LES VREGENS

A Bysonne

with 4 comments

charlobyz

Chère Bysonne,

De là ou tu es, tu dois bien rigoler, de nous voir nous inquiéter pour des conneries (genre quel va être le prochain pignouf qui habitera l’Élysée, comme si ça avait encore une quelconque importance) ou de nous entendre nous engueuler et nous prendre la tête pour des riens.

De là où tu es, tu dois te dire qu’on est bien cons de se chamailler, de se fâcher, de se perdre de vue, et qu’il n’y a jamais qu’un seul truc irréparable, la preuve …

Moi comme les autres, je t’avais un peu oubliée. Oh, je pensais bien à toi de temps en temps, un chouette souvenir sur une photo ratée, prise en 2011, dans un troquet, avec les copains, à Paris, sur la terre qui est un astre. C’était il y a cinq ans.

bysonne

Je pensais à ta gentillesse, à ta douceur et en même temps à ta force, à ta générosité, à ton humour, à ton sourire.

Et puis, je n’y pensais plus, la vie, les soucis, tout ça. Merde.

Mais finalement il doit quand même y avoir un Bon Dieu quelque part, ou un Grand Esprit comme chez les indiens, ou un Grand Architecte de l’univers, enfin quelque chose, un truc, parce qu’après toutes ces années de silence, je ne sais pas ce qui m’a pris, je t’ai appelée. La semaine dernière. Évidemment, tu étais tout étonnée de m’entendre, mais la surprise passée, tu étais comme avant, calme et optimiste. Comme si on s’était causé la veille. Et gaie, malgré cette saloperie de maladie. Quelque part, j’ai pu te dire que tu comptais pour moi, et tout simplement, j’ai pu te dire que tu étais mon amie, ma frangine, et qu’on pensait pareil sur plein de choses. J’ai pu te dire au revoir.

Alors voilà, ma Bysonne, même si en attendant, la vie sans toi ici est encore plus moche qu’avant, t’inquiète pas, bientôt, on sera tous réunis, là haut. On virera les anges qui jouent de la harpe et à la place, il y aura des chansons et aussi de quoi boire.

Toi et moi, et tous ceux qu’on a aimés, nos amis, nos amours, nos animaux aussi, partis depuis longtemps ou plus récemment, et tous ceux qui nous ont tellement manqué, ben on regardera tous ensemble les petits hommes restés en bas en train de se faire chier et de s’étriper, et on se marrera.

Passe le bonjour pour moi à Sylvaine, et à bientôt.

Gavroche

Le cadeau de Noël de Bysonne, c’était en décembre 2010

Souvenir de Sylvn

 

Publicités

Written by Gavroche

7 décembre 2016 à 8 h 50 min

Publié dans humeur

Tagged with

4 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. oui, notre grande et belle byzonne ! elle marrainait mes chats, on vitupérait parfois, toujours à propos des bêtes, c’était une copine, on s’était promis de se rencontrer dans la vraie vie, histoire d’échanger des baisers, des vrais. elle écrivait « merde j’ai encore plein de trucs à vivre » mais elle avait pas répondu à mon dernier message (alors le toubib il dit quoi ?).
    pour elle, pour tous les copains, copines, les aiméEs qui font partie de nous de manière des fois un peu silencieuse, mais qui font partie de nos vies, et qui s’en vont, alors qu’ils ont encore plein de trucs à vivre, vivons pour eux, pour nous, parce que la vie c’est formidable, c’est précieux et c’est unique.

    zozefine

    7 décembre 2016 at 9 h 17 min

  2. bon vent Emcee Bysonne

    alainbu

    7 décembre 2016 at 9 h 24 min

  3. Devance tous les adieux, comme s’ils étaient
    derrière toi, ainsi que l’hiver qui justement s’éloigne.
    Car parmi les hivers il en est un si long
    qu’en hivernant ton cœur aura surmonté tout.

    Sois toujours mort en Eurydice — en chantant de plus en plus, monte,
    remonte en célébrant dans le rapport pur.
    Ici, parmi ceux qui s’en vont, sois, dans l’empire des fuites,
    sois un verre qui vibre et qui dans son chant déjà s’est brisé.

    Sois — et connais en même temps la condition du non-être,
    l’infinie profondeur de ta vibration intime,
    c’est qu’en une seule fois tu l’accomplisses toute.

    Aux réserves dépensées et aux couvantes, aux muettes
    réserves de la nature, à ses sommes ineffables,
    ajoute-toi en jubilant, — et détruis le nombre.

    sgd

    7 décembre 2016 at 13 h 36 min

  4. Oui, j’ai appris aussi…
    2011, ça semble tellement plus loin, c’est dingue.

    sleepless

    7 décembre 2016 at 16 h 22 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :