LES VREGENS

L’habit ne fait pas le moine (ni l’intégriste musulman)

with 17 comments

Une suite à mon dernier billet, et pas de volée de bois vert (pas de lapidation non plus, on est pas chez les sauvages, haha …) Juste une réponse à La Râleuse qui râle. Pas une leçon ni rien, juste mon avis.  Et comme c’est un peu long, j’en ai fait un billet.

Chère Râleuse,

Sur le mot « comptable » :

pour moi, il n’était que l’expression de mon profond mépris pour la caste politique qui nous gouverne. Parce qu’elle ne représente plus (l’a t-elle d’ailleurs jamais fait?) l’intérêt général, mais œuvre désormais sans complexe ni même se cacher, uniquement pour ceux qui finalement la rémunèrent,  c’est-à-dire pour les financiers et les spéculateurs, exactement comme le font … les comptables.

Sur le voile :

Outre que tu exprimes là le résultat d’un matraquage médiatique certain à ce sujet et au sujet des musulmans en général (du coup, tu es à moitié pardonnée…) et que tu es donc très loin d’être la seule, tu exprimes surtout un malaise personnel. Ton malaise à toi. Ton expérience à toi. Le malaise que toi tu ressens face à une jeune fille voilée et maquillée. Comme dit le proverbe, « la beauté est dans l’œil de celui qui regarde ». Mais franchement, ne crois-tu pas que la façon sont elle s’habille, ça ne regarde qu’elle ? Pourquoi n’aurait-elle pas le choix à ce sujet, contrairement à toutes les autres femmes ? Juste parce que ça te met mal à l’aise ?

Pourquoi ne pas la laisser te dire pourquoi elle le porte ?

Maryam Pougetoux le fait dans cet article.

Même si je trouve ça injuste. Parler de son voile nous empêche d’écouter ce qu’elle a à dire sur le sujet bien plus important de la sélection des étudiants. Exactement comme l’histoire du maillot de foot de Ruffin à l’Assemblée nationale a empêche qu’on écoute ce qu’il avait d’important à dire : taxer les revenus des joueurs pro milliardaires pour aider les clubs amateurs.

Et ça s’appelle un écran de fumée.

Parce que, pourquoi la jeune fille voilée aurait-elle à expliquer, ou à se justifier ? Les autres femmes, qui portent des pantalons ou des jupes, ou je ne sais quoi d’autre, doivent elles s’expliquer de quoi que ce soit ? Et celles qui se marient à l’église ? Et ma voisine qui va à la messe tous les dimanches ? Pour moi, le premier principe de la laïcité (et c’est le sens de la loi de 1905) c’est la liberté de croire ou de de pas croire.

Et finalement, le fait qu’une jeune fille voilée se maquille, et « ne respecte pas sa religion », (personnellement, je ne sais pas, je ne connais que très peu la religion, quelle qu’elle soit, ça ne m’intéresse pas vraiment, mais les houris turques ou les femmes dans les harems le faisaient) n’est-ce pas aussi le début de son « intégration » ?

Le fait que Mennel vienne chanter à la télé (oui, dans une émission débile, mais ça aussi, ça la regarde) n’est ce pas une preuve « d’intégration » ?

Et pourquoi ces jeunes femmes devraient-elle forcément « s’intégrer » ? Ne sont-elles pas aussi françaises (au moins sur le papier) que toi et moi ? Et s’intégrer à quoi, d’ailleurs ? A notre monde ? Il te paraît si merveilleux, notre monde, qu’on ait envie d’en faire partie ?

Personnellement (et je doute d’être la seule dans ce cas aujourd’hui) je ne suis plus « intégrée », ou en tous cas de moins en moins. Moi qui suis vieille, blanche, athée, j’accepte pourtant que les gens soient ce qu’ils sont, même s’ils sont différents de moi. Du moment qu’ils ne font de mal à personne. Mais je refuse de me plier aux diktats, quels qu’ils soient.

Sur les insultes que tu as subies (même si elles ne sont pas pardonnables) ne crois-tu pas qu’elles venaient aussi de ta propre attitude ? de ton malaise ? (pour le coup, c’est sans doute moi qui vais me prendre une volée de bois vert). Mais surtout de l’attitude beaucoup moins réservée que la tienne, de la part de la plupart des gens ?

Je rappelle, quand même que ce sont les rapports officiels (qui émanent du gouvernement lui-même et pas des assos anti-racistes, pour être claire) qui le disent :

– les noirs et les arabes ont 20 fois plus de « chances » de se faire contrôler par la maison poulaga

– la discrimination à l’embauche (à qualification égale) et celle au logement sont bel et bien une réalité.

– les meurtres dans les commissariats depuis des décennies concernent essentiellement des noirs et des arabes. Les « bavures » aussi. Les « dérapages » de nos politiques et autres penseurs médiatico-bien-en-cour aussi.

Je rappelle qu’un migrant malien vient de sauver un bébé, et que c’est seulement pour cette seule et unique raison qu’il aura peut-être droit à des papiers, et pas simplement parce qu’il était un être humain en détresse…

Je rappelle que c’est tous les jours qu’on retrouve des corps de migrants dans les Alpes et dans la Méditerranée, mais que ce sont les justes qui tentent de leur porter secours qui sont poursuivis. Pas les fascistes qui leur font la chasse.

Je rappelle qu’une petite fille de deux ans a été tuée par des policiers belges qui pourchassaient un camion de migrants… Voilà pour la Belgique qui « respecte les droits de l’homme ». Enfin, ça dépend lesquels.

Je rappelle qu’un bébé est né hier sur l’Aquarius, le bateau qui tente de sauver les migrants en Méditerranée. Il s’appelle Miracle. Jette juste un coup d’œil sur les commentaires de ce billet.

Édifiant, hein ?

Juste un bébé migrant. Un futur assisté, un futur poids pour la société blanche. Comme le disait si élégamment Riss, un futur violeur. Un bougnoule, quoi. S’il était mort comme le petit Aylan sur le bord d’une plage, on aurait pu assister au chœur des pleureuses. Mais là, non, c’est ballot, il est vivant.

A la place des noirs, des arabes ou des musulmans, à force, tu n’aurais pas sinon la rage au cœur, au moins un profond sentiment d’injustice ? Parce que ce tu as subi, n’est peut-être que l’expression d’un ras le bol, d’une colère que je trouve finalement assez normale. Je suis même étonnée qu’il n’y ait pas davantage de fous furieux pour partir en Syrie ou devenir martyre de la foi, comme on dit. Quand on a plus rien à perdre, on devient un loup.

Quand le monde va mal,  quand on est rejeté par la société tout entière, on vit entre soi, parce que c’est rassurant, on est entouré de ceux qu’on aime, qui partagent les mêmes goûts, les mêmes aspirations, et la même misère. Mais ce « communautarisme » qu’on reproche aux musulmans, il est pratiqué aussi par les asiatiques. Ou les indiens. Ou les arméniens. Ou les Turcs.

Mais il est aussi allégrement pratiqué par les bons bourgeois, sauf que pour eux on appelle ça « l’entre soi ». C’est beaucoup lus élégant que le mot « communautarisme ».

Tu vois, moi, je me suis fait traiter de « sale blanche ». C’était il y a vingt ans, je bossais au métro de Marseille. Sur le coup, c’est vrai, je l’ai (relativement) mal pris. Depuis, j’ai beaucoup réfléchi. Maintenant, ça me fait juste sourire, même si je suis triste qu’on en soit arrivé là. Parce que n’étaient que des mots, et que c’est tellement mineur en comparaison de ce que nos compatriotes bronzés subissent tous les jours…

De même, récemment, en allant voir des amis à Paris en plein quartier juif,  j’ai demandé mon chemin et du coup,  j’ai discuté avec de vieux messieurs adorables, la tête coiffée d’un chapeau et de papillotes. Aucun malaise, ni de ma part, ni de la leur, du coup. Juste de vieux messieurs pas habillés comme moi, avec de drôles de coiffures, mais à part ça, « normaux ».

Et aussi, je me souviens de ma dernière participation à la collecte pour la banque alimentaire :  des bons blancs friqués sont passés devant moi en baissant les yeux, le caddy plein sans rien me donner (pour aller mettre tout ça dans un gros 4X4 rutilant sur le parking).  Une vieille ultra maquillée parfumée m’a carrément agressée en me disant « je ne donne rien pour les bougnoules » (texto).

Et c’est un couple de musulmans probablement pratiquants, l’homme barbu, la femme voilée, qui m’ont souri, et m’ont donné un paquet de pâtes. Eux ils donnaient à tout le monde. Moi, ce n’est pas avec eux que j’ai ressenti un malaise, tu vois. Eux, ils me ressemblaient, malgré leur différence.

Enfin, tu crois vraiment qu’on se « plie à leurs exigences » ?

Que je sache, aucun président de la république ne s’est jamais coiffé d’un chèche, ne porte une barbe et des babouches, ni ne va à la mosquée. En revanche, tous ont porté une kippa juive lors de cérémonies diverses et variées dans des synagogues. Et tous sont allés célébrer des messes à l’église, par exemple pour enterrer des « personnalités ».

Pour moi, personne n’est responsable de sa couleur de peau, de sa culture, de l’endroit de la terre où il est né. Les gens ne se résument pas à leur enveloppe, mais à leurs actes. Et surtout, chacun (et chacune) devrait être libre d’être lui-même.

Pour moi, les monstres ne sont pas les musulmans, mais ceux qui nous gouvernent. Ils sont seuls responsables.

En conclusion, je t’invite à lire ce billet, que j’ai trouvé (horreur, malheur et vade retro satanas) sur le site du PIR :: Les mouvements sociaux et la question de la race, les angles morts de l’extreme gauche blanche

Moi qui suis blanche, athée et de gauche, je partage complètement ce que dit son auteur, arabe et musulman.

Bonne journée à toi. Et aux autres.

Written by Gavroche

28 mai 2018 à 15 h 08 min

17 Réponses

Subscribe to comments with RSS.

  1. A ceux qu’on foule aux pieds

    Hélas ! combien de temps faudra-t-il vous redire
    À vous tous, que c’était à vous de les conduire,
    Qu’il fallait leur donner leur part de la cité,
    Que votre aveuglement produit leur cécité ;
    D’une tutelle avare on recueille les suites,
    Et le mal qu’ils vous font, c’est vous qui le leur fîtes.
    Vous ne les avez pas guidés, pris par la main,
    Et renseignés sur l’ombre et sur le vrai chemin ;
    Vous les avez laissés en proie au labyrinthe.

    Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte ;

    C’est qu’ils n’ont pas senti votre fraternité.
    Ils errent ; l’instinct bon se nourrit de clarté ;
    Ils n’ont rien dont leur âme obscure se repaisse ;
    Ils cherchent des lueurs dans la nuit, plus épaisse
    Et plus morne là-haut que les branches des bois ;
    Pas un phare. A tâtons, en détresse, aux abois,
    Comment peut-il penser celui qui ne peut vivre ?
    En tournant dans un cercle horrible, on devient ivre ;
    La misère, âpre roue, étourdit Ixion.
    Et c’est pourquoi j’ai pris la résolution
    De demander pour tous le pain et la lumière.

    Victor Hugo

    randal

    28 mai 2018 at 15 h 34 min

  2. En vrac :

    Je ne parlais pas de maquillage mais de maquillage outrancier.

    Non, les insultes et autres que j’ai subies ne venaient pas de mon attitude, que j’ai toujours voulue positive et conciliante … mais à la longue, ça m’a détruite.

    Je ne suis pas la seule à avoir ce ressenti. Mon bureau se situe dans ce quartier et nombre de mes collègues ont le même ressenti sans y avoir même vécu, juste à y venir pour travailler.

    Quant à ma liberté de m’habiller comme je veux, elle m’a été reprochée et contestée dans ce quartier où j’ai vécu.

    En Belgique, on a retiré des illuminations de Noël à la demande de membres de la communauté musulmane (!), et regarde les pots de yaourt Oïkos.

    Perso, je trouve que l’on doit quand même s’intégrer « un peu ».

    Je suis aussi atypique et rebelle mais je joue le jeu social quand je le trouve correct comme la solidarité sociale : je paie volontiers des cotisations sociales et des impôts pour les répartir et en faire bénéficier ceux qui ont moins ou plus besoin que moi, pour financer la culture, les écoles, les soins de santé, etc.

    Tu diras que maintenant que je suis pensionnée, j’ai facile à dire puisque je « profite » du système (auquel j’ai cotisé).

    Question intégration, je trouve normal de parler correctement une des langues nationales (on en a 3 dont une au loin dans les cantons rédimés), c’est une question de communication. Tu diras que quand on lit les forums, on a de sérieux doutes (justifiés) sur la connaissance de la langue française des participants. C’est vrai.

    Et quand je vais dans un pays musulman, je ne m’y promène pas en short.

    Je ne sais plus à quelle occasion mais je me souviens de Martine Aubry portant le voile lors d’une visite quelque part. Par « respect » ?

    Et bien sûr, les besoins fondamentaux pour chacun, d’où qu’il vienne, quel qu’il soit …

    Mais je n’aurai de cesse de me battre pour qu’on respecte mes libertés, mes us et mes coutumes, ma laïcité, ma féminité (et ma « féminitude » ;-)), ma liberté d’expression, le droit d’avoir une discussion comme celle-ci, etc.

    Laraleuse Quirale

    28 mai 2018 at 19 h 03 min

    • Non, je ne dirai pas que « tu profites ». je ne m’appelle pas Wauquiez ou Sarkozy. Pour moi, tu obtiens ce pourquoi tu as cotisé, ce n’est pas tout à fait pareil.

      Et quand tu vas dans un pays musulman, tu y es une touriste, une étrangère. Ce n’est donc pas la même chose. Les arabes qui vivent chez nous sont français, ou belges. Ils ont donc le droit d’être traités comme tout le monde et de porter ce qu’ils veulent.

      Sur la langue :chez nous la très grande majorité des populations des quartiers parle français. Ce qui ne les empêche pas de parler aussi l’arabe. Et alors ? Ils font exactement comme n’importe quelle communauté, les chinois, les indiens, les arméniens, les kurdes, etc. Comme moi, comme toi, ils sont attachés à leurs racines.

      Et honnêtement, tu crois que ta liberté c’est par les musulmans qu’elle est menacée ?

      Gavroche

      28 mai 2018 at 20 h 42 min

      • « Et honnêtement, tu crois que ta liberté c’est par les musulmans qu’elle est menacée ? » Qu’est-ce qui te fait croire cela. Non, je ne le pense pas. Même si je trouve qu’ils ont une fâcheuse tendance à m’imposer leur façon de vivre.

        Les arabes qui vivent chez nous se disent d’abord marocains ou autres avant de se dire belges. Je l’ai maintes fois entendu. Mais c’est vrai que je ne me dis pas belge, je dis que je vis en Belgique,ce qui n’est pas la même chose. Je suis plutôt une déracinée (je suis née au Congo et je ne me sens pas belge). Je ne me sens rien même si ma culture est bien belge.

        « Ils ont le droit d’être traités comme tout le monde et de porter ce qu’ils veulent » mais n’est-il pas normal d’attendre d’eux qu’ils me traitent comme tout le monde et qu’ils acceptent que je porte ce que je veux ?

        Mais il est aussi vrai que j’ai une sainte (!) horreur de tous les signes de religion.

        Les laïques et les agnostiques représentent +/- 15 % des humains (je ne sais pas pourquoi je pense à cela), j’ai le droit d’être laïque et d’être respectée en tant que telle et ce n’est pas quelque chose que je ressens de la part de nombreux musulmans mais aussi de rares personnes se revendiquant d’autres religions.

        Pour moi, la religion fait partie de la sphère privée et tout ce qui s’y rapporte, l’éducation religieuse, l’enseignement confessionnel, etc. devrait être financé par la communauté religieuse concernée.

        Cela me met en colère de penser que, en Belgique, la personne la plus importante après le roi (déjà le concept même d’un roi !) soit le plus grand prélat catholique. Incroyable et, je trouve, scandaleux. Et puis quoi encore !

        Ici, il y a plein de personnes qui ne parlent pas français ou flamand. Parfois, je me retrouve à un arrêt de bus ou de tram où personne ne comprend les mots « pardon, je voudrais passer », c’est très déstabilisant pour moi.

        Et les arabes eux-mêmes disent des nord-maghrébins qu’ils ne parlent pas l’arabe mais le riffain (qu’ils ne savent, le plus souvent, ni lire, ni écrire).

        Il va de soi que les communautés, notamment nationales, gardent leurs racines, je le comprends et le respecte mais ici, je ne veux pas qu’on m’impose des croyances, des us et des coutumes que je n’ai pas choisis.

        Je me révolte contre ce que « ma » société m’impose et que je trouve injuste, violent, choquant, etc., je ne vois pas pourquoi je n’aurais pas le droit de me révolter contre ce que je trouve injuste, violent, choquant, etc., dans les autres cultures (je pense plus particulièrement à la censure mais surtout aux violences faites aux femmes et aux enfants) sous prétexte que ce sont d’autres cultures.

        Laraleuse Quirale

        29 mai 2018 at 0 h 05 min

  3. « Les arabes » veulent nous imposer leur façon de vivre ? Vraiment ? Ne crois-tu pas qu’au contraire, c’est nous, les de souche qui exigeons d’eux qu’ils « s’intègrent » ? De gré ou de force ? Qu’ils soient « Charlie » ? Que leurs femmes enlèvent leur voile, par exemple ?

    S’ils se disent Marocains, n’est-ce pas parce qu’on leur envoie sans arrêt cette identité-là à la gueule ? Ils ne sont pas « tout à fait » Français, dit-on. « Ils ne vivent pas comme nous », dit-on. Un peu comme moi, qui de Française, suis devenue « rien » et « sans dents », finalement.

    Sur la religion : comme je l’ai déjà dit, je suis athée. La religion ne m’intéresse pas, sauf historiquement, parce que c’est mon sujet d’études. Mais j’accepte que les autres soient différents, ça ne me dérange pas, au contraire. Car je pense qu’on apprend de la diversité. Et que ça s’appelle la tolérance.

    Pour conclure (après, je ne t’embêterai plus) je me sens bien plus proche (pour te donner juste un exemple) de Maryam Pougetoux, Houria Bouteldja et Danièle Obono dont je partage les valeurs, ou proche de ma vieille voisine catholique pratiquante, que de Brigitte Macron, Marine Le Pen ou Marlène Schiappa.

    Je suis et je serai toujours du coté des opprimés. Ils sont les miens. Je suis rien et sans dents et j’en suis fière. Je veux l’égalité et la justice pour tout le monde.

    Gavroche

    29 mai 2018 at 9 h 22 min

    • Je ne t’embêterai pas plus non plus 😉

      On peut ne pas être d’accord sur tout.

      Je me retrouve dans bien de ce que tu écris même si je trouve qu’à certains égards, tu fais de l’angélisme.

      Moi aussi je suis toujours du côté des opprimés, je veux l’égalité, le bien-être, la justice et la liberté pour tout le monde 🙂 Simplement, nous ne partageons pas, toi et moi, le même point de vue sur tout mais au moins, pouvons-nous l’exprimer.

      Belle journée, Gavroche 🙂

      Laraleuse Quirale

      29 mai 2018 at 9 h 46 min

  4. Laraleuse,

    Tu liras ceci : https://yetiblog.org/lislamophobie-et-la-pauvrophobie-manifestes/

    Précisons par ailleurs que je ne suis pas « laïque » c’est à dire neutre comme peut l’être une institution mais pas une personne, non, je suis athée.

    Et j’envoie chier les « laïques » qui prétendent m’interdire d’exprimer ouvertement et publiquement mes convictions. Et comme je suis partisan de l’égalité, eh bien, je trouve normal que les croyants expriment eux aussi publiquement leurs convictions… Ça ne posait problème à personne quand j’étais gosse et j’ai notamment le souvenir d’un pèlerinage marial des cathos polonais qui occupait rues et routes publiques chaque année.

    Un partageux

    29 mai 2018 at 17 h 58 min

    • J’irai lire.

      Si tu définis les laïques comme des personnes qui t’interdisent d’exprimer et publiquement tes convictions (et celles des autres), alors, je ne suis pas laïque mais athée car je ne vois rien dans mon attitude qui porte à croire que je ne trouve pas normal que les croyants expriment leurs convictions. C’est vrai que les signes extérieurs de religion m’irritent (sans doute par réaction à mon éducation catholique) mais cela n’empêche pas d’en parler. Mon ami Jihad, musulman convaincu, me parle souvent de sa religion, ce qui m’intéresse beaucoup,mais il entend aussi mes convictions, ce que je pense, nous avons un échange authentique et ouvert.

      Je n’ai rien contre les musulmans ni les pauvres, je n’accepte pas qu’on m’impose des valeurs et des principes de vie que je trouve injustes, inégalitaires, spéculatifs, etc. Je reste à l’écoute mais je désire jouir de mes libertés. C’est facile de me renvoyer à mon ressenti mais je préfère toujours une expérience personnelle à un discours théoriques.

      Sinon, 2 exemples : je participe à une distribution de vivres et de biens à des gens opprimés (sdf, émigrants (je préfère le terme de réfugiés)) et quand j’allais à Paris, j’allais souvent dans des épiceries tenues par des « arabes » et mon amoureux me disait que s’ils étaient souvent surpris, c’est que mon attitude était toujours souriante et gentille, ce à quoi ils n’étaient pas habitués.

      Comme quoi …

      Laraleuse Quirale

      29 mai 2018 at 21 h 11 min

    • J’ai été lire mais je trouve ce texte stigmatisant. Bref sûr, je vois cela autour de moi. Mais, et ceci n’est qu’un exemple, plein de jeunes « blancs » ont fait de bonnes études mais ne trouvent pas d’emploi sinon précaire. Les « arabes » (je n’aime pas les généralisations), ne sont pas touchés plus par le chômage que les non-arabes.

      Par ailleurs, quand je vois un polonais, le canette de bière à la main à 9 h du matin, m’examiner de la tête aux pieds (et pourtant, j’ai 65 ans et ne suis plus fraîche comme une jeunesse), comme si j’étais une vache de concours, je lui rends son regard et le détaille de la tête aux pieds. Je f(er)ais de même avec un autochtone. Quand un jeune « arabe » me dit quand je passe qu’à mon âge, je dois être une bonne suceuse, je le traite de malotru comme je le ferais avec un autochtone. Quand un « arabe » me crache au visage parce que j’ai réagi violemment quand il m’a craché juste devant les pieds, j’en suis choquée et malade de dégoût comme je le serais si cela avait été un blanc, quand un » arabe » m’engueule parce que je fais castrer les chats de rue car c’est aller contre la nature (!), je persiste à le faire, etc.

      C’est quand même curieux qu’en Flandre, même s’il y a au moins un parti d’extrême-droite que j’abomine, où on a insisté pour l’intégration des « arabes » en, par exemple, les obligeant à apprendre le flamand correctement, il y a moins de problèmes d’intégration.

      Bref, je crois, comme Hervé, que la « gauche » fait de le lit de la (l’extrême) droite. Et cela, je le combats de toutes mes forces quoique tu puisses en penser.

      Laraleuse Quirale

      30 mai 2018 at 11 h 37 min

      • Les « arabes » (je n’aime pas les généralisations), ne sont pas touchés plus par le chômage que les non-arabes.

        Amen.

        Et je te rassure, « la gauche » (celle qui fait « le lit de l’extrême droite ») elle est morte. A part quelques illuminés quelque peu dérangés du ciboulot, qui font « de l’angélisme ». Comme moi. Ou Partageux. Tu peux donc dormir tranquille. Et Hervé aussi.

        Gavroche

        30 mai 2018 at 14 h 07 min

      • non, je ne fait aucun lien entre la gauche et ce qui se passe. La gauche qu’on a le droit d’entendre c’est l’autre droite. Et celle que l’on entend pas, ben on ne l’entend pas.

        Je dis juste que certains ou certaines militantes ou militants, culpabilisent les gens pour ce qu’ils sont afin de faire passer une idée qui n’est même pas forcément bonne ou juste. Ils ne font pas mécaniquement monter la haine, mais ils ou elles entraînent un rejet de leur combat. Ce rejet à 2 conséquences : le recul de la cause qui est ainsi défendu et une forme de rejet même du combat, ce qui permet aux militants de se victimiser et continuer dans la même voie sans issue grâce au statut de martyr. Une sorte de cercle (je ne sais pas s’il est vicieux ou vertueux, probablement cela dépend du coté qu’il est regardé.)

        Cette guerre qui est menée est bien entendu porté par le pouvoir et ses chiens de garde car tout le monde sait que cela ne changera pas grand chose et que cela divise la populace. Ce qui est tout bénéfice.

        Ainsi, je ne connais pas la raleuse, mais il est croquignolet, ici, blog ‘humaniste’ s’il en est, lui refuser d’entendre ses sentiments, ses émotions, son vécu au nom d’un sacro-saint combat dont on ne comprends pas trop quel est l’objectif.

        C’est un peu la même chose que la déchéance d’élisabeth badinter, qui pour porter le combat féministe arrive à dire que l’allaitement c’est rabaisser la femme au rang de guenon (mais pas la même guenon que taubira parce que taubira est noire donc pas le droit). Tout cela pour raboter de force ce qui fait qu’une femme est une personne différente d’un homme et que naturellement ses seins sont fait pour l’allaitement et pas pour la forme du maillot sur la plage. Mais accepter cela c’est accepter la différence et comment rendre égal 2 choses différentes ?

        herve_02

        31 mai 2018 at 11 h 40 min

      • Compris Je retire l’association entre la gauche (bien-pensante) et le lit de l’extrême-droite en ce qui te concerne 🙂

        Sinon, pour ce qui est des seins, qui ont aussi une fonction d’allaitement, moi, je trouve cela plutôt joli et puis, ils sont aussi source de plaisir 😉

        Laraleuse Quirale

        31 mai 2018 at 14 h 22 min

      • oui, ils sont jolis et oui il font une jolie silhouette et oui ils procurent du plaisir. Tant mieux que cela puisse servir en dehors de sa fonction première.

        Peut être est-ce ce qui fait que nous sommes plus que des animaux : être capable de détourner à notre profit ce que la nature nous a donné et dépasser le seul but biologique.

        😉

        herve_02

        31 mai 2018 at 14 h 28 min

      • Mais nous ne sommes « que » des animaux. Pour moi, la plus sale race des animaux. Perso, je dis toujours que je déteste le genre humain mais que j’aime des personnes … et certains attributs, dont les seins 😉

        Peut-être qu’un jour, comme on le fait pour l’intelligence des animaux, découvrira-t-on que les animaux ont aussi un « code » de désir et de plaisir. Qu’ils ne font pas que copuler. Qui sait ? On a tellement de mal à ne fût-ce imaginer et encore plus comprendre ce qui est différent de nous.

        Déjà que les bonobos font l’amour avec plaisir et pour apaiser les tensions (en fait, ce sont les femelles qui recourent à ce stratagème, les salopes, déjà ;-)), c’est dire combien ils sont proches de nous (mais nous, plus d’eux, car pour moi, nous sommes des dénaturés :-().

        Et que dire de l’intelligence des arbres https://www.forestopic.com/fr/foret/sciences-et-recherche/643-intelligence-arbres-film-livre-controverse-wohlleben-simard

        Laraleuse Quirale

        31 mai 2018 at 14 h 47 min

    • J’ajoute que mon ami Jihad m’a dit que dans les textes attribués à Mahomed, celui-ci dit qu’on ne peut pas cracher à terre sauf si on ne peut faire autrement et que le sol soit de terre meuble et que l’on recouvre son crachat de terre. Ceci parce que je lui avais raconté l’épisode du crachat au visage, qui l’avais révulsé comme il n’accepte pas que dans certaines communautés, le crachat à terre est devenu monnaie courante. Le pire, c’est que cette façon de faire commence à toucher d’autres communautés ! je ne trouve pas cela un plus apporté par des allochtones. En Belgique, le centre et la gauche disent maintenant que le terme « allochtone » est injurieux et raciste (!) alors qu’il désigne simplement des personnes ou des groupes de personnes d’origine étrangère et peut recouvrir différentes définitions, y compris légales. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Allochtone) au lieu d’immigré, plutôt choquant. Il n’y a rien de négatif à être d’origine étrangère, cela apporte de la diversité et la plupart du temps, nous enrichit.

      Et pour ce qui est du terme « immigrant » auquel je préfère « réfugié », c’est parce que ce dernier exprime bien que ces personnes viennent trouver refuge chez nous, ce que je cautionne.

      Sinon, basta, je suis fatiguée d’être systématiquement violemment critiquée parce que je pense et ai vécu autre chose.

      Dans les principes de la communication non-violente, on dit qu’on ne critique pas des personnes mais des comportements.

      Et je ne vois rien dans mes comportements qui justifie tant de semonces, de discours moralisateurs, de mépris et de violence verbale.

      Laraleuse Quirale

      30 mai 2018 at 11 h 58 min

  5. Je suis un peu…. perturbé. Nous vivons une forme aiguë de culpabilisation-repentance. Ainsi, lorsque tu es un homme, tu n’as pas le droit d’avoir des avis pertinents (tes avis sont forcements idiots et faux) sur les problématiques ‘féministes’ parce que tu ne peux pas comprendre, forcément t’es un homme. Il ne vient à l’idée de personne que les avis des femmes puissent être idiots ou faux (même avec des chiffres à l’appui) juste parce que ce sont des femmes tandis que toi tu es un homme.

    De même être blanc te donne tort dans tes avis sur le racisme. Parce que le raciste, c’est le blanc par définition ontologique. Ainsi si tu es blanc et que tu te fais insulter dans ton quartier, ce n’est pas grave, c’est parce que les autres tu comprends, ils sont trop malheureux et donc comme toi tu es blanc et que tu as de la chance de pas être emmerdé’… par les blancs, bien tu va pas venir chouiner que les autres t’emmerde.

    Tu as du mal qu’on t’empêche de faire ceci ou cela ‘par respect’ pour une religion qui n’est pas la tienne : ta gueule t’es blanc, on t’insulte parce que tu t’habilles normalement ‘ta gueule t’es blanc’. Si par malheur tu disais à un pas blanc ‘tu t’habilles comme dans la brousse’, tu deviendrais raciste (parce que tu es blanc). Toi tu dois supporter les remarques et insultes parce que tu es blanc mais tu ne peux pas les dire à un non blanc parce que ce serait du raciste.

    Voila, parfaitement ce qu’est le racisme : une différence sur la couleur/origine. Ce n’est pas cela vivre ensemble. Ce qui est interdit à l’un l’est tout autant à l’autre. Dès que l’on fait une différence de traitement entre les personnes suivant des critères particuliers, vous attisez les haines et le ressenti.

    je serais taquin, je dirais que vous faites le lit du FN

    herve_02

    30 mai 2018 at 9 h 45 min

  6. « Les « arabes » (je n’aime pas les généralisations), ne sont pas touchés plus par le chômage que les non-arabes.

    Amen ».

    J’aurais dû préciser à formation égale. Cela résulte d’un travail universitaire fait par une chercheuse en sociologie à l’ULB qui est vraiment de gauche et du Centre d’Egalité des chances entre hommes et femmes, entre autochtones et allochtones.

    « Et je te rassure, « la gauche » (celle qui fait « le lit de l’extrême droite ») elle est morte. A part quelques illuminés quelque peu dérangés du ciboulot, qui font « de l’angélisme ». Comme moi. Ou Partageux. Tu peux donc dormir tranquille. Et Hervé aussi ».

    Peut-être qu’en France la « gauche » qui fait le lit de l’extrême-droite est morte mais en Belgique, elle sévit encore.

    Perso, je vote pour l’extrême gauche radicale même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’ils disent mais bien avec la quasi-totalité de leur programme car il n’y a plus de parti anarchiste libertaire de gauche depuis des années et au sein duquel j’ai été active tant qu’il a existé.

    J’ai milité pour la dépénalisation de l’avortement dès les années ’70 et ai travaillé dans le premier collectif (et refuge) pour femmes battues, etc.

    Ceci, que je n’aime pas mettre en avant, pour simplement évoquer mes comportements et mes engagements.

    Mais, bien sûr, c’est de la couille de mite.

    Laraleuse Quirale

    31 mai 2018 at 14 h 15 min


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :