LES VREGENS

L’histoire des « maisons fantômes » d’EDF

leave a comment »

J’ai lu hier une niouze que les parisiens ignorent (du moins, j’imagine qu’on en a pas parlé au « niveau national ») mais qui pourtant concerne tout le monde  : une histoire d’argent public, et de sa gestion calamiteuse par nos chers (au sens propre) « représentants ». Parce que ça se passe partout en France.

L’histoire commence en Gironde, et concerne tout un tas de petites communes, proches de la centrale du Blayais.

Au passage, pour cette centrale, on était pas passé loin de l’accident majeur en 1999, même si les « autorités compétentes » (rires) avaient – comme d’habitude – minimisé « l’incident »

A noter que cette centrale utilise du combustible MOX , le même utilisé par la société Tepco à … Fukushima.

Bref, hier, dans un reportage de France 3 Régions, je découvre qu’il existe des « maisons fantômes » en grand nombre autour de cette centrale. Elles étaient a priori destinées au personnel d’EDF.

Construites en 2014, à grand renfort de publicité, comme le racontait le journal Sud-Ouest, dans un article du 20 février, intitulé « des logements neufs pour la centrale »,  aujourd’hui, elles sont vides.

Environ 300 maisons vont être construites d’ici deux ans en Haute Gironde. Les maisons EDF d’Étauliers prennent forme, comme ont pu le constater, lors d’une visite de chantier, Thierry Kerbidi et François Meesemaeker. Les deux hommes font partie de l’agence Aquitaine de Bouygues Immobilier qui conduit ce vaste chantier en Haute Gironde pour la Caisse des dépôts, propriétaires des logements. L’objectif, à terme, est de loger les nouveaux et les futurs salariés de la centrale de Braud-et-Saint-Louis.

Maisons vides près de la centrale du Blayais

Et donc :

26 logements à Saint-Savin, 40 à Étauliers, 33 à Saint-Ciers-sur-Gironde et 34 à Saint-Seurin-de-Cursac. Des maisons individuelles en construction traditionnelle et basse consommation allant du T3 au T5, sur des parcelles de 400 à 500 m². À Saint-Martin-Lacaussade, 24 maisons à ossature bois seront livrées dans un an. Les loyers seront fixés en fonction des salaires des agents EDF.

La seconde vague de construction, en cours d’étude, comptera environ 100 logements. Une fois les résidences terminées, voirie, bassin de rétention et espaces verts seront rétrocédés aux communes qui en assureront l’entretien.

Et youpi pour les communes concernées :

Ces résidences sont une aubaine pour les municipalités qui voient là l’occasion d’accueillir une population souvent jeune et avec des enfants.

Et au détour d’un paragraphe enthousiaste, on découvre ça :

EDF a pris la décision de renouveler son parc locatif à l’échelle des 19 centrales du territoire. Sur l’ensemble du territoire national, cela représente 2 500 logements nouveaux environ. Dans le Blayais, on trouve des résidences EDF construites dans les années 80 à Saint-Seurin-de-Cursac, Étauliers, Blaye, Plassac, Saint-Martin-Lacaussade…

Et effectivement, le même scénario de « maisons fantômes » s’est bel et bien reproduit un peu partout en France :

Dans le Nord,  la maire d’Offekerque s’interrogeait  :

lorsque Bouygues nous a présenté son projet pour obtenir un permis de construire, il nous a expliqué qu’il s’agissait d’une commande d’EDF mais que les logements appartenaient à la Caisse des dépôts et consignations. Étant donné que ce ne sont pas des logements d’EDF, pourquoi l’entreprise continue de payer un loyer alors qu’ils sont vides ? »

Maisons vides dans le Nord

La maire semble ignorer ce qu’on découvre sur la fiche wikipédiatre de la Caisse des dépôts et consignations (sur gogole on peut lire : « un groupe public au service de l’intérêt général » …)

on lit que : depuis la loi de modernisation de l’économie » (2008 , merci Sarko et ses copains … dont … Martin Bouygues) « l’institution est représentée au conseil d’administration des grandes entreprises, notamment du CAC 40 », et qu’elle est présente dans le capital de plusieurs entreprises : Eiffage, Veolia, Engie, Areva, etc.

Dans la Vienne, autour de la centrale de Civaux. Et devinez qui est le constructeur ? Je vous le donne Emile : Bouygues…

 

Maisons vides dans la Vienne

Dans les Ardennes : et là aussi, gagné, c’est Bouygues…

Or, Bouygues, c’est un très très gros poisson : le BTP, l’immobilier, la construction de routes, la participation dans Alstom, plus le rachat de TF1 et les télécoms.

Pour la petite histoire, alors qu’il était encore le PDG de Vivendi, Jean-Bernard Levy (actuel patron d’EDF, nommé en octobre 2014) s’était battu pour empêcher Free de devenir le 4ème opérateur téléphonique en France. Comme son ami … Martin Bouygues…

Mais le plus marrant, si on peut dire, c’est ce que j’ai trouvé dans cet article du Figaro daté de mai 2015 :

Lors de la construction des centrales nucléaires françaises, au cours des années 1970-80, l’électricien historique devait loger ses salariés dans un rayon de 25 km autour du site pour qu’ils puissent être disponibles très vite en cas de problème. L’entreprise publique a donc acheté des logements disséminés dans des lotissements alentour. Essentiellement des maisons de taille moyenne, un peu plus de 100 m². À côté de Gravelines dans le Nord, de Cattenom dans l’Est, de Flamanville en Normandie… Ces logements sont loués aujourd’hui entre 8 et 12 euros le m2 contre 6 euros pour des HLM.

En 2000, EDF les a cédés à la Deutsche Bank. Il y a deux ans, Twenty-Two Real Estate a finalement racheté ce portefeuille au fonds d’investissement LBO France qui était devenu coactionnaire aux côtés de Deutsche Bank. Rebaptisée Powerhouse, cette société dont le patrimoine est estimé à 1,2 milliard d’euros offre un profil sécurisé : son locataire, EDF, a signé des baux qui vont jusqu’en 2033.

En clair, EDF avait des logements de fonction disponibles jusqu’en 2000. Puis les a « cédés » à la Deutsche Bank  (la reine de la fraude fiscale pour ses clients fortunés) qui a elle même « cédé des parts » au groupe « Twenty Two Real Estate », lequel annonce quelques mois après un bénéfice de 1 milliard de dollars…

Voilà pourquoi EDF, au lieu d’entretenir les lignes et les centrales, continue à payer pour la construction de maisons qui restent vides et à payer des loyers à des sociétés privées pour des logements qui auparavant lui appartenaient.

Voilà pourquoi les communes s’endettent, avec notre pognon, pour créer des infrastructures inutiles au bien commun, mais très rentables pour certains. Toujours les mêmes.

D’ailleurs, après avoir déclaré que la gestion de l’entreprise était une catastrophe (mais la faute à qui ?), le but final n’est-il pas de privatiser EDF ?

Y compris la partie nucléaire. Malgré les risques.

C’est à dire, une fois de plus, privatiser les profits et socialiser les pertes.

Et ne rêvez pas. C’est déjà dans les tuyaux.

En janvier, la fondation Abbé Pierre lançait un cri d’alarme : 4 millions de mal logés en France…

Et à partir d’aujourd’hui, les APL vont diminuer de 5 euros. Cerise sur le gâteau, désormais, le montant des aides au logement, pourra être diminué d’une somme forfaitaire et la formule de calcul de ces prestations modifiée, par simple arrêté.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :