LES VREGENS

« L’affaire de la banane »

with one comment

Ce matin, sur France Bleu, je découvre ce titre :

Licencié pour un vol de banane

Il semblerait donc que les quatre conseillers des prud’hommes « n’ont pas su se mettre d’accord sur la décision à rendre après la plainte du salarié de 21 ans, pour licenciement abusif » et que « un cinquième homme est appelé pour trancher, un juge départiteur professionnel qui est souvent un magistrat du tribunal d’instance ». Voilà à quoi on dépense l’argent public : pour une banane…

François Morel en avait parlé il y a quelques mois avec son talent habituel :

Et moi, ça m’a fait penser à mon vieux billet sur les méthodes expéditives (et racistes) dans les magasins Leclerc…

Et ça m’a rappelé la belle histoire d’Edouard Leclerc… et surtout celle de son passé collabo. Enterrée depuis, évidemment.

Sur wikipédiatre, ça pourrait être une fiche publicitaire, tellement c’est complaisant. Quant à gogole, pas évident de trouver la moindre référence (oui, oui, gogole filtre) sauf ce billet d’Emmanuel Esliard sur Médiapart : Edouard Leclerc rattrapé par son passé , qui donne le lien sur le blog du journaliste indépendant Bertrand Gobin, lequel avait révélé ses sources, incontestables.

Il y a aussi cet article de l’Express , très révélateur.

Ce qui n’a pas empêché Nicolas Sarkozy de décorer ce Monsieur de la Légion d’Honneur. C’était en 2009.

Comme quoi, ce hochet, qu’il soit décerné à un « grand homme la patrie reconnaissante pour avoir diffusé les vraies valeurs de la vraie France » ou à un épicier (même milliardaire et collabo) est-il vraiment une référence ?

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Tiens, ce matin j’ai longuement parlé avec un artisan-commerçant à la retraite. Il a fait le tour des méthodes « mafieuses » que la grande distribution emploient envers ses fournisseurs, surtout les « petits »; sur le scandale du prix des produits, « de la merde ultra chère »; des conditions de travail pénible sous le chantage de sanctions, licenciements. (des « bananes » tous les jours, peu de personnes osent aller aux prudhommes, c’est la loi de l’omerta qui règne)…Quand on parle de ces problèmes la réponse fuse: il ne faut pas « dénigrer une entreprise française, une entreprise qui fonctionne bien » répliquait Edouard Philippe à Ruffin à propos de Sanofi, et valable pour tous les trusts. Mais tant qu’il y aura des pauvres assez cons pour dire : « Heureusement qu’il y a des riches pour nous faire travailler », ils n’ont rien à craindre !

    Robert Spire

    13 décembre 2017 at 12 h 52 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :