LES VREGENS

L’Institut Montaigne, indépendant, vraiment ?

with 4 comments

La presse déchaînée,  suivie par les politiques de tout bord, se gargarise depuis quelques jours à propos du «rapport sur l’islam français» pondu par l’institut Montaigne, dont le lien originel (même si le « rapport », n’est lui, pas très original dans ses conclusions) est ici :

Un islam français est possible

L’auteur de ce rapport, comme il se doit « issu de l’immigration », est un illustre inconnu, un musulman « discret » comme on les aime par chez nous. Son CV est pourtant impressionnant :

Hakim El Karoui / Auteur

Normalien, agrégé de géographie, Hakim El Karoui a enseigné à l’université Lyon II avant de rejoindre le cabinet du Premier ministre en 2002, où il était chargé de ses discours. Après un passage à Bercy, il rejoint, en 2006, la banque Rothschild où, avec Lionel Zinsou, il anime la practice Afrique. En 2011, il rejoint le cabinet de conseil en stratégie Roland Berger où il est co-responsable de l’Afrique et du conseil au gouvernement français. En 2016, il fonde sa propre société de conseil stratégique Volentia. Hakim El Karoui est aussi essayiste (il a publié trois livres chez Flammarion qui traitent de questions économiques et géopolitiques) et entrepreneur social (il a créé le club du XXIème siècle, les Young Mediterranean Leaders et est avec Bariza Khiari à l’origine de « l’appel des 41 », paru le 31 juillet 2016 dans le JDD). 

Comme on le voit, le monsieur pratique allègrement le mélange des genres. Une pincée de politique (de gauche ou de droite, ça n’a apparemment pas beaucoup d’importance) un zeste de banque, et des livres traitant de stratégie politique et économique.

Quant au « Club du XXIe siècle » dont il serait l’un des instigateurs, il a un certain nombre de « sponsors » :
sponsors

Faisant suite à l’injonction de Manuel Valls en date du 15 juin, c’est lui aussi qui est à l’initiative de « l’Appel des 41 » qui a pour titre « nous musulmans, sommes prêts à assumer nos responsabilités » (mais lesquelles, ce n’est pas précisé) et plaide pour la (re)création d’une « Fondation pour l’islam de France », sans préciser non plus quel devrait être son contenu (on a vu depuis la nomination d’un certain Chevènement à la tête de la dite fondation, imaginons deux minutes un non juif à la tête du CRIF), et indique :

Nous musulmans étions silencieux parce que nous avions appris qu’en France la religion est une affaire privée. Nous devons parler maintenant parce que l’islam est devenue une affaire publique et que la situation actuelle est intolérable.

Curieusement, la phrase Il faut agir donc en tant que musulmans n’a pas fait réagir les contempteurs du « communautarisme » ni dans la presse, ni dans les commentaires divers et variés un peu partout. Mais passons.

Peut être parce que ce « rapport » n’est finalement pas si « neutre », mais répond à une logique, un peu toujours la même. D’un côté les privilégiés et leurs supplétifs (de droite ou « de gauche »), de l’autre les éternelles classes dangereuses. Aujourd’hui, ceux qu’on appelle les « racisés ».

Sur la liste des signataires de cet appel, il n’y a d’ailleurs que des « gens bien ».

La preuve :

Kaci Ait Yala, chef d’entreprise ; Najoua El Atfani, cadre entreprise BTP, administratrice club XXIe siècle ; Rahmene Azzouzi, chef du service urologie, CHU d’Angers ; Linda Belaidi, dirigeante EASI (European Agency for Strategic Intelligence) ; Tayeb Belmihoub, auteur, comédien ; Sadek Beloucif, chef du service anesthésie réanimation, hôpital Avicenne, ex-membre du Comité national d’éthique ; Amine Benyamina, professeur de psychiatrie et d’addictologie ; Nadia Bey, journaliste ; Abdennour Bidar, philosophe, inspecteur général de l’éducation nationale ; Antar Boudiaf ; Hamou Bouakkaz, conseiller d’arrondissement, ancien adjoint au maire de Paris ; Marc Chebsun, auteur, éditorialiste ; Abdelnor Chehlaoui, banquier d’affaires ; Fatiha Gas, directrice d’un établissement d’enseignement supérieur ; Mohamed Ghannem, chef du service cardiologie, Fondation Léopold-Bellan ; M’jid El Guerrab, ancien conseiller du président du Sénat ; Kamel Haddar, entrepreneur (éducation et média) ; Abderrahim Hafidi, universitaire, islamologue ; Sofiène Haj Taieb, DG Finances, fonds d’investissement ; Khalid Hamdani, chef d’entreprise, membre du Cese ; Majid Si Hocine, médecin ; Mehdi Houas, président Talan (conseil informatique), ancien ministre ; Elyès Jouini, professeur d’université, vice-président d’université, ancien ministre ; Hakim El Karoui, ancien conseiller du Premier ministre, chef d’entreprise ; Bariza Khiari, sénatrice de Paris ; Saadallah Khiari, cinéaste, auteur ; Shiraz Latiri, cadre, société d’assurance ; Kamel Maouche, avocat au barreau de Paris ; Kaouthar Mehrez, ingénieur ; Malika Menner, directeur des Relations externes d’un grand groupe télécom ; Louisa Mezreb, PDG Facem management ; Naima M’Faddel, adjointe au maire de Dreux, chargée de l’action sociale ; Pap’Amadou Ngom, PDG Des systèmes et des hommes ; Bouchra Rejani, directrice générale d’une société de production audiovisuelle ; Mahamadou Lamine Sagna, sociologue, chercheur à Paris-VII ; Nadir Saïfi, juriste ; Yasmine Seghirate, responsable de la communication pour une organisation internationale ; Mohsen Souissi, ingénieur ; François-Aïssa Touazi, fondateur CAPmena, ancien conseiller du ministère des Affaires étrangères ; Farid Yaker, président forum France Algérie ; Faiez Zannad, professeur de thérapeutique-­cardiologie, CHU Nancy, université de Lorraine.

Il va sans dire que la « discrétion » n’est pas de mise pour ces musulmans là, tout au moins dans nos médias pluralistes et démocratiques, comme chacun sait. Pour leurs « affaires », c’est une autre chanson, parce qu’aucun d’entre eux ou presque n’a jamais fait parler de lui. Un autre genre de communautarisme, sans doute, mais pas du tout condamnable, celui-là. Car dans le lot, comme vous pouvez le constater, il n’y a pas d’habitants d’au-delà du périph (seuls concernés par la discrétion obligatoire, et de toute façon, on ne leur a pas demandé leur avis), bref, on est entre gens de bonne compagnie.

Faut dire que dans le fameux « rapport » de l’Institut Montaigne on peut lire (entre autres choses) que parmi les musulmans, seuls 4,5 % sont cadres. Ceci explique sans doute cela, nous avons donc là l’élite des musulmans. Ces gens là sont peut-être musulmans, mais ils ne connaissent probablement pas la dure réalité des banlieues, le chômage ou les emplois interdits, la misère, les contrôles au faciès ou les « interpellations musclées » de nos forces de « l’ordre », etc.

Mais revenons à l’Institut Montaigne, présenté comme « un think tank indépendant » …

Son fondateur est Claude Bébéar.

La simple lecture de sa fiche Wikipédia est édifiante. Un grand patron, décoré par … George Bush en personne pour son action humanitaire (rires). C’est aujourd’hui un humble retraité qui vit paisiblement dans sa modeste demeure  et pratique des loisirs sains, comme la chasse.

Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des convictions, et de donner une obole (modeste là aussi, quoique …) aux causes qu’il défend, comme … la Manif pour tous.

Son président est Henri de Castries et vous êtes priés de prononcer [kastʀ] parfaitement, bande de manants … C’est un pauvre, lui aussi.

Dans sa biographie wikipédiesque, on peut y lire aussi cette phrase : Il fait partie des grands patrons français assumant ouvertement leur foi catholique et est l’un des mécènes des Scouts de France. Il est également membre du comité de parrainage du Collège des Bernardins.

Soit dit en passant, le dit Collège organise des colloques, des rencontres, sur des sujets divers et variés (et pas du tout orientés) dont le prochain sera consacré à … Pierre Drieu La Rochelle présenté comme un écrivain à la fois romantique et post-moderne, socialiste et fasciste, européen et nationaliste, pilier de la NRF, Drieu fascine. Il est séducteur, fantasque et tellement talentueux. Des tranchés (sic) à Doriot, premier parcours d’un jeune Européen aux valises pleines.

Oubliant de préciser qu’il fut aussi un collaborationiste, admirateur du « génie d’Hitler ».

Et puis, dans le comité directeur de l’Institut, censé être un organe décisionnel composé de personnalités aux profils politiques et professionnels variés (ah bon?) il s’assure de la cohérence des publications et de la qualité scientifique et éditoriale des travaux (c’est vrai, c’est cohérent), il y a aussi :

– Bernard de la Rochefoucauld : centralien devenu businessman, il crée en France dans les années 70 une filiale du groupe Shell, et devient promoteur de centres commerciaux (Forum des Halles, Quatre temps à la Défense, Euralille, etc.). Mais aussi des fondations consacrées à la préservation du patrimoine : Fondation des Parcs de France en 1982, etc. Il faut dire qu’il est lui-même propriétaire d’un château et de l’arboretum qui va avec, ça motive…

– David Azema, actuellement « Chairman Global Infrastructure Group, Vice-président de la banque de financement et d’investissement pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez Bank of America Merrill Lynch. » (Rien que le titre, hein …) C’est un hyperactif : la preuve.

Nicolas Baverez , économiste, avocat à la Cour d’appel de Paris, mais aussi éditorialiste au Monde et au Point et l’auteur de plusieurs livres…

Et libéral acharné. Il écrit : l’antilibéralisme est un fléau qui se trouve au principe du déclin et de la régression de la France ou dénonce un déclin relatif de la France par rapport au reste du monde dont il situe les causes dans l’intervention trop forte et à mauvais escient de l’État dans l’économie.

Ce qui ne l’empêche pas, ayant quitté la Cour des Comptes pour redevenir avocat, de réclamer ses droits à la retraite de la fonction publique, à l’âge avancé de … 46 ans.

Y’a pas de petites économies, ou plutôt, les économies, c’est seulement pour les sans-dents.

Les autres membres de ce petit cénacle « indépendant » sont tous chefs d’entreprise, politiques, ou hauts fonctionnaires. La liste est là,  à la rubrique « notre équipe ».

Et puis, ce qui est intéressant concernant l’appréciation de leur indépendance, c’est la liste de leurs « soutiens », à consulter sur ce lien.

A peu près les mêmes que ceux du « Club du XXIème siècle ».

Bref, ce machin est vraiment « indépendant », pas de doute.

Et c’est sur ces écrits que se fondent des gens prétendument « de gauche » pour se faire une opinion… Pour affirmer, exactement comme Sarkozy aujourd’hui, que « 28 % des musulmans » sont de dangereux terroristes potentiels.

Allez, sus aux bronzés !

Vous avez dit manipulation ?

 

Written by Gavroche

27 septembre 2016 à 15 h 36 min

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. pas de guerre de religion, pas de guerre de civilisation, marre de l’enfumage, lutte des classes, la même, l’éternelle lutte des classes.

    zozefine

    27 septembre 2016 at 15 h 55 min

  2. Sur Karoui (groupe Mabrouk) :

    http://nawaat.org/portail/2013/07/09/audit-des-banques-publiques-hakim-karoui-revient-avec-une-nouvelle-casquette/

    Bien voir qu’en Tunisie l’islamphobie, de même que l’islamisme, est le masque d’une question de classes avant tout.

    Musée

    28 septembre 2016 at 0 h 59 min

  3. « Financé uniquement par des contributions privées à l’exclusion de toute subvention publique, ce qui assure son indépendance, l’Institut Montaigne possède le statut juridique d’une association loi 1901.

    Plus d’une centaine d’entreprises, petites et grandes, concourent à son fonctionnement, chacune d’elles représentant moins de 2 % du budget total.

    Par ailleurs, quelque 200 personnes physiques soutiennent financièrement la démarche de l’Institut.

    Le budget annuel de l’Institut est d’environ 3,5 millions d’euros. »

    Avec 66% de déduction fiscale, ça coute très cher aux finances publiques, ça nous coute très cher.

    asinuserectus

    28 septembre 2016 at 8 h 45 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :