LES VREGENS

Mais où sont passées les valeurs de la gauche ?

with 3 comments

Sur le blog du Yéti (grâces lui soient rendues) j’ai écouté Villepin chez Bourdin l’autre jour, et je suis restée scotchée.

Le seul point où à mon avis Villepin se trompe, c’est quand il dit que « Macron est un accident de l’Histoire ».  La présence de ce dernier aux manettes est au contraire parfaitement logique : comme celle de Sarkozy ou de Hollande. Car ces gens là ne font pas/plus de politique, ils ne sont que des comptables, ils « font des affaires ». Ils sont au service d’une toute petite partie de la population.

On en arrive à regretter De Gaulle (qui disait que « la politique ne se fait pas à la corbeille », c’est-à-dire à la Bourse) c’est dire où on en est arrivé…

Pas pour rien d’ailleurs que les candidats de la droite (Sarkozy, Fillon, Hollande, Macron) sont issus du « monde économique », et comme toute la « classe politique » en France et ailleurs,  font de constants et juteux allers-retours entre les cabinets ministériels et les conseils d’administration des grands groupes et des banques. Foin donc des conflits d’intérêts et de toute ce bordel, nos députés godillots viennent d’ailleurs de voter le secret des affaires. Et circulez, y’a rien à voir.

Moralité : à élire un type de droite, franchement, on aurait mieux fait d’avoir un Villepin comme président. Une autre envergure que le petit con qui habite aujourd’hui à l’Elysée.

Bref. On vit dans un monde de vieux, et on arrête pas de confier les rênes de nos destinées à des vieux, même si comme Macron, ils ont quarante piges : ce gars-là était déjà vieux à la naissance, et d’ailleurs, c’est une vieille qu’il a épousé (j’ai rien contre les vieilles, vu que j’en suis une, sauf contre ce genre-là, et si les féministes en carton sont pas contentes, tant pis). Macron, c’est le président des riches, sans aucun doute, mais c’est aussi le président des vieux.

Et d’ailleurs ces vieux-là n’aiment pas les jeunes, je suppose que la jeunesse, ça leur flanque la trouille (comme aux trois quarts de leurs électeurs, y’a qu’à voir les commentaires sur les sites d’infos, genre la Pravda-France-Info), ils les foutent au gnouf, comme les lycéens qui ont simplement « tenté » d’occuper le lycée Arago à Paris (et aujourd’hui, tenter, c’est suffisant, le vieux proverbe affirmant que « c’est l’intention qui compte »).

Le but de la manœuvre étant, comme le dit plaisamment ce billet (bon sang, que j’aimerais écrire comme ça) d’apprendre aux petits jeunes la résignation  :

Le jeune président est avant tout un vieux con, certain de son pouvoir, mais qui a peur. Réprimer la jeunesse pour l’exemple n’a jamais été une marque de fermeté mais le signe d’un vieux con apeuré. Qui a peur de la jeunesse, de toutes les jeunesses, qu’elles soient dans les idées ou dans les corps. Alors il noie quelques Zadistes sous des tombereaux de grenades. Alors il met en garde à vue et en examen des lycéen(ne)s. Alors il dit les yeux dans les yeux à 400 000 lycéens : apprenez à avoir peur de l’avenir, apprenez à attendre, apprenez à vous soumettre aux désirs et aux choix des premiers de cordée qui demain seront vos managers, apprenez à vous résigner, apprenez à renoncer. Pour y parvenir mieux il traîne avec lui un Gérard Collomb dont la jouissance cacochyme ne tient qu’à l’illusion qu’il a d’être autre chose qu’une place manquante en EHPAD et dont le nom est moins un patronyme qu’une métonymie digestive mal orthographiée.

Bref, tout ça, ça fait longtemps que ça dure. Trop longtemps.

Et quand on regarde « la gauche », y compris celle dite « radicale », purement électoraliste, qui se borne à organiser des manifs « festives-et-non-violentes-dans-le respect-de-l’ordre », franchement, ça donne même plus envie.

Et notamment quand cette gauche là ignore purement et simplement toute une frange de la population  de notre pays.

Quand la gauche radicale hurle avec la meute des Collomb, Valls, Charlie Hebdo avec sa dernière une dégueulasse, et leurs comparses contre Maryam Pougetoux, présidente de l’UNEF à Paris IV , qui n’est tout bonnement plus une femme française comme une autre, élue par ses pairs, qui n’est pas une militante syndicaliste qui a des choses à dire et des idées à défendre, non, qui est juste coupable. De ne pas obéir, de ne pas se soumettre aux diktats de la majorité, ou tout simplement de ne pas d’habiller comme il le faudrait. De ne pas etre dans la norme.

Femme libéréeFemme soumise

Et si on laissait pour une fois les femmes décider ?

Ah, ces chers républicains laïcs qui distribuent le droit d’entrée dans la lutte : si tu veux te battre avec nous, commence par enlever ton foulard. Sinon, retourne dans ta cuisine et ferme-là.

En 1905, lors de la loi sur la séparation de l’Église et de l’État (et uniquement de l’État, pas des citoyens) Aristide Briand déclarait qu’il serait contradictoire d’interdire le port de la soutane quand on instaure, par la séparation, un régime de liberté, et qu’avec la laïcité, la soutane devient « un vêtement comme un autre. Simplement un vêtement comme un autre. 

Quand François Ruffin commet une une lourde faute politique en prétendant « vouloir enquêter d’abord » avant même de poser la moindre question au gouvernement, (endossant à ce moment là fort opportunément son costume de journaliste, alors qu’il était là en sa qualité de député, de représentant du peuple, de tout le peuple) bref en refusant de prendre une position claire sur le meurtre d’Adama Traoré (et de celui de tous ceux, noirs ou arabes, morts dans les commissariats depuis des décennies sans que « la gauche » ne réagisse). Comme si cette triste histoire n’avait pas été longuement évoquée, décortiquée partout.

Sur Adama Traoré, Ruffin enquete…

Ben ouais, tout d’un coup, je le trouve bien tiède, l’ami Ruffin.

Quand « la gauche » s’indigne, à juste raison, des violences policières contre les manifestations syndicales, contre les zadistes de Notre Dame des Landes, de Bure et d’ailleurs, mais refuse de voir le véritable état d’exception subi depuis des décennies par les quartiers, ou la police « républicaine » n’est qu’une troupe d’occupation. Comme si la phrase « racisme d’état » n’était qu’un gros mot, et pas l’expression de la stricte vérité.

Moi qui aime bien Ruffin, ça me rend triste. Mais finalement, ça ne m’étonne pas vraiment.

Je me rappelle qu’en 2012, pauvre de moi, j’étais militante au PG, pour l’élection de Mélenchon, et nous ne sommes jamais allés dans les quartiers, vu que « ces gens-là ne votent pas ». Électoralisme, quand tu nous tiens…

Françoise Vergès n’est pas étonnée non plus (lire son remarquable livre Le ventre des femmes, paru récemment) qui déclare :

Je ne suis malheureusement pas étonnée. Relire la lettre d’Aimé Césaire en 1956 sur la gauche française paternaliste, qui veut imposer SA manière de faire, SON analyse et ne veut considérer ni la question coloniale ni la question raciale. 1956 : nos aînés nous prévenaient.

Car effectivement, notre Histoire est pleine de ces piteuses reculades de la part des partis dits de gauche, en 1936 (Thorez : « Il faut savoir arrêter une grève »), en Algérie, quand le PCF abandonnait la lutte pour s’allier aux Guy Mollet et autres Jules Moch, ou quand il laissait mourir Fernand Iveton, coupable de solidarité avec ses frères algériens, quand il abandonnait Paul Carpita et son film « Le rendez-vous des quais »,  là encore, élections et alliances (compromissions) obligent, ou en 1968 (voir mes précédents billets là-dessus)…

Bref, pour Ruffin comme pour Mélenchon, on ne tape pas sur « la police républicaine ».

Tellement républicaine… que meme l’Europe finit (enfin) par la sanctionner…

Notre police « républicaine » qui pourtant emprisonne nos enfants, les mutile, et finalement, les tue. Car qu’est ce qu’une poignée de bougnoules assassinés, hein ?

En conclusion, la « gauche » autant que la droite est est sera dans l’avenir responsable des divisions au sein du peuple (saviez vous que dans les quartiers où les services publics disparaissent, le vote FN explose?)

Le « réalisme » en politique (en clair, le calcul électoral à courte vue, et les « sondages » ) ça veut dire à l’arrivée et tout simplement la perte des valeurs et des principes que la gauche devrait défendre.

Written by Gavroche

27 mai 2018 à 16 h 12 min

3 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. effectivement …
    jamais je n’ai entendu quiconque reprocher à l’ abbé Pierre le port de la soutane …
    tant son action était juste
    curieux, n’est-ce pas ?
    alors que pour cette Maryam, ça fait « débat »
    Molière revient, les tartuffes sont toujours là !

    randal

    27 mai 2018 at 17 h 28 min

  2. merci m’avoir fait découvrir un blog intéressant (et effectivement, très bien écrit !)

    lasorne

    27 mai 2018 at 17 h 42 min

  3. Si « nos » dirigeants étaient encore des comptables qui savent compter, en faveur de tous, ce qui me semble contradictoire, mais ce sont des financiers, des spéculateurs qui spéculent sur le dos des plus pauvres.

    Pour ce qui est du port du voile, je suis plus mitigée. J’ai du mal à respecter des jeunes filles, surtout, qui portent le voile mais qui sont maquillées à outrance, ce qui est contradiction avec les préceptes de leur religion. Je crois que le port du voile est plutôt une affirmation de leur communautarisme (« j’appartiens à la communauté musulmane et allez vous faire voir »), de leur refus intime de s’intégrer (je ne parle pas de s’assimiler ni d’acculturation). J’ai vécu en plein quartier musulman et ce n’étais que mépris et violence verbale voire physique envers moi, une femme vivant seule et vivant avec les libertés de ma culture : on m’y a craché à la figure, agressée pour voler mon vélo, m’en suis volé 2, ai encaissé de pures méchancetés quand j’ai cherché, sans succès, une de mes petites chattes (l’horreur) ; la seule fois où j’ai entendu la phrase « tu n’es pas chez toi ici, retourne dans ton pays », c’est à moi qu’on l’a dite (!), ainsi que la Belgique ne respectait pas les droits de l’homme (ce à quoi je répondais qu’il leur était loisir d’aller dans un pays vraiment démocratique comme les Emirats arabes unis, ou en Iran) ; on m’y a dit que j’avais une sale gueule, une tête à claques. etc. En plus, je suis contre l’abattage sans étourdissement. Je suis contre le fait qu’on cane devant les exigences de la communauté musulmane ou, à tout le moins, d’origine maghrébine comme le fait de retirer les décorations de Noël dans les rues, de supprimer les croix sur les chapelles des Cyclades sur les pots de yaourt sous prétexte que cela risque de heurter des musulmans. Et quoi encore !

    Il va de soi que si j’avais choisi d’habiter dans un quartier à majorité musulmane, c’est que je n’étais (et ne suis toujours pas raciste mais je ne suis pas d’accord avec les « obligations de certaines communautés) J’y ai tellement souffert que je me suis enfuie au bout de 3 ans et fuit désormais ce genre de quartier.

    C’est quand même curieux qu’il n’y a aucun problème avec les communautés chinoise ou japonaise ou indienne ou pakistanaise ou même juive (je suis absolument contre la politique israélienne, l’occupation des territoires volés à la Palestine), dont nombre de membres n’osent même plus porter les signes de leur communauté comme la croix de David ou la kippa pour éviter de se faire agresser verbalement, pas de problème non plus avec la communauté indienne, etc. Elles vivent selon leurs croyances et coutumes mais ne cherchent pas à les imposer à notre société.

    Quant au fait de porter le voile, j’ai envie de hurler quand je vois une gamine le porter, ce qui n’est pas imposé par le Coran (si on le porte, il faut le faire volontairement quand on a l’age de le choisir, et on peut cesser de le faire si on veut).

    J’ajoute qu’un de mes meilleurs amis est musulman libanais et que nos échanges, même à propos du Coran, sont ouverts et chaleureux.

    Quand aux valeurs de la gauche, que dire du couple de dirigeants du parti de la gauche radicale espagnole qui sont loin d’avoir imaginé que l’achat de sa maison somptueuse engendrerait une telle polémique (on croit rêver), mais au moins, ils sont prêts, voire ont déjà, à abandonner leur mandat, ce qui est quand même la moindre des choses.

    Je risque de recevoir une volée de bois vert mais bon, j’assume mon commentaire.

    Laraleuse Quirale

    28 mai 2018 at 10 h 28 min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :