LES VREGENS

Billet méchant, mal poli et politiquement incorrect …

with 28 comments

… mais qui soulage.  Et puis, dans cette époque morose, faut bien se marrer un peu quand on en a l’occasion.

Il n’était pas arrivé depuis une heure que je savais déjà que j’avais fait une erreur monumentale. Une énorme connerie.

Un fâcheux, un importun, un pique-assiette, une sangsue, un parasite, doublé d’un feignant, d’un radin pathologique, d’un ado attardé, mythomane, goinfre, hypocondriaque, et auto-centré. Un boulet.

Déjà, il est arrivé (en principe) pour « nous rendre une petite visite » et on découvre que surprise ! … il reste toute la semaine, ce sont ses vacances « aux frais de la princesse » (la princesse, c’est nous). C’est qu’il a des rendez-vous blablacar, pas question pour lui de raquer pour l’essence et les péages. Pour le retour dans ses pénates, il attend donc gentiment son rencard … chez nous.

Et oui, c’est un radin, un pingre, un grippe-sou (et pas seulement pour le pognon)  : même pas une bouteille à nous offrir, histoire qu’on se bourre la gueule pour oublier qu’il est là.

Comme il est paraît-il au régime (à le regarder, c’est pas évident, ni en l’entendant descendre l’escalier avec la légèreté d’un pachyderme) et qu’il a eu récemment une illumination chez un naturopathe, il ne peut manger ni gluten, ni produits laitiers, ni tomates (c’est pour son « équilibre acido-basique ») ni aubergines (ça j’ai pas très bien compris pourquoi). Ni rien. En fait, c’est ça, il n’a droit à rien. Le pauvre. Et il me l’annonce tout sourire, au moment où je viens juste de mettre les lasagnes aux aubergines au four.

Bien braves, nous l’accompagnons donc – et fissa, parce qu’il ne peut décidément pas vivre sans – à l’épicerie du coin, et nous payons les flocons d’avoine, les fruits et le lait d’amande indispensables à sa santé et à son petit déjeuner. Ainsi que l’eau minérale non calcaire, essentielle pour le bon fonctionnement de ses reins, qu’il a fort sensibles. Évidemment. Il nous regarde faire, tranquille, la mains dans les poches.

Finalement, il prendra quand même deux portions de lasagnes. C’est la fête. Pis de tout le reste aussi. Après avoir téléphoné à sa vieille tante en Belgique pendant 40 minutes avec notre téléphone. Y’a pas de petites économies.

Alors, sa santé étant « délicate », il a une valise, que dis-je un container (heureusement pour lui qu’il est venu en bagnole) de médicaments, « compléments alimentaires » divers et variés (comme s’il avait besoin de « compléments », c’est pas possible que ce gars ait la moindre carence), crèmes, pommades, appareils pour respirer, pour se laver le nez, etc. Depuis qu’il est là, c’est simple, y’en a partout : dans sa chambre, dans la salle de bains (au moins trois trousses dites de toilette, on critiquera les bonnes femmes après ça) le séjour, la cuisine. Bon, par encore dans les cabinets, mais je ne désespère pas.

Et finalement, régime ou non … il mange. Ça, pour manger, il mange. Bon, pas question de lui resservir deux fois le même plat, ou de finir les restes de la veille. Ça va pas la tête, non ? Il est délicat, lui. Il se contente de ma cuisine bio faite maison, de pain (même avec gluten) de barres énergétiques, de fruits secs ou non, de glaces, même au lait (il s’autorise des écarts, c’est les vacances). De fromage, – trois variétés au moins, sinon, ça lasse – d’œufs, de jambon, de chocolat (qu’il garde précieusement dans ses affaires, au cas où on en réclamerait un carré), de rosbif, etc.

Et quand c’est pas assez, il va s’acheter (pour lui tout seul, hein, faut pas déconner, merde) quelques tranches de jambon en plus, histoire de dire qu’ici, c’est un peu le Sahel question bouffe.

Cette activité alimentaire demandant beaucoup d’énergie, vu qu’elle se produit au moins six fois par jour, il laisse sa vaisselle sale dans l’évier. Même si le lave-vaisselle est juste à côté, visiblement, il est si faible qu’il ne peut en ouvrir la porte et mettre son assiette dedans. En revanche, il rassemble assez de force pour ouvrir les placards et le frigo et pour se servir.

Même si quand on le regarde on n’a pas du tout cette impression – il a la silhouette d’Hitchcock sans la classe ou d’une sculpture de Duane Hanson en pire – il est fragile comme une porcelaine de Saxe, le gars. L’autre jour, je suis allée ramasser des mûres. Il m’a (péniblement) accompagnée … à deux cent mètres, imaginez le périple… Au bout de dix secondes chrono, et après avoir cueilli deux mûres : « aïe, je saigne »… C’est que c’est vachement dangereux, les ronces. J’ai donc continué toute seule. Quand je vous dit qu’il est fragile… Bon, même « s’il n’est pas très confiture », après avoir mis force pommade et bandages sur son doigt, il envisage malgré tout de goûter celle-là. Gentil comme tout ce petit.

Les toilettes – dont il ne referme jamais l’abattant – ressemblent à la Bérézina : dès qu’il aura tourné le coin, je vais atomiser les cabinets, parce qu’il y en a partout, sur les murs, sur et sous la cuvette, par terre… Il doit la voir plus longue qu’elle n’est, pas possible autrement…

Quant aux discussions avec lui, non, vraiment, c’est passionnant : à table on cause joyeusement de sa dernière fibroscopie (avec les détails) à la clinique où il a rencontré sa dernière conquête, une nana super tanquée (qui doit être aveugle et/ou complètement idiote, c’est sûr), et qui paraît-il, le harcèle. Mais c’est chez nous qu’il est venu passer ses vacances . Ben ouais, elle le harcèle peut-être, mais elle ne l’invite pas, pas folle, la guêpe.

Donc, il raconte ses mésaventures médicales (ces toubibs, tous des incapables, ils ont osé lui dire … de faire un régime, non mais) et ses aventures sexuelles. Avec les postillons qui vont avec, évidemment, vu qu’il mange en même temps. On a le son, et l’image… Y compris quand il est dans la salle de bain, où il éructe, glaviote, crache, se mouche, défèque, le tout … bruyamment.

Bon, quand par hasard on interrompt le monologue, il répond, « oui, t’as raison, c’est sûr, c’est évident », tout en tapant furieusement sur son aïephone (sans doute pour répondre à la dame qui le « harcèle ») … ou en continuant d’avaler.

Même notre chienne, plutôt aimable d’habitude, se hérisse et hurle dès qu’elle l’aperçoit… Elle est littéralement terrifiée, au point de refuser de manger quand il est dans le coin, ce qu’il prend – ben ouais, hein – un malin plaisir à faire, dès que je lui donne sa gamelle…

A mon avis, c’est un signe. Ce type n’est pas humain …

Et nous, quand on mourra, on ira directement chez Saint Pierre…

Written by Gavroche

23 août 2016 à 11 h 59 min

28 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Pire que mon « coucou » d’il y a 4 ans, alors… au moins lui ramenait des trucs à manger, le bas de gamme certes vu son salaire, et ses seuls médocs – mais il les suivait scrupuleusement vu qu’il avait le cœur mal en point – étaient pour tenter de survivre après un quintuple pontage … ce qui n’a pas empêché que je le vire le jour où, bourré, il m’a menacé parce que je buvais paraît-il trop d’alcool. Il a tenu deux mois.

    babelouest

    23 août 2016 at 12 h 22 min

    • Bon, ton coucou avait une vraie maladie, lui…
      Le mien n’a pas ramené de bibine (ni rien d’autre, d’ailleurs) mais il ne crache pas dessus…🙂

      Gavroche

      23 août 2016 at 18 h 20 min

  2. « Il doit la voir plus longue qu’elle n’est, pas possible autrement… » Ouh ouh ouh, trop drôle…
    Allez choupinette, demain, Champagne et https://www.youtube.com/watch?v=C5pX7oZ747w !!!

    Flo

    23 août 2016 at 12 h 55 min

  3. ben dis donc, m’est avis qu’il est pas prêt de remettre les pieds chez vous le monsieur, tu lui a envoyé le lien ?😉
    C’est vrai qu’il y en a des comme ça, pas forcément que des mecs d’ailleurs, ne soyons pas sexiste.

    alainbu

    23 août 2016 at 12 h 58 min

    • Non, et je ne lui enverrai pas. Je suis un monstre d’hypocrisie, ou simplement froidement polie. Mais il fait comme s’il ne se rendait compte de rien. Il me parle « avec des petites fleurs dans la voix ». Hypocrite et demi.

      Ce qui est sûr, c’est qu’effectivement, il ne remettra JAMAIS les pieds ici …

      Et sur les femmes, tu as sans doute raison, sauf pour les cabinets, parce que nous, on pisse pas sur les murs…🙂

      Gavroche

      23 août 2016 at 13 h 14 min

      • oui, pour les cabinets en effet😉 mais nouzautres mâles il faudrait qu’on pisse assis, parce que sinon on est pas tellement techniquement faits pour viser une cuvette.
        (ou alors faudrait qu’on pisse dehors tout le temps, le top)

        alainbu

        23 août 2016 at 13 h 37 min

  4. J’avais lu un bouquin très marrant (il y a un bail, les années 70, peut-être, on était moins coincés qu’aujourd’hui), ça s’appelait : « Pipi debout, quelle injustice ! »
    A méditer…🙂

    Gavroche

    23 août 2016 at 13 h 45 min

  5. mais enfin gavrochounette, il y avait vraiment aucun signe avant-coureur de la galère que ça serait ? vous êtes TROP polis, voilà. et ça, c’est un ‘acré billet d’humeur, bien rigolé (moi je crois que je l’aurais viré à coups de pompe) (mais je suis pas gentille). toute ma sympathie aux quadri et bipèdes pour ce pensum, vous aurez bien mérité votre saison de cèpes de bordeaux !!!

    zozefine

    23 août 2016 at 13 h 48 min

    • Pour les cèpes, va falloir attendre, vu qu’il fait 35 degrés dehors…

      Et non, pas de « signe avant-coureur » (ç’aurait été trop simple, et il est malin, le bougre)…

      Vous avez bien rigolé, ben c’était le but. Mieux vaut en rire, il part demain, et comme dit Flo, on va chanter « I’m free »… !!!

      … et l’oublier aussi sec.

      Gavroche

      23 août 2016 at 13 h 55 min

      • et il repart habillé « toutes saisons » et pas seulement pour l’hiver. et tu as vu comme on est discrets, on n’écrit pas : un nom ! UN NOM ! UN NOOOOM !

        zozefine

        23 août 2016 at 14 h 37 min

  6. Excellent, comme d’habitude, quant à la syntaxe, ton billet est à quel degré? 1er; 2è; 3è; 4è…..
    Ah! C’est pour les initiés…… Alors les autres c’est quoi ?….
    Je sais que la mode est au devinette, exemple : la médiocrité du cinéma français grâce à ses flash-backs imbriqués, ses dialogues abscons…..
    Le leitmotiv qui anime notre société est du type : « C’est bien parce que c’est bien ».
    Autre exemple : En matière d’humour, les spectacles sont rythmés par les injonctions lumineuses « APPLAUDISSEMENTS » … « CRIS » etc….
    Demande à Randale, il connait !
    Fidèle lecteur, on ne t’oublie pas, mieux, on te diffuse.
    Bises. Papou

    papou

    23 août 2016 at 14 h 49 min

  7. alors pour avoir vu de mes yeux le stromboli, je confirme : fusillez-moi ça, affaire suivante !

    Carole B

    23 août 2016 at 15 h 00 min

  8. Mais d’où sort-il?

    Le Monolecte

    23 août 2016 at 16 h 47 min

    • Oui c’est vrai ça, c’est qui ce cuistre? Un jeune? Un vieux modèle? Une antiquité? Ça vous a pas démangé de lui faire visiter le dehors avec un coup de pied au cul? Mais c’est un monde ça!

      superpowwow

      23 août 2016 at 17 h 03 min

      • Coucou Powounet, contente de te lire !
        J’avoue que ça m’a démangé, mais que veux-tu, je suis « brave ». Et un peu con-con, sûrement…;-))

        Gavroche

        23 août 2016 at 17 h 16 min

      • Coucou Gavroche! Je suis un peu pareil sans doute, mais au moins on n’a rien à se reprocher.😉

        superpowwow

        23 août 2016 at 17 h 29 min

  9. Puisque nous sommes tous à 6 degrés de séparation https://fr.wikipedia.org/wiki/Six_degrés_de_séparation, je pense que si chacun d’entre nous partage le lien vers ce billet sur ses comptes Twitter, Facebook et autres, on a de fortes chances qu’il finisse par le lire. J’en ris d’avance.
    À moins que tu ne sois pas d’accord, Gavroche ?

    asinuserectus

    23 août 2016 at 16 h 55 min

    • Tiens puisqu’on est qu’à six degrés de séparation (quasiment la famille donc), tu peux me prêter 20000 euros?

      superpowwow

      23 août 2016 at 17 h 05 min

      • Si tu demandes à Gavroche tu as une chance, elle est à point là.

        asinuserectus

        23 août 2016 at 17 h 15 min

      • C’est vrai.😉

        superpowwow

        23 août 2016 at 17 h 24 min

  10. J’ai oublié de préciser que ce n’est pas un gamin, il a soixante piges ou quelque chose comme ça. Peut-on encore changer à cet âge avancé (le mien)? J’ai un doute…

    En plus, je raconte ça sur le mode marrant (parce que mieux vaut en rire, et qu’il n’y a pas mort d’homme, comme disait l’autre) mais absolument tout est vrai…

    Au delà de sa personnalité, le problème c’est qu’en plus on ne partage rien. Ni nos idées, ni nos passions, ni nos rêves… Rien.

    Et pour répondre à Agnès, c’est une longue histoire, une vague connaissance (jamais un ami, ni même un copain) perdue de vue depuis trente ans. Et soudain réapparue, retrouvant le mail et le bigo (merci gogole) et demandant la bouche en cœur s’il pouvait venir « nous rendre visite » (pas taper l’incruste), cré vingt dieux, vous auriez dit quoi, vous ? Hein, bande de moqueurs ?

    Je pense avoir été très soucieuse de lui épargner mon avis à son sujet. J’ai commencé à faire la gueule, certes, mais je n’ai rien dit … ou presque …😉

    Et s’il prend un jour connaissance de ce billet, tant pis. Ça ne viendra pas de moi, je n’ai ni compte touiteur, ni page fesse de bouc, et je n’en veux pas.

    Gavroche

    23 août 2016 at 17 h 12 min

    • Alors c’est parti !

      asinuserectus

      23 août 2016 at 17 h 19 min

    • Ben oui mais pareil pour Gogole (Gogole c’est moi), je le contacte de façon totalement intéressée pour un truc, il me dit la bouche en coeur « j’aimais beaucoup votre père » (il y a 30 ans donc) « pourrais-je avoir son telephone? » je mesure pas l’énergumène, puisque je le connais pas, tu aurais dit quoi toi? Hein?! ;-D

      Flo

      25 août 2016 at 11 h 19 min

  11. Bon… bah faut surtout pas que j’oublie de ramener la dose de bière de ch’Nord quand je passe te voir!😄

    Blague à part, j’ai déjà eu à faire à quelqu’un qui tapait l’incruste et « voulait pas partir », pas évident à gérer quand on souhaite rester diplomate. Curieux de savoir ce qu’en pense le Randal !😀

    Anonyme

    23 août 2016 at 17 h 49 min

    • WordPress a zappé le nom / prénom, c’est Pierrot😉

      Pierre Michel

      23 août 2016 at 17 h 53 min

    • T’as intérêt, passque ça fait longtemps que j’en ai pas bu ! :-))

      Le Randal, lui, c’est un saint.

      C’est simple, il meurt, il a droit aussi sec aux 72 vierges là haut…

      Bon, après, 72, faut assurer…

      Gavroche

      23 août 2016 at 18 h 22 min

  12. voilà, il est parti.
    c’est juste un souvenir à oublier très vite.
    dites-vous qu’en plus il est pro-Israel et vous comprendrez mieux notre patience …
    mais il nous restera l’impayable billet de Gavroche !

    randal

    24 août 2016 at 9 h 10 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :