LES VREGENS

Chasseurs, je vous hais

with 10 comments

Depuis un peu plus d’un an, je voyais trois chevreuils traverser mon jardin. Une femelle, et sans doute ses deux petits, qui ont grandi mais sont restés avec elle. Je les regardais jouer, et se courir après, et même venir très près de la maison, pour … manger les feuilles de mes rosiers.

Un vrai bonheur. Quand je les voyais au petit matin par la fenêtre de la cuisine, c’est simple, j’en avais pour la journée à être tout simplement heureuse.

Et voilà, depuis une semaine, j’entends au loin les hurlements des meutes. Et même, dans un « safari parc » tout proche (si, si, ça existe, je me fendrai d’un billet un de ces quatre, parce que ça vaut son pesant de cacahuètes), le son du cor au fond des bois : les bas du front jouent aux aristos.

Je les vois, tous ces excités de la gâchette, ces destructeurs de vie et de beauté, ces gras du bide assis sur leur pliant au bord des routes, fusil en mains, ou sillonnant le coin avec leurs bagnoles étiquetées viandards.

Je pense à ces animaux lâchés quelques jours avant l’ouverture : faisans et canards tellement imprégnés qu’ils viennent jusque dans les basse-cours quémander du grain.

Je pense à la terreur sans nom qui doit régner dans la forêt. A la peur, à la souffrance, à la mort.

Et hier soir, j’ai entendu un long cri d’agonie, une plainte désespérée. Qui a duré presque une heure.

Et j’ai la rage. Je les hais.

A part ça, la biodiversité disparaît peu à peu sur la terre. Vivement que l’humanité disparaisse elle aussi.

Ils contribuent d’ailleurs à se débarrasser d’éventuels actuels ou futurs inutiles :

Avant même l’ouverture, le 14 août :

Un chasseur pensant tirer sur un sanglier…

Le 10 septembre, en Vendée, un « grand-père » tue son petit fils de 13 ans d’une balle dans la tête.

Ben oui, ils emmènent leurs gamins à la chasse.

Le même jour, dans le Var, un enfant de 11 ans est très grièvement blessé par « un projectile tiré par le chef de traque » en marge d’une battue

Un autre, toujours début septembre, est tombé dans un ravin dans les Alpes Maritimes.

Bon, celui-là, perso, je pleure pas.

En Corse, c’est un jeune garçon de 17 ans qui est mort d’une balle dans la tête, il n’a pas survécu.

En Ardèche, pan, pan, et vlan, une balle dans le mollet.  Celui-là, il pourra plus chasser les pauvres bêtes avec des béquilles. Tant mieux.

Dans les Alpes, allez zou, encore un blessé par un coup de fusil.

Et encore un, qui « traquait le chamois », qui s’est définitivement cassé la gueule.

L’occasion d’aller faire un tour chez Taomugaia…

Liberté !

De quel droit mettez-vous des oiseaux dans des cages ?

De quel droit ôtez-vous ces chanteurs aux bocages,
Aux sources, à l’aurore, à la nuée, aux vents ?
De quel droit volez-vous la vie à ces vivants ?
Homme, crois-tu que Dieu, ce père, fasse naître
L’aile pour l’accrocher au clou de ta fenêtre ?
Ne peux-tu vivre heureux et content sans cela ?
Qu’est-ce qu’ils ont donc fait tous ces innocents-là
Pour être au bagne avec leur nid et leur femelle ?

Qui sait comment leur sort à notre sort se mêle ?
Qui sait si le verdier qu’on dérobe aux rameaux,
Qui sait si le malheur qu’on fait aux animaux
Et si la servitude inutile des bêtes
Ne se résolvent pas en Nérons sur nos têtes ?
Qui sait si le carcan ne sort pas des licous ?
Oh! de nos actions qui sait les contre-coups,
Et quels noirs croisements ont au fond du mystère
Tant de choses qu’on fait en riant sur la terre ?
Quand vous cadenassez sous un réseau de fer
Tous ces buveurs d’azur faits pour s’enivrer d’air,
Tous ces nageurs charmants de la lumière bleue,
Chardonneret, pinson, moineau franc, hochequeue,
Croyez-vous que le bec sanglant des passereaux
Ne touche pas à l’homme en heurtant ces barreaux ?

Prenez garde à la sombre équité. Prenez garde !
Partout où pleure et crie un captif, Dieu regarde.
Ne comprenez-vous pas que vous êtes méchants ?
À tous ces enfermés donnez la clef des champs !
Aux champs les rossignols, aux champs les hirondelles ;
Les âmes expieront tout ce qu’on fait aux ailes.
La balance invisible a deux plateaux obscurs.
Prenez garde aux cachots dont vous ornez vos murs !

Du treillage aux fils d’or naissent les noires grilles ;
La volière sinistre est mère des bastilles.
Respect aux doux passants des airs, des prés, des eaux !
Toute la liberté qu’on prend à des oiseaux
Le destin juste et dur la reprend à des hommes.
Nous avons des tyrans parce que nous en sommes.
Tu veux être libre, homme ? et de quel droit, ayant
Chez toi le détenu, ce témoin effrayant ?
Ce qu’on croit sans défense est défendu par l’ombre.
Toute l’immensité sur ce pauvre oiseau sombre
Se penche, et te dévoue à l’expiation.

Je t’admire, oppresseur, criant: oppression !
Le sort te tient pendant que ta démence brave
Ce forçat qui sur toi jette une ombre d’esclave
Et la cage qui pend au seuil de ta maison
Vit, chante, et fait sortir de terre la prison.

Victor Hugo

Et i have a dream :

Written by Gavroche

18 septembre 2017 à 8 h 31 min

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. chasseurs, je vous HAIS aussi. c’est quand même incroyable que des connards pareils puissent à leur bon vouloir semer la mort, avec des armes qui sont des armes de guerre, mettre en danger de mort le moindre pékin ayant l’idée d’aller se balader hors de son pré carré (et encore, même là il y a des balles « perdues », les pauvres), terroriser toute la faune du coin, polluer dans tous les sens et acceptions du terme les forêts, les plaines, les clairières, les sentiers, tuer tuer tuer tuer et encore tuer. courage ma gavrochounette, parce que sinon, quelles actions possibles contre eux ?

    zozefine

    18 septembre 2017 at 9 h 26 min

  2. Ce même jour aura lieu une battue aux chasseurs… Celle-là, je regrette de ne pas l’avoir écrite, quand j’habitais au milieu de la garrigue et que fleurissait ce même genre de panneaux à l’entrée de mon chemin. Un de mes amis et voisins a vu un matin, une balle traverser sa chambre à coucher de part en part, alors qu’il était couché. S’il avait eu l’idée saugrenue de se lever cinq minutes avant, c’était lui qui y passait… Enquête sans suite…

    lasorne

    18 septembre 2017 at 11 h 48 min

  3. Il dit être le candidat du renouveau. Il n’est pourtant pas contre un petit retour dans le passé. Mardi, le candidat Emmanuel Macron s’est déclaré favorable à la « réouverture des chasses présidentielles ».16 mars 2017…

    lasorne

    18 septembre 2017 at 11 h 53 min

  4. Pour nous consoler on peut remarquer que l’âge moyen des chasseurs ne fait que s’élever depuis plusieurs décennies…

    Un partageux

    19 septembre 2017 at 23 h 25 min

  5. Absolument juste. Mais la terreur sans nom règne aussi dans les abattoirs. La hideur de la souffrance et de la mort, pour le plaisir de certains. Attention de ne pas se croire au dessus de la mêlée des chasseurs, quand on mange de la viande.

    Partipris

    23 septembre 2017 at 18 h 53 min

  6. A rajouter à la liste : Aveyron : la victime était dans son jardin quand elle a été tuée par un chasseur. Dans les colonnes de Centre Presse ce dimanche, le maire de Taussac, dans l’Aveyron, revient sur l’accident de chasse qui a coûté la vie à une sexagénaire non-chasseuse samedi… http://www.midilibre.fr/2017/10/15/aveyron-la-victime-etait-dans-son-jardin-quand-elle-a-ete-tuee-par-un-chasseur,1574622.php

    lasorne

    15 octobre 2017 at 11 h 40 min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :