LES VREGENS

Petite revue de presse de la semaine

with 7 comments

Des fois, les titres de la presse déchaînée me font rire … Des fois seulement, hein. Et un peu jaune, aussi.

Par exemple ça : pour Jean-Marc Ayrault, passer outre le référendum sur ND des Landes, ce serait un déni de démocratie.

Pas possible autrement, nous sommes en présence d’une pathologie grave, le dédoublement de personnalité, car n’est-ce pas ce même Ayrault qui s’était courageusement abstenu (avec tout le troupeau « socialiste »), le 4 février 2008 ?

Traité de Lisbonne : découvrez comment a voté votre député-sénateur

On a les Ayrault qu’on peut. Qu’il se rassure, les experts « indépendants » ont « suggéré » qu’il fallait fissa « évacuer la ZAD ». Et tant pis pour la Cop 21 (ou 22, vlà les poulets)…

En clair, quand le populo vote bien dans les clous, ça s’appelle « démocratie ». Sinon, c’est « la dictature d’une minorité d’activistes bobos ».

Ou ça  :

si les français donnent moins, c’est pas parce qu’ils ont (beaucoup) moins de pognon (et que ça ne va pas s’arranger) c’est simplement parce que « la France généreuse était en deuil  »… C’est vrai ça, on peut pas pleurer à la fois sur « Johnny » et sur les myopathes, et pis c’est Noël, merde, faut garder des sous pour se gaver en famille. Et ça, c’est la France égoïste. Parfaitement, chacun pour sa gueule.

Et à propos de conception de la démocratie, du dialogue, du « vivre ensemble » (rires) de la part de ceux qui nous gouvernent :

Rokhaya Diallo écartée du Conseil National du Numérique

C’est vrai, ça, franchement, une bougnoule, et avec ça, grande gueule, qui se permet de dire que son pays n’est pas toujours le « pays des droits de l’homme ». Surtout quand l’homme (ou la femme) est noir ou arabe. Et pis quoi, encore ?

L’éviction de Rokhaya Diallo, la France rance et l’hypocrisie.

A côté de ça, on « s’indigne » que les femmes homosexuelles soient doublement discriminées…  Je vous laisse imaginer si en plus d’être femmes et homos, elles sont noires, arabes et pauvres…

Et à propos d’arabes (et de pauvres), chez les souchiens qui causent dans la presse, on déplore que ces mêmes bougnoules, après n’avoir pas franchement été « Charlie » n’ont pas non plus été « Johnny »… Quel culot, hein.  Mais vous savez ce qu’elle vous dit, la Seine Saint-Denis ?

Parce qu’aujourd’hui, quand même, faut bien l’dire, Charlie Hebdo et Johnny, c’est ça, la Fraaaaance. Avec les fêtes de Noël, les supermarchés, la baguette et le saucisson. Et Jean D’Ormesson pour ceux qui savent encore lire.

Toujours à propos de pauvres et de bougnoules, M. le maire de Lyon-sinistre-de-l’intérieur-des-prisons a eu une idée de génie : pour faire des économies (et faire plaisir aux bas du front) on va trier les pauvres.

Et d’ailleurs, les employés du même sinistre de l’intérieur des prisons ont carte blanche pour faire le tri : la preuve.  Les « juges rouges » n’ont qu’à bien se tenir.

De toute manière, être pauvre n’est pas une fatalité : ce qui nous sauvera, ce qui les sauvera, c’est le travail, comme l’avait dit Macron devant le MEDEF (en mars 2017) : « le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui vous donne une place ». Arbeit macht frei, en quelque sorte.

En tous cas, sachez-le, c’est pas Noël pour tout le monde, même nos pôvres « représentants » vivent désormais dans la misère…  Rendez-vous compte, des députés qui passent sans transition de 8000 balles par mois à « seulement » 5000, réduits à manger des nouilles, et à ressortir de vieilles frusques de la cave…. Une honte. C’est simple, nos ministres vivent dans des grottes, infestées de rats, c’est carrément Les Misérables

Ministre du gouvernement Macron

Petit rappel  pour rire :

Traitement mensuel : 7 100,15 € brut par mois (5 148,77 € net par mois), dont :
• Indemnité parlementaire de base : 5 514,68 € brut mensuel
• Indemnité de résidence : 165,44 € brut mensuel
• Indemnité de fonction : 1 420,03 € brut mensuel
• Supplément familial de traitement si enfants.
• Indemnité représentative de frais de mandat (frais de représentation) : 5 570 € bruts. Somme forfaitaire sans justificatif et non imposable.
• Crédit informatique : 15 000 € pour les cinq années du mandat.
• Crédit mensuel pour la rémunération de collaborateurs : 9 504 €
• Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)(carte payée par l’Assemblée Nationale)
• Taxis gratuits à Paris
• Quotas de déplacements aériens
• Lignes téléphoniques et courrier (forfait annuel)
• Allocation d’aide au retour à l’emploi pendant 3 ans pour assurer un revenu brut mensuel égal à l’indemnité parlementaire de base pour les députés non couverts par les Assedic, dégressive tous les 6 mois.
• Retraite de député : 1 549 € mensuels pour un seul mandat de cinq ans.

Mais tonton Lagardère, lui, est content : Doctipharma autorisé à vendre des médicaments en ligne. 

Il y a quand même, dans tout ce pataquesse médiatico-foutraque, le journal des bonnes nouvelles :

L’argent ne fait certes pas le bonheur (sauf celui des riches, qui en veulent toujours plus) mais quand même :

Un SDF trouve un local rempli de billets et repart avec 300 000 euros

Chasse :

Deux de moins dans le Gard … (dommage pour le chien)

Et hop, un relais de chasse brûle en Touraine

Un de moins, en forêt de Compiègne, tué par un cerf

Des fois, y’a une justice…

Mais pas toujours:

Un homme blessé par plusieurs tirs de chasseurs alors qu’il jardinait

Ils tirent d’abord :

Le chasseur qui a dézingué un troupeau d’ânes les a pris pour des biches

Fait pas bon rouler en voiture le dimanche :

Une balle perdue finit sa course à quelques centimètres de la passagère d’une voiture

Ni même de faire tranquillement la sieste à la maison :

Une balle tirée lors d’une battue finit au-dessus du lit d’un enfant de trois ans

Et surtout de leur montrer qu’on est pas d’accord pour servir de cible:

Un chasseur tire sur un riverain mécontent

Certes, des fois, ils se flinguent entre eux :

Un chasseur décédé après avoir reçu une balle dans la tête

mais plus emmerdant, ils se reproduisent :

Une chasseuse vise un sanglier et tue son père

 ET VOILÀ

 

Written by Gavroche

15 décembre 2017 à 13 h 14 min

Publié dans Actualité en France

7 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Très en forme. La photo de la «Ministre du gouvernement Macron» m’a fait rire.

    gemp

    15 décembre 2017 at 14 h 14 min

  2. quelque peu déprimante ta revue de presse… merci pour l’info sur l’expulsion de Nîmes, aucune info à ce sujet dans la presse locale ici.

    alainbu

    15 décembre 2017 at 15 h 34 min

  3. la militante antiraciste Rokhaya Diallo, que je ne connaissais pas, semble affirmer que des meetings sans blancs c’est cool.

    Moi je m’en fout dans l’absolu, mais alors il ne faut pas hurler si un autre militant, d’un autre truc, demande des meetings sans noirs.

    herve_02

    15 décembre 2017 at 20 h 11 min

    • Salut Hervé,

      Disons que ton commentaire est … un peu court. Les « meetings sans blancs » ce n’est pas « cool », mais ça peut être utile. Je crois que les femmes arabes ou noires, et plus généralement tous ceux qui ne sont pas blancs de peau devraient avoir le droit de se réunir et de débattre entre elles et eux, et sans que cela provoque la moindre polémique, parce qu’elles et eux savent, connaissent de près ce qu’on appelle « discrimination » et que j’appelle moi, plus simplement, racisme. Elles doivent décider de leur forme de lutte, et ça me paraît juste.

      Plutôt que de lire les avis des uns et des autres, écoutons un peu, pour changer, les principaux et principales concernées.

      Le « communautarisme » curieusement, n’est jamais le mot utilisé pour qualifier « l’entre-soi « du bourgeois… Qui refuse (par exemple) les femmes chez les francs-macs, ou les pauvres à l’assemblée nationale (lire Ruffin)

      Cela ne veut évidemment pas dire que nous autres blancs ne pourrions pas nous retrouver avec elles et eux pour des luttes communes. Ce que Houria Bouteldja appelle « l’amour révolutionnaire ».

      Par ailleurs, tu as pu constater, si tu as lu les liens (ben oui) que Rokhaya Diallo est une spécialiste en matière de numérique. On l’a donc écartée pour de mauvaises raisons.

      Amicalement,

      Gavroche

      Gavroche

      15 décembre 2017 at 20 h 42 min

      • Comme je le disais je n’ai pas d’avis sur la question et pour le dire plus simplement j’en ai rien à foutre. Les gens font ce qu’ils veulent. Ils veulent faire des meeting avec que des roux, cela ne me pose aucun soucis, des avec que des femmes ou des hommes, des bikers, des nains, des rouges, des ivrognes et même ceux dont le prénom commence par la même lettre.

        Ce que je veux dire, c’est que si on trouve « cool » et que l’on défend les meeting ‘racisé’, cela veut dire que l’on admet qu’il y a des races. Moi, dans l’absolu, cela ne changera pas ma vie, ni ma manière de regarder le monde. Mais JE trouve que c’est une mauvaise pente. Comment justifierons nous qu’il est interdit d’accueillir les hommes (ou les femmes) dans certains magasins certains jours ? Par quelles torsions intellectuelles arriverons nous à justifier ces meetings spécial noirs et accuser de racisme les meeting spécial blanc. Il y a toujours le trucs de beauf qui, entre 2 ricards, explique que le raciste c’est le blanc, mais intellectuellement, c’est un peu court.

        J’aimerais bien une vraie réponse plutôt que la vaseuse… tu comprends, elle savent gnagnagna, elles vivent gnagnagnagna… enfin le genre de trucs que l’on sert (ou sort) pour éviter le ‘paskecécomçaépicétou’.

        Comment on peut dire qu’il n’y a pas de différence entre les hommes/femmes et faire des meetings séparés. Que l’on fasse un programme avec que des femmes noires qui parlent pourquoi pas, mais trier le public est juste ‘différent’, très différent. C’est la porte ouverte à des périodes peu glorieuses.

        Tu fais un amalgame que je trouve un peu malhonnête : il n’y a pas de pauvres à l’assemblée (ou de chômeurs, ou de plombier, même pas de cultivateur de fraises ou d’éleveur de vaches pie noire, c’est dire) pas parce que c’est interdit (c’est cela le communautarisme : des règles qui édictent que…) mais simplement parce que le mode de scrutin rend compliqué pour les pauvres de se faire élire : manque de temps, manque d’argent, manque de motivation, manque de culture, manque de relation, manque d’argent, manque de temps et… manque d’argent. Mais il n’est pas interdit aux pauvres de se faire élire. Demain on peut tout à fait envisager un parti politique des chômeurs et précaires et élire des députés : 10 millions de précaires, il y a de quoi faire des voix. C’est bien différent ‘dans l’esprit’, même si on regardant à la louche ça y ressemble. tu confonds, pour justifier ce qu’elle dit, communautarisme et groupe. Elle peut tout à faire faire un meeting ou on parle seulement telle ou telle langue. Ou les habitants de telles résidences ou tels foyers. Que ce soit majoritairement des noirs c’est normal, mais le critère ne se fait pas sur le ‘racisé’.

        Comme je le répète encore, je m’en fout, d’une force, en plus je ne connaissais pas cette dame, restant très éloigné des infos et propagandes diverses, mais JE trouve dommage de justifier des positions limites (je trouve celle là à la limite de la légalité) que l’on accepte parce que c’est le « bien » lol. Si demain Lepen fait des meetings réservés aux blancs (parce qu’ils savent… parce qu’ils connaissent…. avec les même raisons que Rokhaya Diallo), on aura du mal à expliquer que c’est pas bien. Une militante antiraciste qui trouve cool des événements racisés, c’est un peu antinomique.

        A moins bien sur d’être dans la rhétorique que le raciste c’est le blanc, ce qui serait par la même raciste comme position.

        herve_02

        17 décembre 2017 at 1 h 09 min

  4. Salut Hervé,

    Moi, je ne m’en fous pas. Justement parce que je trouve dommage que dans un monde dit civilisé, les femmes noires ou arabes en soient réduites à se réunir entre elles pour simplement pouvoir discuter sereinement de leur émancipation. Qu’on en soit encore là, malgré tous les beaux discours « universalistes ».

    Et c’est vrai qu’elles savent de quoi elles parlent, en tant que femmes, et noires, et arabes et pauvres. Même si on a supprimé le mot « race » des textes officiels, tu crois vraiment que le racisme a disparu ? Elles sont aux premières loges, en tant que femmes d’abord, en tant que noires et arabes ensuite, à se le prendre en pleine face.

    Par ailleurs, dans le meeting dont tu parles, c’est vrai que certaines réunions étaient réservées aux femmes, mais pas toutes. D’autres étaient ouvertes à tous et toutes.

    Mais il y a une raison à cette non-mixité  : nous, les femmes, avons été habituées pendant des siècles à nous taire (je dois être une exception… ). Nous n’avions même pas le droit de vote, jusqu’en 1945…et encore, arraché de haute lutte, et accordé non pas pour des raisons de simple justice, mais purement politiciennes.

    Pour les femmes issues des quartiers populaires, noires, arabes et pauvres, parler, c’est encore plus difficile, ce n’est pas évident du tout, face à des politiques, des experts, des sachants, des puissants, des grandes gueules, des ego démesurés comme on en trouve dans tous les meetings. Ou tout simplement des hommes. Et même des femmes : imagine Madame Badinter ou Caroline Fourest dans un meeting comme celui-là ? Parler entre elles devient beaucoup plus facile. Elles discutent et s’organisent. Partagent leurs expériences communes, tentent d’organiser des formes de revendication.

    Ce qui ne veut pas dire qu’elles ne pourraient pas se retrouver – après – dans des luttes communes avec d’autres femmes, ou d’autres groupes. Elles le font, d’ailleurs (voir sur leur site : https://mwasicollectif.com/author/mwasicollectif/)

    Et je fais le parallèle avec Ruffin, qui raconte combien c’est dur pour lui d’être regardé avec condescendance et mépris par ses petits camarades députés, les cravatés, ceux qui « savent », qui sont des habitués des discours (même creux). Il a honte, il se sent comme un petit garçon mal élevé (c’est lui qui le dit) et pas à sa place. Et pourtant c’est un homme, blanc, éduqué, un journaliste, habitué des meetings, etc.

    Tu me dis qu’il n’est pas interdit aux pauvres de se faire élire. Dans les textes, c’est vrai. Dans la réalité, c’est quasiment impossible. Mais tu crois vraiment que toutes les raisons que tu cites sont un hasard ? La sélection par la classe sociale à laquelle on appartient, et par l’argent, évidemment. Et curieusement, personne ne s’en indigne, pas de polémique, ni d’avalanche d’articles dans la presse. Alors que ça me paraît bien plus grave que les idées de Rokhaya Diallo, et que c’est une belle hypocrisie.

    Amicalement,

    Gavroche

    Gavroche

    17 décembre 2017 at 10 h 25 min

    • Comme je le dis, cela ne me pose aucun problème, et pourtant je ne suis ni femme ni noire (autant dire que je suis de bonne volonté lol). Mais c’est un coup de canif dans le contrat de pas de différence. Il te semble justifié, comme une sorte de revanche sur le passé. OK

      Tu triches encore (peut être de bonne foi) avec ruffin qui se sent méprisé. Penses-tu qu’il faille faire des meetings avec que des pauvres et, pour vérifier, demander la feuille d’imposition et une pièce d’identité ? L’assemblé des actionnaires est réservée uniquement … aux actionnaires. Le clodo peut entrer, il suffit d’acheter une action. C’est plus facile avec eurotunnel qui ne vaut pas grand chose dans les 10 euros, plus compliqué avec air liquide à 100. D’ailleurs pour aller semer le souck chez arnault le ruffin avait acheté une action.

      Il se sent méprisé parce qu’il ne fait pas parti du GROUPE (parce qu’il n’en a ni les règles ni les codes), parce que les loups ne se mangent pas entre eux, et si tu fais pas partie de la meute, c’est compliqué pour toi. De la même manière que le nouveau dans une classe (peu importe sa couleur ou son sexe).

      Maintenant si vous acceptez qu’il puisse y avoir des meeting racisés, dans quelques temps, vous ne pourrez pas vous opposer aux bars et ou clubs réservés aux blancs, parce que la loi est la même pour tout le monde, même pour le blanc. Si vous autorisez des dérogations pour certains, vous ne ferez qu’exacerber les passions de ceux qui se pensent racistes (Moi j’aime pas les noirs, mais Dialo, lui, il est cool).

      Les femmes veulent s’entendre et se parler ? qu’elles créent une association de femmes noires et fasse des réunions entre elles, membre de l’association. Cela ne me pose aucun soucis, mais comme je dis ce n’est pas du tout la même chose. Connaissant toutes les possibilités offertes pour se rassembler entre femmes qui se ressemblent sans avoir besoin de faire le buzz sciemment, JE trouve que c’est juste débile. Une sorte d’activisme de performance que JE comprends par exemple avec actup, mais que je trouve dangereux dans le contexte de xénophobie poussé par la crise.

      Quel raciste ne sera pas tenté de dire : « vous voulez rester entre vous ? pas de soucis, rentrez chez vous. » La réponse va être intéressante à étudier sémantiquement.

      Mais… cela ne me rendra pas moins pauvre.

      herve_02

      17 décembre 2017 at 11 h 37 min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :