LES VREGENS

Rocard est mort, on s’en fout

with 8 comments

2828303409Un éléphant rose, peut-être, mais un éléphant quand même

Alors voilà, Rocard est mort.

Même si personnellement, je m’en fiche comme d’une guigne, je n’ai pu échapper à la dithyrambe ambiante, partout, au centre, à droite, à gauche (au PS, enfin à droite, quoi), même Mélenchon s’y est mis, au gouvernement, Sarkoléon, Hollande, Valls… Pire encore que l’euro de foutebole, c’est dire. A travers la presse déchaînée, comme dit Le Canard.

Sacré Rocard, en tous cas, même mort, il me fait rire.

Parce que j’ai trouvé dans le numéro du Diplo de juillet, cet article datant de 1973, à l’époque, ce brave Rocard était seulement « secrétaire général du PSU ».

Résister aux sociétés multinationales

Il écrit :

Résultante des intérêts communs de la classe au pouvoir, l’Etat n’exprime plus, lorsque les firmes multinationales dominent, que ce qui leur est commun : la loi du profit. Il n’est plus question pour lui de définir une politique, pas plus régionale qu’économique ou financière (d’ailleurs l’idée même de monnaie nationale, de balance commerciale n’a plus de sens lorsque les échanges entre pays correspondent simplement à des transferts entre unités d’une même firme). Son seul rôle est de maintenir les conditions politiques de fonctionnement du capitalisme en diffusant l’idéologie du profit (par l’information et l’enseignement) et en réprimant ceux qui la remettent en cause (par la police et l’armée).

Un vrai gauchiste, hein.

Et plus loin :

la première tâche d’un gouvernement qui voudrait rompre avec l’évolution que connaît le capitalisme à l’heure actuelle devrait viser d’abord à constituer en Europe une vaste zone où les choix politiques faits par l’ensemble des populations concernées s’opposeraient aux décisions prises par les firmes multinationales en fonction de la seule loi du profit.

C’est sûr qu’après, il a un peu changé son fusil d’épaule, ou changé de veste, passant du t-shirt gauchiste au costard trois pièces. Vous me direz, il n’est pas le seul, y’a qu’à lire le billet d’Antoine Perraud sur Médiapart, consacré aux (très anciens) discours de Mitterrand …

Il faut dire que tous ces admirateurs du « grand homme de gauche » ont un peu la mémoire courte…

La CSG, c’est lui, le massacre des kanaks baptisé « l’affaire de la grotte d’Ouvéa », pour lequel il fut largement complice, la petite phrase « on ne peut accueillir tout la misère du monde » (si, si, même s’il a prétendu le contraire ensuite), etc. Forcément, il faisait partie de tous ceux qui, habitués aux ors de la République, ont continué d’en bénéficier longtemps après leur départ… En vertu du vieux proverbe socialiste « moi d’abord, et pour les sans-dents on verra après, s’il en reste… »

Le cout de nos ministres

La preuve

A rapprocher de ce que vous allez (peut-être) avoir le jour (lointain) où vous serez à la retraite, bande de loosers

Et pis, j’ai trouvé un autre article, vraiment passionnant (et fort instructif) tiré du livre de Daniel Bensaïd, : L’Anti-Rocard, ou les haillons de l’utopie :

Quand Rocard préparait le tournant de la rigueur

Sans commentaire, parce que tout y est. Z’avez qu’à lire.

Bref, Rocard est mort ?

Oui, dans son lit. A 85 balais.

Pendant ce temps, les petits paysans ruinés se suicident, les accidents du travail ne font pas une ligne dans les journaux, la misère est de plus en plus grande, et les migrants continuent à se noyer devant la porte de l’Europe forteresse.

Alors, Rocard est mort, oui, et franchement, on s’en fout.

 

Written by Gavroche

4 juillet 2016 à 18 h 36 min

Publié dans Actualité en France

Tagged with

8 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bonjour les 2 chéris que je n’oublie pas……. débordé, suis-je, de ne pas faire grand’ chose. J’ai vécu de près ces situations quand je PéSisais. Déjà, j’avais tord de l’ouvrir ‘parce que je n’y comprenais rien » !..Ce que tu dis, Gavroche, c’est tout VRAI et, comme d’habitude, très bien dit. Merci. Daniel Bensaïd en 1980, n’a pas pu parler du « LIVRE BLANC sur les Retraites » du gouvernement Rocard de 1991, préfacé par le Rocky et « prémonitoire des lois Balladur de 1993-94 et du plan Juppé 1995, suivi par le massacre du programme du CNR poursuivi depuis, avec Jospin et ses successeurs, Droite & Gauche réunies dans un amour immodéré pour les patrons et les capitalistes. Rocard, homme vaniteux, au talent oratoire incertain, il fallait comprendre ????; Rocard n’avait pas de parole et méprisait délibérément les autres. Forcément, « quand on a que l’amour….. » pour soi !

    BisesJean-Louis

    papounic

    4 juillet 2016 at 19 h 19 min

  2. […] Un éléphant rose, peut-être, mais un éléphant quand même Alors voilà, Rocard est mort. Même si personnellement, je m'en fiche comme d'une guigne, je n'ai pu échapper à la dithyrambe ambiante, partout, au centre, à droite, à gauche (au PS, enfin à droite, quoi), même Mélenchon s'y est mis, au gouvernement, Sarkoléon, Hollande, Valls… Pire…  […]

  3. Tu écris « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » (Rocard). Tu peux même dire « on ne peut accueillir ». Tous les mots sont bons et tu as raison dans ta démonstration. Merci de ta manipulation classique de journaliste de base.

    Limech Aulirou

    5 juillet 2016 at 8 h 58 min

  4. A titre d’information supplémentaire :

    Michel Rocard a bel et bien prononcé la version courte de la phrase, au moins à deux reprises : le 3 décembre 1989, à l’émission 7 sur 7, et le 7 janvier 1990, devant des élus socialistes originaires du Maghreb. Dans les deux cas, il s’agit de justifier une politique anti-immigrationniste. (« Aujourd’hui je le dis clairement la France n’est plus, ne peut plus être, une terre d’immigration. Je l’ai déjà dit et je le réaffirme : « nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde » », dit Michel Rocard dans l’allocution du 7 janvier 1990.)

    Ce n’est que le 4 juillet 1993, à une nouvelle émission de 7 sur 7, que Michel Rocard, qui cherche à se distancier de la droite revenue au pouvoir et à qui l’animatrice rappelle sa phrase célèbre, donne à sa position une forme moins absolue. Dans cette nouvelle version, il ne dit d’ailleurs pas que la France doive prendre une part de la misère du monde, mais seulement traiter le mieux possible la part qu’elle en a déjà : « laissez-moi lui ajouter son complément, à cette phrase : je maintiens que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. La part qu’elle en a, elle prend la responsabilité de la traiter le mieux possible. Mais à partir de là, ce n’est pas non plus une raison pour que la France se charge de toutes les xénophobies du monde. ».

    Gavroche

    5 juillet 2016 at 9 h 43 min

  5. Dans mon blog Vingtras de Mediapart je l’ai épinglé comme étant probablement l’un des derniers Girondins ; lorsqu’on se rappelle le sort qui leur a été réservé, on comprend pourquoi je rejoins tout à fait Gavroche que je salue et j’embrasse.

    Jean Chérasse

    5 juillet 2016 at 18 h 04 min

    • J’aimais bien, chez ce personnage qui me rappelait Jouvet, sa faconde étourdissante, intarissable, méridionale et l’austérité de son expression physique, de sa gestuelle. De sa retenue qui ne laissait filtrer qu’une perspicacité à l’œuvre et qui saurait bien, le moment venu, mais quand .., faire feu de tout bois. Étrange et presque inquiétante perspicacité, allusive, abreuvée, en permanence, à l’ombre de quelque regret persistant. J’ai bien aimé, que d’outre-tombe, il les convoque tous. Pour une terrible pantomime qui eût régaler Edgar Poe. les morts parviennent parfois, même longtemps après, à exprimer non-seulement des sentiments très-fins, mais même des idées très-abstraites. .. Et  » Voici maintenant qu’arrivent les habiles, les faconds, les diserts, les trotte-menu suivis de la nichée qui veut mettre la dent au sac enfariné du pouvoir (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 393).

      Pierre Guerrini

      9 juillet 2016 at 11 h 58 min

  6. Mon cher Gavroche et Randal,

    Je suis désolé d’utiliser votre blog pour le contact, mais je l’ai essayé d’envoyer un e-mail pour vous à l’adresse ALSATIS, qui a rebondi. Ceci est la seule façon que je peux trouver.

    S’il vous plaît me contacter à mon adresse e-mail: sevenmilesout@gmail.com & je peux envoyer de nouveau l’e-mail.

    Gros bisous ,

    Votre ami anglais, Phil

    Phil Oldham

    19 juillet 2016 at 13 h 15 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :