoles anglais qui les nourrissent, parfois sur leurs propres deniers en leur achetant leurs repas dans les restaurants de la jungle de Calais quand il n’y a plus rien pour eux dans les cantines des associations ! Ce qui fait de longs articles dans la presse anglaise ne semble pas plus émouvoir nos services sociaux que nos institutions préférant traquer l’étranger basané.

    Tout ceci me fait dire que nous vivons une fin de civilisation. Où l’on se contrefiche tout autant de nos millions de compatriotes, frappés par le chômage ou la misère, que des gens fuyant guerres et famines.

    Un partageux

    25 janvier 2016 at 21 h 18 min

  3. On est __carrément__ dans une fin de civilisation. Et comme chaque fin de civilisation ça risque de finir très très mal. C’est marrant, plus je lis des romans ou regarde des films d’anticipation (1984, Soleil vert, V pour Vendetta, Idiocracy) plus je me dis qu’on fonce droit dedans. On est pas les seuls, l’Europe entière est avec nous, et les USA se dirigent vers une présidence Trump puisqu’ils ne voudront jamais de quelqu’un qui se réclame ouvertement du socialisme (puisque Sanders est parti pour battre Clinton).

    Les préoccupations des « gens » (les grouillots de base, ceux-là même qui se font enfiler jusqu’au trognon, ceux que je côtoie au boulot, que je t’entends papoter dans le métro ou au troquet du coin, les « français moyens ») sont TELLEMENT, TELLEMENT loin de la jungle de Calais… Bébert, tant qu’il a peut mater Secret Story avec bobonne ou son match de foot, le JT…

    Quand on pense que le soir des attentats tu voyais des mecs gueuler sur Tweeter que Koh-lanta ou autre île de la tentation était déprogrammés… Quand tu entends des gens t’annoncer fièrement qu’ils ne font plus le tri collectif parce qu’ils en ont assez qu’on les « culpabilise sur l’écologie », qu’ils ne sont ni intéressés par la sauvegarde de la planète, ni l’amélioration de la société (à commencer par eux-mêmes), ni la progression des idéaux dont ils bénéficient… Malheureusement le « système » n’est à mon avis que le reflet de la société telle qu’elle est aujourd’hui : réactionnaire, dominée par les mêmes c***ards qui ont porté le fascisme au pouvoir et qui recommenceront : le lumpenprolétariat, et c’est bien à eux que s’adresse le JT de TF1 (pour ne citer que lui).

    D’où là où je veux en venir : avec la quantité de bonnes infos que tu peux trouver sur le web, c’est vraiment se faire du mal pour rien que de continuer à assister au lavage de cerveau du 20h😉 (même si ça change rien aux news que tu apprendras, l’info sera mieux présentée *ET* tu n’auras pas la gueule de JP Pernaut en prime).

    Pierre

    26 janvier 2016 at 1 h 14 min

    • Désolé pour les fautes de grammaire. ll était tard ^^ »

      Pierre

      26 janvier 2016 at 17 h 21 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :