LES VREGENS

Profiter de la beauté …

with 10 comments

Autant profiter du spectacle de la nature qui nous reste. Veinarde que je suis, je vis dans une grande clairière entourée d’arbres, ceinturée de haies sauvages, et rien ici ne vient contrarier la biodiversité (enfin, à part les chasseurs, que j’ai à peu près réussi à contenir jusqu’à présent). Il y a beaucoup de chênes, quelques pins et sapins, plusieurs immenses eucalyptus, des aulnes, des peupliers…

Alors, comme c’est un autre de mes pôles d’intérêt, je regarde vivre les oiseaux de mon jardin … Et nom de Dieu, que ça fait du bien, d’avoir une vraie volière à domicile ! En ouvrant les volets le matin, au lieu des bruits de la ville, de sont des centaines de pépiements que l’on entend, avec au loin, le chant des coqs du village.

Petite liste non exhaustive :

Les mésanges charbonnières

En smoking jaune et noir …

Mésange charbonnière. Famille des Paridés. Ordre : Passériformes

Les mésanges bleues

De vraies aventurières, ce sont les plus effrontées. Même quand je remplis les mangeoires, elles sont là, à crier que « merde à la fin, tu te dépêches, on a faim, nous… » Depuis que je les nourris tous les hivers, les chenilles processionnaires ont disparu des pins environnants, car les mésanges en sont friandes. Un échange de bons procédés, en quelque sorte…

Mésange bleue. Famille des Paridés. Ordre : Passériformes

Les chardonnerets élégants

Alors qu’ils avaient presque disparu, pour cause de chasse et de capture pour être mis en cage, ils sont en grand nombre ici. Une vraie colonie. Et heureusement. Dans la liste des espèces menacées, ils sont classés « vulnérables ».

Ils sont marrants, une fois installés sur une mangeoire, les autres doivent attendre leur tour (à la différence des mésanges, qui elles, attrapent une graine, et s’envolent). Certains d’entre eux, posés sur le sol (beaucoup de graines tombent des mangeoires, et je les laisse sur la terrasse tout l’hiver) restent installés un bon moment : ils sont grassouillets à souhait …

Chardonneret élégant. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes

Les pinsons des arbres

On dit « gai comme un pinson », et c’est vrai. Leur chant est mélodieux, et annonce les beaux jours.

Pinson des arbres. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes

Les pinsons du Nord

Ils sont arrivés cette semaine. De passage, j’imagine, avant de remonter plus haut, vers … le Nord, où ils passeront l’été. Leur plumage est plus sombre que celui du pinson des arbres.

Pinson du Nord. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes

Les sitelles torchepot

J’adore leur petit air décidé. Du style, bon allez, bougez-vous, je suis pressée… Quelque chose de gavrochesque, en fait.Et elles sont capables de monter, et de descendre la tête en bas le long d’un tronc d’arbre.  De vraies acrobates…

Dans la maison que j’habitais dans le Lot (une maison en pierre) elles nichaient tous les ans au même endroit, dans un trou du mur, probablement un ancien pigeonnier, dont elles avaient réduit l’entrée en construisant un dur mur de boue séchée autour du trou jusqu’à ce qu’il ait la bonne taille. Elles utilisent aussi de la résine en tant que répulsif pour les prédateurs. L’intérieur du trou est tapissé de morceaux de copeaux d’écorce, d’herbes, de poils et de plumes.

A chaque printemps, je guettais l’envol des petits…

Sittelle torchepot. Famille des Sittidés. Ordre : Passériformes

Les rouge gorge

Hélas, il y en a assez peu ici. Devant la concurrence des autres espèces, le rouge gorge est discret et timide… Et il se nourrit d’insectes, évidemment rares en cette saison…

Rougegorge familier. Famille des Muscicapidés. Ordre : Passériformes

Les verdiers

Classés « espèce menacée » (comme les moineaux des villes, oui, nos piafs citadins ne trouvent plus rien à becqueter) :  les populations de verdiers ont décliné dans les zones agricoles, à cause des changements dans les méthodes d’agriculture. Cependant, cette espèce s’est adaptée et fréquente les mangeoires dans les jardins en hiver, mais un nombre croissant d’échec de nidification a été observé ces 20 dernières années. Le plumage du mâle est franchement vert (d’où son nom), la femelle est plus discrète, avec seulement quelques reflets verdâtres.

Eh bien, ils viennent d’apparaître ici la semaine dernière. Et j’en suis évidemment ravie.

Verdier d’Europe. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes

Les merles

Noirs pour les mâles, avec un joli bec jaune vif. Et bruns pour les femelles. Je les regarde sautiller dans les feuilles, donner de grands coups de bec pour chercher leur pitance. Leur chant est magnifique, c’est le plus joyeux de tous, et il annonce les beaux jours.

Merle noir. Famille des Turdidés. Ordre : Passériformes

Les grimpereaux

Un petit oiseau discret, très reconnaissable : il a un bec recourbé. Le premier que j’ai vu cet hiver doit nicher sous le toit de la maison : il était accroché au volet de mon bureau, juste sous mon nez…

Grimpereau des jardins. Famille des Certhiidés. Ordre : Passériformes

Les bergeronnettes grises

L’autre nom du hochequeue. Elles aiment les milieux humides : il y a une grande mare dans mon jardin, et un grand étang chez ma voisine.

Bergeronnette grise. Famille des Motacillidés. Ordre : Passériformes

Les loriots

Ce sont des migrateurs. Ils arrivent généralement vers le mois d’avril, et repartent en septembre. Ils sont difficiles à voir, mais parfaitement audibles, et le plus marrant, c’est que leur chant, facile à identifier (et à imiter) ressemble à s’y méprendre au gars qui siffle une jolie fille dans la rue. Comme souvent, seul le mâle est très coloré, d’un jaune citron très vif.

Loriot d’Europe. Famille des Oriolidés. Ordre : Passériformes

Les pigeons ramiers

Hélas, ils sont considérés comme « nuisibles », et à ce titre, chassés. Plus de 5 millions d’entre eux sont tués chaque année. Mais ici, il y a quelques couples, probablement sédentaires. Et en cette Saint-Valentin (rires) j’écoute leur doux roucoulement…

Pigeon ramier. mâle au premier plan Famille des Columbidés. Ordre : Columbiformes

Les gros bec casse noyaux

La découverte de cet hiver : plusieurs couples doivent nicher dans le coin. Ils sont deux fois plus gros que les autres. Et je trouve leur couleur merveilleuse, le mâle a un chapeau cuivré sur la tête…

Grosbec casse-noyaux. Famille des Fringillidés. Ordre : Passériformes

Les pics épeiche

L’élégance même. Smoking noir, chemise blanche, nœud pap et chapeau rouge vif. Discrets, on les entend cogner sur les troncs d’arbre avoisinants. mais dans le Lot, plusieurs d’entre eux venaient aux mangeoires : très drôles à observer, ils grimpaient le long du poteau où elles étaient installées, et tendaient le cou pour attraper les graines …

Pic épeiche. A la recherche d’une noisette Famille des Picidés. Ordre : Piciformes

Les geais des chênes

C’est un oiseau marrant, et très sympathique, je trouve. Effronté aussi. Dans le Lot, une maman geai avait accompagné son petit et surveillait les alentours pendant qu’il picorait des graines de tournesol tombées sur la table de la terrasse…

Geai des chênes. Famille des Corvidés. Ordre : Passériformes

 

Pour attirer tout ce petit monde, affairé, affamé (et parfois imprudent) j’ai pris quelques précautions : 

  • Sur toutes les vitres de la maison, j’ai disposé des silhouettes anti-collision ou des rideaux en dentelle.
  • Un autre truc tout bête pour atténuer le choc en cas de collision (presque toujours mortelle) : les moustiquaires, plus souples que le verre …
  • J’ai installé des mangeoires
  • J’ai acheté des graines de tournesol, au moins 150 kilos par hiver, heureusement je les achète en gros, et à prix cassé : et en plus, elles sont bio !
  • J’ai même trouvé des vers de farine pour les oiseaux insectivores, les plus menacés en hiver. Bon, ces vers sont hélas déshydratés, donc, je mélange tout ça à des croquettes pour chats, humidifiées et coupées en petits morceaux, ça, c’est pour les protéines.
  • Les boules de graisse : les choisir sans huile de palme, ni palmiste, ni coprah.
  • Je mets des fruits découpés sur les arbres (pommes un peu talées, poires …)
  • Petit à petit je plante des arbres, comme le sorbier dit des oiseleurs

Et … je fais la guerre à mes chats : colliers avec une clochette (avec élastique, pour qu’ils ne risquent pas de s’étrangler), et engueulades sévères quand je les vois se mettre en chasse. Malheureusement, ça n’empêche pas toutes les prédations : il y a quelques jours, l’un deux m’a ramené un levraut.

Car à la différence de la lapine, la hase (la femelle du lièvre) n’a pas de nichée regroupée dans un terrier. Elle ne fait qu’un voire deux petits par portée, et elle les dissémine un peu partout, sur le sol au milieu des hautes herbes, ne venant les voir que pour les nourrir. Ne sachant pas où le chat l’avait trouvé, ni si ce malheureux petit bébé était blessé, grâce aux associations (en Charente, en Dordogne) et à la LPO de Gironde, nous avons pu le confier à un vétérinaire…

Et pour finir, ici, il y a aussi les grues cendrées.

Le problème principal dans ses zones de nidification sont les dérangements par l’homme qui donnent lieu à des taux de reproduction peu élevés. Autres problèmes : la chasse et les collisions avec les lignes électriques. Dans les lieux d’hivernage, l’espèce est menacée par la modification de l’habitat, la diminution des chênaies principalement, ainsi que par les agriculteurs qui leur donnent la chasse (évidemment) à cause des dommages occasionnés aux cultures.

Entendre leurs cris à chaque printemps, ça me met les larmes aux yeux. De joie. Et l’an dernier, je les ai entendues … le 16 février…

Ce cri, tout là haut dans le ciel, c’est la vie qui est de retour.

Séquence émotion :

 

Les photos de ce billet sont issues du site :  http://www.oiseaux.net/

Pour plus d’infos sur les espèces d’oiseaux mentionnées ici, cliquez sur les liens : vous pourrez par exemple, découvrir leur chant.

 

Publicités

Written by Gavroche

14 février 2018 à 10 h 27 min

10 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. Merci pour ce beau moment (roboratif, une fois n’est pas coutume..) passé dans votre jardin à contempler ces belles créatures.

    jean-marie Roos

    14 février 2018 at 10 h 57 min

  2. merci, c’est très chouette, bises à vous deux.

    alainbu

    14 février 2018 at 11 h 15 min

  3. J’avais à-peu-près les mêmes mais cette années il y a une dizaine de maisons en construction dans ce qui était un pré derrière chez moi et du coup il n’y a plus que quelques mésanges, pigeons et merles. J’espère revoir mes troglodyte mignons mais j’ai de gros doutes.

    asinuserectus

    14 février 2018 at 12 h 25 min

  4. : ) Merci ! J’ai beaucoup moins d’oiseaux… mais je n’ose pas les nourrir : j’ai 3 chats très bons chasseurs… ils me ramènent, taupes, levrauts, et parfois des oiseaux… 😥

    lilivanille

    14 février 2018 at 14 h 53 min

  5. Wow, joli. Merci pour le partage.

    gemp

    14 février 2018 at 17 h 40 min

  6. Excellent ! Nickel ! ici tout pareil: jardin, mangeoires, chats..
    Il y a bcp plus de passereaux (genre grive, ventre moucheté) qui ‘avant’ migrait / autre bizarrerie remarquée, car côtoie et proximité de l’homme ? les hérissons (eux nichent dans le garage) font deux portées par an, ?!
    Ouiz, très bien la clochette aux chats (3x à la case)
    est-il utile (efficace) d’engueuler la Nature..
    Ils adorent, les piafs du jardin, le cylindre de graisse (no palm oil!) aux insectes, et les boules dont je garde son sachet-filet vide, légèrement fendu, d’y glisser un morceau de beurre.
    Bien sûr les graines de tournesol (très bon ni très cher) mélangées avec tous! les restes de pain, brioche, gateau, croûte de pizza etc. séchés 24 h sur le radiateur, ensuite pilés avec une massette.
    Tout est becqueté !
    Je m’applique à une heure-fixe, matin et vers midi (toutes les bestioles apprécient; des vraies fonctionnaires !) alerté par un p’tit sifflotement personnel habituel, ils rappliquent !
    Bien sûr qql refill dans la journée si besoin (ou pas!)
    Boire, ..même en hiver ! alors de l’eau chaude (tjs mieux que la glace) ni je pense à vérifier toutes les deux heures (hahah) ni ils se plaignent !
    Noël dernier j’offris une paire de mangeoires, ..bricolées-maison, avec qql caisse de pinard, vidé ! Ni j’abîme la face pyrogravée, ..Pauillac, Chateau Lafite, Latour, Rothschild.. nos oiseaux sont si snob !
    Qu’importe quand on aime,

    ti suisse

    14 février 2018 at 18 h 08 min

    • Je crois savoir qu’il faut éviter de donner du pain ou n’importe quelle autre pâte salée… Le sel n’est pas recommandé.

      Lu sur le site de la LPO :

      Ne jamais donner :

      d’aliments salés

      de pain sec ou de biscottes, de déchets de pâtisserie, de noix de coco desséchée, qui gonflent et provoquent des troubles digestifs

      de lait

      de larves de mouches (asticots), très résistantes et pouvant perforer l’estomac des oiseaux

      de graines de lin ou de ricin qui sont toxiques

      http://refuge.lpo.over-blog.fr/pages/NOURRIR_LES_OISEAUX_EN_HIVER-1961781.html

      Sinon, bravo pour ton engagement envers la gent ailée.
      Et tu as bien de la chance d’avoir des hérissons.
      Et sinon, dis-donc, tu bois pas n’importe quoi ! ;-))

      Gavroche

      14 février 2018 at 21 h 04 min

      • Lin, ricin ..je ne savais pas, aussi j’évite le pain blanc, biscotte etc. En gnl il est aux céréales, ou les restes de panettone, aux fruits sec !
        Aussi je crois, il ne doit pas être « frais » (à vérifier) quoiqu’il en soit, la dose ne dépasse pas celle du « complément alimentaire », mélangé et qu’en hiver.
        L’été, je ne mets rien (ou rarement)
        Les tourterelles nichent au balcon (8 portées ! en 17)
        J’ai aussi des orvets, ils kiffent le compost grouillant !
        Aussi, disparu depuis mon enfance: des vers luisants ! mon bled (entre Genève et Annemasse; en ‘ville’ donc) a eu l’intelligence d’installer un éclairage ‘économique’ : éteint si no-passage.
        Vrai aussi qu’aucune ‘chimie’ n’entre à la case.
        Nân.. j’connais pas ces pinards, mais le droit d’espérer n’est-ce pas !
        Ah si, un verre de Latour, il y a trèès longtemps, abandonné sur un table (!!) et je me souviens de me dire: « putain! je comprends pourquoi il est si cher ! »
        Et nous, ..qu’est-ce qu’on mange à midi ? bon app !

        ti suisse

        15 février 2018 at 11 h 12 min

      • et merci du lien !
        ..qu’importe de qql p’tite confusion, par ex. du pain mais pas du pain ? d’accord pas de sel, mais bout de fromage ou râpé, ..c’est salé ?!
        Bref, déjà de s’en (pré)occuper, d’augmenter leur chance de survie (l’hiver est plus+ que sélectif !) aussi de sensibiliser les x copains, ..surtout que quand ils-savent, ils adorent le faire !
        Bon week-end,

        ti suisse

        16 février 2018 at 14 h 01 min


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :